Partagez | .
 

 Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Mar 21 Fév - 16:54

DE LA ROSA CATHERINA




feat. avatar
    IDENTITÉ :


    Vampire
    Nom : De la Rosa
    Prénom: Catherina
    Age Apparent: 18 ans
    Age Réel : On ne demande pas son âge à une dame voyons
    Sang-Pur/Mordu/Infant : Mordu
    Date et Lieu de Naissance : 24 mai 1450, Italie
    Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle mais n’ais pas déranger par la compagnie féminine
    Nationalité: Italienne
    Groupe : Vampire
    Classe Sociale: Comtesse




Description Physique :

De longues jambes fines, un ventre plat, une poitrine généreuse et un visage d’ange avec des yeux de la couleur de l’or. De longs cheveux qu’elle aime souvent coiffer en des coiffures sophistiquées mais qui garde un effet naturel. Voici ce qui caractérise Catherina. Etant né en Italie pour ensuite voyager sur plusieurs continents pour ne pas que son identité soit dévoilée, la jeune fille aurait dû avoir un teint halé et il y a quelques siècles c’était encore le cas. Seulement après sa transformation en enfant de la nuit la jeune fille prit un teint blanc voire laiteux ce qui lui donnait un air plus que fragile.

Le fait d’être de la noblesse a permis à la jeune fille d’avoir une peau vierge de toutes marques. Ses mains ne montrent pas de traces de durs labeurs comme celles des paysans mais elles montrent toute la douceur et la délicatesse dont elle est capable. Ses mains fines ne montrent qu’une chose, l’expérience de la musique. Grâce à l’éducation de son père et de ses précepteurs la jeune fille a appris à jouer de nombreux instruments tels que le clavecin, le violon, la flûte traversière.

Pour toute marque la jeune fille a une cicatrice dans le cou au niveau du côté droit, la marque de sa renaissance suite à la morsure de Paolo. Sur sa peau laiteuse cette marque apparaît de couleur argentée.

Depuis sa transformation la jeune fille est dotée d’une beauté sans pareille. Ses yeux d’or sont devenus plus troublants. Seulement sa soif ils peuvent plus ou moins s’éclaircir ou s’assombrir. Tantôt ils peuvent être d’une grande douceur, d’une innocence sans égale tantôt ils peuvent faire preuve d’une froideur à vous donner froid dans le dos. Son jeune âge est toujours un avantage mais ses yeux trahissent une grande sagesse due à son âge.

Dans les livres, aussi nombreux qu’ils puissent être, tout comme les cultures, bien des choses sont dites sur les vampires mais ils s’accordent tous sur un point. Ce sont des êtres surnaturels, à la beauté sans pareil et au charme inexplicable. Catherina ne dérogeait pas à la règle et l’âge à laquelle elle avait été transmutée ne faisait que renforcer cette beauté. Tel une lionne dans le corps d’un doux agneau, Catherina avait l’innocence que l’on donne aux gens de cet âge mais tout ce qu’elle avait vécu et vu lui avait permis d’acquérir une grande sagesse.




Description Mentale :

Autrefois Catherina était une petite fille souriante, aimant la vie en profitant de chaque instant passé avec son père. Elle pouvait passer des heures à lire les travaux de son père, cela la fascinait et l’intriguait. Si son père ne l’obligeait pas à aller se coucher la jeune fille ne cesserait jamais de lire. Pour autant elle n’était pas demandeuse de connaissances supplémentaires auprès de ses précepteurs si ce n’est pour la musique. Elle adorait jouer de la musique, particulièrement lorsque son père était présent pour l’écouter.

Pour comprendre cet amour qu’elle portait à son père, il faut savoir que sa mère ne portait d’attention qu’à ses sœurs car elles étaient plus « sophistiquées » pour reprendre ses mots. Seul son père lui donnait de l’attention et il en avait toujours été ainsi aussi longtemps qu’elle s’en souvenait.

Le fait de devenir un être de la nuit n’avait rien changé à cet amour, elle ne voulait qu’une chose, pouvoir rester avec les êtres qui lui étaient chers. C’était un fait, elle savait qu’à jamais son âme était perdue dans les méandres du mal mais la jeune fille s’y était résignée et évitait de trop y penser.

Ce qui la perdit fût la personne à laquelle elle tenait vraiment, son père. En comprenant ce que sa fille était devenue, ce dernier l’a garda en captivité en lui faisait croire que c’était pour son bien. Aveuglée par la confiante qu’elle lui donnait, Catherina n’avait vu ni le danger ni le risque que cela pouvait lui faire encourir. Cet homme se servait de sa propre fille, de sa chair et son sang, comme d’une expérience. Il expérimentait ses théories, en notait ses conclusions et continuait ainsi de suite en prétextant que c’était toujours pour le bien de celle qui avait toujours été sa favorite.

Mais un jour il alla trop loin et Catherina comprit ses intentions. L’amour innocent qu’elle lui portait se brisa en morceau, ce qui avait mis des années à se construire venait de tomber en cendre en seulement quelques secondes. En disparaissant cette confiance prit avec elle l’innocence de Catherina. Depuis ce jour elle n’accorda plus sa confiance, plus personne ne réussit à toucher son cœur désormais encerclé de pierre aussi dur que le diamant. D’elle,, Catherina ne montre que les apparences, quelqu’un saura-t-il un jour si cette douce et innocente Catherina existe t elle encore ?




Biographie :

- Signorine, aspettate! Piano !

Nous étions trois petites filles qui avions hâte de revoir leur père et notre nourrice n’arrivait pas à nous tenir. Notre père était parti en voyage depuis quatre semaines et nous n’avions pas eus de nouvelles depuis son départ c’est pourquoi nous avions si hâte de pouvoir le voir. Père était un vétéran de la milice. Autrefois grand combattant, il avait été blessée et malgré sa guérison il ne pouvait plus se battre. Toutefois il ne voulait pas abandonné c'est pourquoi il se diversifia. Au lieu de se battre, père devint chercheur mais tout cela on ne l'ébruitait pas. Autrefois il se battait contre les lycans et les enfants de la nuit, à présent il les étudiait pour en apprendre un maximum sur ces êtres différents des humains. C’est pourquoi nous avions cette plantation de rose, père disait que c’était mieux ainsi, que les gens n’avaient pas besoin de savoir.

Ma mère avait donné naissance à trois filles, Maria et Lucia avait deux ans de différence quand à moi j’étais la petite dernière de cette famille. Mes sœurs, de part leur ressemblance, étaient très proches l’une de l’autre tandis que moi j’étais davantage plus proche de mon père. Chaque fois qu’il revenait de voyage je lui posais toutes sortes de questions mais cela commençait toujours pareil.

- Mais père pourquoi partez vous toujours en voyage ?

A chaque fois père riait et finissait par me dire :

- Papa chasse les monstres ma petite Catherina.

Père était un chercheur français qui, tombant amoureux de ma mère, décida de tout quitter pour reprendre l’affaire familiale sans pour autant arrêter son travail. De ce fait j’avais la chance de savoir parler français et italien.

Chaque jour ma mère s’appliquait de faire de moi une vraie petite fille de l’aristocratie, elle était si fière de mes sœurs qu’elle voulait que je suive le même chemin. Malheureusement je n’étais pas de ce genre, pour ma part je préférais observer mon père travailler car je le trouvais fascinant. Tandis que mes sœurs s’amusaient à jour les princesses, moi je préférais lire les travaux de mon père. Cette activité ne l’enchantait guère, il disait qu’une petite fille aussi belle que moi ne devait pas se soucier du monde surnaturel et de tout ce qui nous entourait. C’est ainsi que je grandis dans les livres, préférant leur compagnie à ceux de mes congénères.

A l’âge de seize ans ma mère décida qu’il était temps pour moi d’être promise en mariage, que cela me permettrait de grandir davantage. C’est ainsi que le soir de mon anniversaire ma mère organisa une grande réception, invitant toute l’aristocratie. Je rencontrais plusieurs jeunes hommes mais un seul m’intriguait. Paolo avait tout du bel apollon italien, des cheveux foncés, des yeux verts qui m’envoûtaient pourtant c’était autre chose qui m’attirait chez lui sans trop savoir ce que cela pouvait bien être.

Comme tous jeunes gens de notre époque nous nous baladions accompagnés de ma nourrice servant de chaperon. Paolo n'avait que quelques années de plus que moi pourtant il savait tellement de chose, il avait tellement voyagé et j’aimais l’écouter me raconter de tout ce qu’il avait pu voir. Mon père, sans que je n’y comprenne la raison, semblait fortement intéressé par cette relation. Il me demandait s’il me plaisait, ce que l’on se racontait et bien sûr en bonne fille je répondais à ses questions avec la plus grande sincérité.

Plusieurs mois passèrent et notre relation devint officielle, le mariage était prévu pour l’été de l’année prochaine ce qui enchantait ma mère. Ce soir là c’était le bal d’été de la cour et toute la noblesse y était invitée. Mes deux sœurs et moi même avions revêtu nos plus belles robes et nos plus belles parures de bijoux, pour mes deux sœurs en tout cas. Pour ma part je me contentais d’un collier et d’une bague que m’avait offert mon père. Le repas avait été magnifique et maintenant la Cour nous invitait à prendre place sur la piste de danse. Paolo me demanda ma main pour une valse et je l’acceptais volontiers. Nous dansions au milieu de la foule et certains couples nous regardaient danser avec envie, il faut dire que nous étions parfaits ensemble. Paolo menait la danse et je le suivais à la perfection comme si nous nous étions entrainés alors qu’il n’en était rien. A la fin de la danse mon futur époux m’invita à sortir pour une promenade au clair de lune et je le suivis volontiers. Tout était si beau au dehors, la lune était pleine et il n’y avait aucun nuage. Tout était parfait. Alors que nous discutions je trouvais que Paolo avait quelque chose de changer, ses traits étaient davantage tirés et il semblait fatigué. Soudain ses propos devinrent incompréhensibles. Il me demanda si voyager m’intéresserait, qu’il voulait faire de moi plus que sa femme pour la vie mais sa compagne pour l’éternité. Je n’y comprenais rien, de quoi voulait il parler ? Il me lâcha le bras et prit un peu d’avance avant de se retourner vers moi. Je fus surprise de voir son visage si différent pourtant je ne criais pas. J’avais tellement lu les travaux de mon père que voir un vampire en vrai était plus fascinant qu’effrayant. Soudain tout se passa très vite, Paolo s’approcha sans que je m’en rende compte et soudain je sentis une douleur sourde dans ma gorge. Il m’indiqua de me laisser faire et j'obéis, à vrai dire je n'avais pas vraiment le choix. Son étreinte était si forte que je ne pouvais m'en détacher pourtant il ne me faisait pas mal. Peu à peu je sentais la vie s'échappait de mon corps pourtant je restais consciente. Après de longues minutes qui me parut une éternité, Paolo retira ses crocs de ma chair. Il s'entailla le poignet puis me le tendit en me disant que je devais boire, que c'était la dernière du processus de transformation en vampire. Je ne savais pas si c'était réellement ce que je voulais mais ce qui était sûr c'est que je ne voulais pas mourir, je ramenais donc son poignet à mes lèvres et but son sang. Contrairement aux préjugés que je pouvais avoir cela avait un goût agréable et je me surpris à appuyer plus fort son poignet contre mes lèvres. S'il ne m'avait pas écarté son poignet j'aurais surement continuer à boire son sang, cela m'avait procuré une sensation si agréable que je ne voulais pas m'en détacher. Il me regarda avec amour, essuyant mes lèvres rougies par le sang avec bienveillance. Soudain son sourire disparut de son visage pour laisser place à un rictus de douleur dont je ne comprenais pas la raison. Je baissais légèrement les yeux et vit la pointe d'un pieu sortir de son coeur au niveau du coeur. Paolo mourut devant moi et j'en fus horrifiée pourtant mon corps ne voulait pas bouger puis soudain je ressentis une douleur à la tête. Je me retournais doucement et vis deux hommes derrière moi qui m'avaient assommé mais ma vue était déjà floue et je ne pus voir leurs visages.

Je me réveillais la tête douloureuse, tout était flou mais petit à petit je reconnus ma chambre malgré la pénombre. Je voulus me lever mais n’y arrivais pas, je regardais mes poignets et vis que j’étais attachée.

- Tu ne pourras pas te libérer, inutile de bouger.

Je reconnus la voix de mon père.

- Père, que se passe t il ? Pourquoi suis je attachée ainsi ?

- Tu as été engendrée, Paolo était un enfant de la nuit. Tu es un vampire maintenant.

Je ne sus pas quoi répondre à cela et soudain je compris. J’étais devenue son sujet de recherche, j’étais un vampire et mon père ne me voyait plus comme sa fille mais comme un être de la nuit. Il m’expliqua ce qui s’était passé le soir du bal, Paolo m’avait mordu et en voyant des hommes de la Cour accourir avec mon père il s’était enfui me laissant inconsciente. Je n’eus pas besoin de lui poser plus de question pour comprendre, j’avais lu tous les travaux de mon père depuis ma tendre enfance. Je savais que les vampires se nourrissaient exclusivement de sang, qu’ils ne supportaient pas la lumière surtout quand le soleil est au zénith. En résumé j’étais morte puis revenue à la vie et j’avais perdue mon âme car à présent j’étais une enfant de la nuit. Mon père me dit de ne pas m’inquiéter, il s’arrangerait pour trouver de quoi me nourrir en échange de quoi je restais ici.

Visiblement personne ne savait ce qui m’était arrivée à part ma famille car un jour j’entendis la voisine rendre visite à ma mère et cette dernière lui raconta que j’étais partie chez mon oncle à Rome pour mes études. Je dus donc quitter ma vie de jeune fille pour devenir un vampire dont l’apparence resterait pour toujours celle d’une jeune fille de dix huit ans. A chaque mois qui passait je voyais mon père et chaque membre de ma famille vieillir alors que moi je ne changeais pas, je restais une jeune fille à la fleur de l’âge. Lorsque mon père me jugea prête j’eus le droit de sortir en pleine nuit mais pour me nourrir je m’en remettais toujours à lui. Pour une personne extérieure c’était difficile à comprendre mais pour moi mon père représentait ce que j’avais de plus cher et j’étais convaincue que tous ses actes me concernant n’étaient que pour mon bien.


Je crus cela pendant les premières années de ma nouvelle existence jusqu’au jour où je compris que mon père ne me voyait plus comme son enfant. Un soir il vint me voir dans ma chambre mais depuis que j’avais été engendrée il gardait constamment ses distances avec moi. Cela fait trois jours que je n’avais pas eu de sang et cela devenait plus que douloureux. Mon père me disait qu’il fallait que je tienne et chaque quatre heures il venait me rendre visite pour me demander comment j’allais et à chaque fois il notait tout ça dans son petit carnet. Ce manque de sang me mettait dans un état anormal, je devenais impatiente mais ma douleur était trop intense pour que je pense au dessus.

- Que notez vous dans ce carnet père ?

- Je note mes observations pour pouvoir étudier tout cela.

Soudain je sentis la colère m’envahir, pour lui je n’étais qu’un sujet d’expérience pour lui et rien de plus. Je me demandais alors pourquoi j’étais restée là toutes ces années au lien de profiter de ma condition. Paolo m’avait parlé de voyage, il avait dit que rien n’était plus fort que nous alors pourquoi devais je rester là telle la fille obéissante que j’avais toujours été. Cette vie devait être révolue et cela arrivait aujourd’hui. Ma soif amplifia ma colère et mes canines sortirent d’elles mêmes. La je vis une chose que jamais je n’aurais pensé voir, dans le regard de mon père je vis la peur et je sentis son cœur tambourinait sa poitrine ce qui réveilla mon instinct animal. Ma conscience humaine sembla disparaître de mon être, je ne voyais plus mon père comme tel mais simplement comme une proie. Son cœur accélérait à mesure que j’avançais et son sang ne faisait que me tourmentait un peu plus à chaque instant. Je finis par m ‘abandonner à ma soif et m’attaqua à lui, son sang était si chaud, si vivant que je fus prise de frénésie. Je bus à long trait, sentir son sang coulait dans mon corps était la plus douce des sensations. Quand je me rendis compte de ce que j’étais en train de faire je relâchais tout de suite mon emprise et regardais le corps de mon père gisant à terre. Heureusement son cœur continuait à battre, je m’étais arrêtée à temps pour ne pas le tuer. Il fallait que je parte, que j’oublis cette vie pour pouvoir repartir de zéro.

C’est ainsi que je partis, voyageant et étudiant dans chaque pays dans lequel je me rendais. En deux siècles d’existence j’avais appris de nouvelles langues, découvert de nouvelles cultures sans pour autant ne pas garder un œil sur ma famille. Mes sœurs avaient eu des enfants qui avaient donné naissance à d’autres descendants et le nom De La Rosa avait été perpétré à travers le temps. Notre famille était désormais montée officiellement au rang de duc et duchesse.

De tous mes voyages la France était l’une de mes destinations préférées, c’est pourquoi je décidais de m’installer un peu à la Cour de sa Majesté le roi de France.




Derrière l'écran:


    Pseudo : Lilith
    Age: 23 ans
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: Un partenariat
    Des Remarques ou impressions? Pour le moment tout ça m’a l’air pas mal ☺
    As-tu lu le règlement ? Sire Yes Sire !
    Code du règlement : Validé par Melo



Dernière édition par Catherina De La Rosa le Lun 5 Mar - 16:54, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Jeu 23 Fév - 18:03

Pardonnez ce double post mais j'annonce ici et en ces lieux que ma présentation est terminée
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Dim 26 Fév - 19:43

Yo.
Bienvenue à toi.

Fiche lue.

Les descriptions sont correctes, je pense malgré cela que tu devrais les étoffer plus.

Pour la biographie, j'ai quelques remarques à faire :

- Le père de ton personnage travaillait à la solde du Roi de France. En tant que ... chercheur ? Sur les vampires et Loups Garous ? Ce n'est pas très plausible avec le contexte du forum. Les seules personnes au courant de l'existence des autres races et travaillant pour le Roi sont les membres de la milice, ou une des trois mémoires d'outre tombe qui n'ont aucun enfant(pour le moment en tout cas). Donc bon ... Il va falloir trouver une autre idée.

- La transformation de ton personnage est étrange. Le vampire lui fait boire son sang et elle s'évanouit .. Puis elle se réveille et est une vampire ~ Mouais ~ Pas vraiment. Pour devenir vampire, il faut que la personne soit : soit sur le point de mourir (et là boire le sang d'un Sang-Pur la transforme), soit qu'elle se fasse mordre par un Vampire (et qu'il la vide de son sang) (si j'ose dire), puis qu'elle boive son sang.

- Il faut par ailleurs étoffer l'histoire si tu souhaites être Duchesse (qui est le plus haut rang de la Noblesse je précise).

J'attends donc les modifications ci-dessus.

Préviens moi ici ou par Mp dés que tu as terminé .

A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Jeu 1 Mar - 17:34

Voila les changements ont été faits, j'espère que cela ira.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Dim 4 Mar - 15:42

Les modifications concernant le père de ton personnage ont été effectués, mais pour la transformation pas vraiment non -_-.

De plus penses-tu pouvoir étoffer ? Afin que le rendu me permette de t'accorder un titre de noblesse, et que "duchesse", est le plus haut titre comme je l'ai déjà dit ~

Dans l'attente de ta réponse..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Dim 4 Mar - 20:59

Et si je demande comtesse ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Lun 5 Mar - 15:39

Comtesse me parait plus accessible oui, il faudra malgré tout modifier les détails sur la transformation comme je l'ai dit, mais, a priori, cela devrait pouvoir se faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Lun 5 Mar - 16:54

Voilà j'ai changé la partie transformation en mettant qu'il me "vidait" de mon sang avant de me donner le sien.

Et je demande le titre de comtesse, j'ai fait le changement sur ma fiche.

Y a t il d'autres choses à changer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Jeu 8 Mar - 15:30

Bien. Bon, je te valide en tant que comtesse.

Tu peux faire ton journal de rp et tes relations et liens, ainsi qu'une demande de logement au château/

Bon rp parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    Jeu 8 Mar - 17:51

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Catherina De la Rosa, signorina per la sua maestà (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rosa
» [Guide] RU ROSA
» [Théorie] Pokémon ROSA : rumeurs et théories
» Précommander ROSA ?
» RU Threat List ROSA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-