Partagez | .
 

 Asuméra et son alter ego.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Asuméra et son alter ego.   Ven 25 Mai - 15:19

    Aucune trace.


    Pff, quel cauchemar, impossible d’arrêter ce pouilleux, un jour la police n’aura plus aucune utilité à cette allure. Enfin, je me dis qu’Asuméra à encore de beaux jours devant elle. J’habite dans un quartier ni riche, ni pauvre de Taram, la capitale d’Asuméra. C’est un coin plutôt tranquille, c’est pas ici que j’ai le lus de travail, enfin, il y en a toujours quelque part. Cinq heure du matin, quelle galère, j’étais encore assis au bureau de ma chambre à écrire un lettre pour ma mère. Quoi !? Il est cinq heure merde ! J’attrape mon imper, mon insigne de police et mon neuf millimètres, la ville a besoin du Sergent Dakamiel.

    Ce qui est bien, c’est que pour aller au poste de police, je n’ai pas besoin de prendre ma voiture, c’est juste à vingt mètres, alors j’y vais à pied. J’arrive à l’intérieur, c’est la cohue totale et personne ne daigne me dire quoi que ce soit. Peut-être que j’aurais la réponse sur mon bureau, qui sait ? Il est au troisième étage et l’ascenseur est en panne, un peu d’exercice ne fait pas de mal. J’enjambe les marches trois par trois et en moins de temps qu’il n’en faut pour leur dire, je suis arrivé à l’étage. Il y a une dizaine de bureaux devant moi, tous en désordre, mais sur ce plan là, aucun ne bat le foutoire qu’il y a sur le mien. Ouais, c’est bien ce que je pensais, il n’y a rien ici non plus. Non, mais bordel ! Je suis le type le plus ignorant du monde pour pas savoir ce qu’il se passe ?

    « Hey Tsalèl, t’as vu le flash spécial ? » Lui, c’est Carl, un gars plutôt musclé, le teint basané avec un accent inconnu au bataillon. « Non, tu sais bien que je n’ai pas de télé. » Il soupira, complètement dépité. « Merde, tu charries là, on est au 52ème siècle et t’as pas de télé ? » Ah oui, j’ai oublié de vous le dire, on est en 5124, en le 27 Décembre plus précisément. « Bref, y a encore eu un cas similaire, dix victimes vidés de leur sang. » Les affaires de ce genre se multipliaient, quatre ce mois-ci pour près de cinquante victime en tout, pas la moindre trace de l’assassin. « Même mode opératoire ? » Je posais la question en sachant pertinemment la réponse, mais j’espérais sincèrement me tromper. « Ouais, pas la moindre entaille sur les corps, pas d’ecchymose et pas une goutte de sang sur les lieux. » Bon sang, comment est-ce possible ? On est à la pointe de la technologie, c’est la police qui a tous les équipements dernier cri et impossible de mettre la main sur ce meurtrier. « Bon, on prend ta voiture, elle est garée juste en face. »

    On a pris les escaliers pour les dévaler aussi vite que je les avais montés. Ne fois dehors, je ne trouvais pas le voiture de Carl. « Elle est où ? » Il m’a regardé tout fier de lui. « Juste en face de toi. » En effet, il venait d’acheter une nouvelle voiture, la troisième cette année. Est-ce que c’est réellement nécessaire de dépenser autant d’argent pour garder une voiture quatre mois ? « La dernière Mercedes, propulseurs amélioré, stabilité au poil et elle ne fait aucun bruit même à deux cents à l’heure ! » Ah bah forcément, si c’est allemand… Non, il faut de belles choses, mais j’en ai juste rien à faire là, on nous attend sur la scène de crime. « Bon, on y va. »

    Dix minutes plus tard après s’être faufilé entre les autres voitures dans le ciel, on est arrivé. Les dix victimes étaient positionnées assises, en cercle les jambes vers l’extérieur. Aucun doute, c’est bien notre homme qui a fait ça. « Comme tu le penses oui, pas d’ambigüité possible, c’est lui. » Non, Carl n’était pas Medium. C’est juste qu’on bosse ensemble depuis plus de cinq ans et que ce n’est pas difficile de savoir à quoi je pense dans ces moments là. « On fait quoi maintenant ? » Bonne question, s’il avait été aussi méticuleux que les fois précédentes, on ne trouvera rien ici. Le pire dans tout ça, c’est que même les victimes ne nous indiquent rien. C’est souvent comme ça qu’on trouve des indices, mais là, les victimes n’ont aucun liens les une avec les autres. Seulement un groupe de personnes au mauvais endroit, au mauvais moment. « Bordel, le lieutenant va nous coller au cul si on n’résout pas cette affaire… » Il avait raison, mais c’était le cadet de mes soucis. Je sens que je préfère que le lieutenant nous fasse la moral toute une année plutôt que d’être une des victime de ce gars là.

    J’étais accroupi face à l’une des victimes lorsque je me suis levé d’un bond en regardant derrière moi. « Quoi ? Qu’est-ce qu’il t’arrive ? » J’avais entendu un genre de ricanement étrange. Je n’ai pas attendu et je me suis précipité en sa direction. Là j’ai vu un gars, vingtaine d’années, race banche, un mètre quatre-vingt, yeux bleus, non-armé. C’était mon job de remarquer les détails en une fraction de seconde. Lorsqu’il m’a vu, il a pris la fuite, je l’ai poursuivis et quand il commençait à être hors de portée, j’ai lancé une grenade immobilisante. Bingo ! Il était pris dans un dôme infranchissable, mais lorsque je me suis rapproché, il s’est mis à rire, à tourné les aiguille d’une montre à gousset et a disparu ! Non, ça c’est impossible ! Rien ne permet de devenir invisible ou de se téléporter, rien !

    Carl est arrivé peu après. « T’as vu quelque chose ? » Je me suis tourné vers lui. « Je l’avais Carl, je l’avais ! » Il me lança un regard dubitatif. « T’es en train de me die qu’il s’es échappée d’une grenade ? Oh mon gars, faut penser à dormir un peu. » Je n’avais même pas la force de lui répondre là-dessus. « Il y a des caméra de sécurité dans toutes les rues, il y a forcément quelque chose. » Au moins, il avait eut sa bonne idée du jour. On est retourné au poste pour visionner tout ça, mais sur les enregistrement, rien. On me voyait bien courir et lancer une grenade, mais j’étais seul. Carl me regardait avec un air de compassion. « Je te dis que je l’ai vu ! » Il jeta un œil sur son portable et se mit à soupirer comme il le fait si souvent. « Te prends pas la tête, on nous retire l’affaire. » Je n’étais pas sûr d’avoir bien entendu. « Quoi ? Mais on bosse dessus depuis le début, c’est notre enquête ! » Il eut un rire nerveux. « Oui et c’est aussi parce qu’on n’a pas avancé depuis le début que d’autres vont bosser dessus à notre place. » Bordel…

    « Qu’est-ce que tu tiens dan ta main ? » J’avais la lettre écrite plus tôt ce matin. « C’est pour ma mère… » Il était étonné. « T’es au courant qu’elle ne va pas pouvoir la lire ? » « Oui, je sais, merci. » Sur ce, je suis partis en direction d’un building assez particulier. Un cimetière de trente étages, deux fois plus petit que les immeubles les plus bas de la ville. Ma mère n’était pas morte, elle tait portée disparue avant que je n’entre dans la police, on ne l’a jamais retrouvé. Il y a quand même une pierre tombale à son nom, à côté de celle de mon père. Dix-septième étage, allée cinquante et une, troisième et quatrième tombe, respectivement pour mon père et ma mère. J’ai posé l’enveloppe devant et je suis partie sans plus de cérémonie.

    Une fois rentré chez moi, je ne pouvais penser à rien d’autre que cet homme que j’étais le seul à voir… La montre ! J’en ai déjà vu une identique auparavant ! J’ai mis mon appartement en désordre jusqu’à trouver la vieille montre à gousset de ma mère. Elle a traversé des siècles dans la famille et effectivement, il s’agissait de la même montre au détail près.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Asuméra et son alter ego.   Sam 14 Juil - 11:24

    Hello.

    J'ai lu ton p'tit récit. Je suppose que c'est qu'un aperçut. J'ai pas mal apprécié, à ma grande surprise. J'suis assez dure sur les écrits. J'suis curieuse : J'suppose que c'est qu'une ébauche ? Le début p'tet ? Un premier chapitre ?

    Bref, si la suite arrive et que j'ai l'temps je lirais.

    [ Ton histoire ressemble à une nouvelle. J'ai tord ? Parce que t'avances très vite. Tu ne mets pas grand chose de stable en place, mais je suppose que c'est voulu Smile

    Autre question, tu as choisi de jouer un homme, c'est ça ? Alors, es-tu toi même du même sexe, ou joues-tu le contraire par plaisir ?


    Au plaisir de te relire, Bonne continuation dans ton écrit !

    Adada ~
Revenir en haut Aller en bas
 

Asuméra et son alter ego.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfermé ? Pouvoir ? Alter Ego ? C'est un GAG ??!!!!.... [Libre]
» alter ego astral
» [Test] Votre Alter-Ego dans Harry Potter
» Quete " Mon alter ego" ville felicitas
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Divertissements :: ~Coin Ecriture~ :: ~Vos écrits~-