Partagez | .
 

 A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Jeu 11 Oct - 16:28

DEVALENTI ARIANE





Rin Kagamine is mine.
    IDENTITÉ :


    Nom : DeValenti, un nom de famille s'inspirant de "Valentine" mais qui bon, avec le temps à perdu son "ine"
    Prénom: Devine ! Bon non je suis de bonne humeur Ariane,Gabrielle
    Age : 22 ans ( enfin sur les papiers...)
    Date et Lieu de Naissance : Boulogne-Billancourt, Paris, France un 16 janvier !
    Orientation Sexuelle : On va dire que je préfère les hommes (enfin je crois)
    Nationalité: Française !
    Groupe : Noble
    Classe Sociale: Comtesse si possibleeee




La perfection à un nom :

"Quelle beauté... quelle joie de vivre... cette souplesse, cette élégance et regardait moi cette robe à la pointe du goût !"


La rousse murmure à voix basse devant l'émerveillement de sa douce amie

"Pas étonnant, cette jeune fille que voyer vous, peut du jour au demain vous bannir du monde des nobles, elle est véritablement influente, même pour la mode, chaque fois que mademoiselle se déplace toutes les femmes censées vont s'acheter tout ce qu'elle porte !"


Hihihi, il faut des gens pour influencer la mode non ? Eh bien j'en fais partie, je connais toutes les bonnes adresses, les grands couturiers se bousculent pour me demander

"S'il-vous plaît ma magnificence portez-moi ma robe"

Oui, car une fois qu'un petit couturier me fait porter sa robe il devient riche, c'est surprenant surtout quand on sait que je n'ai rien d'une reine ou d'une princesse, je suis tellement petite que ça me désespère, je pense frôlait les 1m63, c'est triste vraiment, oui merci pour le mouchoir *pleurniche* en parlant de mon corps, vu ma petite taille, je suis mince, très mince, à cause de mes cours de danse peut être ? Sans doute, passons, j'ai un corps donc svelte et fin et une démarche gracieuse comme les petits lutins de Bretagne, il n'est pas rare de me voir sautillé un peu partout, sinon je ressemble vraiment à une enfant de 14 ans, alors que j'ai 22 ans, ça surprend tout le monde quand je prononce de mes lèvres d'un rose pâle " 22 ans", puis bon de toute façon en demande pas à une demoiselle son âge, nah !

L'une des premières choses que l'on remarque quand on m'aperçoit ce sont mes grands yeux bleus océan en amande. Un bleu se mariant parfaitement avec les capes des hommes D'AILLEURS *yeux en coeurs* SÉRIEUSEMENT CETTE CAPE EST MAGNIFIQUE, JE LA DÉSIRE ARDEMMENT, oui oui je me calme, on n'est pas là pour parlementer sur la mode (malheureusement). J'ai une peau pâle bien trop pâle, certains disent que le soleil ne m'aime pas et ils n'ont pas tort, j'ai beau essayer de prendre un peu de couleur pendant les mois d'été rien n'y fait ma peau demeure d'une blancheur telle que l'on pourrait dans mon sommeil me confondre avec un cadavre *ravale sa salive* un cadavre ... *traumatisé*

Je suis souple et élégante, j'ai une marche assurée et des yeux tantôt démoniaques tantôt angélique, cela dépend de ce que je désire, car tout ce que je veux je l'ai, hum. Que dire de plus ? Ah oui je rougis vraiment facilement un petit compliment et hop mes joues se colorient d'un rouge pourpre, parfois j'essaie de me contrôler, mais je n'y arrive pas, certains trouvent que c'est vraiment mignon, mais moi je veux pas être mignonne, je veux qu'on me prenne au sérieux, mais c'est dur dans une société où tout se fixe sur les fesses et l'argent. Parlons de mon sourire maintenant !!! J'ai un joli sourire qui prend la moitié mon visage, que je sourie sincèrement , un sourire qui fait des ravages et des jalouses "mais pourquoi cet être stupide sourit tout le temps ?" telle et la question que je me pose depuis longtemps, Ariane c'est un peu la bonne humeur de tous les jours, cette personnalité rayonnante plaît à énormément de gens encore heureux !

Maintenant je vais décrire mes cheveux, même si je ne trouve pas de quoi débattre là-dessus, ils sont fins (malheureusement) et doré, les gens s'amusent à me faire des coupes, des tresses même si cela est un peu dur, car mes cheveux se coupent vers mes épaules, par contre pour une chose où je ne suis pas complètement malchanceuse mes cheveux dorés sont soyeux et doux et puis ma coupe encadre bien mon délicieux visage de forme ovale, mes jambes sont fines aussi, ce qui m'arrange quand je porte de longues robes. Car j'ai un style de robe bien à moi, le genre de robe à froufrou avec de la dentelle un peu partout avec des noeuds, des couleurs vives, fabriqué avec des tissus coutant énormément d'argent et élégant, des robes à motifs avec des roses, ou ce genre d'accessoire, oui, car vous l'aurez compris j'aime les accessoires, j'aime quand ça fait " extravagant" et " excentrique" car ça me va tout simplement à merveille et que les gens se retournent sur mon passage, j'attire les regards, j'attire les sourires et j'attire les gens bien, juste pour ça je me trouve un peu plus chanceuse même si je suis maudite.



Mon dieu il ne vaux mieux ne pas savoir à quoi je pense :

▬Quand elle s'énerve elle se met à traiter tout le monde de légume
▬Elle pleure pour rien " je... je suis désolée j'ai mangé votre salade " "ce n'est pas grave ma dame" "Ah merci je peux manger le reste alors ?" enfin, elle sèche vite ses larmes aussi.
▬Quand sa colère gronde les murs bougent
▬Elle déteste dire à quelqu'un qu'elle l'aime
▬Elle croit au truc bizarre et se voit carrément bouillir des crapauds, en gros plus c'est chelou plus ça la scotch.
▬Elle chante tout le temps surtout quand elle s'ennuie
▬ GROSSE RADINE <-- elle est sympa, qu'avec les mendiants, vous êtes riche et beaux/belles vous PAYER.

"Aujourd'hui je voudrais une nouvelle robe" "Aujourd'hui je voudrais des nouvelles chaussures" "Aujourd'hui je voudrais sortir" "Aujourd'hui je voudrais m'amuser"

Oui je sais, je suis agaçante, je suis énervante, mais bon je ne pouvais pas être parfaite *tousse*. Oui j'ai beaucoup de qualité si on oublie que je suis une peste demandant toujours trop de choses avec de petits yeux * pleure* mais j'ai bon fond bien sûr ! Je suis toujours trop gentille avec la population, souriante, bienveillante, bien élevée, oui je ris trop fort et je tiens fabuleusement mal l'alcool, mais ce n'est que des détails huhuhu, car je suis la merveilleuse A RI A NE. Oui je sais l'arrogance ne tue pas, encore heureux *sourire démoniaque* herm donc je suis le genre de femme avec toujours un mot la bouche, je ne m'arrête jamais, je peux vous parler pendant des heures juste en parlant des betteraves du jardin de mon voisin et avec des yeux pétillants bien sûr et oui j'adore parler, j'adore habiller les jeunes filles (ou les jeunes hommes huhu) avec de somptueuses robes, le travestissement c'est M A L mais allez dire ça à ce qui me sert de cervelle " TU ES FABULEUSEMENT BEAU DANS CETTE PETITE ROBEEEE" "Arianeee s'il vous plaît rendez-moi mes vêtements, je vous en supplie !!!!" <-- mon majordome.

J
e m'emporte souvent pour des bagatelles, je piaille aussi pour des enfantillages, souvent (oui oui je suis BIEN une adulte) on me voit taper des pieds "NONNNNN JE NE VEUUUX PAS ME PROMENER CE MATINIIIII EUUUH " et faire des caprices, mais pis encore je suis une flemmarde pure, qui d'un jour à l'autre peut adorer la douce chaleur du soleil et un autre jour la détestait pour préférer la sombre pluie. Certains disent que je suis d'une folie rare, ils n'ont pas tort, car mon péché mignon ce que j'aime le plus c'est exactement l'amour interdit, la douce passion, le ROMANTISME PARDI, L'ÂME SOEUR, LA DESTINE, oui je suis complètement amoureuse des querelles entre deux amoureux PLUS C'EST INTERDIT MIEUX SAIT- J'aime aussi les ragots, douuux ragot quand tu nous tiens ~ je suis au courant DE TOUTES LES RUMEURS, DE TOUT CE QUI SE PASSE bien avant le reste du peuple, pas étonnant pour une femme à la mode comme moi ! - je m'amuse même moi-même à colporter certaines rumeurs qui en vaillent la peine, pour cela que tout le monde sait que s'ils veulent tuer la réputation d'une personne, ils n'ont qu'à venir voir la beauté que je suis *toussote*, en plus des ragots, je suis une femme qui FAUT SUIVREEEE, à chaque déplacement une horde de femmes viennent regarder ma tenue... et se l'acheter, je suis à la pointe de la mode, tous les grands couturiers veulent travailler pour moi héhéhé.

Lors des soirées vous pouvez être sur je suis à l'affut de la moindre chose à pouvoir raconter, au grand bonheur de mes riches amis. C'est justement au cours de ces petits "zieutage" que j'ai remarqués avec une extrême angoisse, que j'aimai voir deux hommes ensemble et que je fantasmais même à en mettre en couple. Une fille noble comme moi ayant pour attrait l'homosexualité, mais bon je ne le répéterais jamais assez : plus c'est interdit mieux sait HAHAHAHAHA *complètement folle *

"Ariane vous nous avez fait un drôle de dessin"
" C'est de l'art mon ami !"
"Et cela représente quelle chose au juste ?"
"Deux bonshommes se livrant à l'amour."
Huhuhu, j'ai du mal à retenir mes gloussements, il me regarde choqué
"DEUX HOMMES VOUS DITES ?"
"Bien sûr, vous êtes sourd ma parole ?"
je reprends
"Et non au fait ce n'est pas une question très chère.
"* tousse*

J'aurais dû être un homme m'adonnant aux péchés de la chaire HOHOHOHOHO
"Ariane?"
"Oui monsieur je me calme"


Donc reprenons, je suis aussi d'une niaiserie telle que si on me disait " j'ai vu un homme faire de la magie occulte !" j'y croirais, mais vraiment. On profite de ma stupidité pour me faire avaler d'énormes salades " LES CRÉATURES DE LA NUIT EXISTEEE" "je le savais" " c'était une plaisanterie...." "..." Après tout je crois au monde des ténèbres, je crois à la magie et je suis tellement superstitieuse qu'en fait, touché un chat noir ne me dérange pas - non mais faut pas exagérer, le chat noir suppôt de Satan ? ET MOI JE SUIIIIS QUOI S'IL VOUS PLAIT ? Une adorable petite chose bien avidement. Je chante aussi souvent., toute seule je m'invente des chansons poétiques je m'ennuie tellement vite que je m'invente tout et n'importe quoi pour me distraire, pour ça que je me suis mise à un tas d'instrument dont je ne maitrise rien, que je me suis mise à écrire des phrases poétiques, à dessiner & à chanter, je change rapidement d'avis et oui je suis une jeune fille lunatique. Me voir pleurnicher sera une habituelle pour vous, ou me voir m'enflammer tout de seule quand je prépare des plans diaboliques, avec mes amies louches. J'ai un odorat aiguisé je sens la magouille à des kilomètres, je sens les gens louches et je sens aussi quand mademoiselle Ariane doit se la fermer - je ne vais pas parler de fruits de mer provenant de Bretagne avec un homme qui préfère parler de galipette. (quoique) dans mon imagination

"Aimez-vous les moules ?"
"HEHEHEHE oui je les adore"
<-- perversité découverte.

DERNIER POINT : MA MALÉDICTION


J'ai tellement la poisse que sérieusement je pense être maudite, mais pourquoi ? POURQUOI ? Quand je dis que je suis maudite ce n'est pas une blague, quand il m'arrive de la chance quelque chose gâche tout, ou un truc fait toujours balayer mes efforts, regarder un exemple ; j'étais invité à un bal depuis des mois je me préparais pour être LA reine de la soirée et à moment où je rentre et tous les regards sont braqués sur moi je trébuche sur ma robe et me rattrape avec justesse à mon compagnon, tout le monde éclate de rire pendant que moi je suis rouge de honte. Voilà c'est quoi ce mot pour les gens pour moi ? MALADROITE, d'une maladresse alarmante, les gens comme moi on devrait les enfermer, car JE SUIS une catastrophe ambulant "oups excusait moi cher homme" "oups excusais moi pour vos chaussures madame " "poussez-vous... JE VAIS TRÉBUCHER !!!" Mais le plus incroyable c'est que souvent ce genre d'ânerie tombe un jeudi ou un mardi, je suis maudite je vous l'avais dit, il me faudrait quelqu'un qui est toujours là pour rattraper mes bourdes.




Le sister complex c'est M A L

Préface

"Dans ce décor parfait de la petite enfance bourgeoise se cache une part d'ombre"

Malheureusement j'ai eu depuis 22 ans une vie banale, sniff... Je vous remercie une fois de plus pour ce mouchoir. Je n'ai pas eu une naissance mystérieuse, je n'ai pas été adopté non plus, je suis tellement banale que c'est pour ça que la vie des autres m'intéresse, tant quelle m'amuse et me fais fantasmer un peu... AHAHAH je rigole, j'aime bien faire ma malheureuse comme ça les peuples se disent " la pauvre demoiselle", en fait je n'ai rien à envier des autres depuis mon enfance je suis choyé par mes deux parents qui me décrivent comme un "don du ciel". Je suis née dans la demeure familiale un jour de neige, un jour où il fait astronomiquement gelé à Boulogne-Billancourt, une sorte de petite bourgade à 2 heures de Paris seulement (à pied !). J'ai reçu là-bas une éducation digne des princesses

« Marchez, relever votre buste, regardé moi droit dans les yeux, cesser de jacasser, ne marchez pas sur votre habit!! »


Dans ce décor parfait de la petite enfance bourgeoise se cache une part d'ombre, une épine dans le pied : mon frère. J'ai souvent eu pendant l'enfance l'impression d'être fille unique - Il ne me ressemble en rien, normal nous n'avons pas les mêmes mères, la sienne est morte et la mienne a pris sa place. Depuis 30 ans mes deux parents s'aiment, mon père a honte de l'avouait, mais il a toujours été amoureux de ma mère pour qui il a eu le coup de foudre, une petite blonde à la peau douce et pâle, inutile de dire qui je tiens huhu. Mon père avait s'était marié des années en arrière vers ses 23 printemps à une délicieuse jeune femme, qui avec les années était devenue une brune au visage blême, trop souffrante pour aller au soleil ... Ses dernières heures de vie furent abominables, morte d'une terrible grippe... De cette union désastreuse naquit donc un héritier, ressemblant à mon père trait pour trait, un petit garçon du nom de Nathaniel, un enfant bien élevé (devant les autres) pas très bavard et surtout toujours esseulé, sa passion était les combats et il y avait pas plus blessant, condescendant, dédaigneux hautain que lui, il regardait les autres de haut, même sans aucun mot échangé on voyait qu'il dégageait cette aura de supériorité bien au-dessus de la moyenne, il me terrorisait enfant, à l'âge de 3 ans je me cachais quand je le voyais, c'est pour vous dire comme ses yeux sont transperçants. J'étais son souffre douleur, il adorait m'embêter, il ne parlait qu'à moi, ne jouez qu'avec moi et avait cette manie de me rabaisser quand nous étions en public, moi, sa soeur, qu'il déteste profondément. Un extrait de mon journal montre bien la détresse dont il me plongeait

"Je le déteste, je le déteste autant qu'il me déteste, je n'ai pas voulu de ce prénom donc pourquoi continue-t-il de me tourmenter ainsi ? Je le lui ai dit "Si tu ne m'aimes pas cesse de venir me voir"
Il m'a regardé penaud, sans un mot, il avait voulu dire quelque chose, mais il n'a fait que se pinçer la lèvre inférieure et tournée les talons vers notre demeure familiale, lâche ! "


C'est pour déculpabiliser que mon père m'a donné le prénom de sa première femme, une raison de plus pour que son fils ainé de me détester ardemment, imaginez appelé votre sœur par le même prénom que votre mère décédée.

Mon frère dès qu'il a pu et parti faire son service militaire, voulant rejoindre la garde rapprochée de la couronne de France il s'est installé à Paris - avec moi - Oui,car sort le mouchoir, ON M'A CONGÉDIER DE CHEZ MES PARENTS.


Chapitre1

"C'était un matin comme un autre "

Ma personne prenant le thé sur le balcon marbré.
« Vos parents mande à vous voir, mademoiselle Ariane»
La voix grave de ma nourrice me décollait doucement de ma boisson
« Puis-je terminer de siroter mon thé à la menthe ?»
« A vous de voir avec vos parents ...»

Je venais de jeter un regard noir à Marine, en décollant mes doigts de ma tasse en porcelaine.
«S'il doit en être ainsi» <-- oui notait l'ironie de ma voix.

Elle m'avait conduit en toute innocence devant mes géniteurs, dans la pièce de séjour, ma mère était parfaitement installée sur notre canapé provenant des Amériques elle se livrait à des jeux de logique, pendant que mon père était de dos, regardant par de là, la fenêtre les paysages éméché de l’automne. Je toussotais pour faire part de ma magnifique présence.

«Donc...» Je ne finissais pas ma phrase attendant une explication qui m'éclairerais sur la besoin de ma présence en ce salon. Mon père se retournait avec sérieux " nous avons décidé de t'égarer dans le foret dès maintenant" je croyais comprendre de la façon dont il me regardait, non sérieusement c'était un véritable choque, depuis QUAND MA MÈRE S'ADDONER A LA LOGIQUE ET MON PÈRE ÉTAIT AUSTÈRE ? Mes yeux roulaient par terre, les questions " Quoi, comment ?" défilait en boucle dans mon esprit, alors que mon père continuait de me regarder avec calme en m’énonçant tout bonnement

«Tu iras loger chez mon fils»
Fils, fils, fils...
« Parlez vous de Nathaniel, père ?»
Je disais en me pinçant la lèvre
«Non, du curé» <-- noté l'humour de mon père.

Aucun mot ne sortait de mes petites lèvres roses elle se courbait juste pour faire un (b] "o"[/b] poétique , pas comme si mon frère me détestait , assurément... Je voulais m'enfouir à grande enjambée.. Mais malheureusement je devais subir. Pourquoi MOI ? Je voyais bien que mon père était manipulé par... *suis son regard* cette magnifique femme assise en feignant de se concentrer sur un jeu stupide dont elle ne comprenait sans doute rien *regard noir*. Père voulait voyant ma soudaine décomposition me saisir dans ses bras, mais ma génitrice le toisait d'un regard noir , je le savais, c’était ELLE. Il reprenait.

«Hum comment me justifier, vous comprenez ma fille, Paris...»
Je le coupai rapidement dans son long déballement, tout était clair maintenant, je n'étais pas dépourvu d'intelligence. Avec mon index je faisais geste de silence
« Dois-je traduire Paris avec épousailles , mère ?»

J'étais de dos, mais elle avait très bien pu ouïr ma question qui lui était destinée, je l'entendais glousser comme une dinde. Mes dents grinçaient

«IL NA PAS RAISON DE SE BIDONNER, MÈRE»

Elle me regardait les mains sur le coeur fantasmant sur son unique enfant devant l'église mariée à vie avec un riche monsieur, elle me ressemblait tellement que mon coeur allait lécher. J'avais envie de faire tomber les larmes car je savais que quand mère était ainsi je ne pouvais plus rien faire sauf faire de ses désirs un ordre, c'était un être diabolique, un diablotin sur terre venu me pourrir tout bonnement ma misérable existence d'humaine. Pour ma génitrice ne pas fiancer son unique fille était pour elle CATASTROPHIQUE, plus que les gens mourant de faim visiblement
« à votre âge, la bague était déjà à mon doigt »
Me glissait-elle pour me dire " les filles de ton âge ont des enfants" Que pouvrais-je bien répondre aux paroles de ma sainte mère ? Que je cherchai le grand amour comme celui dans les livres romantiques ? Que je croyais au destin et au coup de foudre ? bêtise.

« Qu'il en soit ainsi, si vous ne désirez plus de votre seule et unique fille ! »

Les larmes me montaient aux yeux et ma gorge se nouait au fur et à mesure que je pensais à mon départ imminent de chez mes géniteurs, je maudissais faire quelque chose que je n'aimai pas car, je me sentais inférieur, mon père voyant ma détresse me prit avec tendresse dans ses bras de vieil homme, en essayant de me rassurer sur cette ville qu'est Paris, il me chuchotait tout bas

«Tu te distrairas, tout le monde t'estime à Paris ! Anne-Marie sera là pour ta gouverne , en conséquence tout iras pour le mieux »

Je ravalais un sanglot, en demandant un mouchoir de la main, Anne- Marie est la femme complètement détestable de mon frère qui me déteste autant que lui me déteste, j'étais damnée, qu'est-ce que je pouvais déclarer à mon père ? "Anne marie me déteste autant que votre fils, je vais devenir Ariane le dindon de la farce chez eux", je regardais d'un air suppliant mon géniteur

«En réalité, si je me rends là-bas, c'est aussi pour tenir compagnie à cette femme?»
Mon père hochait la tête
[color=indianred]«Elle se sent délaissée ton frère est constamment en sortie, il m'a sollicité en personne pour que vous teniez compagnie à sa femme, vous savez bien ma fille, qu'en ce moment votre belle soeur n'a point de fréquentation »
J''avais envie de ricaner, car mon père disait[b] " elle n'a point de fréquentation
mais en réalité elle n'en avait point ! Elle avait attrapée le fiancé de sa douce amie Louise ! Bon ce n'est pas un argument convainquant pour haïr de la sorte ma belle soeur, mais j'avais ouïr dire qu'elle s’intéressait surtout à la trésorerie de la famille Devalenti et à son terroir, une véritable mine d'or, jalousé par toute la noblesse , que par mon causajhg Je ne voulais bien évidemment pas manquer de respect à mes parents ils m'avaient tellement donné, je n'allai cette fois-ci pas faire un caprice, je demandais doucement comme un chuchotement
« Dois-je m'habiller maintenant ? »
Je n'osais pas croiser le regard de ma mère, j'étais tellement attristé, que même cette marâtre était peinait, elle tendait son gant dans ma direction m’invitant ainsi à venir l'enlacer, je secouais la tête en signe de négation elle me lançait avec souffrance
« M'en voudrait tu Ariane ? Mais je ne pense que à ton bien-être ma douce fille...»
Sa comédie ne marchait pas sur moi, je la regardais avec des yeux soupçonneux en séchant mes "fausses larmes"
« Quand auras lieux mon départ ?»
Pas que ses futilité m'ennuyait bien sûr mais toute cette scène me fatiguait. Ma mère levait les yeux au ciel
" Voudrais tu nous quitter maintenant ?" Je renchéris tout simplement comme une grande comédienne
"J'accepte ma destinée." Mon père ne voulait pas attendre que je change d'avis pour m'énoncer en me poussant dans les bras de ma mère
"Qu'il en soit ainsi !!! dès 18heures vous quittez la demeure familiale ma fille !!"
Il dansait presque, comme si ça allait être des jours de festiviter et de frivolité, sans ma personne dans cette maison. Oui je l'avoue j'avais envie de faire gronder les murs mais je ne le fis pas, car j'étais une demoiselle (enfin pour l'instant car avec ma diablesse de mère... *pleure*)
PÈRE INGRAT. Et dans mon moment de ronchonnerie je demandais sans être entendu
" ça ne serais point trop tôt 18heures ?

Chapitre2

"Il avait eu une façon de prononcer le mot"ma soeur" d'une façon si mal-sainte que soudainement, je commençai à avoir effroyablement froid"



«Au revoir ma fille !»

Oui, oui c'est cela. Je leur tournais le dos à ses parents ne méritant pas une fille comme moi (Herm). Il faisait beau, ça me déprimait (légèrement bien sûr) car normalement il aurait dû faire très mauvais comme dans les romans, l'héroïne serait partie de sa demeure avec le tonnerre qui grondait à en arrachait les arbres et pour finir cette tempête aurait balayé la maison de son frère et de son insupportable épouse, bien sûr elle aurait fait semblant de pleurer à chaude larmes. Non à la place il faisait chaud. J'étais habillé d'une longue robe blanche et d'un collier qui allait bien en strass avec mon corsage, oui oui je sais on s'en contre fiche, mais je devais le dire ça m'occupe l'esprit.

Je montais dans mon carrosse en boudant, je voyais mes parents agiter leurs mains sur les marches de nos escaliers marbrés, je les ignorais en grognant un « pffff » . Le carrosse démarra et je ne pus pas contenir un loooooong soupirement en voyant le paysage de mon chez moi défilait pour me montrer le paysage de Paris, cette ville magnifique... à quelques détails près, les arbres se faisaient plus grands, plus impressionnants, j'entendais les filles de joie faire des révérences pour se moquer de la noblesse, je me pinçais les lèvres comment peut ton laissé des femmes ce prostituer ? Je détournais la tête, pas étonnant la maison de mon frère était près d'une maison close *soupire*, le voyage n'avait pas été long, encore heureux, j'avais tendance à être malade pendant les longs trajets, vous voyez la tête qui tourne, l'envie de rejeter par la bouche son repas... BREF passons, nous arrivions dans la petite demeure bien bourgeoise d'Anne-Marie et son époux, une bâtisse à la pointe du goût à Paris, pour ça je ne pouvais pas critiquer même le jardin avait l'air splendide. Déboulant dans la cour, comme je m'y attendais que trop bien ils ne m'attendaient pas dehors avec un sourire chaleureux, non j'entendais juste de loin les servantes dire complètement affolé

« MADEMOISELLE ARRIVE !!!!»


Comme si on m'avait oublié... Puis je voyais en descendant de mon carrosse, un fou déboulé dans la cour, ce fou-là avait la chemise blanche à moitié dégrafer, je clignais des yeux

« Mon frère ?»

Ma voix était partie dans le faux. Non... attendez depuis combien de temps je ne l'avais pas vu ... ? Seulement 5 ans ! Il s'était coupé les cheveux et avait pris du muscle, je pensais le voir habiller dans de nobles habilles en me lançant des regards distants et froids, mais je voyais qu'il me regardait comme le messie et qu'il était complètement débraillé, c'était louche. Sa femme arrivée peu de temps après à ses côtés les lèvres légèrement gonflées par un baiser, je ravalais ma salive, je ne préférais rien dire surtout quand je croyais voir mon cher frère m'invitait dans ses bras, moi celle qu'il détestait, il voulait m'étreindre comme si nous avions été les frères et soeurs les plus proches du monde « oh mon dieu oh mon dieu ». C'était VRAI -lui- moi- ses bras je ne rêvais pas et je ne pouvais pas rejeter mon frère en lui disant « désolé mon crabe je ne t'aime pas !» surtout pas devant tout le monde et SA STUPIDE FEMME, je fermai les yeux "courage" en arborant un visage terrifié et plein de dégout je m'avançais lentement vers cet homme en comptant jusqu'à 3, 1...2...

« AHHHHHHHHHH !!! »

Je trébuchais en me rattrapant avec justesse... à sa chemise débraillée, arrachant ainsi tous les boutons de sa chemise en passant (vous auriez vus les regards de sa femme) voyant ma lenteur de limace mon frère n'avait pas hésité à me faire basculer sur lui avec son bras, gênaient je m'excusais 1000000 fois alors que ma tête tapait contre son torse dure comme la pierre, je comprenais pas ce qui se passait « suis-je chez les fous ?» Anne -Marie regardait impuissante cette scène, commençant à sangloter (je ne sais pourquoi), elle courut comme une folle jusqu'à sa chambre en pleurant. On l'entendait maltraiter les domestiques de quelques insultes, Anne-Marie me laisser ainsi seule avec un frère que je ne reconnaissais pas était-elle, elle aussi folle ?. Nathaniel regardait vers sa maison légèrement distrait avant de rapporter son attention sur la petite chose qui lui écrasait les pieds - c'est-à-dire moi me relever le visage avec son index en me regardant d'un air si doux que je détestais déjà

« Me dévêtir de la sorte, peut être très mal vu ma soeur »

Il me chuchotait cela comme si c'était moi qui avais provoqué cette situation, sans parler qu'il puait l'alcool... Voyant que je me débattais il passait ses longues mains blanches sur ma taille, me serrant fermement contre lui, il approchait son visage du mien comme hypnotisé, j'étais tellement en colère et à la fois tellement sous le choc que mes mains ne bougeaient pas, je ne pouvais pas l'assassiner de coup, donc je fisse ce que je faisais de mieux : pleurer, les larmes commençaient à tomber toutes seules, il eut en réaction juste un petit sourire mesquin, en me lâchant comme un vulgaire jouet. En partant il me contempla de la tête aux pieds afin de donner un ultime coup à mon ego

« bien trop plate »

TINLALA une flèche se plantait dans mon pauvre petit coeur, pleine de colère je lui disais de loin en hurlant bien fort avec les larmes aux yeux

« Triples andouilles ! Aller consoler votre femme au lieu de faire l'imbécile et d'empester l'alcool !»

Il se retourna vaguement, j'avais visé ou ça faisait mal, un sourire triomphant m'illuminait, je l'entendais me dire avec le même sourire

« Vivre ensemble risque d'être fort intéressant, ma soeur »

Je restais marbré dans le sol, il avait eu une façon de prononcer "ma soeur" d'une façon si malsaine que soudainement je commençai à avoir effroyablement froid, c'est à ce moment-là que l'inverse avait décidé de tomber, me trempant complètement jusqu'au os, il était devenu fou, quoique c'était peut-être juste moi qui avais perdu l'habitude d'être à ses côtés « Pourquoi suis-je tétanisé de la sorte, alors ? » Telle était la question.

Chapitre3

"Quand les mois passent"


Après mon arrivée désastreuse, mon frère m'évita comme la peste, ça me rassura, il était bien Nathaniel DeValenti. Il s'était le lendemain matin vaguement excusais avec ce regard froid qui me faisait mal aux yeux « je ne tiens pas l'alcool » ( je l'avais remarqué *tousse* ) je me serais bien bagarré avec lui comme dans notre enfance, mais il y avait quelque chose qui depuis ce jour-là avait changé entre nous, enfin surtout de son côté pour moi c'était toujours la même chose, il semblait être gêné quand il me présentait aux fous qui ne me connaissaient pas, il changeait vite de sujet, je savais ce que ressentait Anne maintenant *soupire*

En tout cas je croyais que vivre avec un couple allait être dure, vous devez savoir pourquoi... Les bécotements, les je t'aime, les scènes d'adieux dignes des plus grandes tragédies et les bruits le soir qui m'aurait fait remuer toute la nuit dans mon lit en me bouchant les oreilles comme une enfant trop pudique... Non c'était pas cela avec Anne-Marie et mon frère, ils ressemblaient à des étrangés tous les deux. Nathaniel s'absenter souvent le soir , avait-il une maitresse ? Un jour Anne-Marie m'en fis pars « Il ne me frôle que quand il est sous effet de quelconque boissons, son coeur semble ailleurs , son âme et ses yeux trahissent l'amour pour une autre femme » j'essayais de la rassurer (enfin j'essayais, car je suis piteuse pour consoler les âmes en peine) mais que pouvais-je bien dire ? " De toute façon ma pauvre belle soeur, seule la folie vous hante, c'est la seule explication pour votre amour dérisoire envers un être frigide comme mon frère, donc débrouiller vous toute seule » NON j'étais Ariane, la douce, la gentille, la sainte (enfin pour ceux qui ne me connaissent que de vus et de racontars huhuhu) Pour la réconforter je lui disais des mots qui plaisait à ses oreilles « Blabla c'est impossible blabla il est trop frigide pour avoir une maitresse blabla j'en suis sûre qu'il vous aime blabla je peux le surveiller j'ai que cela à faire de mes longues journées dans cette bâtisse BLABLA.. »

Et oui ! Anne-Marie et moi étions devenus "intime", depuis qu'elle m'avait raconté la vérité sur sa meilleure amie Louise, je ne pouvais que être présente pour celle que je découvrait depuis peu comme une belle-soeur. Luise avait créé une réputation à Anne-Marie tellement rabaissante que la pauvre ne sortait plus de sa demeure, recluse comme une créature de la nuit, elle ne pouvait même plus accompagner (au grand bonheur de mon frère) son mari aux bals et autres convivialités, je devais "la remplacer" lors de ce genre d'événement important ce qui lui plaisait, car je pouvais surveiller Nathaniel de près, même de très près, je devais faire de long rapport je n'avais même plus le temps de suivre les rumeurs du moment *pleure*

« Je m'ennuie » *baille*
« Ne soyer pas d'humeur lugubre et morne, dansait avec moi ne vous réjouit donc aucunement? »
Bien sûr que ça ne me plaisait pas. J'écrasais ses pieds avec énergie, je prenais un sourire angélique feignant l'innocence
« J'adore danser avec vous mon frère aimé »
Il partit dans un fou rire, je décidai d’écrasais avec plus de vigueur ses chaussures « mangez ça, mangez ça Nathaniel » *rire sadique* <-- oui la vengeance est un plat qui se mange froid, MAIS il m'énervait à rire pour bagatelle.

Tout espionnage à une fin... Et elle prit fin le jour où Nathaniel devenait de plus en plus bizarre... Une soirée, quand il me plaqua violemment contre le mur en me demandant ce que je faisais à le suivre comme un petit toutou, je compris à ce moment précis que mon plan stupide " SURVEILLER NATHANIEL" prenait fin à la minute où il plantait ses iris pleins de colère dans les miens. J'eus pour la première fois de vraiment peur de lui, il était dans le même état que le jour de mon arrivée, mais cette fois-ci il n'eut pas de phrase assassine il se contenta juste de renifler l'odeur mon cou doucement, comme un parfum exquis « restez dans mes bras jusqu'à ce que je vous pardonne » m'ordonna-t-il, il reprit plus doucement

« Ariane... »

Et il me prit fermement dans ses bras comme un besoin vital, c'est comme s'il essayait de me livrer un pêchait honteux mais qu'il hésitait à m'en faire part, mes ongles se plantaient dans sa veste et nous restions enlacés sans un mot

« Je...» il se mordillait la lèvre avant de se reprendre « Je ne peux pas rester près de vous »

Et il me lâcha en s’éloignant loin de moi, il s'enfuyait en courant vers la sortie, me laissant, moi toute penaude et pleine de colère dans le couloir étroit de la demeure de notre ami, je pense que c'était normal pour une soeur d'être là pour son frère alors pourquoi me fuit-t-il toujours ?

« lâche ! »

Depuis ce léger "incident" je faisais en sorte de réintégrer ma belle-soeur petit à petit dans la société mondaine, car je ne voulais VRAIMENT plus à avoir à faire la fête avec cet être frigide que j'appelle "frère" depuis l'âge de 3 ans. heureusement je n'eus rien à faire pour arranger la réputation d'Anne, car la peste de Louise se retira au nord de la France (en ayant bien sûr mis le grappin sur un riche comte) les amies de Anne-Lise une fois débarrassé de la peste s'étaient toutes mises d'accord pour ce faire pardonner de celle-ci

« Nous sommes désolés Anne-Marie, Louise ne voulait pas que l'on t'approche, nous avions tellement peur de son pouvoir au sein de la cour que nous... »

Anne-Marie ne leur laissa pas le temps de s'excuser un peu plus, trop heureuse, elle éclata en larmes en serrant fermement contre elle, ses amies décidant que le passé c'était le passé. Qu'il en soit ainsi ! AMEN.
Chapitre4

"Une nouvelle vie"


Peu après tous ses événements, mon frère décidait de partir avec son épouse en Bretagne, il m'avait proposé d'aller avec eux sur cette terre, MAIS IL FAISAIT FOLLEMENT FROID LA-BAS, DONC JAMAIS OH GRAND JAMAIS, point. C'était ce jour-là qu'il s'était passé un événement qui avait obligé Anne-Marie à me faire une lettre.

"[...]Votre lien entre votre frère et vous et purement malsain, aujourd'hui je l'ai perçue clairement tout l'amour qu'il vous portait... il semble hypnotisé par vous, oui c'est pour cela qu'au début je ne vous aimais pas, car vous êtes la seule chose au monde qui a valeur à ses yeux... la femme qui vole mon mari c'est vous Ariane, pas une autre ! Je vais essayer grâce à ce voyage d'éloigner votre frère de vous... Ne m'en empêcher pas, au nom de notre amitié [...]"

Anne-Marie me disait explicitement dans cette lettre, que mon frère "m'aimer ?" Non c'était tout bonnement impossible. Dans la suite de cette lettre elle me disait tout ce qu'il fallait faire pendant leurs absences et aussi donc combien de temps il reviendrait... 6 MOIS TOUTE SEULE DANS UNE GRANDE MAISON *pleure* Je me voyais déjà être ami avec toutes les domestiques à ce rythme-là, ah non

"[...] essayé de sortir même si vous n'aimez pas sortir en étant non accompagné[...]"

Cette phrase grrr, oui à partir d'aujourd'hui j'étais une femme indépendante je devais être forte, j'allai faire la fête, m'adonner à la boisson, au sexe et à l'amour. <-- oui bon c'était de l'ironie, j'allai juste élargir mes amis à la cour, il était temps d'être ami non plus avec les petites bourgeoises, mais avec les comtesses, les duchesses, les marquises et tout le tintamarre, GRONDE PARIS, ARIANE ARRIVE !!!

FIN

"A vous d'écrire la suite ..."






WHO I AM ?:


    Pseudo : Herm.
    Age: Je...suis... MINEUR *pleure* enfin j'ai pas moins de 14 1/2 hein.
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: En fait ça faisait depuis longtemps que j'étais tombé sur ce site (avant sa nouvelle version !) et j'avais eu un gros coup de coeur et puis hier j'ai décidé en voyant votre demande de partenariat sur un forum que c'était temps pou moi de vous rejoindre *larmes aux yeux*
    Des Remarques ou impressions?Ouuutch j'adore le contexte & le graphisme originale (sinon je serais pas là °°)
    As-tu lu le règlement ? Bien sûr je stress tellement de faire du HS que je le relie 20 fois, mais par contre je sais pas si j'ai tout le code D8Mais voui ♥ Pas de soucis!
    Code du règlement :
    code:
     


Dernière édition par Ariane G. DeValenti le Dim 14 Oct - 18:05, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mezariel D.de SaintLouis
Marquis
Marquis
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 07/09/2011

~Etat civil~
Race :: Lycan Infant
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Jeu 11 Oct - 17:25

Oh mon dieu.
Une française.
Rin en avatar.
Une humaine...

VIENS DANS MES BRAS QUE J'TE FASSE UN GROS CÂLIN TOI QwQ (Oui je me sentais obligé de te souhaiter la bienvenue sous mon compte avec l'avatar de Len, ce fut plus fort que moi uwu //PAN//)

J'ai bien hâte de voir la suite en tout cas ♥


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melissande A. Sullivans
♥ Comtesse / Adorable Administratrice ♥
♥  Comtesse / Adorable Administratrice ♥
avatar
Messages : 669
Date d'inscription : 06/06/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part en train de rêver...

~Etat civil~
Race :: Humaine. Différente? Il paraît.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Jeu 11 Oct - 18:04

Bienvenue à toi jolie Ariane! :3 (Dieu que j'aime ce prénom **) Il est précisé que tu dois poster ta fiche avec le code du règlement, il va donc falloir qu'il apparaisse rapidement! Bon courage pour ta fifiche ~ ♥


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Merci à Calypso pour ce superbe Kit [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

THE AMAZING STAFF:
 


Entres dans le secret...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Sam 13 Oct - 1:26

OH YEAH LEN ! Mezariel roxx je finirais de lire sa fiche demain ;w; *car il est 3 heures du matin* J'ACCEPTE TON GROS CÂLIN /VAENCOURANTDANSTESBRAS/ S'IL TE PLAIT JE VEUX UN LIIEN ! *se met à genoux <-- oui bon ou pas*
ta fiche t'a pris combien de temps à faire ? Hoho o..o

Melissande A. Sullivans -->Merciiii, au début je voulais appeler mon perso Alice, mais comme d’habitude ce prénom à la côte sur les forums, oui je sais je raconte ma vie, excusais moi ;; & oui du courage il va m'en falloir mais j'aurai bientôt terminé ♥ (enfin *kof kof*)J'espère rp avec ton perso ( et lui faire prendre gout aux racontars huhuhu)
Revenir en haut Aller en bas
Mezariel D.de SaintLouis
Marquis
Marquis
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 07/09/2011

~Etat civil~
Race :: Lycan Infant
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Sam 13 Oct - 8:29

Ahah, oui, a genou devant moi! MWAHAHAHA *PAN*
Pas de soucis pour un lien, on en rediscutera une fois que tu sera Validée xD

Autrement... Ma fiche? Euh... Tu parle de sa première publication ou de sa réécriture? Parce que pour le second, j'ai voulu me pendre, tant j'arrivais pas a en voir le bout, si ça peut te donner une idée 8'D


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Dim 14 Oct - 14:49

Mon Dieu, je viens d'avoir le coup de foudre pour ça : escargot c'est tellement beauuu ;__; ♥️ * a mal aux genoux* Oui, oui on en discutera quand je serais validée ne t'inquiète pas. L'histoire que t'a fait... déjà moi avec l'histoire d'Ariane j'ai voulu me pendre alors toi... j'imagine même pas D8 Quel courage * non je me mettrais plus à genoux è<é*
En passant j'ai finiii ma fiche, enfin je crois... S'il y a des trucs à modifier je modifie.
Revenir en haut Aller en bas
Melissande A. Sullivans
♥ Comtesse / Adorable Administratrice ♥
♥  Comtesse / Adorable Administratrice ♥
avatar
Messages : 669
Date d'inscription : 06/06/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part en train de rêver...

~Etat civil~
Race :: Humaine. Différente? Il paraît.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Dim 14 Oct - 15:53

Bien, j'ai lu cette fiche Ariane et, je l'ai trouvée fort sympathique. :3 Tu as une façon d'écrire assez originale (tu m'as faite rire xD), bien que des erreurs et des maladresses mais parfois un peu picoté les yeux. Pour cela, je te demanderais juste de faire attention, toutefois, pour je t'accorde le rang de comtesse, j'aimerais que tu arranges un peu tes dialogues pour qu'ils soient plus "soutenus". Il faut bien comprendre qu'on ne peut pas

Citation :
«Au fait si j'y vais c'est aussi pour tenir compagnie à cette femme ?»

On dira plutôt "En réalité, si je me rends là-bas, c'est aussi pour tenir compagnie à cette femme?" Tu comprends? Ariane peut-être incorrecte, mais il faut un minimum de "crédibilité".

Voilà, encore un peu de courage et c'est à toi ♥


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Merci à Calypso pour ce superbe Kit [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

THE AMAZING STAFF:
 


Entres dans le secret...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizbeth C. Valentyne
Marquise
Marquise
avatar
Messages : 143
Date d'inscription : 25/10/2011

~Etat civil~
Race :: Vampire ~ Infant
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    Jeu 20 Déc - 12:46

Comment vont les choses par ici miss ? ~


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Kit by my Love *w* [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare    

Revenir en haut Aller en bas
 

A R I A N E ✗ La vie ressemble à du Feydeau mais moi j'en fais du Shakespeare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SGU Aliens [SPOILERS]
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Le riz en Haiti:Consommation en hausse, production en baisse
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-