Partagez | .
 

 Un endroit charmant pour des retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kildos Hëthélaon
Comte
Comte
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 26/07/2012
Localisation : De là où les terres sont embrasées et les lacs asséchés.

~Etat civil~
Race :: Lycan, Sang Pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Dim 14 Oct - 13:22

<< Et un jour, j’ai recommencé à sortir …>>



Frêle matin hivernale parsemé d’une légère brume. Le Soleil n’était pas au rendez-vous aujourd’hui et ne sortirait sans doute pas de la journée. Le genre de matin doux, calme où la populace parisienne ne sort pas avant des heures plus avancées.
Cette envie était venue comme ça, sans grande conviction mais le Comte se laissait aller à sortir. La seule et unique idée qui lui traversa alors l’esprit fut d’aller voir à la nécropole la tombe de Jade. Petite souffrance qu’il s’infligeait. Quelques années auparavant, elle périssait dans les bras de celui sur qui Kildos comptait pour la protéger. Le Duc Sweihtter … Il ne l’avait pas revu depuis et il ne savait pas si le revoir était réellement une de ses envies.


Dans un sens, ce minable avait échoué dans la protection de sa sœur et méritait ses crocs plutôt que sa compassion mais … d’un autre côté, la seule véritable pensée qui lui venait à l'esprit était qu'il avait vécu la même chose que lui et le monstre qu'il était devenu prouvait que le laisser seul n'étais pas un cas envisageable. Après tout, il était la dernière famille, un frère qu’il n’avait jamais eu, un lien que l’homme n’aurait sans doute plus. L’amour fraternel comme l’amour en général autour de ce vieillard à l’allure de jeune homme s’était enflammé, se consumant jusqu’à en brûler. Il était le dernier personnage digne de confiance que qui était finalement aux yeux du Comte car la domestique de son enfance, Ethel était décédée.

Le noble arrivait dans cette nécropole, solitaire sortant du brouillard. La tombe était là, richement décorée. Une fois encore, tout comme Wolfyiel, ce riche garçon avait investi auprès d’un artisan funéraire pour qu’il fasse un monument beau et bien bâti en l’honneur de sa sœur. Et de nouveau, le travail avait été finement réalisé. Il accroupi auprès de cette structure marbrée, y déposant de grandes roses blanches, symbole de pureté, digne rappel de ce qu’était l’esprit de cette sublime demoiselle, la deuxième à lui être arrachée. Sa pensée était encore plus noircie que son cœur brûlé, plus noircie que ses yeux remplis de bestialité : « Ainsi, c’est comme ça que le Destin se présentait pour moi ? Un long couloir de souffrance, voyant à chaque instant l’abattoir qui se trouve au bout de celui-ci ?! » Il rageait intérieurement de cette idée. Sa main droite caressait cette dalle de marbre, son esprit lui repentant qu’il n’avait été présent pour la sauver, qu’il n’avait réellement pris le temps de lui expliquer son amour, de lui dire qu’il tenait à elle, bien trop aveuglé par sa vengeance. Vengeance qu’elle aura accomplie à sa place finalement, tuant Crocs d’Or, lui volant l’apaisement qu’il avait tant cherché …

L’ange sculpté dans la pierre juste à ses côtés le regardait sévèrement, comme médisant du personnage qu’il était. « Étrangement … je le comprenais. Je gardais mon regard fixe sur lui, perdu dans la pensée d’un passé qui me hantait. »
Il était là, fait de pierre que les années avait érodé, un regard triste et pourtant qui donnait tellement la sensation de juger. Ses ailes déployées le rendait imposant, sentiment qui était appuyait par sa posture guerrière avec sa lance dans sa main droite et le poing gauche fermé. Imposant, fier et puissant et pourtant ... si triste.
Le Comte Hëthélaon, solitaire avéré était-il lui aussi -à la manière de cet ange- un homme fort et puissant pourtant rempli de tristesse à le dévorer constamment ?


Dernière édition par Kildos Hëthélaon le Lun 15 Oct - 9:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfyiel Sweihtter
Duc
Duc
avatar
Messages : 140
Date d'inscription : 05/05/2011
Localisation : Il fut un temps, où j'érrais dans les ténèbres obscures de souvenirs passés ...

~Etat civil~
Race :: Lycan - Sang pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Dim 14 Oct - 23:31



Le cimetière, sanctuaire des âmes embrassées par la Mort, offrait en cette matinée brumeuse un aspect funeste et serein que nul n'osait perturber. Les arbres dénués de feuilles en cette saison hivernale, tristement dressés tels de sombres gardiens, portaient de leurs frêles branches emplies de sagesse le poids d'un temps enfouis ; tandis que le vent -qui berçait de son léger souffle l'herbe fraiche du matin-, sifflait doucement entre les tombes, pour beaucoup ternies par le temps.
Et alors qu'il transportait les silencieuses suppliques des êtres qui reposaient sous terre ... son corps spirituel vint frôler la tête bridée d'un cheval sombre et poursuivit sa lancée en une longue caresse sur son encolure, sur laquelle retombait une fine et longue crinière noire qui s'agitait au gré de ses murmures.
L'animal marchait dans la brume d'un pas assuré, seuls les craquements des branches mortes raisonnaient dans le sanctuaire des morts. Son cavalier qu'il transportait, et dont l'identité était tenue secrète sous un long manteau noir capuché, l'avait déjà mené ici à de maintes reprises. Chaque hiver, l'homme traversait les bois tel un spectre, juché sur sa monture ébène et armé d'un seul bouquet de roses rouges destiné à la plus belle des tombes. Cette année n'était pas différente.

Lorsqu'ils parvinrent jusqu'au cimetière, le cavalier exerça une légère pression sur les rênes et le cheval s'arrêta afin que ce dernier puisse mettre pied à terre. Le sol était humide, les herbes couvertes de rosée gelée. Son long manteau d'hiver glissa de la croupe de sa monture, ses bottes s'enfoncèrent légèrement dans la végétation, et il gronda doucement à la douleur qui irradiait dans ses cotes brisées. Il prit alors les rênes de son compagnon, le conduisit tout près de la grille qui cernait les lieux à seulement quelques pas de sa précédente position, et entreprit de continuer sa marche en solitaire.
Les fleurs qu'il tenait à la main étaient le seul éclat qui jaillissait de ce tableau aux couleurs de la mélancolie.

Le noble -car tel semblait-il être dans sa démarche et sa droiture-, poussa le petit portillon qui grinça à cause du gel, et pénétra dans le cimetière au silence religieux sur lequel s'étendait la brume forestière. Après quelques minutes de marche, il aperçut une silhouette et s'immobilisa dans la couverture opaque que formait le temps hivernal. Qui se tenait donc devant la pierre tombale richement travaillée ? Il plissa son regard de glace terni par de sombres souvenirs tâchés de sang et de douleur, et l'odeur que le vent portait en ses bras vint l'aider à identifier l'homme accroupi.
Il hésita alors à poursuivre sa route, mais l'hésitation fut de courte durée.
Ses pas étaient calmes et sa tête baissée témoignait de la tristesse qui envahissait à ce moment son être.

Sa marche le conduisit jusqu'à l'individu qu'il dominait à ce moment de sa hauteur, et il s'arrêta à ses côtés. Par respect, il découvrit son visage. La brise s'engouffra alors dans sa chevelure lunaire, et ses prunelles d'un bleu opalin vinrent se poser sur la pierre tombale.
<< Jade Hëthélaon >>.
Wolfyiel posa un genoux à terre, puis déposa doucement le bouquet à côté des roses blanches offertes à sa défunte bien-aimée, l'amour de sa vie qui avait été cruellement assassiné sous ses yeux quelques années auparavant.
Son cœur se comprimait douloureusement, mais aucun mot ne traversait ses lèvres. Sa gorgée était serrée, ses yeux brillaient d'une sombre tristesse dans laquelle brûlait une haine sans égale. Une sauvage envie de vengeance qu'il dissimulait au plus profond de son âme ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kildos Hëthélaon
Comte
Comte
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 26/07/2012
Localisation : De là où les terres sont embrasées et les lacs asséchés.

~Etat civil~
Race :: Lycan, Sang Pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Mar 16 Oct - 20:26

La brume toujours présente offrait l’isolement qu’Hëthélaon avait cherché durant sen années où il se priva de sortie. Elle était fraîche, douce et avait comme une élégance qui mettait l’homme en confiance. Ce spectacle aurait paru lugubre à n’importe qui mais qui pouvait bien apeurer le monstre lui-même ?! Alors qu’il pensait et pensait encore, aimant de tout son être la personne que fut sa sœur, se maudissant de n’avoir été son protecteur lorsqu’elle en eut besoin, il sentit que sa solitude disparaissait doucement car quelqu’un approchait. Il ne pouvait en vouloir à une personne de venir se recueillir en ce lieu mais cela le dérangé de ne pas continuer dans cet apaisement qu’il avait approximativement trouvé. La présence se rapprocha mais le Comte ne bougea aucunement car ce personnage qui arrivait lui était connu et l’hésitation dans ses pas ne fit que le conforter dans son idée. Comment aurait-il pu l’oublier ? Cette brise qu’il n’avait pas ressentie le sortit doucement de ses pensées. Elle le berçait tendrement et pourtant il n’arrivait plus à baisser sa garde. Cette présence s’approcha encore de cette tombe que le Seigneur Noir continuait de caresser. Ce cœur lourd de tristesse, souffrant encore était différent des autres et ne pouvait être que Wolfyiel.

Encore quelques années auparavant, il lui avait enseigné quelques parades à la lame et avait appris aussi de sa puissance. Les deux hommes s’étaient rapprochés, l’un amoureux inconditionné tentant de séduire toujours plus la jeune demoiselle, l’autre en grand frère protecteur, dernier lien de famille. A l’époque, Jade avait réussi à mettre ces deux hommes en confiance, stoppant leurs jugements et laissant place à une certaine dose de confiance. Si bien que plus que de simples amis, ils étaient devenus encore plus proche, Kildos le considérant comme le frère qu’il n’avait pas eu et lui léguant son enseignement des armes. Une confiance si puissante que le Comte décida de laisser sa sœur entre les mains du Duc pour aller continuer la vengeance qu’il avait entreprit des années auparavant. Regret qui le ronge aujourd’hui encore.

Des roses rouges, flamboyantes furent posées, resplendissantes dans toute cette noirceur que formait la scène. L’Amour fusionnel, puissant et immortel des fleurs du Duc face à la pureté, innocence de celles du Comte. Et ces deux ressentiments pour la même femme. Ce dû être des sentiments de trahison, de mal-être, des râles de révoltes qui auraient pu s’installer mas il n’y eut rien. Simplement ce silence, non pas d’indifférence mais plutôt de compassion. Sans même un regard, Kildos empoigna une rose blanche et la mêla au bouquet de roses rouges avant de faire de même en sens inverse. Il retourna un instant sa main et pu constater, totalement indifférent que les fleurs épineuses lui avait lacérait légèrement la main.
Beau tableau d'encre noire et de sang qui se peignait là, mélange de noirceur solennelle, de violence dans la tristesse, presque désespoir pour simplement retrouver quelqu'un qu'on aura plus. Tout était manquant. La chaleur d'un corps, la vivacité d'un esprit, ja joie d'une vie, l'amour d'une femme comme celui d'une sœur. Et voilà que les deux seuls liens qui étaient présents ici pour elle restaient dans un mutisme du silence, ne sachant quelle voie prendre.

Le silence fut si intense qu’un oiseau, frêle moineau survivant à l’hiver, vint se poser sur la tombe. Il regarda attentivement les deux personnages ainsi agenouillés dans leur tristesse, moment solennel où ils se laissaient aller à des souvenirs plus douloureux les uns que les autres. Tous ces souvenirs influant tant sur leur présent pourtant. Puis il s’envola, les laissant à leur digestion d’émotion. La tension était tout de même palpable. Ce fut le frère qui agit avant l’amoureux, portant sa main ensanglantée à ses lèvres, s’humectant de son propre sang, il déclara :
« - Tant d’années à courir dans la souffrance. Cela fait tant de temps et pourtant, la souffrance perdure, encore plus puissante au fil des jours, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfyiel Sweihtter
Duc
Duc
avatar
Messages : 140
Date d'inscription : 05/05/2011
Localisation : Il fut un temps, où j'érrais dans les ténèbres obscures de souvenirs passés ...

~Etat civil~
Race :: Lycan - Sang pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Mer 17 Oct - 13:14



« - Jures-moi de la protéger en toutes circonstances et saches qu'elle est tout ce qu'il me reste. »
" Je vous le jure. "


Le noble ne savait que dire, partagé entre la douleur et la honte qu'il éprouvait face à celui qui se tenait en ce jour à ses côtés. Il y avait plusieurs années de cela, une promesse avait été faite et il avait faillit. Faible, il n'avait été capable de protéger la vie de Jâde et se retrouvait aujourd'hui comme à chaque hiver devant la tombe de sa défunte bien-aimée. Le silence qui pesait sur les deux âmes maudites témoignait de la douleur qu'elles partageaient.
Il ne quittait cependant le nom gravé du regard, son esprit vagabondait dans les souvenirs d'un ange qui avait rejoint le ciel. Aujourd'hui, il n'était plus qu'un homme rongé par les regrets, et hanté par les remords. Il n'était plus qu'une ombre sur laquelle commençaient à pleuvoir de fins flocons de neige.


Il détâcha son regard de la tombe un instant, lorsque Kildos Hëthélaon fit un premier mouvement. Une rose blanche trouva sa place dans le bouquet rouge, et l'amour trouva la sienne au sein de la pureté du second bouquet. L'odeur capiteuse et métallique du sang vint s'ajouter au parfum que dégageaient les roses, car les épines avaient écorché sa main et que quelques gouttes avaient perlé sur l'herbe verdoyante du cimetière. Un oiseau se posa ensuite, tout observateur et curieux qu'il était dans son rôle de moineau au fin pelage luttant contre la morsure du froid hivernal. Il ne passerait pas l'hiver.

« - Tant d’années à courir dans la souffrance. Cela fait tant de temps et pourtant, la souffrance perdure, encore plus puissante au fil des jours, n’est-ce pas ? »

Wolfyiel observait d'un air absent la verdure qui s'étendait sous ses pieds, perdu dans ses souvenirs. Jâde ... Il n'arrivait même plus à se souvenir des éclats de rire qui raisonnaient jadis dans le grand manoir qui leur avait été offert par Kildos. Il n'y avait plus que ce regard larmoyant et ce triste sourire qu'elle avait affiché sur ses lèvres pâles tâchées de sang, ces mots rassurants qu'elle lui avait murmuré alors qu'elle rendait ses derniers souffles sur les pavés glacials et sombres de Stuttgart.
Depuis ce jour, le loup qui venait se repentir silencieusement avait perdu la capacité de peindre les nuages d'une autre couleur que celle de la vengeance.
Les flocons de neige pleuvaient tels de la cendre sur le sanctuaire sinistre, d'épais nuages blancs voilaient le ciel..


La culpabilité.
Tout n'était que de sa faute. Lui qui devait mourir en cette nuit avait survécu, et Jâde n'était plus. Son père, Dietrich, avait condamné une innocente. Il payerait le prix fort, mais l'heure n'était pas encore à sa traque. Non ... Wolfyiel devait d'abord retrouver la vampire qui avait dirigé le groupe contre eux.
La honte.
N'avoir su protéger la vie de celle qu'il aimait, ne pas avoir tenu sa promesse qu'il avait faite à Kildos lors de leur première rencontre. Que pouvait-il dire, face à celui qu'il considérait comme un frère mais dont il avait trahit la confiance ?
La colère.
Tant d'années passées à chercher l'objet de sa vengeance ... pour n'obtenir que le froid désespoir d'une dure réalité. Les pistes se confondaient, se mêlaient, se perdaient. Un nombre incalculable de vampires massacrés pour apaiser sa soif de sang, sa tristesse qui se traduisait par une violence sans pareille.
Il posa une main gantée sur la pierre tombale et caressa doucement le monument.
La neige parsemait le manteau sombre du prusse, se mêlait à la blancheur de sa chevelure, mais il n'y avait pas de froid plus mortel que celui qui reluisait dans ses prunelles hivernales ternies par la douleur.


'' Ils ont surgit de nul part ... ''

Aujourd'hui plus que tout autre jour, les souvenirs rongeaient son coeur et consumaient son âme damnée. Du sang, des grognements, la brûlure âcre de l'argent. Maudit était-il qu'un simple métal eusse le pouvoir de le rendre si faible. Il se souvenait aussi de ce regard emplit de noirceur, de rage et de dégout ... Une image gravée dans sa tête qu'il n'oublierait jamais.
Il se redressa alors et la brise s'engouffra à nouveau dans ses cheveux, faisant virevolter quelques mèches qui dévoilèrent le visage impassible du noble.
Maladroit était-il de ne savoir s'exprimer face à celui qui lui avait sauvé la vie en cette triste nuit.


'' Je n'ai pas encore retrouvé leur trace ... Mais lorsque ce sera fait ... ils seront pour toi, qui comme un frère m'a arraché à la mort que je devais connaître."


Dernière édition par Wolfyiel Sweihtter le Jeu 18 Oct - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kildos Hëthélaon
Comte
Comte
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 26/07/2012
Localisation : De là où les terres sont embrasées et les lacs asséchés.

~Etat civil~
Race :: Lycan, Sang Pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Mer 17 Oct - 19:14

C'est donc ainsi qu'un homme esquive sa souffrance. L'un devenu plus brutale que jamais pour éponger cette souffrance dans le sang de ses victimes, vivant désormais d'un seul objectif, la vengeance. Seul dans ce monde désolé, il aurait pu laisser la Justice en juger, comme n'importe quel homme mais ... humain, il ne l'était quasiment pas. Et face à lui se dressait le profil d'un autre noble qui avait, après avoir choisi cette voie durant plus de deux décennies, changé complètement, se renfermant dans un mutisme où il dispersait la Mort dans un caractère juste et contrôlée. Il avait tout perdu.Ses parents, forts et puissants à l'âme bonne. Sa Déesse, princesse de ses songes, gardienne de l'homme qu'il fut. Sa sœur, merveille de son enfance, fierté de sa famille et dernière joie dans sa vie. Et maintenant, le Destin se jouait de lui en le mettant en face de ce qui lui restait : un être tel un frère.

Là le choix était. Continuer, plonger dans son bain de souffrance à rester en apnée jusqu'à ce que la noyade l'emporte, haïssant ce personnage, ce passé et finalement ce qu'il était lui-même. Ou, Laissez à la vie une chance de le convaincre de se redresser pour reprendre souffle, tendant la main à ce frère perdu pour éviter qu'il ne chute aussi bas que Kildos l'avait fait ?

<<' Ils ont surgit de nul part ...
Je n'ai pas encore retrouvé leur trace ... Mais lorsque ce sera fait ... ils seront pour toi, qui comme un frère m'a arraché à la mort que je devais connaître.>>


Le lycanthrope à l'allure jeune et pourtant plus vieux que Wolfyiel se redressa, lentement, adressant ses dernières pensées à sa sœur. Il laissait de côté ce terrible dilemme et profitait de cette neige, tendre et douce qui tombait maintenant sur ce paysage clair. Une source d'apaisement parfaite. Il se tourna, plongeant alors son regard dans celui du bel homme qu'était le Duc, noir, fort mais laissant une légère touche de regret le traverser. Touche qu'il vit immédiatement de façon amplifiée dans le regard de son comparse. Il n'y eut pas là d'affrontement ou même de jugement, juste un genre de compréhension mutuelle.

<<Comme je t'ai dis, cela fait bien longtemps ... des histoires doivent êtres contées, les comptes ne seront pas réglés mais il y aura tout de même progrès. L'air est frais et doux. Juste assez tendre pour savourer un bon grog ou un vin chaud. Trouvons un troquet et posons nos deux vies sur la table. Boire vaut mieux que de se perdre dans des pensées ... >>

Sur un geste de la tête entendu, les deux hommes s'avancèrent lentement à travers la brume, se dirigeant vers l'entrée. Les regards se perdaient dans des directions opposées. Hëthélaon se laissa attirer par le spectacle qu'offrait un arbre sous sa couche hivernale. Ses feuilles tombées, il était grand et splendide. Sa solitude monotone au milieu des morts le rendait impressionnant, ne pouvant bouger, ne pouvant s'émerveiller mais restant pourtant là. Cette image avait quelque chose de ... magique. Il était là, robuste et haut, gardien de ces tombes depuis des décennies sans doute, protégeant toutes ces âmes de sa sagesse, usant de tous ces rameaux comme barrière contre le mal, faisant chanter le vent.

Le Comte devait-il redevenir ainsi ? Un protecteur guéri d'une part de son Mal qui devait aider ce jeune Duc à ne pas prendre la voie infectée et devenir, à son tour, un monstre qui régurgiterait chaque jour son passé en regardant toute cette souffrance, buvant pour oublier et saignant ses bras et ses mains pour avoir une souffrance qui lui faisait oublier celle de son passé. Mais s'abandonnant finalement à des pulsions qui le dépassaient, demandant cette fois encore le sang d'un autre pour l'abreuver de celui qu'il s'était enlevé ...

Il déglutit difficilement, se persuadant que le temps ferait le choix à sa place et que pou l'instant, ce ... "frère" restait celui qui l'avait déçu tout autant que celui qui pouvait le sortir de ce passé où il s'enfonçait tous les jours autant. Pourquoi l'avait-il sauvé des années auparavant ?! La question le taraudait. Par Amour pour sa sœur ... ou par amour pour un frère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfyiel Sweihtter
Duc
Duc
avatar
Messages : 140
Date d'inscription : 05/05/2011
Localisation : Il fut un temps, où j'érrais dans les ténèbres obscures de souvenirs passés ...

~Etat civil~
Race :: Lycan - Sang pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Jeu 18 Oct - 20:38

Ils étaient là, debout devant la tombe d'un ange qui les avaient de nouveau réunis après tant d'années passés à chasser l'adversité, à rependre le sang et les entrailles des vampires qui peuplaient la capitale française en ces temps aristocratiques. La neige tombait paisiblement, et les cœurs gonflés de douleur saignaient en silence devant la beauté de cette tombe.
Wolfyiel ne cessait d'observer la tombe, comme s'il espérait que ce nom ne soit en fait qu'une erreur, un cauchemar duquel il s'éveillerait bientôt. Mais il n'en était rien, et il le savait. Sa bien-aimée était morte, il ne la reverrait jamais plus.
A présent, gelés étaient ses sentiments enfermés derrière les pierres froides qui entouraient son cœur meurtri. Les uniques flammes, qui léchaient les murs, n'étaient faites que de haine et de souffrance, d'un désir brûlant de vengeance dans lequel raisonnait sans cesse le même nom. Dietrich.


<< Comme je t'ai dis, cela fait bien longtemps ... des histoires doivent êtres contées, les comptes ne seront pas réglés mais il y aura tout de même progrès. L'air est frais et doux. Juste assez tendre pour savourer un bon grog ou un vin chaud. Trouvons un troquet et posons nos deux vies sur la table. Boire vaut mieux que de se perdre dans des pensées ... >>

Le noble resta songeur un instant, puis adressa un léger hochement de tête à Kildos. Avant de se mettre en marche, il jeta un dernier regard emplit de tendresse oubliée à la tombe fleuries qui trônait majestueusement devant eux, puis emboita le pas du Seigneur Hëthélaon qu'il surprit à admirer la beauté des arbres qui gardaient mystiquement les lieux. C'était un lieu qui respirait la sérénité, imposait le respect de ceux qui étaient tombés.
Wolfyiel plongeât ses mains gantés dans les poches de son manteau. Seuls les froissements de l'herbe gelée sous leurs pas raisonnaient dans le cimetière.


Ils traversèrent en silence le sanctuaire, et lorsqu'il furent sortis par le petit portillon de fer forgé, il le referma respectueusement en prenant soin de remettre en place le loquet qui n'était verrouillé à son arrivée. Cette fois-ci, ce fut le verrou qui émit un grincement.
Wolfyiel continua ensuite sa marche aux côtés du noble au regard sombre, et il léger sifflement s'échappa d'entre ses lèvres. Il y eut un bruit dans les fourrées, puis l'animal d'un noir de jais fit son apparition dans le voile blanc que formait la brume. Son corps était massif, ses pattes puissantes. Équipé, le cheval qui secoua sa tête attendait que son cavalier remonte en selle.
C'était un animal taillé pour la guerre, dont le garrot mesurait un bon mètre soixante dix, si ce n'était soixante quinze.


" Nous devrions trouver une taverne sur les abords de la ville. "

Le noble se dirigeât vers sa monture et lui adressa une caresse sur le front. Puis il attrapa les rênes d'une main, s'appuya de celle-ci même sur le devant de la selle, et après avoir glissé un pied dans l'étrier, se hissa d'un mouvement souple sur le dos de l'animal patient. Il mit ensuite son deuxième pied à l'étrier et, de sa main libre, remit en place le capuchon de son manteau sur sa tête. Ainsi en selle le cavalier semblait encore plus sombre que jamais, comme si l'air du temps lui même se gelait autour de son corps, maudit depuis sa naissance. Un Sang-Pur, un loup né de deux mordus. Voilà ce qu'il était. Mais encore aujourd'hui, il n'était plus qu'une ombre sans soleil, le reflet de ce qu'il était jadis.

L'étalon ébène émit alors un long soupir, puis dressa fièrement la tête lorsqu'il entendit les clapotement des sabots de l'un de ses congénères. Sans aucun doute était-ce Kildos qui approchait, venu également à cheval au travers de la brume qui se dissiperait doucement si le temps était clément en cette journée fortement obscurcie par la venue de nuages plus gris.


Dernière édition par Wolfyiel Sweihtter le Sam 8 Déc - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kildos Hëthélaon
Comte
Comte
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 26/07/2012
Localisation : De là où les terres sont embrasées et les lacs asséchés.

~Etat civil~
Race :: Lycan, Sang Pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Lun 22 Oct - 12:30


(je n'arrive toujours pas à jouer avec le format de la vidéo ><")

Et ainsi les deux hommes se séparèrent pour rejoindre leur monture. Le cœur lourd du Comte ne semblait plus supporter son propre poids, frappant lentement, tellement lentement contre sa poitrine qu’il aurait eu sa place auprès des souvenirs de ce cimetière. Il était là, désormais seul, perdu dans cette brume qui l’isolé. L’occasion de fuir, de ne pas affronter cette terrible réalité, de se noyer encore dans l’oubli de la Mort de sa sœur aimée, de la mort de son ange, de la Mort qui rôdait toujours autour de lui …
Elle n’y arrivait décidément pas. A chaque pas elle voulait l’atteindre, elle lui tournait autour comme un charognard qui n’ose pas attaquer sa proie de peur de devenir lui-même la victime de son adversaire. Et pour se venger, aussi lâche qu’elle était cette Mort, faible face au Seigneur Noir, elle attaquait ses faiblesses avec conviction et obsession dévorante. Ses faiblesses ? Ses parents, son éternel Amour, sa magnifique sœur … Quel serait le prochain ? Et si … si Sweihtter devenait le frère qu’Hëthélaon voulait qu’il soit à son égard ?! Tomberait-il dans cette spiral que la Mort provoquerait encore, siphon sifflant emportant tout autour de Kildos, son cœur, la protection restant pourtant toujours sur ce personnage assombri par la vie ?

Le Seigneur Noir s’était déjà offert à cette Mort pourtant. Quelques mois plus tôt, il en avait appelé à une pendaison. Faible, isolé et esseulé, cherchant désespérément à retrouver une part de stabilité quelque part, c’est dans une tentative ratée qu’il voulait retrouver ce qu’il avait perdu à tout jamais. Peut-être était-ce un geste d’une grande lâcheté mais au moins, cette faiblesse lui avait permis de se relever et de sortir à nouveau aujourd’hui. Il était venu s’excuser sur la tombe de sa sœur pour tout. Pour n’avoir était là, pour ce geste qu’il avait tenté, pour l’abandon de l’homme de sa sœur, l’abandon de son frère … Il comptait aller voir celle de Caëlane après mais la rencontre avec Wolfyiel avait changé les plans. Peut-être pourrait-il recoller les morceaux et entamait ainsi son pardon envers sa sœur comme envers son éternel amour.

Les images de sa sœur rayonnante défilaient à présent dans ses iris bruns, tentant en vain de lui arracher quelques larmes. Il ne l’avait jamais vu plus heureuse qu’avec le Duc, voilà pourquoi il lui avait offert ce manoir en pleine Prusse, espérant que cela alimenterait leur bonheur et qu’ainsi, il préserverait ce sourire sublime sur le visage de Jâde. Le manoir était évidemment plutôt pour le couple mais les deux hommes n’aurait su se l’avouer même avec la confiance qui s’était installée entres eux. Confiance si puissante que le Comte avait accepté de laisser sa sœur dans les bras de ce grand Duc le temps qu’il aille régler une affaire ailleurs.


Plongé dans son esprit, tiraillé dans ses questions, le jeune noble ne remarqua même pas que sa monture était à côté de lui, le suivant avant que celle-ci ne le pousse à l’aide de sa tête pour le sortir de ses lointains songes. Son œil bleu clair resta fixé sur le regard du noble qui, après quelques instant finit par céder.

« - Bon d’accord, d’accord, j’étais ailleurs, et alors ?! »

Le Seigneur Noir n’était plus ce qu’il a été par le passé, vaincu par son propre cheval. Bien qu’il fût en tort, il ne l’aurait pas admis quelques années auparavant. Il s’était maintenant assagi et acceptait le sermon du cheval. Il le battait de toute façon dans d’autres domaines, bien plus physique … Le destrier n’était pas sellé, ne portant même aucun licol, aucun mors. D’une enjambée, après cet interlude plutôt basé sur un duel, le cavalier monta la bête. Le choix était toujours possible mais sa réflexion avait aboutie sur le fait que fuir ne serait que retarder l’innévitable. Aller boire en compagnie de cet homme pour qui Kildos avait le plus grand respect était la solution pour se sortir de cette torpeur.

Ses cheveux cachant ses yeux, l’homme posa son regard sur le ciel, ferma ses yeux et huma doucement l’air. Ses sensations lycanthropes revinrent doucement pour lui indiquer la position de son compère. Ses pupilles se rétractèrent lorsque ses yeux se rouvrirent en direction de Wolfyiel. Posté comme un indien sur sa monture, il lui intima d’aller dans cette direction, le tenant par la crinière. La bête commença par trotter rapidement avant de passer au galop. Monter à cru était une épreuve assez importante pour un homme de la noblesse mais cela devenait réellement plus compliqué lors du galop. Il arriva pourtant apaisé, calme et serein tellement la fusion entre le cavalier et la bête était intense. Ils se postèrent face au Duc, fièrement.

« - Cela fait bien longtemps que je ne suis sortis. Si tu connais une bonne taverne, je te suis. C’est le moment de redécouvrir Paris. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfyiel Sweihtter
Duc
Duc
avatar
Messages : 140
Date d'inscription : 05/05/2011
Localisation : Il fut un temps, où j'érrais dans les ténèbres obscures de souvenirs passés ...

~Etat civil~
Race :: Lycan - Sang pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Dim 28 Oct - 20:21

« - Cela fait bien longtemps que je ne suis sortis. Si tu connais une bonne taverne, je te suis. C’est le moment de redécouvrir Paris. »

Le noble hocha sensiblement la tête, puis exerça une légère pression de jambes sur les flancs de sa monture qui se mit alors à avancer d'un pas calme et assuré. Quelques branchages échoués au sol craquèrent sous ses fers. Sa sombre robe était parsemée de flocons neigeux, à l'exception de sa croupe qui était recouverte par le manteau hivernal de son cavalier dont l'esprit vagabondait parmi les titans de la nature auréolés de brume.
Tant d'hivers s'étaient écoulés depuis la disparition de Jâde, depuis la dernière fois qu'il avait revu le Seigneur Hëthélaon, qu'il avait cessé de les compter ... Car en son cœur, l'hiver était rude et la neige n'avait jamais cessé de tomber ; les flocons pleuvaient toujours tels d'épaisses gouttes de sang, étouffaient la terre qui jadis était verdoyante sous cet amas de haine sanglante et de froid désespoir.

La séparation des deux nobles après la mort de Jâde n'avait laissé qu'une plaie ouverte qui n'était encore à ce jour parvenu à se refermer et qui n'y parviendrait probablement jamais. Ce sentiment d'abandon qu'il avait subit de la part de Kildos, qu'il considérait comme un frère, l'avait rongé jusqu'à ne plus devenir qu'une relique ensevelie sous les froids gravas de son être. Précieusement enfermée dans la pierre froide de son cœur, elle cherchait aujourd'hui à se libérer de cette toile qui préservait Wolfyiel de ces douloureux souvenirs, de cette réalité qu'il tâchait d'un sillage pourpre pour apaiser son âme tourmentée et venger sa défunte bien-aimée.

Et aujourd'hui, alors qu'ils s'étaient à nouveau retrouvés devant celle qui les avaient réunis quelques années plus tôt, alors qu'ils marchaient côte à côte sur le sentier dessiné à travers la forêt, les mots venaient à manquer. Les feuilles se soulevaient, les pierres roulaient sous le clapotement léger que produisaient les sabots des deux chevaux ébènes, mais aucun des deux cavaliers n'osait prendre la parole en premier.
Une âme dévastée qui n'aspirait plus qu'à la vengeance, qui vouait sa vie à faire couler le sang impur des infectes créatures nocturnes de ce bas monde ; Un loup sanguinaire qui marchait dans l'ombre de la mère-lune à la recherche de sa proie ; Un sombre guerrier solitaire qui errait à travers les méandres de ses pensées chaotiques. Voilà ce qu'était devenu le Duc de Stuttgart.

Devant eux, un sentier de terre battue ne tarda pas à se dessiner. Les arbres semblaient leur ouvrir le passage, la dernière avancée jusqu'à la civilisation que le cheval au pas rejoignait de ses enjambées gracieuses et puissantes à la fois. Juché sur son dos parfait, Wolfyiel demeurait silencieux, enfermé dans un mutisme que ses lèvres ne trahissaient pas tandis que son regard d'ordinaire impassible fixait l'horizon avec une pointe de mélancolie.

Ses doigts se resserrèrent doucement sur les rênes et il expira lentement tandis qu'ils sortaient de la petite forêt. Son souffle devint un nuage de fumée qui se mêla à la brume et disparu dans celle-ci, puis il incita sa monture à accélérer l'allure d'une nouvelle pression de jambes. L'animal se mit alors à trotter, et le noble assit suivit naturellement ses mouvements. La taverne n'était pas bien loin. A cette allure, il y seraient en peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kildos Hëthélaon
Comte
Comte
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 26/07/2012
Localisation : De là où les terres sont embrasées et les lacs asséchés.

~Etat civil~
Race :: Lycan, Sang Pur
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   Ven 2 Nov - 17:20

Ce bois fut un repos mérité et une forme de réflexion sur toutes sortes de choses.
Les arbres hivernaux, dénudés de leurs feuilles, avec leurs formes attristées, leurs branches comme mortes donnaient au paysage un aspect lugubre et pourtant les hommes s'y sentaient presque en sécurité. Ce caractère strident et ces courbes aigües étaient les protecteurs des loups depuis des décennies et continueraient de l'être.

Mais comme toute chose, le bois prit fin et la confiance laissant place à un peu plus d’inquiétude face à ce qui allait se passer maintenant. Wolfyiel et Kildos seraient confrontaient à la réalité de leur vie en ce jour. Ils seraient opposés l'un à l'autre devant maintenant mettre les cartes sur la table, s'expliquer et soit gagner, soir perdre ...

[Suite dans le centre-ville : Paris, lieu de perdition]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un endroit charmant pour des retrouvailles   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un endroit charmant pour des retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La ferme, un endroit paisible? Pas sûr... [Libre]
» Un coin tranquille pour discuter
» Parce que la rivière est l'endroit parfait pour une jument solitaire...
» Le Lex, quel endroit charmant.
» Un endroit tranquille pour réviser ses BUSE... Enfin, c'est ce qu'elle pensait. [PV Matthew]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Paris_la_capitale :: ~Le Cimetière~-