Partagez | .
 

 Eleone, la voix cristalline résonnant dans la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Eleone, la voix cristalline résonnant dans la nuit.   Ven 17 Aoû - 20:40

Fontaine, Eleone Isabella




feat. Original de Daisy
    IDENTITÉ :


    Nom : Fontaine
    Prénom: Eleone, Isabella
    Age : 24 années de servitudes.
    Date et Lieu de Naissance : Un certain 20 Avril, dans la belle ville de Lyon.
    Orientation Sexuelle : Hétéro, euh... En fait c'est une excellente question, mais les femmes ne l'attirent point...
    Nationalité: Franco-Italienne.
    Groupe : Humain.
    Classe Sociale: Domestique de Sa Majesté.




Thème :






Description Physique :

« Sauf la souffrance physique, tout est imaginaire. »


    Cette citation serait la représentation exacte du fond de la pensée de Eleone quant à sa description physique. L'apparence n'est rien d'autre qu'un masque de fer, forgé sur mesure pour cacher la misère de l'âme. Le masque de fer que porte notre jeune femme est plein de charme.
    La jeune femme porte sur elle une certaine élégance, dans ses faits et gestes. Une finesse reflétée par son visage, doux et froid à la fois. Un visage duquel il est difficile de détourner les yeux. Oui, emplie de douceur, mais il est parfois amusant d'y déceler une pointe de malice. La malice qui est toujours cacher dans un léger sourire. Et pourtant ses sourires se font relativement rares. A moins que la timidité et le ressenti d'un doux bonheur ne le fasse soudainement apparaître. Ses apparitions, bien que futiles et spontanées, illuminent un peu plus son visage, aux joues doucement rosées. Tout comme ses lèvres, finement dessinées et constamment, et légèrement, teintées de rose. Elle n'utilise pas d'artifices pour qu'elles soient plus ou moins rosées, une couleur naturelle. Enfin, une rangée de dents blanches, propres et bien alignées habille un peu plus son sourire, lorsqu'elle sourit...
    Pourtant, nous n'en avons pas encore fini avec son visage. Il y aurait peut être quelque chose qui pourrait déranger sur sa figure. En effet, ses yeux, bien qu'ils soient eux aussi agréablement bien dessinés portent la couleur du sang. Un bordeaux foncé qui s'éclaircie sous les modestes rayons du soleil. Mais, bien qu'elle soit jolie de visage, elle ne peut s'empêcher de le cacher derrière ses cheveux.
    Ses long cheveux bruns, tombant en cascade jusque dans le creux de ses reins, légèrement ondulés sur les pointes et cachant maladroitement son visage. C'est sous une frange plus ou moins épaisse et longue que la moitié de son visage disparaît. Mais, pour Eleone, ce n'en est pas plus mal. Sa chevelure ténébreuse encadre son visage rosé à merveille.
    Pour finir, son visage a quelque chose d'étonnant. Il est relativement, presque trop, expressif.

    Trêve de bavardages ! La voix de la jeune femme est cristalline et faite pour le chant. Par ailleurs, ce sont les nuits, lorsqu'elle ne peut dormir, qu'on peut réussir à la surprendre en train d'élever la voix dans les demeures endormies... Mais qu'importe ce détail futile. La jeune femme possède un corps en parfaite harmonie avec son visage. Tout en finesse, douceur et élégance. Pourtant, Fontaine n'aime pas se faire remarquer, c'est alors pourquoi ses formes plus ou moins généreuses sont cachées par des vêtements aux couleurs de la nuit. Elle aime à rappeler à quelle classe elle appartient, ou plutôt à quelle classe elle n'appartient pas. Refusant de porter des tenues extravagantes et lumineuses, ainsi que des bijoux tape à l'oeil, elle aime se contenter ce qu'elle a. Une simple paire de longue boucles d'oreilles habille un peu plus son visage. Lorsque ses robes le lui permettent, elle décore son cou d'un fin ruban, si possible assorti à la couleur de son vêtement. Elle ne souhaite pas plaire, ceci lui fait peur en réalité. Eleone aime passer inaperçue, sans pour autant être invisible. Comme toutes les femmes, elle aime être regarder, mais les regards insistants la rendent mal à son aise. Soit.
    Son habilité, et sa taille svelte et élancée, lui permette également de renforcer son élégance. Lorsqu'il lui arrive de danser, notamment.




Description Mentale :

« Un renard change de poil, non de caractère. »


    L'obéissance est une règle d'or qu'on ne peut se permettre de transgraisser. C'est quelque chose qu'elle a appris, au fil des années, à force de travailer en tant que domestique. Eleone fait alors de son mieux pour être obéissante et rigoureuse. Parce qu'en réalité, elle est morte de peur. Alors elle se fait douce et délicate, pleine d'attention et à l'écoute du moindre murmure ou gémissement de ses employeurs. La jeune femme est réellement douce et agréable à vivre, mais il lui faut avouer qu'il y a bien quelque chose qui la bloque.
    Cette gène, l'hésitation quant à son orientation sexuelle. Elle doit le dire, mais si ils viennent à le savoir un jour, et de toute façon, ils le sauront, ça ne fera qu'empirer sa situation. Elle a une peur bleue des hommes, et avant cela, de se faire battre. C'est en fait, une espèce de traumatisme, qu'elle a développé durant son adolescence. Rien que de voir ce geste, de lever la main même si ce n'est que pour se recoiffer ou ajuster je ne sais quoi, ceci la met dans un état second. Après un sursaut il est aisé d'appercevoir ses tremblemments et ses larmes monter alors qu'elle a le mimique d'un geste, comme pour se protéger. Et elle le sait trop bien, ses réactions soudaines aggacent et énervent, la plus part du temps.
    Et pourtant, tout ceci ne l'empêche pas de travailler. La jeune femme est tout de même prête à endurer toutes vos supplications, elle endossera le plus possible, se moquant bien des paroles. Parce que les mots dits ne sont que de simples sons qui s'envolent bien facilement dans les airs. Pour elle, seuls les actes comptes. Ceci dit, elle sera bien évidemment à votre écoute. Dotée d'une bonne mémoire, elle retient tout. Du moins, presque tout, bien que sa mémoire soit quelque peu sélective, elle retient évidemment ce qu'elle considère comme étant important. Tels que... Les souhaits et ordres.

    En bref, Eleone est une gentille jeune femme, docile et obéissante.

    Fontaine reste tout même une femme, ayant une sensibilité peut être poussée à l'extrême. Elle est très souvent à fleure de peau. Ceci ne signifie pas qu'elle ait toujours les larmes aux yeux, mais seulement que tout ce qu'elle peut voir la touche. En bien ou en mal, d'ailleurs. Il lui est assez compliqué de gérer ses émotions, mais lorsqu'elle est avec ses "maîtres", bien que ce soit totalement contradictoire, elle se montre sans émotions. Pas froide, mais tout juste neutre. De plus, elle ne tente pas de cacher ses sentiments, elle sait pertinemment qu'ils seront affichés sur son visage. Mais il est vrai que, au fond d'elle même, il peut subvenir une pointe de fragilité. Elle ne défaille pas souvent, mais cela peut lui arriver, et de toutes les manières, ceci peut arriver à tout le monde.
    La jeune femme n'aime pas être contrariée et dessus, elle part du principe qu'il ne faut pas faire à autrui ce que l'on ne veut pas que autrui nous fasse. Ceci lui parait on ne peut plus logique. Mais il lui faut avouer que, forcément, il existe des personnes dénuées d'intelligence, ou du moins, de réflexion.
    Eleone n'est pas idiote, elle apprend vite et la plus part de ses gestes sont prémédités. En effet elle n'aime pas agir sans réfléchir et foncer tête baissée. Mais, étant donné que l'erreur est humaine, la jolie brune est susceptible de faire beaucoup d'erreur, à cause d'une réflexion justement pas assez poussée. Elle n'aime pas faire des fautes, et pourtant, la maladresse montre parfois le bout de son nez, lorsque la concentration de la domestique n'est pas à son plus haut point. Il ne faut pas dire qu'elle est capable d'être distraite par n'importe quoi, car ceci est une chose totalement fausse, mais il est vrai que parfois, comme tout être humain respectable, notre chère Eleone puisse avoir besoin de souffler un peu. Et pourtant, sachant dans quoi elle s'est engagée, ceci est quelque chose qui ne lui est pas vraiment permise.

    Eleone a toujours eut, et pris, conscience des choses. Par exemple de la sentence qu'elle pourrait recevoir lors d'une insatisfaction. Il faut le dire, la jeune femme pense trop, jamais sa tête ne sera vide. Toujours pleine d'inquiétudes ou de suspicions, ou alors, elle aura toujours un air de chansonnette dans la tête, qu'elle se mettra à chantonner discrètement.

    Comme dit plus haut, la jeune femme est à fleure de peau. Ce qui fonctionne dans un sens, fonctionne également dans l'autre. La brune a donc aussi les nerfs à vif. Pourtant, elle fait preuve d'un contrôle de soit remarquable, pour ne pas exploser. Sa façon d'exprimer sa colère ou son agacement est toute autre, c'est peut être à cause de cela que la jeune femme est à fleure de peau.




Biographie :

« La vie est agréable. La mort est paisible. C’est la transition qui est désagréable. »


    Ce fut dans une petite chaumière près d'un champs, à quelques lieues de Lyon que Eleone a vu le jour. Ce ne fut pas Lyon même, car ses parents étaient alors paysans et cultivaient donc un champ. Elle est alors la cadette d'une fratrie de quatre enfants, composée jusqu'au jour de sa naissance uniquement de garçons. Mais faute de faire d'une pierre deux coups, elle se retrouvait alors être la sixième bouche de la famille à essayer de nourrir. De ce fait, six bouches à nourrir pour de modestes paysans étaient bien vite devenu une tâche impossible. Alors, il fut difficile de penser à abandonner l'un des enfants, et pourtant Dieu savait que c'était une possibilité à envisager, et à étudier. La situation de la famille était à ce jour, tout de même assez complexe. L'ainé et la cadette étaient séparées par un peu moins de six années, par ailleurs leur mère italienne parlait très mal le français. La petite fille se trouva alors très vite à maîtriser les deux langues, car le père restait tout de même totalement français. Eleone s'endormait toujours sous les berceuses chantées dans la langue de la mère. Quelques années passèrent, mais le problème était toujours présent. Il leur était devenu impossible de nourrir tout le monde. Les parents se devaient de jeûner, alors qu'ils ne cessaient de se faire taxer. Il leur fallait trouver une solution. Ils ne pouvaient décemment pas abandonner leurs garçons, car il leur fallait des bras forts pour les récoltes. Pourtant, il fallait dire que le père de la famille était particulièrement chanceux. Il possédait des connaissances qui travaillait à la demeure d'un noble de la ville, il demanda alors à l'une de ces connaissances de venir à la chaumière pour un petit entretien. Cette personne, en fait, il s'agissait d'une jeune femme nommée Hélène, et il se trouvait qu'elle était domestique dans la demeure d'un noble de Lyon. Il y eut une longue discussion entre cette jeune femme et les deux paysans et parents. Finalement, elle accepta de prendre Eleone sous tutelle lorsqu'elle serait âgée de huit ans. Elle considérait alors que si elle la prenait avec elle plus tôt, l'enfant ne comprendrait pas ce qui lui arrivait, par ailleurs, il lui fallait le temps que convaincre son maître pour qu'il accepte d'héberger une enfant.

    Sa huitième année arriva bien trop lentement pour la famille Fontaine, en effet les parents attendaient avec grande impatience ce jour où, enfin,ils pourraient mieux manger et sauraient leur fille confortablement installée. Bien qu'ils voulaient se débarrasser de l'enfant, elle restait tout de même leur fille et ils l'aimait, c'était incontestable. La jeune Hélène devint alors sa tutrice, au bon vouloir du seigneur qu'elle servait. Nul n'ira chercher à savoir quels charmes elle était allée utiliser pour le convaincre. Eleone quitta alors sa petite chaumière pour suivre sa nouvelle tutrice. La jeune domestique qu'était Hélène lui apprit tout ce qu'elle savait. Elle tenta de lui apprendre à lire et à écrire, mais la jeune fille était dissipée et ne pensait pas à faire ce genre de choses. Eleone voulait jouer, s'amuser, comme lorsqu'elle était encore avec ses frères. C'était d'ailleurs avec l'ainé qu'elle s'entendait le mieux. La jeune fille était sans arrêt excitée, une véritable puce qui ne pouvait s'empêcher de bouger et courir partout. Oui, à son âge, elle était intenable, et trainait parfois dans les jambes du seigneur qui avait bien accepté de l'accueillir sous son toit. Ce qu'elle ne savait pas, et ce que sa tutrice avait tenter de lui dire et expliquer à plusieurs reprises, c'était que le seigneur était loin d'être patient. Ce fut dans les jours de sa neuvième année que la jeune fille décida de s'assagir un peu. Du moins, elle ne le fit pas sans un coup de pouce. Déjà très jeune, elle n'avait aucune considérations pour les paroles, seulement pour les actes. Elle était dehors, courant après l'un des chiens du seigneur en riant, sauf que l'animal passa trop près de son maître, suivit par sa chasseuse. L'homme avait attrapé la jeune fille au vol, pour caresser sa petite joue du revers de sa main droite, avec une violence qui surpris Eleone. Suite à cela, il l'avait lâchée, lui expliquant qu'elle l'exaspérait au plus haut point, et qu'elle devait cesser ses enfantillages. Mais, hélas pour elle, la jeune fille ne comprenait pas du premier coup. Les gifles qu'elle reçu se furent de plus en plus fréquentes et violentes. Le seigneur devenait ainsi de moins en moins patient avec elle. Le jour où elle finit par comprendre qu'elle devait se calmer, elle devait être âgée d'une dizaine d'années. Elle n'avait encore jamais vu le seigneur aussi en colère. Elle n'a jamais su ce qu'elle lui avait fait, mais ce jour là avait été terrifiant. Il était entrée dans une furie noire, sans doute parce que le travail d'une des domestiques était mal fait. Hélène avait pourtant essayé de prévenir Eleone, qu'il ne fallait, sous aucun prétexte, croiser le maître. Tout le monde sait que, courir après un enfant pour le gronder est quelque chose qui met encore plus en colère. Elle avait voulu lui échapper, en courant dans le domaine, le fuyant aussi vite qu'elle le pouvait. Mais il avait finit par la rattraper et défouler ses nerfs sur elle. Le traumatisme avait alors commencé.

    Eleone et sa famille ont toujours été de fervents croyants. La jeune femme se souvint encore de ne pas avoir cessé de prier pour que le seigneur qu'elle servait l'épargne. La petite fille qu'elle était grandit. Elle put enfin exercer en tant que domestique. Elle faisait alors son possible pour satisfaire les besoins de son maître, mais il avait finit par prendre l'habitude de calmer ses nerfs sur elle, de plus depuis qu'elle commençait à devenir une jeune femme, alors il fallait en profiter. Profiter de ce corps qui grandissait et qui lui appartenait un peu plus chaque jour. Eleone le craignait, énormément, mais elle espérait, qu'en lui obéissant, il cesserait de la faire souffrir. Elle souffrait en silence, et continuait à prier Dieu. Jusqu'à ce qu'elle perdit totalement la foi, voyant que ses prières n'étaient en aucun cas prises en compte pas le Seigneur. Ce fut, par ailleurs, à cette période qu'on a commencer à entendre sa voix résonner la nuit venue, lorsque le domaine est endormi. Sa quinzième année révolue, le seigneur qu'elle servait la congédia, estimant qu'il avait trop de domestiques, et avouant que son épouse avait pitié de la jeune femme. Nonobstant, il précisa qu'elle serait envoyée, avec d'autre, dans le domaine de l'un de ses frère, dans le Nord Ouest du royaume de France, aux alentours de Brest. La jeune brune avait profité de l'occasion pour rendre visite à sa famille, elle y apprit que l'ainé avait été convié pour participer à la guerre, devenu jeune soldat, elle ne savait alors où il était parti. Ils partirent donc pour le Nord Ouest, à quatre, trois domestiques et un jardinier. C'était la première fois que la jeune femme partait en voyage, et ce trajet lui parut durer une éternité.

    Il se trouvait que le frère du seigneur qu'elle servait était bien plus violent et colérique que ce dernier. Il était bien plus exigeant, et intransigeant. Eleone le craignait bien plus encore. Bien qu'il ne la battait pas, il s'arranger pour la mener à bout. A bout de fatigue, et c'était tout bonnement cruel. Il lui était déjà arrivée d'être à un point où même ses pauvres jambes ne pouvaient plus la porter. Elle était exténuée ce jour là, il lui arrivait de ne pas dormir pendant plusieurs nuits. Et la jeune femme était loin d'être un oiseau de nuit. Donc ce jour là, elle n'avait pas réussi à trouver le sommeil, et elle devait se rendre dans une des cités portuaire pour chercher du poisson, car le seigneur qu'elle servait avait un folle envie de poissons et fruits de mer. Eleone se trouvait migraineuse, donc le trajet, et l'odeur du poisson une fois arrivée sur le port, ne faisait qu'empirer sa situation. Elle ne se sentait pas à son aise, la tête lui tournait, elle n'arrivait plus à voir clair et ses jambes chancelaient à chaque pas. Il avait bien fallut qu'à un moment ou à un autre, la jeune femme tournât de l'œil. Elle ne souvint pas de sa chute, si elle fut violente ou non, où elle avait bien pu tomber.
    La jeune femme s'était retrouvée dans une chambre, dans une taverne, en tout cas c'était ce qu'elle en avait conclus à l'écoute du brouhaha qu'il y avait sous elle. Elle s'était redressée, amenant sa main à sa tête, qui était bandée.
    _ « Vous avez fait une belle chute, j'ai cru bon de vous emmener ici, à l'écart des regards. Ai-je bien fait, mi lady ? »
    _ « Je ne suis point lady et... Qui êtes-vous ? »

    Il s'était mis à rire, sous le regard à la fois inquiet et rassuré, rassurée d'être en vie sans doute. Il finit par se présenter, un soldat remercié, résidant à Paris et en convalescence dans la région. Il lui avait dit par la suite qu'elle s'était cognée la tête en tombant, qu'il l'avait pansée craignant que ça ne saigne trop.
    _ « Au fait, vous avez dormi tout l'après midi, rentreriez-vous ce soir sans escorte, ou passerez-vous la nuit ici ? »
    _ « Oh Seigneur Dieu ! Je... Je dois absolument rentrer, je... Je vais me faire tuer... Et, où son mes courses, je crains de ne pas les avoir faites.. Seigneur, si vous existez encore pour moi entendez ma prière, faites que... »
    _ « J'ai récupéré vos amplettes, mi lady, n'ayez aucune crainte. »

    Mais, il ignorait de quoi il parlait.

    Le soldat la raccompagna, le seigneur qu'elle servait l'avait remercié en lui offrant l'hospitalité. Cela devait faire trois bonnes années qu'elle travaillait pour lui, elle en était à sa dix-huitième année d'existence. Le soldat parti, Eleone se fit punir, pour avoir faillit à sa tâche. Ses peurs qui s'étaient jusqu'alors atténuées revinrent de plus bel.
    Le soldat revint rendre visite au noble, ils avaient sympathisé, et certaines domestiques affirmaient que c'était uniquement pour revoir la belle. Et c'était Jeanne, qui avait tenu à s'entretenir avec la jeune femme.
    _ « Eleone, peut-on savoir pourquoi tu ignore cet homme ? »
    _ « Jeanne, il est soldat et invité de notre maître, je ne vois pas pourquoi une intention autre que professionnelle viendrait pointer le bout de son museau. »
    _ « Ne te rends-tu pas compte, pauvre petite saute ? Ce soldat n'en a que faire des monologues du seigneur, il n'a d'yeux que pour toi ! »
    _ « Je... Je n'en ai que faire ! Maintenant, laisse moi, j'ai du travail. »


    Son noble la congédia, sans raison apparentes, et l'envoya travailler dans une taverne. La jeune femme avait alors dix-neuf années. Elle n'avait pas compris pourquoi il avait fait ceci, mais s'en moquait bien. Elle ne l'avait jamais porté dans son cœur. Pourtant, son service à la taverne n'était pas aussi simple qu'elle aurait pu l'imaginer. Mais elle tenait le coup, elle n'avait guère le choix. Par ailleurs, le soldat venait souvent à la taverne lui rendre visite, il l'avait surprise à plusieurs reprises en train de chantonner, lorsqu'elle travaillait encore au domaine. Il lui avait avoué qu'il était tombé amoureux de sa voix, qu'elle ne devait pas continuer ainsi, à servir les gens, alors qu'elle pourrait avoir de bien meilleures places. Mais Eleone n'en avait que faire. Elle se plaisait à ce qu'elle faisait, et s'y satisfaisait.
    Un jour de pluie, où la taverne était bondée, un homme arriva en catastrophe.
    _ «  Des nouvelles de Paris les enfants ! Le roi est mort ! »
    _ « C'est impossible ! »
    _ «  C'est le Prince Charles, son fils, qui prend le pouvoir ! »
    _ « Longue vie au nouveau Roi ! Eleone, viens ! Chantes pour nous, chantes pour ton nouveau roi. »
    _ « Je n'en vois pas l'utilité, il ne m'entend pas d'où il est, j'ai du travail Baptiste. »
    _ « Oh, je t'en pries ! Pour me faire plaisir. Allez, viens, montes ! »

    La jeune femme s'exécuta, montant sur l'une des tables et commença un chant qu'elle avait appris dans cette région, balançant doucement son corps, habillant le chant de gestes fluides. Suite à cela, il y eut une tournée générale, ils ne devaient sans doute pas savoir comment était le nouveau roi...

    Le travail à la taverne n'était pas réellement très compliqué et elle se refusait à assouvir les désirs des clients à la condition qu'elle puisse donner tout ce qu'elle avait pour la taverne. Et c'était ce qu'elle faisait, avec merveille. Le gérant était satisfait d'elle et doux, mais regrettait qu'elle ne veuille pas rester avec les hommes. Le seul qu'elle arrivait alors à regarder dans les yeux était Baptiste, l'ex-soldat.
    _ « Eleone, fais tes bagages, nous partons pour Paris ! »
    _ « Nous...? »
    _ « Oui, toi et moi ! Ensemble ! On louera une chaumière et...! »
    _ « Non, Baptiste. Je ne veux pas aller à Paris avec toi. J'irais seule, si je dois y aller. »
    _ « Mais... Pourquoi dont ? Nous nous entendons bien, et... »
    _ « Je refuse d'appartenir à un homme. Tu m'en vois navrée... Vraiment. »
    _ « Appartenir à... HAHAHA ! Mais, ma belle, si tu continues, si tu reste domestique, tu appartiendras toujours à quelqu'un ! »
    _ « Tu ne comprends pas ! Le professionnelle et la vie normale n'ont rien à voir ! Je ne veux pas, et tu ne m'y forceras pas. Alors je veux bien faire mes affaires pour aller à Paris, je veux bien que tu m'y emmène, mais je refuses de vivre avec toi, et j'espère avoir été claire. »

    Libérée de toute peur à son côté, elle pouvait se montrer franche et dure. Le soldat refusa de l'y emmener si ce n'était pas pour continuer à la côtoyer, mais la jeune femme fit tout de même ses bagages et partit en ville, demander si un humble voyageur serait prêt à lui faire de la place sur sa charrette pour l'emmener à la capitale.

    Le Seigneur tout puissant avait du l'entendre lorsqu'elle lui avait demandé son aide, pour aller à Paris. Elle y fut arrivée sans encombres, ni embuches. Il fallait à présent qu'elle se trouve un emplois, et de préférence domestique. Eleone avait finit par s'y plaire, bien qu'elle n'eut pas beaucoup de personnes différentes à servir. C'était la seule chose qui lui faisait défaut. Mais le repos avant tout ! Elle résida dans une chambre quelques temps, parlant de ses expériences professionnelles à qui voulait bien l'entendre, lorsque finalement on la prévint qu'elle était attendu au château.
    Il fallait dire qu'elle n'était pas très rassurée. La jeune femme avait alors ses vingt-et-un ans révolus. Ses premiers pas dans le château se firent lents et non assurés.
    _ « C'est toi qui cherche du travail ? »
    _ « Hum.. Oui c'est possible... »
    _ « Eh bien ne reste pas plantée là allons ! Nous avons besoin de toi. Ce n'est pas que nous sommes en sous effectifs mais... Enfin, tu verras bien. Bonne chance parmi nous, jeune fille. »

    Ce fut alors clair, net, précis et rapide. Eleone ne pouvait espérer mieux, et puis... Que son accueil fut chaleureux ! Elle démarra alors rapidement à travailler pour quelqu'un qu'elle n'avait encore jamais vu, et qu'elle ne verrait sans doute jamais.


    Trois année passèrent jusqu'à arriver à aujourd'hui. Cela fait trois années qu'elle sert sa Majesté. Elle se plait énormément à entendre les domestiques se plaindre. Elle devait bien avouer que parfois, elle aurait aimé se plaindre elle aussi. Mais ses complaintes se faisaient la nuit, lorsqu'elle pensait que le château entier était éteint.
    Sa Majesté est exigeant. Sa Majesté est cruel. Mais sa Majesté reste sa Majesté, et nous ne pouvons rien y changer.




Derrière l'écran:


    Pseudo : BackFlip
    Age: 20 ans
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: Par un partenariat, il me semble.
    Des Remarques ou impressions? J'aime beaucoup le design ! (Bien qu'il soit trop grand pour mon petite notebook Surprised)
    As-tu lu le règlement ? Yes Sir !
    Code du règlement : Validé par Canard!
Revenir en haut Aller en bas
Charles de France
~Sa Majesté le Roi Charles~
~Sa Majesté le Roi Charles~
avatar
Messages : 422
Date d'inscription : 25/10/2011

~Etat civil~
Race :: Humain
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Eleone, la voix cristalline résonnant dans la nuit.   Ven 24 Aoû - 15:41


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Et bien et bien, quel bel écrit que voila!
Pour moi aucun problème pour ta Pré-Validation! Tu a une bien jolie plume qui, j'en suis sur, ne demande qu'a être exaltée davantage! J'espère que tu te plaira parmi nous et que tu aura l'occasion de nous pondre de très beaux RPs, pour nous compter les aventures de ta belle franco-italienne! ♥

Sur ce, je t'accorde ma bénédiction pré-validation dans le groupe des Humains et en tant que Domestique du Roi! ... Ahem, et te souhaite une nouvelle fois la bienvenue ici! ♥♫ Il ne reste plus qu'a attendre l'avis complémentaire d'une Admin désormais :3 Tchou!

PS : 1798 : Les Amants de la Bastille ▬ La Sentence, en thème;... Je Luv that Mais vraiment. ♥ Excellent choiiiix *Q*

A visiter: [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] | [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Kit by Lizbeth [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] Thanks Darling [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Spoiler:
 


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Eleone, la voix cristalline résonnant dans la nuit.   Ven 24 Aoû - 22:02




Coucou ^_^
Je viens de finir de lire à mon tour Very Happy

Tu écris bien et ton personnage est intéressant Smile
Je pense que notre Cher Roi de France sera ravi de t'avoir comme domestique ! ^^.

Ainsi donc je te valide, dans le groupe des Humains, en tant que Domestique du Roi.

Je t'invite à suivre les Formalités écrites ci-dessous !
Amuse toi bien parmi nous Wink

Formalités : Journal de Rp | Relations et Liens | Recensement d'avatar | Demande de Lieu | Demande de Rp
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Eleone, la voix cristalline résonnant dans la nuit.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eleone, la voix cristalline résonnant dans la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» Un carosse dans la nuit [PV]
» INVA MULA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-