Partagez | .
 

 Aphrodite O'Connors.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aimée Delacroix
♛ Artiste-Peintre de la Cour de ses Majestés ♛
♛ Artiste-Peintre de la Cour de ses Majestés ♛
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 21

~Etat civil~
Race :: Lycaon.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Aphrodite O'Connors.   Sam 21 Juil - 14:33

Aphrodite O'Connors




feat. pas de nom.
    IDENTITÉ :


    Vampire
    Nom : O'Connors.
    Prénom: Aphrodite.
    Age Apparent: 22 ans.
    Age Réel : Qui sait ...
    Sang-Pur/Mordu/Infant : Infant.
    Date et Lieu de Naissance : Le 3 septembre à Carlton.
    Orientation Sexuelle : Hétero.
    Nationalité: Anglaise.
    Groupe : Vampire.
    Classe Sociale: Noble si possible ...




Description Physique :

La beauté est une chose abstraite. Certes nous pouvons qualifier quelque chose ou quelqu'un de beau ou de laid mais, nos goûts dans ce domaine sont diversifiés. Alors que certains préfèrent les yeux verts d'une brune d'autres préférerons le regard bleuté d'une blonde. Pourtant, nous nous extasions tous devant l'éclosion d'une belle rose ou devant le gazouillement d'un rossignol. Mais il arrive que certaines fois, nous oublions nos canons de beauté pour reconnaitre que quelqu'un peut tout faire basculer par sa beauté grandiose. Vous ne croyez pas que cela est possible ? Je vous certifie le contraire, posé donc les yeux sur Aphrodite ...

Une femme. Cela commence comme ça, une femme entre dans la salle. Certains la connaissent d'autres non pourtant on ne peut s'empêcher de tourner les yeux vers cette inconnue qui fait irruption dans la salle comme un soleil flamboyant. Alors qu'elle avance parmi la foule, les regards se posent sur elle avec plus d'insistance, tous veulent garder plus longtemps cette beauté dans leur champ de vision. D'un pas assuré et plein de grâce, le roulement de ses hanches ensorcèle le regard des hommes dans la pièce. Ce pas si gracieux parait presque sauvage, félin. Ses jambes fines continues leur cadence au-dessous d'un fessier ferme et rebondi. On prend le temps de savourer ce qu'on voit puis on observe la suite, prenant son temps comme si on savourait notre dessert préféré. Continuant d'observer ce corps si aguichant, on y observe des épaules légèrement carrées, un dos bien droit, un ventre plat surplombé d'une poitrine généreuse ainsi que des bras fins qui finissent sur ses mains. Des mains fines et graciles, aux ongles parfaitement manucurés.

Ce corps parait si parfait qu'on se dit qu'il y a une faille, rien n'est parfait, on observe donc son visage. Un menton droit qui forme ce visage fin aux traits presque fragiles comme une poupée de porcelaine, on pourrait presque penser qu'une simple caresse pourrait fendre ce jolie minois. Sa bouche petite et légèrement pulpée d'un rouge rosé comme une fleur fragile qui éclot à l'aube qu'elle pourrait poser délicatement sur votre gorge si fragile. Sa peau légèrement dorée au parfum de pêche fait ressortir la blondeur de ses cheveux qui tombent en dessous de ses épaules. Son teint de peau fait aussi ressortir la couleur de ses yeux légèrement en amande. Le bleu de ses yeux est pétillant, plein d'énergie, vivant, il en est captivant et l'on pourrait presque se noyer dans ce bleu océan. Même son visage est le reflet d'une perfection.

D'un geste doux de la main, elle remet une mèche de cheveux en place et s'arrête face à quelques individus. On peut alors entendre sa voix douce comme le chant d'une mésange s'élever dans la salle. Quelques fois, plus sérieuse peut-être, on ne peut s'empêcher de sentir un frisson en entendant ce teint de dureté ferme et qui ne permet aucune réplique dans sa voix qui contraste tellement avec sa beauté presque angélique. Mais quand on entend son rire, léger comme un doux carillonnement de cloche, on ne peut s'empêcher de sourire. Cependant, en observant ses yeux de près, on peut y voir quelque chose d'indomptable, de mystérieux et de ... joueur, comme si elle jouait un jeu.

Cette femme est-elle la perfection ? Non. La perfection n'existe pas, de plus qu'est-ce que la perfection, là encore nous ne serions pas tous d'accord là-dessus. Mais sur cette magnifique femme une faille existe mais, elle est impossible à voir quand elle est habillée. Enlevez lui ses vêtements et observez son dos. Une entaille, allant du haut de son épaule droite jusqu'à sa hanche gauche parcoure son corps. Même si la plaie est propre et cicatrisée, on ne peut rester que tétanisé face à une telle blessure sur un corps comme le sien. Mais d'où vient cette blessure ? Elle ne le dira jamais comme cela.

Tout le monde a des choses à cacher même elle.

Enfin passons, nous verrons ce détail plus tard, si elle souhaite vous raconter son histoire. Sinon que dire de plus ... Ah je sais. Cette femme aime les belles choses, les robes bien entendu, qu'elle porte lors de festivités qui sont souvent de couleur rouge, noire, bleue ou encore verte, que des couleurs qui ne peuvent que la mettre en valeur bien entendu. Cependant cette très chère demoiselle, n'a rien contre un pantalon léger et un simple haut accompagné d'un veston lorsqu'elle se trouve chez elle, mais bien sûr toujours habillée avec classe. Les corsets et autres vêtements font bien sûr partis de sa garde robes. Elle laisse souvent ses cheveux détachés ou les attache en un chignon simple mais sophistiqué sauf quand elle va à des réceptions.

Cette femme qui fait tourner les têtes des hommes et attire la jalousie des femmes, cette femme n'est autre que Aphrodite. Demoiselle pour vous servir.




Description Mentale :

*Douce :

La douceur est une qualité morale qui porte à être bienveillant ; manière d'agir qui témoigne de la douceur de caractère ; donc contraire de la rudesse ou de la dureté. La douceur est étroitement liée à l'humilité. C'est sans doute la première chose à laquelle on pense en parlant avec Aphrodite. Rieuse et très tactile, elle est pleine de joie de vivre et de vitalité, elle est aussi à l'écoute, de sa voix douce elle sera vous réconforter, trouver les mots qu'il faut. C'est une personne douce, on le reconnait dans sa manière de parler, de toucher et de regarder. La douceur de caractère, ou la douceur d'esprit, n'est pas la marque d'un faible, c'est une force. Aussi douce qu'une mère avec son enfant, Aphrodite, est douce avec tous ceux qui recherchent son soutien et qui en ont besoin.

*Coquette :

Qui ne souhaite pas se faire courtiser par de beaux jeunes hommes ? Personne. Toutes les femmes aiment prendre du temps pour se préparer et être les plus belles. Aphrodite n'échappe pas à cette règle. Se pomponner et s'habiller avec classe, chic et sensualité sont devenues pour notre jeune demoiselle une seconde nature qu'elle ne déteste pas du tout. Même dans ses plus simples vêtement, Aphrodite reste une femme désirable et très belle.

*Réfléchis :

Réfléchie donc cultivée. Entamer la discussion avec elle, vous ne serez pas déçu. Ce n'est pas avec elle que vous parlerez de la dernière robe ou bustier à la mode. Non, elle n'hésite pas à parler de politique, stratégie, astronomie, philosophie et tout le reste. Malgré son origine anglaise, elle maitrise la langue de Molière avec perfection avec un léger accent, pas du tout désagréable. Du haut de ses 22 ans, notre chère demoiselle connait beaucoup de choses et réfléchit avant d'agir ou de parler. Elle est très curieuse et ne cesse d'étancher sa soif de connaissance mais, elle garde l'esprit ouvert à toute nouvelle opinion. Donc si vous cherchez quelqu'un avec qui parler de choses sérieuses, parler avec elle, elle acceptera avec plaisir.

*Manipulatrice :

Comme un marionnettiste, elle sera là pour vous guider mais, pour elle, pour son avantage. Épiant chacun de vos mouvements pour voir si tout se déroule selon son plan, elle ne vous lâchera pas et pourtant vous ne vous rendrez pas compte que vous n'êtes qu'un simple pion dans son jeu d'échec, jeu qu'elle affectionne d'ailleurs beaucoup. Quand Aphrodite veut arriver à ses fins elle y arrive et fait tout pour ça, utilisant ses dons de théâtres. Méfiez vous d'elle, derrière ce si beau visage se cache une partie sombre qu'il vaut mieux éviter.

*Égoïste :

Plus égoïste qu'elle ? C'est sans doute possible mais, tout de même, dans ce cas cette personne serait, folle ? Inhumaine ? L'égoïsme d'Aphrodite atteint déjà des sommets et pourtant elle cache bien son égoïsme ... Son point faible sont les hommes et quand elle tient un homme dans ses filets elle ne le laisse pas s'échapper. Elle le garde jalousement comme un trésor avant de jeter son dévolu sur un autre. Ses objets, livres, toutes choses précieuses pour elle, sont gardées jalousement, elle n'est pas du genre prêteuse. Comme un voleur qui garde son trésor, ou une louve qui garde ses louveteaux.

*Sadique :

En regardant Aphrodite, jamais il ne nous viendrait à l'esprit que cette fille justement à un esprit quelque peu tordu et sans pitié. Sans doute son côté vampirique, mais disons que quand elle se venge d'une femme par exemple qui lui aurait piqué l'homme qu'elle convoite, elle peut mettre des jours durant lesquels elle se fait un plaisir de torturer sa victime avec les moyens du bord et faite-moi confiance même dans une pièce vide elle peut vous faire des dégâts. Heureusement personne ne connait ce sadisme, car personne n'en a jamais parlé ou ne pouvait plus en parler ....

Pour conclure, derrière un masque blanc ce cache un revers plus sombre qu'il n'y paraît.[ /size]




Biographie :

Toute histoire à un commencement …



Le soir tombait doucement sur la petite ville de Carlton. Tout était silencieux. Tout ? Pas tellement. Non loin, dans une grande maison, richement décoré, on pouvait entendre le son mélodieux d'un violon. Il suffisait de coller son nez contre la vitre pour voir un jeune homme sans doute âgé d'une vingtaine d'année qui jouait, les yeux fermés comme absorber par la douce mélodie qui s'élevait. Mais quand elle tourna légèrement la tête, son regard se posait sur un fauteuil non loin du jeune garçon. Ce fauteuil était immaculé d'une substance rouge presque noir. Qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Tellement perdus dans ses pensées qu'elle ne se rendit pas compte que la musique c'était arrêtée et que quelqu'un c'était glissé dans notre dos. Le temps qu'elle se retourne il était déjà trop tard ... N'ayez crainte, aucune goutte de sang ne fut versé mais, le destin de la jeune fille fut scellée. La jeune demoiselle ne put rien dire quand son visage rencontre celui du jeune homme qui encore quelques minutes avant était dans la pièce qu'elle observait. Il était beau, sa peau blanche comme la neige avec des cheveux noirs comme les plumes d'un corbeau et ses yeux ... Elle se serait sans doute tué pour que des yeux comme cela ne cesses de se poser sur elle. Des yeux profonds et mélancoliques qui ne cessaient de la fixer. Le jeune homme lui tendit la main et la fit rentrer dans sa demeure.

La jeune fille nommée Matilda, revit plusieurs fois le jeune homme sans en avertir son père. Elle était amoureuse elle en était sur et cet homme était tout ce qu'elle attendait, beau, prévoyant et doux. Mais la naïve Matilda ne savait pas tout sur son ténébreux amant. La vie pour elle était facile, elle ne pensait sans doute pas que parfois elle aurait dû écouter son père quand il lui disait lorsqu'elle était jeune : ''Ne rentre jamais chez des gens que tu ne connais pas.'' Comment pouvait elle savoir que celui qu'elle aimait et pour qui elle aurait sacrifié toute sa vie n'était qu'une créature des ténèbres se nourrissant de sang ? Elle ne l'aurait jamais sus et ne le seras jamais. Après une nuit chez lui, elle ne le revit plus et découvrit bien plus tard qu'elle était enceinte. Pour elle s'était une magnifique nouvelle mais, elle ne savait pas qu'elle allait mettre au monde un monstre ou du moins un demi-monstre. Quand elle appris la nouvelle à son père celui-ci se retrouva dans une colère noire, sa fille n'était même pas mariée avec ce jeune homme. Malgré les supplications de sa fille, il fut décidé que le bébé serait donné à d'autres personnes. D'une certaine façon, Matilda continuerais de vivre innocemment en ignorant ainsi la véritable nature de son enfant en ne l'élevant pas.

Le silence était presque complet dans la grande maison d'O 'Connors. Frederick O 'Connors faisait des aller et retour près de la cheminée du salon, le visage visiblement anxieux. Sa fille Matilda était dans la chambre d'à coter, si on tendait légèrement l'oreille, on pouvait entendre des plaintes sourdes. Le médecin était près d'elle pour l'aider pendant l'accouchement. Le vieux père soupira. Il avait toujours aimé sa fille profondément, encore plus depuis la mort de sa défunte femme pourtant il se demandait pourquoi elle avait fait une telle bêtise.

Il entendit enfin un cri. Le nouveau-né était là. Enfin, il soupira de joie, plus vite le poupon serait partis plus vite tout reviendrait à la normal pour lui et sa fille. Le médecin sortit le bébé dans ses bras et le lui tendit.

-C'est une fille, Matilda va bien mais, elle ne lui a pas donné de prénom.

Frederick pris l'enfant dans ses bras. Elle avait les yeux d'un bleu magnifique et gazouiller, faisait des bulles avec sa bouche. Il déposa le bébé dans un tas de couettes quand il entendit des coups à la porte. Prudemment il s'approcha de l'entrée et ouvrit la porte. Sans avoir le temps de dire un mot il fut lourdement assommé. Les dernieres images qu'il vit avant de sombrer dans l'inconscience fut le sang qui peignait les murs de sa maison et les cris du nouveau né. Il finit par fermer les yeux sans savoir qu'il ne les rouvrirait plus jamais.


[size=18]
La fin d’une histoire permet le commencement d’une autre.


La jeune fille été face à son professeur. Celle-ci mit la musique en route tandis que la jeune demoiselle se mettait à danser en suivant la musique. Sans un mot, le visage sans aucune expression son professeur l'observait, notant deux trois choses dans un carnet puis arrêta la musique, la fillette en fis de même.

-C'est bien mais, ce n'est pas encore ça, travaille davantage ta souplesse. Allez va.

La tête blonde ne se fit pas prier et sortit de la pièce sans un mot. Une fois dans le couloir elle soupira de soulagement. Elle détestait Jordana, son professeur de danse et de musique. Ne sachant que faire et n'ayant son cours de défense que plus tard, elle retourna dans sa chambre. Sur le chemin elle entendit qu'on l'appelait. Tournant la tête elle sourit en reconnaissant l'homme devant elle et lui sauta dans les bras.

-Grand-père !

-Aphrodite, ma petite, dit-il en la serrant dans ses bras avant de la reposer, dis-moi aurais tu vu ton père ?


La jeune Aphrodite secoua négativement la tête avant de faire une révérence et de rentrer dans sa chambre. Pourquoi son grand-père cherchait-il son père ? Elle frissonna. Son père était un être horrible, elle le craignait. Son père n'avait jamais voulus d'elle et lui faisait clairement comprendre. Il ne lui adressait jamais la parole et la traiter comme une esclave. S'allongeant sur son lit, elle ferma les yeux et sombra dans un sommeil profond.

C’était la veille de l’anniversaire de son père. Tout le domaine était en plein préparation de la fête. Courant dans tout le château, le sourire aux lèvres elle tenait dans ses petites mains un objet emballé. Un cadeau pour son père. Elle avait mis plusieurs semaines pour fabriquer cet objet de ses mains, mais elle devait avouer que son grand-père l’avait beaucoup aidé. Elle s’arrêta devant le bureau de son père. Remettant en ordre ses cheveux et ses jupons elle poussa la lourde porte qui menait à la pièce où son père passait son temps. Celui-ci tourna un œil vers elle, quand il la reconnut il soupira d’un air las.

-Que veux-tu Aphrodite ?
-Je vous ai ramené un cadeau.

S'approchant du bureau, elle se dressa sur la pointe des pieds pour poser l'objet emballé sur le bureau quand elle perdit l'équilibre. Elle s'écrasa sur un tableau recouvert d'une couverture qu'elle déchira en tombant dessus. Se redressant, elle aperçut le tableau, c'était le portrait d'une belle femme blonde aux yeux bleu. Elle se tourna pour demander qui était cette belle personne mais, aucun son ne sorti de sa bouche quand elle vit son père debout face à elle, le visage crispé de colère.

-Tu n'ai qu'une bonne à rien, je t'héberge, t'offre une vie paisible et tu ne fais que marcher dans mes pas. Tu es une bonne à rien !

Prenant un fouet qu'il avait dans un coin, il agrippa le bras d'Aphrodite.

-J'ai été trop clément, un peu de sévérité ne te fera pas de mal.

Dressant le bras où il tenait le fouet, il le rabattit violemment sur le dos de la jeune fille qui hurla de douleur. Une sensation chaude se fit dans son dos, puis elle sentit l'écoulement du sang le long de son dos jusqu'à ses vêtements. Ne pouvant plus bouger, elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Soudain son grand-père entre dans la pièce. Il jeta son fils à travers la pièce avant de prendre Aphrodite qui tremblaient dans ses bras. En sortant de la pièce, elle put entendre son père crier

[ b]- Pourquoi la protèges-tu ? Ce n'est qu'un fardeau, elle n'est pas comme nous ! Je n'aurais pas dû t'écouter et la laisser pourrir là-haut ![/b]

Pendant que son grandpère lui faisait boire du sang pour faire guérir plus rapidement la blessure, oui car, Aphrodite était habituéé à boire ceci même si elle n'était pas vraiment au courant de ce qu'elle était, elle s'arrêta de boire et lui demanda.

-Qui était la belle dame sur le portrait ? Et pourquoi papa a dit qu'il aurait dû me laisser là-haut ?

Son grand-père l'avais regardé d'un sourire triste mais, ne lui avait pas répondu.


Elle se réveilla. Elle se souvenait parfaitement de cette journée, sans doute la violence de l'action qu'elle avait subi qui l'avait marqué et pas que mentalement ... La cicatrice n'était jamais partie même dix ans après et apparemment elle ne partirait jamais, pourquoi ? Elle ne le sait pas, personne ne le sait. Secouant la tête, elle se leva et se prépara pour son cours de défense.

Deux heures plus tard, revenant de son cours, elle passa devant le bureau de son père. Elle ne voulait pas s'attarder pourtant elle entendit la voix de son père et de son grand-père, elle ne put s'empêcher d'écouter.

-Le Comte O 'Connors m'a fait la demande, il aimerait qu'on lui réponde avant qu'il reparte en France.

-Et cela doit te faire plaisir je ne me trompe? Dit la voix de son grand-père.

-Tu sais très bien ce que je pense d'elle, ce n'est qu'une Infante, elle n'est pas au courant de tout, ce n'est qu'un fardeau que je loge, plus vite elle partira mieux ce sera. Sa mère n'était qu'une distraction pour moi si tu ne m'avais pas forcé à aller la récupérer je l'aurais laissé là-haut.


Un moment de silence suivi. Retenant sa respiration, Aphrodite tenta de ne pas faire de bruit. La voix de son grand-père s'éleva.

-Je crois que je ne peux pas m'opposer ...

Le rire sombre de son père se fit entendre.

-Dans ce cas j'envoie la réponse au Comte, merci père.

Aphrodite s'éloigna doucement de la porte. De quoi parlaient-ils ? Se précipitant dans sa chambre elle pris un bain tout en réfléchissant, elle devait parler avec son grand-père. Elle se sécha et s'habilla quand on annonça quelqu'un. Son grand-père entra et referma la porte derrière lui. D'une voix grave il lui dit :

-Aphrodite, assis toi, j'ai à te parler.

Surprise, elle s'assit.

-Qu'y a-t-il ?

-Surtout écoute moi, tu me poseras tes questions après. Pour commencer, ta mère ne t'a pas abandonné comme on te la dit depuis des années. Ta mère vient de Carlton, elle s'appelait Matilda. Elle est tombée enceinte de ton père mais ... ton père l'a tué peu après ta naissance.


Aphrodite, écoutait attentivement, ne sachant comment réagir.

-Il voulait t'abandonné mais, je l'ai convaincu de te recueillir, tu étais son sang après tout, cependant il n'a pas voulus laisser le reste de ta famille en vie, il les a décimés. Tu ne dois sans doute point comprendre pourquoi. Tu vois la boisson rouge que tu bois de temps en temps ? Et bien c'est du sang.

Aphrodite écarquilla les yeux en entendant ceci, du sang ? Comment cela était possible ? Elle adorait cette boisson ...

-Moi, ton père et toi, ne sommes pas vraiment humains. Ta vitesse, ta force, tes sens sont plus aiguisés que chez les personnes normales. Nous sommes des vampires. Enfin pour être exact, tu es une infante, tu es née de l'union d'une humaine et d'un vampire.

La demoiselle ne sut que dire, elle était à moitié vampire ? Elle qui avait toujours crus que ce n'était que des histoires pour enfant.

-Bien sûr, reprit son grand-père, tu ne dois rien dire sur notre véritable identité.

Elle se leva et lui fit signe qu'elle devait rester seule, avant de partir, son grand-père lui dit.

-Dans deux jours tu partiras de l'Angleterre vers la France, un Comte du nom de O 'Connors te demande en fiançailles, il était présent durant la fête de la semaine dernière, ton père à accepter.

Elle le regarde d’un regard vague et acquiesça, elle attendit d’être seule pour tomber en pleurant sur son lit.


Mais au final, on créer notre propre histoire, du début à la fin.



Elle grimaça en regardant la robe qu'on lui mettait. Cela faisait maintenant cinq ans qu'elle était en France et marié au Comte O 'Connors. Elle n'aimait pas cet homme mais, elle adorait la France. Depuis que son grand-père lui avait appris toutes ces choses sur elle, son passé, elle avait mûri et accepter ce qui lui arriver. Elle s'était renseignée, avant de partir pour la France ce qu'était une infante. Bref elle acceptait sa condition. Mais pour combien de temps ? Non qu'elle refuse d'être infante, de vivre en France mais, elle n'aimait pas du tout d'être la femme du Comte. C'était un homme répugnant, grossier et ingrat. Depuis son mariage avec cet homme, elle n'avait jamais partagé sa couche, justifiant à chaque fois son jeune âge et d'autres excuses sordides qui avaient fait reculer le moment tant redouté. Pourtant, du haut de ses vingt-et-un ans, elle ne pouvait plus reculer, le Comte réclamer sa présence dans le lit et elle devait y aller. Ce soir elle allait devoir dormir avec cet homme, enfin dormir ... Je pense que vous voyez ce que je veux dire. Sa fleur n'avait pas été encore cueillie et son mari la prendrait sans doute ce soir, ce qui la révulser.

Elle sortit, décidant de se changer les idées avant l'heure fatale. Malgré qu'elle soit installée ici depuis cinq ans, elle n'était jamais sortie aux fêtes mondaines, même pour sortir en journée elle restait discrète et se couvrait beaucoup, elle n'avait pas vraiment envie d'être connue comme étant la femme de cet homme. Durant son mariage, qu'elle avait voulus restreint elle était jeune, on ne pouvait pas vraiment la reconnaitre à part si on faisait vraiment attention. Soupirant elle rentra dans un salon de thé où elle y resta longuement.

Le moment était venu. Vêtu d'une robe légère blanche, elle franchie la porte. Son mari était déjà couché dans le lit. La vue de son ventre bedonnant lui donnait des nausées. Aphrodite avança doucement vers le lit qu'elle partagerait désormais avec cet homme. Elle se glissa sous les couettes, espérant qu'il la laisse tranquille. Elle rêvait. Elle sentit des doigts gras l'agripper et la tourner, ce retrouvant face à son époux. Il se mit à tirer sur sa robe, la déchirant et révélant le corps nu de la comtesse. Celle-ci se débattait sans obtenir de résultat.

- Lâchez-moi ...

Une petite voix, que son mari ignora. Lui-même s'était dévêtue et se mettait au-dessus de la belle Aphrodite essayant de lui écarter les cuisses d'une main et lui malaxant sans aucune retenu la poitrine. La colère, la honte monta en elle. D'une voix forte et ferme elle dit.

-Lâchez-moi !

D'un coup elle renversa le Comte sur le coter, le faisant tomber du lit. Ne se souciant plus de sa nudité elle s'avança vers le vieil homme. Plus jamais aucun homme ne porterait la main sur elle, ne la violenterait, ne lui ferait de mal. Prenant le Comte à la gorge elle le lança contre le mur. Longtemps refoulé, ses dons vampiriques étaient maintenant présents. Elle regarda l'homme qui se recroquevilla dans un coin. Souriant, elle s'approcha et susurra :

-Alors, qui est soumis maintenant ?
Elle plaça ses deux mains de chaque coter de la tête de son mari et tourna violemment. Un craquement sinistre ce fit entendre et le corps tombe sur le sol, sans vie. Elle le traîna près du lit, comme s'il était tombé. Elle s'assit ensuite. Malgré ce qu'elle venait de faire, elle se sentait bien, libérer même ! Presque, non soulagé, elle s'endormit dans le lit.

Le lendemain matin elle se réveilla, elle jeta un coup d'oeil au cadavre à côté d'elle et soupire, le spectacle pouvait commencer. Elle se mit à hurler tirant les draps vers elle pour cacher son corps encore nu et faire comme si elle voulait s'éloigner du corps sans vie. En quelques instants, les domestiques entrèrent dans la chambre et appelèrent un médecin. Pendant que le médecin examina son défunt mari, Aphrodite s'habilla. Le médecin fini par dire que le Comte était tombé durant la nuit se rompant le cou. Ainsi Aphrodite pus garder sa fleur mais, aussi l'argent du Comte. Depuis ce jour, elle profitait et Paris commença à la connaitre, elle, sa beauté, son esprit.

[/justify]



Derrière l'écran:


    Pseudo : Snow.
    Age: 15 ans.
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: En surfant sur internet.
    Des Remarques ou impressions? Non, enfin si j'adore le theme du forum.
    As-tu lu le règlement ? Oui.
    Code du règlement : Validé par Canard
[/color]


Dernière édition par Aphrodite O'Connors le Jeu 26 Juil - 14:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-tsubasa.forumsactifs.com/
Aimée Delacroix
♛ Artiste-Peintre de la Cour de ses Majestés ♛
♛ Artiste-Peintre de la Cour de ses Majestés ♛
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 21

~Etat civil~
Race :: Lycaon.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Aphrodite O'Connors.   Dim 22 Juil - 19:44

Petit Up pour dire que j'ai fini.

L'histoire n'est pas vraiment extraordinaire, je pense qu'il faut que je la retravaille pour accéder au rang de Comtesse.

Enfin, j'attend le jugement des Administrateurs pour cela ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-tsubasa.forumsactifs.com/
Melissande A. Sullivans
♥ Comtesse / Adorable Administratrice ♥
♥  Comtesse / Adorable Administratrice ♥
avatar
Messages : 669
Date d'inscription : 06/06/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part en train de rêver...

~Etat civil~
Race :: Humaine. Différente? Il paraît.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Aphrodite O'Connors.   Mer 25 Juil - 18:12

Re-Bienvenue Aphrodite !

Bien alors concernant ta fiche, j'ai apprécié l'histoire, toutefois concernant le rang de comtesse, je suis prête à te l'accorder si tu repasses un peu sur ta fiche et que tu corriges les fautes. Certaines me dérangent. Voilà, ce sera tout. Bon courage!




Merci à Calypso pour ce superbe Kit ♥️

THE AMAZING STAFF:
 


Entres dans le secret...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melissande A. Sullivans
♥ Comtesse / Adorable Administratrice ♥
♥  Comtesse / Adorable Administratrice ♥
avatar
Messages : 669
Date d'inscription : 06/06/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part en train de rêver...

~Etat civil~
Race :: Humaine. Différente? Il paraît.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Aphrodite O'Connors.   Jeu 26 Juil - 14:49

Bon, je vois encore quelques fautes qui me picotent les yeux, mais ça ira. Attention tout de même! Merci pour tes efforts!

J'ai donc le plaisir de te valider! Le groupe des vampires t'ouvre ses portes et te voilà Comtesse! Bon jeu!




Merci à Calypso pour ce superbe Kit ♥️

THE AMAZING STAFF:
 


Entres dans le secret...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimée Delacroix
♛ Artiste-Peintre de la Cour de ses Majestés ♛
♛ Artiste-Peintre de la Cour de ses Majestés ♛
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 21

~Etat civil~
Race :: Lycaon.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Aphrodite O'Connors.   Jeu 26 Juil - 14:50

Merci infiniment !

Promis je ferais attention durant mes rp's !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-tsubasa.forumsactifs.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Aphrodite O'Connors.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aphrodite O'Connors.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aphrodite, Déesse de l'Amour et de la Beauté
» Docteur Connors, le super-lézard~
» ♥ Liens d'Aphrodite ♥
» Je t'aime un peu, beaucoup, passionnément ... [PV Aphrodite]
» Aphrodite, la déesse de l'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: A_chaque_coeur_son_ouvrage :: ~Entités nouvelles~ :: ~Admis en ces lieux~ :: ~Ñobles~-