Partagez | .
 

 Une rencontre inattendue [PV Miss Livingston]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Une rencontre inattendue [PV Miss Livingston]   Sam 5 Nov - 14:55

La nuit tombait doucement sur le château royal mais moi, je n'y faisais guère attention. J'avoue que je ne faisais jamais cas des heures ou si peu. J'adoptais le rythme des chevaux et n'allait me coucher que quand j'avais fini de m'en occuper. Bon, il était vrai que parfois j'allais entamer ma nuit avec quelques amis et jouer aux cartes mais ça, c'était mon petit plaisir qui n'arrivait pas souvent. Ce soir, je finissais d'étriller les chevaux. Pour une fois, je n'étais pas dans les écuries mais dans le pré. J'avais amené quelques chevaux pâturer. L'air était doux et cela leur ferait le plus grand bien. D'ailleurs, les chevaux avaient plus l'habitude de vivre dehors que dedans. J'ai toujours pensé que c'était une grande idiotie que de vouloir les faire stagner dans des box. Même lorsque la tempête se déchainait, les chevaux préféraient l'extérieur. Mais ce n'était que mon avis et les animaux ne m'appartenaient pas. Je suivais les volontés de leur propriétaire mais j'arrivai à toujours à me débrouiller pour leur faire se dégourdir un peu les pattes. Surtout que ces grands nobles froufroutants avaient tendance à ne les enfourcher que pour la chasse et encore. Au final, ce serait plus eux qui auraient besoin d'exercices que leur monture. Ça me faisait toujours rire de voir ces riches très gras essayer de monter à cheval. La plupart du temps, ils n'y arrivaient pas et il fallait pousser sur leur noble postérieur pour qu'ils arrivent à prendre place. Certains se faisaient aussi apporter un tabouret ou un marche pied, quelle idiotie ! Plutôt que de passer leur temps à manger et danser, ils devraient sortir un peu plus. Mais là encore ce n'était que mon avis et il ne valait pas grand-chose. Je n'étais qu'un petit palefrenier.

« Allez, va rejoindre les autres ! »

D'une tape sur la croupe, je laissais le poulain rejoindre sa mère et ses compagnes. Et oui, aujourd'hui c'était les demoiselles qui avaient le droit de profiter de l'herbe grasse du pré. Les étalons iraient plus tard. Mieux valait les sortir séparément sinon ça se terminerait mal. Les étalons se battraient pour avoir l'exclusivité des juments. Je soupirais. Les chevaux ressemblaient parfois aux hommes finalement. Il en fallait toujours un pour essayer de dominer les autres. Pour nous, humains, c'était le roi. Et, au final, il y avait bien pire. Ma condition n'en était pas meilleure mais au moins on, le peuple, avait à manger tous les jours et c'était déjà exceptionnel. Certains monarques ne se préoccupaient pas de leur peuple. La France en avait déjà connu et, malheureusement, elle en connaitrait d'autres. Mieux valait donc profiter de ce roi possédant une certaine humanité.

Le sourire aux lèvres, je ramassais brosses et étrilles dans ma besace avant d'aller vers la sortie. Lorsque j'arrivais sur la barrière, je ne pus m'empêcher de la sauter plutôt que de l'ouvrir. Quel idiot ! Sans faire attention, je me réceptionnais sur ma jambe droite et je grimaçais sous la douleur.


« Aïe ! Punaise de genou ! »

Je me pliais en deux et me frottais le genou. Ce soir, je serais quitte pour me passer une bonne tartine d'onguent. Je n'aimais guère les remèdes des rebouteux mais quand la douleur se réveillait, tous les moyens étaient bons pour la faire disparaître. Honnêtement, je n'étais pas certain que la pommade fonctionnait mais me masser, me soulageait quelque peu. Malgré tout, j'étais parti pour une nuit douloureuse. J'avançais en boitillant un peu et arrivé au bout du chemin, je décidais de couper par les jardins. D'habitude, j'évitais de passer par là. Je préférais esquiver les nobliaux mais là, je préférais retrouver mon logement au plus vite. Claudiquant légèrement, j'avançais aussi rapidement que possible. J'essayai également de limiter mon boitement. Je ne tenais pas à ce que ça se remarque et surtout pas par des nobles prétentieux qui n'attendaient qu'une chose pour vous enfoncer. La nuit était tombée totalement à présent mais les serviteurs avaient allumés les torches dans les jardins, leur donnant un aspect presque irréel, fantasmagorique. Je venais peu souvent là mais j'étais toujours aussi surpris par les prouesses des jardiniers. Les agencements de couleurs, les parterres, les arbustes se juxtaposaient en un tableau merveilleux. Je ne pus m'empêcher de m'arrêter devant un parterre particulièrement travaillé qui donnait l'impression de voir une femme verser de l'eau et tout ça avec des fleurs. Quel travail ! Il faudra que je pense à les féliciter. Ça ne devait pas leur arriver souvent de se faire complimenter. Je me rendis soudainement compte que je faisais plus que déplacé dans cet endroit. Mes vêtements étaient crasseux et je puais le cheval. Personnellement, ça ne me gênait pas, moi j'aimais bien cette odeur. J'avais vécu avec toute ma vie. Dès l'instant où je ne sentais plus cette odeur, j'avais l'impression d'être perdu dans un monde étranger et presque hostile. Bon, c'était bien joli tout ça mais il était temps de rentrer. Je repris alors mon chemin apercevant soudain une silhouette féminine un peu plus loin.

*Oh misère. Il fallait vraiment que je tombe sur l'une d'entre elle ce soir ! Pas de chance.*


Et évidemment, il n'y avait pas d'autre chemin. Je n'avais pas le choix, j'allais devoir la croiser. Levant les yeux au ciel, j'avançais en me tenant sur le côté, histoire de ne pas gêner son passage. Nul doute que j'aurai droit à une réflexion ou à regard de dégoût. Les femmes nobles n'appréciaient guère le palefrenier que j'étais, trop sale, trop puant. Mais bon, elles étaient bien contentes quand le palefrenier s'occupait de leurs chevaux ! Non, il n'y avait rien à faire, les nobles j'aurais toujours du mal avec eux. Aucun ne m'avais jamais donné l'opportunité d'avoir un autre avis et ce n'était pas près de changer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [PV Miss Livingston]   Sam 5 Nov - 18:48

Voilà que le disque solaire déclinait. La journée prenait fin pour laisser place à la nuit. Cachée derrière ses grands rideaux de velours, la belle marquise entrouvrit enfin les lourds rideaux pour jeter un regard vers l'extérieur. Le soleil n'était déjà plus là, la lune montait doucement dans le ciel foncé. La nuit s'installait, la belle demoiselle pouvait enfin sortir sa tête hors du bâtiment afin de goûter au doux silence de la nuit. À défaut de pouvoir se balader avec le chant des oiseaux du jour, la chouette et le hibou l'accompagnaient lors de ses sorties nocturnes. Et oui, la belle ne pouvait profiter des doux rayons de soleil qui pouvaient se montrer lors des belles journées comme en ce moment. Un rayon de soleil ne lui serai pas profitable. Sa pâleur n'en serai qu'affectée, et ce d'une façon assez peu recommandable. Elizabeth était en effet condamnée à vivre sous les pâles rayons de l'astre de nuit qu'est la lune. Et ce pour une durée assez longue pour ne pas dire une éternité. Combien de fois avait-elle vu la lune prendre la place du soleil dans sa longue existence déjà.. ? Un bon nombre de fois déjà. Mais au fil des siècles elle avait pu s'habituer à ce mode de vie plutôt sombre, de toute façon elle n'avait pas eu le choix. Sa vie de lumière lui avait été arrachée il y a de ça longtemps. Arrachée au monde du soleil pour finalement intégrer celui de la nuit. Tout est différent, allant du mode de vie au comportement. Les envies sanguines qu'elle pouvait ressentir, le rejet de la lumière du soleil pouvant la mener à sa perte. Une âme condamnée pour l'éternité voilà ce qu'elle est. Les humains ignorants l'existence de tels êtres seraient incapables d'imaginer une telle vie derrière ce visage fin et noble de jeune fille. Mais cela faisait déjà près de deux cents ans qu'elle était restée sur ses dix-huit ans. Une autre nuit parmi tant d'autres avait commencée.

Aidée par des domestiques pour se préparer comme toujours, la belle s'habilla d'une robe qui était aussi belle que simple. D'une couleur sombre, et légère. Pas besoin de s'encombrer davantage pour une sortie nocturne. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle allait négliger son apparence, la perfection, voilà une qualité qu'on avait tenté de lui apprendre lorsqu'elle était humaine. Cette perfection qu'elle avait réussi à retranscrire durant son siècle d'existence. L'immortalité vous permet bien des choses. Vous avez le temps pour tout faire, vous pouvez ainsi plus aisément vous attarder sur les détails... Une fois prête comme il se doit, Elizabeth sortie de son appartement pour déambuler dans les couloirs. Ce qu'elle souhaitait faire.. ? Aller dans le jardin du château. C'était ma fois un endroit bien calme et serein. Prendre l'air frais ne pouvait que lui faire du bien, après avoir passé sa journée cachée derrière les longs rideaux. La voilà dehors, l'air était un peu plus frais que pendant la journée, mais la température n'en restait pas moins agréable. Au moins elle n'avait pas besoin de couvrir ses frêles bras blancs, contrastant totalement avec la noirceur de sa robe et la couleur sang de ses cheveux. Marchant d'un pas lent et régulier, Elizabeth errait dans les petits chemins du jardin. Le jardin était magnifique certes, mais avait-il la même couleur sous les rayons du soleil ? Elle ne pouvait le savoir, elle ne pouvait qu'avoir ce spectacle nocturne déjà magnifique. Les jardiniers faisaient comme toujours du bon travail, c'était le minimum au fond.. ils ne travailleraient pas ici s'ils n'étaient pas capable de telles prouesses. La noblesse et la richesse rend les Hommes bien tristes et mornes, ne s'émerveillant de rien. L'éternité n'arrangeait pas les choses... Mais.. allait-elle trouver de quoi occuper sa nuit ce soir.. ?

C'était le silence, le jardin était bien vide ce soir. Les humains n'avaient-ils donc pas décidé de s'attarder dehors ce soir.. ? Cela est fort dommage, leur compagnie pouvait se montrer amusante et divertissante. Elizabeth ne prenait pas tous les humains pour des repas, elle était une bête assoiffée de sang certes, mais pas idiote non plus. Et là.. des bruits de pas. Relevant la tête, ne ralentissant pas pour autant sa marche la jeune noble lança un regard à la personne qui se trouvait un peu plus loin devant elle. Habituée depuis longtemps à l'obscurité, elle pouvait sans mal affirmer que c'était là un jeune homme, et de classe sociale non élevée au vu de ses vêtements. Il se mit de côté afin de ne pas déranger la marche de la Demoiselle. Le rythme de ses pas étant toujours le même, rien ne laissait présager qu'elle comptait s'arrêter. Après tout, quelle raison pouvait-elle avoir pour s'arrêter devant lui ? Mais tout est bon pour se divertir, et il semblerait qu'elle n'allait pas rencontrer beaucoup de personne cette nuit. Autant prendre ce qui lui tombait sous la main. Peu avant de croiser le jeune homme, Elizabeth s'arrêta pour le regarder légèrement. Un léger sourire aux lèvres, elle le dévisagea un instant. L'odeur forte du cheval arriva au nez fin de la jeune femme. Un palefrenier certainement.. cette odeur déjà forte pour un humain lui montait au nez d'autant plus que son odorat était plus fin que la moyenne. Sensation fort désagréable, mais elle allait faire avec.

Ce n'était pas vraiment courtois de le dévisager ainsi, Dieu sait ce que le jeune homme était en train de penser de la Demoiselle qui avait pris la peine de s'arrêter pour le regarder de haut en bas. Arborant toujours son fin sourire, Elizabeth prit finalement la parole, parlant d'une voix douce et claire. Une voix de jeune fille calme et posée.

– Bonsoir jeune homme. Il est bien tard pour se promener après une dure journée de travail... Que faites-vous donc dans ces jardins déserts.. ?

Ce qu'elle voulait faire ? Uniquement commencer la conversation, s'occuper.. et peut-être se divertir. Ce n'était pas un palefrenier qui allait lui adresser la parole, elle devait donc le faire elle-même. Elle n'était pas du genre agressive non.. mais elle ne rayonnait pas vraiment. Attendant une réponse et peut être une présentation de celui-ci, Elizabeth restait ainsi en face de lui, le regard fixe et calme, le sourire à ses lèvres toujours figé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [PV Miss Livingston]   Mer 9 Nov - 21:42

Et... crottin de cheval ! Il avait fallu qu'elle s'arrête à ma hauteur ! Je n'avais donc pas le choix, je devais en faire autant. Je stoppais ma progression et priait le ciel pour qu'elle me pose une question bien stupide du genre « c'est par où la sortie, monsieur le pécore ? ». Ce genre de remarque m'aurait tout à fait satisfait, je lui réponds, elle s'en va et moi aussi. Mais ça aurait été trop facile. J'évitais de soupirer en entendant sa question même si le cœur y était. Tête toujours inclinée, je prenais une voix qui se voulait respectueuse.

« Bonsoir Dame. Je rentrais simplement chez moi, aux écuries. La route est plus courte par les jardins. »

Je n'allais pas plus avant dans mes explications. D'abord parce qu'elle devait s'en fiche totalement, ensuite parce que j'avais pas envie de parler pendant un temps infini, enfin, j'allais pas lui dire que je comptais rentrer par les jardins parce que j'avais un mal de chien au genou. Je restais toujours les yeux au sol, tête inclinée. Je voyais juste le bas de sa robe qui semblait noir. Quelle drôle de couleur ! Serait-elle en deuil ? Le noir n'était pas la couleur, si on peut qualifier le noir de couleur, préférée de la noblesse. Les dames préféraient les couleurs vives voir tape-à-l'oeil. Même en cas de deuil, elles privilégiaient le violet au noir. Une extravagante, sans doute, qui voulait se faire remarquer. Nul doute que ça devait être le cas.

J'attendais un moment mais voyant qu'elle ne disait rien, je me décidais à parler. C'était pas forcément bien vu mais fallait bien débloquer la situation. Dans l'absolu, elle avait parlé la première, si je me montrais poli et déférent, je pouvais très bien parler sans qu'elle parle de nouveau.


« Permettez-moi de me présenter, je me nomme Alexandre Verdier, palefrenier en chef du palais. Puis-je vous être d'une quelconque utilité ? »

Une main posée sur le cœur, je m'inclinais, histoire de mettre les formes. Même si je n'étais que palefrenier, on m'avait appris les us et coutumes du palais afin d'éviter tout impair. D'ailleurs, ça m'avait toujours profondément ennuyé pour ne pas dire autre chose. Toutes ces leçons de courbettes, c'était d'un ennuie mortel. Et une courbette par ci, et une révérence par là, et connaître les rangs, et s'exprimer de façon neutre et polie. J'avais moins de problème à débourrer un poulain qu'à apprendre toutes ces idioties. Mais bon, c'était les règles de l'étiquette. Et dire que certains nobles se prenaient la tête pour un « de » qui manquait ou s'il y avait un « pour » à la porte de leurs appartements. Alors ça, ça me faisait bien rire le coup du « pour ». Soit disant que s'il y avait un « pour », c'était comme une invitation personnelle du roi. Alors que sans le « pour », c'était limite la disgrâce. Non mais franchement, les humains, enfin les nobles, se prenaient vraiment la tête pour rien. J'étais bien mieux avec mes chevaux. Eux, ils se fichaient bien d'avoir écris « Pour Sleipnir » ou « Sleipnir » tout court sur leur stalle. La noblesse, qu'elle drôle d'espèce que celle-là !

Je continuais de faire le pied de grue. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle se présente sauf si elle trouvait ça utile. Les nobles étaient si imbus d'eux-même, se présenter à un simple roturier, palefrenier qui plus est, ne faisait pas parti de leur façon de faire ou de leur règle de vie. Mais je ne pouvais pas partir avant elle, lui tourner le dos aurait été un affront. Je restais donc ainsi, vouté, attendant le bon plaisir de la dame.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [PV Miss Livingston]   Sam 12 Nov - 15:11

Bien évidemment le jeune homme s'arrêta lorsque celle-ci arrêta ses pas. Il aurai été bien impolie qu'un palefrenier continue sa route en ignorant royalement une marquise qui s'adressait à lui. Au moins on pouvait dire que les bonnes manières étaient acquissent pour lui. Mais le protocole était là bien strict. Elizabeth le savait avant même d'être un vampire. Tant de politesse et de courtoisie. Au fond il n'y avait rien de tel pour empêcher une conversation sereine et posée. Mais ainsi allait le monde, et il fallait se plier aux règles de celui-ci, peu importe que vous soyez humains, vampires ou même lycans... En tant que gentil homme il répondit bien sûr à la question que la demoiselle lui avait posée. Au fond elle n'en avait que faire, mais ainsi elle avait pu engager une conversation. Restant silencieuse, Elizabeth attendait. Elle voulait savoir s'il allait se décider à se présenter en premier. Et c'est ce qu'il fit, suivant toujours cette étiquette à la lettre, le jeune homme ne se défila pas, même s'il ne souhait peut être guère la compagnie de la marquise. Il se présenta, il se nommait ainsi Alexandre Verdier et était le palefrenier en chef du château. Et bien vu l'odeur qu'il transportait avec lui, sa profession n'était pas vraiment une surprise pour la femme bien au contraire. Cette odeur lui piquait tellement le nez, mais elle savait rester de marbre et ne pas montrer le désagrément que cette odeur pouvait lui causer. Ayant toujours un léger sourire elle le regarder faire. Elle le regardait se présenter et s'incliner un bon nombre de fois. S'en était presque amusant, le voir ainsi se plier à des règles inventées par l'être humain lui-même. Mais s'en était assez, ce n'était pas en le laissant ainsi qu'elle allait pouvoir tuer un peu de temps avec lui. Élargissant légèrement son sourire Elizabeh remit d'un geste gracieux quelques de ses cheveux rouges qui lui tombait en trop grand nombre sur ses épaules. Elle prit finalement de nouveau la parole d'une voix claire et douce.

– Allons redressez-vous. Cessons toutes ses formalitées.

C'est vrai que.. est-ce que vous vous voyez parler avec quelqu'un qui passe son temps à regarder le sol, ayant peur de croiser votre regard. Peut-être qu'il allait être réticent à faire part de l'étiquette mais qu'importe, Elizabeth comptait bien mener la dance de cette soirée. Il lui proposait de ses services.. ? Oh, ce n'était pas vraiment qu'il pouvait lui être d'une aide quelconque, mais elle devait avouer que passer un peu de temps en sa compagnie en espérant se divertir un peu pouvait lui être bien utile. Mais ce service-là.. accepterait-il de le fournir en serait-ils seulement capable.. ? Elle le verrait bien de toute manière. Laissant un petit rire s'échapper de ses lèvres, elle enchaina ses paroles, ne lui laissant pas vraiment le temps de pouvoir répondre ou même contester cette demande un peu spéciale de sa part.

– Bien maintenant permettez-moi d'au moins me présenter. Mademoiselle Elizabeth Livingston, Marquise résident dans ce château.

Elle avait tout de même le droit de se présenter si l'envie la prenait... Ce n'était pas une obligation pour elle, mais elle avait le droit de faire ce qu'elle voulait. Croisant les bras, elle regarda un instant le jeune homme de haut en bas. À la fois simple et charmant, rien de plus à dire. Mais il semblait bel et bien coincé par l'étiquette. Faisant un sourire un peu plus large, une petite idée lui vint en tête... Ce qu'elle comptait faire ? Le décoincer un peu pardi. Et Dieu seul sait quelle réaction allait-il avoir. Allait-il être conciliant ou tenterait-il de garder des distances en s'opposant à elle. Que voilà un bien étrange manière de s'occuper. Mais plus le temps vous paraît long plus vous cherchez à vous occuper. Et rien ne peut vous amuser, la preuve en ce moment même. C'était un peu comme un chat qui s'amusait à regarder une souris se débattre coincée entre ses griffes. Car c'était un peu le cas, le jeune homme ne pouvait se défiler ainsi. Ou du moins, même s'il tentait de le faire, elle le retiendrait autrement.. enfin bref ! Etant du genre plutôt direct lorsqu'elle voulait obtenir quelque chose, Elizabeth fit un sourire qui mêlait le charme et une once de tristesse. Bien sûr c'était de la pure comédie. Ayant pour habitude de bien longtemps d'user son charme et ses talents d'actrice pour obtenir ce qu'elle voulait des humains. Les dévorer ? Les faire souffrir ? Ou tout simplement pouvoir les guider comme elle l'entendait comme actuellement. Les humains se font souvent avoir par les sentiments, ce jeune homme allait-il faire exception.. ?

– Vous me proposez de vos services.. ? Oh.. et bien la seule chose dont je puisse avoir besoin en ce moment même est un peu de compagnie. La nuit peut être bien longue lorsqu'on est seule.

Oh bien sûr il y avait du vrai dans ce qu'elle disait. Mais au fil des siècles la solitude était devenu comme une compagnie pour elle. Jeune homme gentil et docile ? Ou bien rebelle ? Elle le testait un peu à sa manière. Cependant il était chanceux dans un sens, ce soir sa soif semblait la laisser en paix. Du moins.. pour l'instant. Sa véritable nature doit être un secret bien gardé après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [PV Miss Livingston]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre inattendue [PV Miss Livingston]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!
» L'anniversaire de Miss Gwenny !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~-