Partagez | .
 

 » Il faut dévorer la vie. [PV Erick Vanderkan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stanislava Braginsky
~Duchesse et Garde du Corps du Roi~
~Duchesse et Garde du Corps du Roi~
avatar
Messages : 103
Date d'inscription : 26/02/2012

MessageSujet: » Il faut dévorer la vie. [PV Erick Vanderkan]   Dim 10 Juin - 15:34


    Haut perchée dans son immense drap sombre et étoilée, la Lune illuminait le château du roi Charles de France, qui accueillait par cette douce soirée, toutes les classes sociales de Paris. Tout Paris était en émoi sous ses rayons lunaires. Le bal masqué, aussi appelé « Bal Lunaire » connaissait un franc succès. Des tenues toutes les couleurs et de tous les goûts se mélangeaient, formant une masse grouillante et colorée. Les masques changeaient d'une personne à l'autre, couvrant entièrement ou partiellement le visage, ornés de plumes, de perles ou d'autres accessoires de décoration astucieusement placé pour rendre la chose présentable. On se sentait beau ou belles, insoupçonnable derrière nos plus belles toilettes. Mais en êtes-vous bien sûr ?

    D'une geste las mais toujours gracieux, Stanislava glissa son long manteau sur ses épaules et sortit enfin de ses appartements pour aller se fondre parmi les nobles et le petit peuple. Ses bruits de pas étaient étouffés par les bas de sa robe rouge. Elle fut illuminée par la lumière provenant de la salle de réception mais ses pupilles s'habituèrent très vite à l'éclairage. Ses doigts gantés de soie blanches vinrent effleurer son masque rouge et dorée, puis les réajusta discrètement. Elle chercha du regard son Souverain et l'aperçut, assis sur son trône, sa main droite soutenant son visage peigné de son visage d'indifférence habituelle. Elle ne devait pas trop s'éloigner de lui. N'importe qui pourrait s'attaquer à sa Majesté si elle avait le dos tourné. La vampire ne souhaitait en aucun cas qu'une nouvelle tentative d'assassinat se reproduise. Ce serait le comble s'il se déroulait sous son nez ! Mais qu'importe. La sécurité de son Roi était sa priorité.

    La russe sentait le cuir qui soutenait ses dagues sous sa jupe. Elle esquissa un léger sourire mais fut vite interrompu par deux serveurs. L'un deux lui ôta son manteau tandis que l'autre lui servit un verre de vin, l'un des meilleurs crus de France. Verre à la main, elle se mêla aux autres, s'arrêta de temps en temps pour discuter avec quelques marquises de sa connaissance. Elles ne la reconnaissaient pas parce qu'elles avaient connus Stanislava dans sa livret d'homme, toujours au côté du Roi. Une soirée qui s'annonçait bien calme. Mais l'escrimeuse n'entendait pas cela de cette oreille.

    Debout, près du buffet se tenait le baron de Grenois. Malgré son masque, elle l'avait tout de suite reconnu avec son ventre bedonnant et ses manières déplacés envers ses dames. Ses doigts se crispèrent sur le cristal mais elle retrouva très vite son calme alors qu'elle s'approchait malicieusement de lui, prête à lui infliger une nouvelle humiliation. Son bras effleura le sien puis elle le tendit pour prendre du bout des doigts un amuse-bouche qu'elle porta lentement à ses lèvres, prenant soin de croiser son regard alors qu'elle se nourrissait d'une façon toute à fait suggestive. Ce stupide noble était subjugué par la beauté qui se tenait face à lui. Les hommes sont tellement influençables, pensait la demoiselle. Lorsqu'elle finit sa dégustation, elle retourna au milieu de la foule mais le voilà qu'il la suit, lui demandant une valse. Il était si prévisible. Elle refusa bien évidemment, totalement horripilée par l'idée d'être touchée par cet immonde personnage.

    Les doigts du baron viennent chatouiller sa taille, remontant doucement jusque dans son dos. Stanislava ne cilla point, ses prunelles de jade se fixèrent le liquide rouge dans son vin. L'escrimeuse lui fit face et d'un geste rapide, jeta sa boisson dans le faciès du baron, tâchant par la même occasion les vêtements de ce dernier. Un sourire narquois naquit sur ses lèvres lorsqu'elle força le baron à tenir son verre désormais vide. Le silence s'était installé parmi les nobles. Elle s'éloigna finalement de lui et se dirigea vers un balcon désert. Lorsqu'elle passa le pas de la porte, les murmures montèrent crescendo jusqu'à se transformer en rire.

    La duchesse se délecta de sa farce en contemplant l'astre de la nuit. Elle avait vaguement aperçu un rictus moqueur sur les lèvres de Charles. Mais qu'importe, elle était fière de son acte et personne ne viendrait gâcher ce moment unique et délectable. Des bruits de pas, des bottes de cuir plus précisément, la sortirent de sa rêverie.

    Qui était donc cet homme osant une nouvelle fois l'approcher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

» Il faut dévorer la vie. [PV Erick Vanderkan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~-