Partagez | .
 

 Lily Rose de Folembray, Marquise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Lily Rose de Folembray, Marquise   Dim 11 Sep - 13:40

de Folembray Lily-Rose




feat. avatar
    IDENTITÉ :


    Nom :de Folembray
    Prénom:Lily Rose
    Age Apparent: 22 ans
    Age Réel : 225 ans
    Sang-Pur/Mordu/Infant : Infant
    Date et Lieu de Naissance :18 août à Amiens.
    Orientation Sexuelle : Bisexuelle.
    Nationalité: Française
    Groupe : Vampire
    Classe Sociale:Marquise




Description Physique :

De longs cheveux d’un noir aussi profond qu’une nuit sans lune, légèrement bouclés et une tresse se baladant dans cette masse douce, presque brillante, la chevelure de la jeune marquise est ce qu’elle préfère le plus dans son corps. Elle en prend toujours grand soin et s’amuse à essayer différentes coupes mais celle qui lui convient le mieux reste de les laisser détacher avec une fine tresse au milieu.
Sa deuxième fierté se porte au niveau de son regard, une couleur bleu argenté capable de transpercer n’importe qui. Elle aime les souligner de noir afin d’accentuer ces yeux presque glacés, froids et dépourvus d’âme. Si on s’approche même de ses iris suffisamment prêt, on peut distinguer une sorte de dessin en forme de cercle. De longs cils battant l’air au rythme de ses paupières. Elle prend grand soin de tenter de les allonger au maximum, trouvant que cela rendait son regard plus profond et contrasté.
Grande, la jeune caïnite mesure environs un mètre soixante dix, elle possède des formes harmonieuses et belles. Une poitrine généreuse mais pas extrêmement volumineuse, une taille marquée en sablier, des hanches graciles et de longues jambes fines, presqu’interminables qu’elle aime mettre en valeur. Elle sait comment se tenir, les positions à adopter en fonction de ce qu’elle veut faire paraitre, la vampire est quelqu’un d’extrêmement portée sur son apparence et n’hésite pas à changer plusieurs fois de tenues en fonction de ses différentes activités journalières ou nocturnes.
Concernant son style vestimentaire, Lily Rose aime se vêtir différemment des autres. Elle aime les robes comme toute jeune fille mais surtout les vêtements près du corps, mettant en valeur ses formes. Bien que cela ne soit pas la mode, elle préfère porter des décolletés aguichants sans qu’ils soient vulgaires, généralement vêtue de noir, la jeune fille aime cependant porter des couleurs vives mais depuis la mort de son époux, le sombre est de rigueur. Concernant ses chaussures, elle préfère les bottes à n’importe quels autres souliers.
Pour ses bijoux, elle adore les colliers en perle ainsi que les bracelets froufou. Il est à noter qu’elle ne porte pas de bague.
Dernière information, Lily Rose porte une légère cicatrice au creux des reins dans le bas du dos, vestige d’une mère peu aimante.
Lily Rose est quelqu’un qui aime se faire remarquer, aussi, elle arbore un maintient digne de la noblesse et ne fait que très rarement un pas de travers.
Cependant, elle a une légère imperfection au niveau du visage, un grain de beauté juste en dessous de l’œil droit qu’elle tente de camoufler par tout les moyens, s’en devient presqu’une obsession parfois.





Description Mentale :

Il y a deux facettes de Lily Rose de Folembray, celle qu’elle montre au grand monde et celle qu’elle a généralement en privée, si tant est que l’on puisse la connaitre dans de telle relation. Cependant, notre belle jeune femme n’est pas malade mentalement, elle est d’une nature fort méfiante et n’arrive guère à faire confiance aux gens, préférant ne se fier qu’à elle-même.
Concernant la première, la jeune caïnite est froide comme ses yeux, distante et volontairement en retrait. Il fut un temps où elle aimait se pavaner mais ce n’était guère distrayant plus d’une heure ou deux. Aussi, depuis le décès de son époux, la belle prenait grand soin de ne surtout pas laisser entrer quelqu’un d’autre dans sa vie. On ne peut pas dire qu’elle est réellement aimée l’homme qui avait partagé son quotidien pendant près de dix ans. Non. Elle n’avait jamais aimée personne hormis sa mère et encore… Aussi, en société, elle semble sociable, parle volontiers si on lui adresse la parole mais il est rare qu’elle aille de son propre chef voir quelqu’un. Elle ne fera jamais le premier pas, c’est un fait.
En privée, c’était totalement autre chose, elle était douce, calme, attentionnée et presque adorable. Elle aime les fleurs, le cheval et sortir la nuit. Ce qu’elle adore le plus, c’est chasser. La belle adorait entendre les battements du cœur de ses victimes, sentir la chaleur du sang couler le long de sa gorge, voir la vie s’en aller au travers de ses yeux. Et surtout savourer le gout sucré ou amer.
Lily Rose aime lire, écrire lorsqu’elle a le temps, la chasse que ce soit d’animaux ou d’humains. Elle adore également prendre de longs bains et se faire masser le dos. Pas les pieds, le dos uniquement. La jeune demoiselle aime également jouer des instruments de musique tel que le piano, le violon selle ou encore quelque foi de la harpe. Elle aime les pièces de théâtre, ou encore les opéras.
Il y a autre chose qu’il est bon de savoir au sujet de la jeune marquise. Elle a une peur phobique de l’orage. Rien que le bruit de l’orage qui arrive la fait littéralement trembler. Elle se réfugie généralement dans un endroit clos, comme une armoire où elle ne peut pas voir les éclairs au travers d’une fenêtre. Mais, il est absolument interdit d’évoquer ce sujet en sa présence sinon elle peut entrer dans une colère noire.
Il est également de coutume pour elle de se rendre tous les mois sur la tombe de son ancien époux.
Il y a également une partie étrange de la personnalité de Lily-Rose, en effet, adorant chasser elle-même, la jeune femme peut se montrer d’une cruauté sans nom. Sa mère disait que cela venait de son violeur de père, lorsque la belle aperçoit du sang, elle entre dans une sorte de transe, elle ne voit et ne veut que ce liquide vital tellement délicieux à ses yeux. La vampire ne peut résister à cet appel et elle perdra toute notion de bon sens, capable même de tuer un humain juste car son sang lui semblera tellement appétissant, alléchant, délectable… Impossible de résister…



Biographie :

~La gloire, astre tardif, lune sereine et sombre qui se lève sur les tombeaux.~

Premier cri, première lueur du jour, première douleur. En ce dix huit aout, le château des de Folembray résonnait d’un son peu commun au sein des vieilles pierres. Qui aurait crut qu’un bébé allait naitre en cet endroit ? Personne et surtout pas la mère qui, malgré ses vingt cinq ans bien sonnés, n’avait toujours pas de mari. On murmurait d’ailleurs que la marquise de ces lieux préféraient la gente féminine. Alors, avoir un enfant, aussi beau soit il dans cette demeure relevait de l’exploit. Mais, Marie-Louise n’avait guère choisit de porter en son sein le fruit d’une relation non souhaitée avec le pire démon qu’il puisse exister sur terre. Un vampire.
Comme tout un chacun, la noble ne pensait pas qu’un tel être puisse exister, de simples histoires destinées à effrayer les enfants.
Observant de son regard marron sa progéniture, Marie-Louise fit une légère grimace de dégout, comment pouvait-elle aimer cet enfant ? Ce regard bleu-vert qui lui rappelait celui de ce monstre, cette peau bronzée naturellement qui ne venait pas d’elle… Et surtout ces crocs… Elle avait créé un démon… Ca non, elle ne pourrait jamais l’aimer… Rien que la vue de ce petit être lui rappelait cette nuit, ce terrible jour maudit…
« Quelle chaleur ! Même à la ville, il faisait un soleil de plomb. Marie-Louise sortait d’un grand bal huppé où elle avait rencontré de nombreuses personnes présentes au plus haut niveau social. Il lui avait semblé étrange que certains invités soient si gracieux, particulièrement l’un d’entre eux, un homme grand, très beau, aux magnifiques yeux argentés et à la peau très pâle. Des cheveux d’un noir profond attachés au niveau de sa nuque grâce à un ruban bleu. Elle se rappelait même du parfum sucré de cet homme. Ils avaient dansés plusieurs fois, il lui avait offert un verre puis elle était partie. Cet inconnu l’intriguait, il semblait presque être le fils de Dieu tellement sa beauté mystérieuse était parfaite.
Les rues étaient désertes et calmes. Marie-Louise avait beau chercher son cochet, elle ne le voyait pas, aussi décida-t-elle de faire un bout de chemin à pied dans ces ruelles fortes étranges. Au détour d’un croisement, elle fut frappée au ventre, le souffle court, la jeune femme dut s’accrocher au mur pour ne pas tomber. Des voleurs sans doute… Elle en dénombra deux avant de s’écrouler au sol sous une pluie de coup plus forts les uns que les autres. La jeune fille était au bord de l’évanouissement lorsque brusquement, le calme revint. Marie-Louise leva une paupière et vit le bel inconnu qui la prenait dans ses bras tel une princesse. Il la porta jusqu’à une calèche présente un peu plus loin. Déposant la jeune femme sur un coussin, l’inconnu ferma la porte et la voiture démarra. La belle était rassurée, elle était sauve ! Enfin, elle le pensait…
Au bout de quelques minutes, Marie-Louise commença à s’inquiéter et à s’agiter. L’homme, d’une force peu commune, la maintint fermement et commença à jouer avec le corps magnifique de l’humaine. La suite… Marie-Louise l’a chassé de sa mémoire. Elle refusait d’y repenser, ne serait-ce qu’une seconde.
»

Les années passèrent sans que rien ne change. L’enfant était une petite fille tout à fait adorable qui avait déjà compris, malgré son jeune âge, que rester sage et obéissante permettait d’avoir tout ce qu’elle désirait. Tout, sauf une chose… La chaleur d’une étreinte maternelle. La pauvre petite ne voyait jamais celle qui l’avait mise au monde, cette dernière refusant systématiquement ne serait-ce que d’apercevoir le regard enfantin et doux de sa fille. Pour elle, ce n’était qu’un monstre, rien de plus, l’image d’un souvenir qu’elle souhaitait effacer. Bien entendu, la marquise s’occupa tout de même de l’éducation de son enfant, la musique, l’histoire, les mathématiques et le français étaient enseignés par un vieil homme qui était d’une sévérité rare. Hors de question de faire un pas de traves sous peine de se prendre quelques coups de fouets ou de bonnes gifles. Ce qui arrivait assez rarement grâce au caractère calme de Lily-Rose.
Plus le temps s’écoulait, plus la douce jeune femme gagnait en beauté et en grâce. Mais aussi en soif, pas n’importe quel soif, elle voulait de ce liquide vital qui coulait dans les veines de chaque être mortel. C’était étrange pour une jeune infant de tellement désirer ce précieux breuvage mais qu’y pouvait-elle, pauvre enfant ? Personne ne lui avait appris ce qu’elle était réellement, comment avoir un tant soit peu de contenance.
Et, par un long soir d’hiver, cette envie, cette obsession fut tellement forte que l’adolescente, âgée d’à peine dix ans, tua pour la première foi.

« Il neigeait et la jeune vampire s’amusait à regarder les flocons tombés par sa fenêtre. Il se faisait tard et la femme de chambre entra pour la border comme il était de coutume depuis la naissance de la fillette. Lorsque la servante entra dans le domaine de l’infant, la douce put entendre chaque battement de cœur de la bonne, elle sentait l’effluve sucrée du sang mais comme toujours, elle se retint. Jusqu’à ce que la bonne ne se coupe avec une épingle, qu’elle idée aussi de prendre la nouvelle robe de Lily-Rose alors que celle-ci n’était pas finie ! Là, voir le liquide carmin sortir de la petite plaie fit perdre la tête à l’enfant âgée d’une dizaine d’années. Elle se rua sur la jeune femme et la mordit sauvagement, ses crocs perçant la chair avec tellement d’aisance. Dès qu’elle sentit le gout du breuvage sur sa langue, elle ne put se retenir et la vida de son sang jusqu’à la dernière goutte.
Quelle ne fut pas la surprise lorsque la mère apprit la nouvelle.
Elle savait qu’elle avait fait une bêtise mais elle n’avait pas pus se retenir ! Lorsque sa mère arriva, elle était planquée dans un coin de sa chambre. Cependant, impossible d’échapper à la punition de Marie Louise. Aussi ce fut cette nuit là que sa mère la frappa pour la première foi. Elle prit le fouet utilisé par le précepteur de l’enfant et commença sa punition jusqu’à ce que la petite fut blessée à sang.
»
Par la suite, Lily Rose fut envoyée en pension dans un couvant jusqu’à ses vingt et un ans. Ce fut la période la plus ennuyante de toute sa vie. Comment trouver quelque chose à faire quand on est enfermé dans un grand bâtiment froid et hostaire ? Elle avait trouvé ! Elle fit tourner en bourrique les sœurs qui devaient s’occuper d’elle. D’ailleurs, elle fut à deux doigts d’être virée de là à cause d’une simple réponse peu gentille à la mère suppérieur.

Elle revint finalement au domaine, plus belle et sur d’elle que jamais. La jeune femme ne croyait pas en Dieu, elle ne croyait plus en rien. Elle avait apprit à ne se nourrir que de poche de sang mais cela ne lui suffisait jamais, cette impression de ne manger que du tofu alors que la nourriture la plus excise qui soit se trimballait devant elle, sous son nez ! Cependant, elle se tint à carreau et ne fit aucun faux pas. Elle commença même doucement à succéder à sa mère malade. Elle gérait le domaine d’une main experte, prenant certaines décisions osées mais qui portèrent leur fruit. Lily-Rose avait envie que sa mère soit fière d’elle mais jamais elle n’eut un seul compliment, jamais elle n’eut l’étreinte qu’elle désirait tant. Jamais elle ne connut le sourire maternel si rassurant, si précieux…
Lorsque sa mère mourut, la laissant gardienne du domaine familial et lui léguant le titre de Marquise, Lily-Rose sentit le vide de son cœur s’agrandir un peu plus lorsqu’elle trouva une lettre de sa mère lui expliquant sa création. La jeune femme fut prise d’une colère sans nom et fracassa toute la chambre maternelle. Comment peut-on rendre un enfant responsable d’un acte commis par son père ? Comment cette femme avait-elle put lui en vouloir… Ce n’était plus sa mère, elle était orpheline et cela lui convenait à merveille. Même si son cœur blessé lui hurlait le contraire.
Depuis ce jour, Lily Rose entreprit plusieurs choses, un voyage afin d’explorer le monde connu, elle décida même de venir emménager à Paris, laissant son château à la garde des domestiques. Elle y resta près de cinquante ans sans changer d’apparence. La demoiselle y connut faste luxure, sang et fête à volonté. Jamais elle ne s’était sentie aussi vivante. Il lui arrivait même parfois de croiser un magnifique inconnu aux yeux argentés qui la fixait avec insistance avant de s’en aller sans jamais lui parler ou l’aborder.
Puis, la belle caïnite, las de faire la fête, se décida à rentrer chez elle. Son retour fut accueillit avec autant de plaisir que de soupçon. Comment se faisait-il qu’elle n’avait pas pris une ride ? Mystère et boule de gomme ! Mais, aucuns domestiques n’allèrent lui poser de question.
Lors de la fête organisée en l’honneur de son retour, elle fit une rencontre étonnante. Un magnifique jeune homme doux et gentil qui semblait, pour la première foi, ne pas en vouloir à son maigre titre de marquise. Ils commencèrent à danser ensemble, à virevolter sur la piste, tournant de plus en plus rapidement. Puis, le jeune couple sortit dans le jardin, parlant de choses et d’autres, se promettant de se revoir.
L’homme, un jeune garçon d’une vingtaine d’années, s’appelait Louis de Chatlney, il était marquis également et son domaine se situait à quelques kilomètres de celui de notre vampire. Les deux jeunes gens se revirent souvent, rapidement. Jusqu’à ce jour. Celui où Louis arriva par surprise chez la belle et, après avoir mis un genou à terre, il la demanda en mariage. Folle d’amour et de joie, Lily-Rose accepta, touchant du doigt le bonheur qu’elle désirait tant.
Leur mariage arriva aussi rapidement que leur rencontre. Ce fut un grand évènement au château et toute la noblesse proche avait été invitée. Lily Rose fut plus belle que jamais dans sa robe blanche pour l’occasion et aussi incroyable que cela puisse paraitre, son époux fut également sa première foi. Cet amour était parsemé de dispute et de tendresse, de magie et de nuage mais de toute sa vie, cette période fut la plus heureuse. Une seule véritable ombre au tableau. Ils ne purent jamais avoir d’enfant, il semblerait que la beauté et l’intensité de leur amour avaient pour conséquence la stérilité de l’un ou de l’autre, impossible de réellement savoir.
Le mariage dura dix ans sans donner naissance au moindre enfant. Dix longues années durant lesquelles Lily Rose ne bougea pas et se montra comme une épouse modèle jusqu’à un malheureux accident de chasse qui fit trépasser son aimé. Cet accident lui brisa le cœur.
« C’était une nuit normale où elle et son tendre mari avaient décidés de chasser le sanglier. Ils avaient invités quelques personnes et avaient même achetés des chiens de chasse. Ils fêtaient leurs dix ans de mariage en ce jour. Mais, un sanglier les chargea, Lily Rose put aisément lui échapper, grimpant dans un arbre sans réel soucis. Cherchant des yeux son époux, elle entendit le cheval hennir et son cœur manqua un battement. Descendant rapidement de son perchoir, elle courut vers le bruit et trébucha dans quelque chose qui la fit tomber à terre. Lily-Rose hurlait le prénom de son amant. Se retournant précipitamment, elle fut horrifiée par sa découverte. Elle vit le corps de son époux au sol, la tête sur une pierre, une flaque de sang autours de lui. Hurlant son nom, serrant le corps sans vie dans ses bras, la vampire eut l’impression de mourir. On venait de lui retirer la seule personne qu’elle aimait. La seule…
Ce fut la première foi que la marquise pleurait. Première et dernière foi. Elle était de nouveau seule.
»
La période de deuil passée, la caïnite décida de bouger à nouveau, elle retourna à la capitale. Impossible pour elle de vivre de nouveau dans la maison où elle avait passé dix années avec Louis, c’était trop d’épreuves pour elle, bien trop…
Pendant toutes ses années, jamais elle n’avait cherché à rencontrer ou même à trouver qui était son père, qui l’avait créé. Et, honnêtement, elle s’en fichait.



Derrière l'écran:


    Pseudo :Alya
    Age:21 ans
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?:Un n’ami sisi !
    Des Remarques ou impressions?Il a la classe ce fo’
    As-tu lu le règlement ?Oui monsieur .__.
    Code du règlement : Revenge is a dish best served cold #hop#



Dernière édition par Lily Rose de Folembray le Mer 14 Sep - 21:30, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melissande A. Sullivans
♥ Comtesse / Adorable Administratrice ♥
♥  Comtesse / Adorable Administratrice ♥
avatar
Messages : 669
Date d'inscription : 06/06/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part en train de rêver...

~Etat civil~
Race :: Humaine. Différente? Il paraît.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Lily Rose de Folembray, Marquise   Dim 11 Sep - 14:09

Tout d'abord bonjour et bienvenue ^^

Alors alors...Marquise est une classe noble, malheureusement le niveau de lignes est juste pour un tel niveau. Dans ce forum, ta classe sociale c'est ta fiche, il faudrait donc que tu rajoutes des lignes, surtout à ton histoire. Ensuite, si la mère de Lily Rose accouche d'un vampire, cela fait donc de cet enfant un infant et non un mordu.

Voilà, il faudrait que tu arranges ces points, pour ta validation se sera William qui prendra le relai.

Bon courage à toi ^^


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Merci à Calypso pour ce superbe Kit [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

THE AMAZING STAFF:
 


Entres dans le secret...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Lily Rose de Folembray, Marquise   Dim 11 Sep - 18:40

J'ai modifié par contre la différence entre le nombre de phrases sur word et sur le fo' me parait assez énorme...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Lily Rose de Folembray, Marquise   Mer 14 Sep - 19:58

Yo.

Bienvenue parmi nous. Fichle lue. Comme l'a dit Mélissande, il est regrettable que ta fiche sois aussi courte. Il faudrait apporter plus de précisions à ta description mentale. Concernant la biographie, je pense que tu aurais pu étoffer certaines parties, c'est un peu trop "condensé".

Si tu souhaites vraiment faire partie de la Noblesse, il va falloir étoffer, préciser, améliorer, et je reviendrai sur ma décision. Pour le moment, bourgeoise te serait accordé.

Voilà, tout est dit, j'attends tes modifications, préviens une fois que tout est fait en fonction de ce que tu désires aprés m'avoir lu.

Bonne soirée ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Lily Rose de Folembray, Marquise   Ven 16 Sep - 8:33

J'ai finis de modifier pour le moment, n'étant pas là ce week end, je ne pourrai pas modifier s'il le faut donc je ferais cela lundi si je n'ai pas trop mal aux cheveux. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Lily Rose de Folembray, Marquise   Sam 17 Sep - 15:00

J'ai vu tes modifications, cela me semble convenable. Je t'accorde le rang de Marquise, mais ne me déçois pas en Rp avec des petits posts ! Je surveillerai de près.

Tu es donc validée dans le groupe des Nobles/Vampires, en tant que Marquise.

Ton journal de rp, tes relatons et liens, une demande de rp, ou d'appartement privé, voilà ce que tu dois faire maintenant.

Amuse toi bien parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lily Rose de Folembray, Marquise   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lily Rose de Folembray, Marquise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boite mails de Lily-Rose Donowho
» Les Pantins, euh Liens, de Lily-Rose ♥
» Lily-Rose Donowho
» Lily Potter • Chaque jour est une nouvelle aventure.
» 01.01/30.L.Les enfants de la télé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-