Partagez | .
 

 Voici Estelle Antoweif.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Voici Estelle Antoweif.   Sam 22 Oct - 14:56

Estelle Antoweif




Arehandora's deviantArt, Edelweis.
    IDENTITÉ :


    Vampire
    Nom : Antoweif
    Prénom: Estelle
    Age Apparent : 18 ans.
    Age Réel : 20 ans.
    Sang-Pur/Mordu/Infant : Infant.
    Date et Lieu de Naissance : 21 décembre en Italie dans la campagne sous la neige et le givre.
    Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle en théorie mais elle peut se servir aussi bien des femmes que des hommes si cela peut lui permettre d'avoir des informations secrétes ou si elle y voit un quelconque intêret.
    Nationalité : Elle est française mais elle a des origines italiennes.
    Groupe : Vampires.
    Classe Sociale : Marquise s'il vous plait.




Description Physique :

Un rayon de soleil sortit Estelle de son sommeil. Grommelant derrière les rideaux de son lit à baldaquin, elle remua faiblement, les draps de velours remontés jusqu'au sommet de sa tête qu'elle cachait sous ses oreillers. La domestique qui l'avait tirée de son sommeil lui apporta immédiatement un verre d’eau fraiche qu'elle but et enfin, ce rituel accompli, elle se leva. Dans sa jolie tenue de nuit en soie blanche, elle ressemblait à un ange. Encore endormie, elle rêvassait calmement en regardant par sa grande fenêtre, maintenant ouverte et entendit l'horloge sonner 11 heures.

Elle sortit de sa rêverie lorsqu’une domestique, sans doute entrée pendant qu’elle observait la cour, la fit assoir à sa coiffeuse. Après une toilette minutieuse, elle lui tressa -contrairement à son habitude - ses longs cheveux de soie en un chignon artistique mi-décoiffé qui donnait à ses légères boucles d’argent, un air négligé trouvé charmant par les nobles de la cour. Ordinairement, elle se coiffait seule et elle ne mettait dans ses cheveux qu’une petite pince pour dégager ses yeux. Le fait qu’aujourd’hui elle se fasse coiffer comme une poupée en disait long sur son occupation de la journée.

La domestique termina enfin son œuvre et d’autres vinrent l’aider à s’habiller. La robe était immense, bleue pâle, elle était horriblement trop chargée. Elle avait un corsage très serré, bleu satin, orné d’immense fleurs et de rubans. Elle ne voyait pas un seul centimètre carré de libre et une immense jupe tombait en cerceaux jusqu’à ses pied. Une large ceinture -seule chose qui lui avait paru un tantinet utile- affinait encore sa taille. Cette ceinture allait lui servir pour cacher une perruque qui dissimulerait ses cheveux blancs aisément reconnaissables et une petite trousse de maquillage pour se dissimuler parmi d’autres nobles. Ces accessoires lui serviraient pour espionner d’éventuels secrets et elle les avait en permanence sur elle. La robe était exactement le genre de vêtement qu’Estelle détestait. Avec un frisson de répulsion, elle se força à se laisser habiller et vit son corps menu disparaître sous les gigantesques jupons de la robe. De son habituelle dignité glaciale, elle fit signe aux domestiques de se retirer et une fois qu’elles furent toutes parties, elle laissa transparaître son dégout. Estelle savait parfaitement dissimuler ses émotions sous un masque de grâce et de politesse grâce à ses traits encore enfantins figés à jamais par le vampirisme.

Tournant la tête vers son miroir nacré, elle détailla son reflet : de beaux yeux gris avec de longs cils entrainés à voir tous les détails, un visage d’une finesse incomparable, une belle bouche rosée, une peau immaculée, une magnifique chevelure d’argent … Oui, de tous points de vue, elle était parfaite. Peau de nacre pour cheveux de neige, elle était la pureté et la perfection incarnée. A dire vrai, sa seule imperfection physique était une petite tache de naissance, sur son épaule droite comme pour lui rappeler qu’elle était en partie humaine. Ses yeux descendirent alors plus bas. Sa taille de guêpe était enserrée par l’ignoble corsait de la robe et elle détourna les yeux. Estelle était le genre de femme à qui tous les vêtements allaient. Avec ses 1 mètres 65 et ses 50 kilos, elle était juste assez grande et élancée pour ne pas passer pour une géante. Connue comme une femme élégante et raffinée même parmi la noblesse connue pour ses critères d’élégance particulièrement exigeants, elle était passée maître dans l’art de la manipulation et arrivait parfaitement à dissimuler son caractère rieur et joyeux. Sauf à une seule occasion, songea t-elle. Oui, cette occasion là. Elle avait honte de l’admettre, mais elle ne tenait pas l’alcool. Dès qu’elle buvait un verre, elle devenait aussitôt très disons …heureuse et elle avait tendance ainsi à câliner le premier venu ou à révéler toute la vie d’un malheureux passant. Elle évitait heureusement ce genre de situations et, si elle y était obligée, elle coupait la boisson avec beaucoup d’eau pour diluer l’alcool. Prise d'une soudaine migraine, elle hésita un instant à se faire porter pâle et à se vautrer dans ses nombreuses peluches mais sa soif d'apprendre l'emporta sur son dégout et elle ouvrit dignement la porte attrapant son chapeau bleu à plume au passage. D'après ce que Lorena lui avait dit, il s'agirait d'un pique nique entre personnes hauts placées et il serait organisé par une certaine dame d'assez peu d'importance. Ordinairement, elle ne s'y serait même pas intéressée. Le seul souci chez cette dame, hors son physique peu avantageux, était sa tendance à comploter. Elle s'en était prise à un ami de sa tante qui l'avait pris comme une insulte. Elle allait convaincre cette femme de se retirer à la campagne pour quelques années. Après tout, comment se douterait-elle que tout ses secrets allaient être dévoilés par un démon au sourire angélique ?

Avançant gracieusement dans le couloir pour rejoindre la petite cour, ses jupons cian flottant comme des serpents autour de ses jambes fines, elle regretta une fois de plus ses habituelles robes indigo. Elle aimait les robes simples, moins chargées, accompagnées seulement d'une ou deux fleurs sur le corsage qui ne l'étouffait pas. L’immense collier de diamant qu’on lui avait passé autour du cou pesait bien lourd par rapport aux habituels tours de cou qu'elle se plaisait à porter. La seule chose qu’elle avait gardée était son médaillon qui contenait un petit portrait de ses défunts parents, elle n'aurait pas permis qu'on efface leurs existences. En tournant au coin d'un couloir, ses yeux croisèrent une énième fois son reflet de poupée écervelée et obéissante. Qui que soit la personne pour qui elle devait s’habiller ainsi, elle allait le regretter et lui livrer tous ses secrets, elle se le jurait. Personne n'avait le droit de la considérer comme une poupée. Préparant son sourire d’ange innocent, elle franchit la porte et dit de sa voix céleste, si parfaite :

-J’espère ne pas vous avoir trop fait attendre, madame.

Elle rit intérieurement, sa cible allait vite regretter d’avoir un jour croisé la route de Estelle Antoweif. Et ce dieu pathétique en lequel elle croyait sans doute n'allait certainement pas l'aider.


20 lignes minimum demandées


Description Mentale :

Comment décrire la mentalité d’Estelle? C’est très dur et même elle ne se connait pas totalement.

Pour commencer, Estelle est élevée par sa tante qui est riche. Elle a donc reçu une parfaite éducation de lady. Elle est polie et respecte les titres de noblesse. Ensuite, elle est absolument et profondément athée. Elle ne peut après tout pas croire en un dieu qui veut la voir mourir, si ?

Sinon, niveau comportement, nous avons d'un côté la marquise Estelle Antoweif avec ses manières parfaites et son magnifique sourire d’ange pur et innocent et de l’autre, nous avons la vampire, la prédatrice acharnée, experte en manipulation aussi belle que redoutable. Prête a tout pour avoir ce qu’elle désire.

Chacune fait parti d’elle. La première est la noble hypocrite qui flatte le monde en quête d’informations sans que personne ne se méfit. C’est aussi la vraie Estelle, celle qui est passionnée par le savoir et la vie, l’Estelle qui aime la musique et les peluches, celle que peu de gens connaissent réellement. Ils ont généralement affaire à l’Estelle douce et hypocrite ou alors à celle qui menace ou tue ses ennemis. La deuxième Estelle est obsédée par le savoir. Elle ne supporte pas d'ignorer ne serait-ce qu'un minuscule détail sur la vie d'une personne. Cela la met dans une rage folle quoique passagère et la fait se sentir impuissante. Cependant, Estelle n’est pas suicidaire. Il ne lui viendrait jamais à l’idée –par exemple- d’espionner la vie d’un roi ou d’un prince. C’est qu’elle tient à sa tête, la petite !

Seuls ses amis proches connaissent son vrai tempérament : joyeux, rieur, imprévisible et légèrement rêveur.
Elle craint par dessus tout d'être trahie par son entourage ce qui la rend parfois un peu égoïste et légèrement froide. Quand elle ne sait rien d’une personne, elle s’en fait immédiatement un ami pour mieux l'approcher. D'ailleurs, il est assez rare qu'elle apprécie sincèrement quelqu'un. Elle respecte énormément ceux qui sont capables d'être francs.

Estelle n'est pas méchante mais juste prête à tout pour savoir ce qu'elle désire. Elle est devenue la reine de la manipulation. Menteuse, un peu égoïste, elle se sert souvent de ses atouts (son visage et le reste de son apparence) pour apitoyer ses « victimes ». Ainsi, elle est capable de pleurer sur commande avec un battement de cil.

Que dire d’autre ? Ah oui ! Estelle déteste son état d’infant et a peur de perdre tout contrôle sur ses pulsions. Elle évite donc les chasses et les lieux où il risquerait d’y avoir du sang. Elle craint de faire involontairement du mal à ses proches. Même si elle le cache très bien, elle reste une dame très sensible.

A part collecter des informations partout dans le monde, elle aime beaucoup voyager, la musique (elle joue du piano et sait chanter), les romans d'amour, les peluches et les fleurs (elle adore les roses).

Elle a été élevée par sa tante vampire avec qui elle s’entend à merveille et y est très attachée.
Elle n’aime pas le noir qui lui rappelle la mort de ses parents, les chrysanthèmes pour la même raison, les cimetières et les imprévus.
Elle aime les fraises, les animaux (surtout les chats) et les surprises même si elle refuse de l’avouer à quiconque. Elle est très chatouilleuse au sujet de sa taille et de son apparence d’une jeune femme de 18 ans.

Elle déteste qu’on la prenne de haut ou qu’on la traite comme la jeune fille dont elle a l’apparence.

Elle juge stupide ceux qui sont incapables de se méfier d’elle, ceux qui la sous-estime. Elle tire une très grande fierté de son "travail" de chercheuse et méprise ceux qui se moquent d’elle. Elle déteste les gens trop orgueilleux ou trop surs d'eux, les menteurs et surtout les lâches.

D'une certaine manière, elle admire les gens naïf : elle se demande comment ils peuvent survivre en étant aussi stupides. Elle ne s'en prend généralement pas à eux sauf si elle est obligée. Elle respecte leur stupidité. A savoir cependant, 70 % de ses sautes d'humeurs sont dues à ses rencontres avec les idiots du même genre. Ses colères peuvent être divisées en deux catégories : les sautes d'humeur et la colère froide. Les premières sont plus fréquentes et se manifestent par des crises de nerfs. Très discrète, Estelle ne s'énerve jamais en public, elle attend d'être seule. Elle s'enferme généralement dans une pièce et détruit tout ce qui se trouve à sa portée (vase, commode, tapis, rideaux, ....). Cela représente 98 % de ses colères annuelles. La seconde catégorie de colères est bien plus dangereuse. Il s'agit des trahisons. Estelle réagit très calmement, froidement. Elle hait immédiatement la personne responsable et ne lui parle qu'avec de nombreuses insinuations sur le passé de cet personne ou sur certains événements honteux gardés secrets. Ce genre de colère peut parfois durer plusieurs années.

Son rêve secret et inavouable est de fonder une famille heureuse mais elle est persuadée que c'est impossible.
Elle est joyeuse et sans doute un peu insouciante mais ce n'est pas pour autant qu'elle hésitera à utiliser ses informations ou son couteau pour abattre son ennemi. Elle sera sans doute immédiatement affectée d'avoir tué quelqu'un (elle respecte la vie) mais elle ne le regrettera pas pour autant. Vous voilà prévenus.

Elle a une mémoire redoutable et peut se montrer très rancunière (voir plus haut). Elle est très intelligente et ses yeux sont exercés à prêter attention aux détails insignifiants. Comme personne ne la connait vraiment, elle peut se montrer très imprévisible.

Quand elle boit trop d'alcool, elle laisse place à une seconde personnalité. Lorsque cela arrive, elle devient... hé bien...joyeuse. Elle ne pense qu'à s'amuser, s'amuser étant pour elle de révéler toute la vie d'un malheureux passant au public ou de danser. Elle ne peut sortir de cet état que si on l'assomme ou si elle s'endort. Elle a plutôt honte de son incapacité à tenir l'alcool.

20 lignes minimum demandées


Biographie :

Italie : 11 mai 1657.

Il était prêt. Il avait réfléchi toute la nuit avant de finalement prendre sa décision. Il l'attendait. Il lui avait demandé de venir seule à la roseraie de la demeure et il serrait sa main tellement fort sur la petite boîte qu'on aurait dit qu'il allait la briser. Enfin, elle arriva. Une longue chevelure d'argent assombrie par l'immense ombrelle qui la protégeait du soleil et une peau d'une pâleur cristalline. Il ne put se retenir de rougir. En bafouillant, il lui proposa un siège qu'elle accepta avec un charmant sourire. Il engagea alors la conversation :

- C'est une belle journée miss, n'est-ce pas ?

Elle le regarda en souriant avant de répondre d'une voix mélodieuse :

-Très belle en effet. Quel dommage que ma santé m'empêche d'aller au soleil. J'aurais aimé vous y accompagner. Il est rare que vous souhaitiez me voir en privé, monsieur le marquis. Puis-je vous demander pourquoi ?

Comme attendu de sa part, elle avait vu clair dans son jeu.

-Miss...Johanna...Je n'ai pas pu dormir cette nuit. Vous occupiez toutes mes pensées.

-Toutes vos pensées ? Vous me flattez Alexis.


Il lui sembla pourtant malgré son ton mondain parfaitement banal que sous son léger maquillage, elle rougissait légèrement. Se pourrait-il qu'il ait une chance, aussi infime soit-elle, que la dame partageât ses sentiments ? Impossible ! Pourtant !

-Je vais sans doute vous paraître n'être qu'un ignoble goujat mais je ne puis me taire plus longtemps. Nous nous fréquentons depuis deux mois. Johanna, voulez vous m'épouser ?

Il s'était agenouillé à ses pieds, attendant anxieusement la réponse de la jeune femme qui sentait quant à elle son cœur battre à toute vitesse. Combien de fois avait-elle rêvé de ce moment ? Sans réfléchir et sans rien dire, elle prit simplement la bague et la glissa à son doigt. Elle était parfaite. Elle ne pensait même plus à leur nature si différente. Elle aimait cet humain et elle l'épouserait. Advienne que pourra, elle prononça quelques jours plus tard, le oui fatidique.

Italie : 21 décembre 1659.

En cette froide nuit de 21 décembre, le château des Antoweif se dressait impassible et magnifique. Pas un cri, pas un souffle de vent ne venait déranger l’apparente tranquillité des lieux. Pourtant, un terrible drame se jouait dans le domaine d’apparence si paisible. Johanna Antoweif, l’épouse du marquis Antoweif mettait au monde un enfant. Rien de malheureux apparemment. Pourtant, l’accouchement était encore prématuré. La marquise n’attendait cet enfant que depuis sept mois et il semblait y avoir un grave problème.

A l’intérieur du logis, des domestiques couraient en tout sens mais en silence. Leur inquiétude était palpable. Ils chuchotaient en jetant des regards inquiets vers une porte au fond du corridor. Un cri retentit soudain venant de cette chambre fermée.

Dans cette pièce se tenait quatre personnes. Deux femmes et deux hommes. La première femme était allongée dans un lit, sa peau pâle assortie à ses cheveux d’argent : il s’agissait de Johanna. Elle serrait compulsivement la main de l’autre femme qui avait les cheveux aussi bruns que ceux de Johanna étaient blonds. Elle s’appelait Lorena. Elle était la sœur de la mourante. De l’autre côté du lit, un homme priait en sanglotant silencieusement pour cette femme à l’aube de la mort. Il s’agissait du marquis Alexis Antoweif. L’autre homme était un médecin et il
regardait avec pitié sa patiente qu'il savait comdamnée. Enfin, le bébé sortit et poussa son premier cri.

Johanna fit aussitôt signe à sa sœur et au médecin de sortir et demanda à son époux de lui porter le bébé. Dès qu’elle l’eut dans les bras, son visage s’éclaira et un pâle sourire étira ses lèvres pâles. Elle prit la parole :

- C'est une jolie petite fille. Elle est mignonne, tu ne trouves pas ? Elle a le même nez que toi. C'est adorable. Elle nous ressemble a tout les deux. Comment veux-tu l’appeler ? Je propose Stella. En français, c’est l’équivalent de Estelle. Joli, non ? Dans ma langue maternelle, cela veut dire étoile. C'est exactement ce qu'elle est pour moi, un rayon de soleil argenté.

Le marquis la regarda sans répondre puis pris finalement l’enfant dans ses bras et l'observa avec une tendresse mêlée de tristesse. Elle ressemblait tant à sa mère !

-Alexis, tu sais que je vais mourir n’est-ce pas ? Notre fille est une infant. Une demi-vampire. Promet moi que quand je serais morte, tu prendras soin d’elle. Elle risque de me détester toute sa vie alors, je t’en prie, éduque là avec amour.

Alexis promit à cette femme tout ce qu’elle demandait et Johanna, se penchant une dernière fois sur sa fille lui
murmura avec tendresse :

-Arrivederci, Stella. Io amo tu.

Elle mourut quelques heures après. Alexis tint sa promesse et éleva Estelle avec amour. Il mettait régulièrement du sang dans ses aliments sans qu’elle s’en rende compte. Ainsi elle grandit dans l’ignorance jusqu’à ses 14 ans où son père mourut lors d’une partie de chasse. A l'enterrement, on lui porta une lettre de son père qui lui était adressée. Elle l'ouvrit en tremblant, prise d'un horrible pressentiment et lu :

"Ma très chère fille. Je n'ai pas eu le courage de te révéler tes origines et aujourd'hui encore, je tremble à l'idée que tu en viennes à nous détester ta mère et moi. Comme tu le sais, ta mère s'appelait Johanna et tu lui ressembles beaucoup. Elle souhaitait de tout son cœur te voir grandir mais cela n'a, comme tu le sais, pas été possible.

Je n'ai pas été tout à fait franc avec toi mais si tu lis ceci cela veut dire que je ne suis plus de ce monde et donc qu'il te faut connaître la vérité. Ta mère n'était pas humaine. C'était une vampire. Tu as sans doute du mal à me croire mais sache que je ne te mens pas. Tu es notre enfant. Tu es une infant. Une demi-vampire.

J'aurais préféré taire à jamais ce secret mais c'est impossible. Je désire que tu sois recueillie par ta tante maternelle. Comme tu l'as sans doute deviné, elle n'est pas humaine mais je lui fais entièrement confiance pour assurer ton éducation. Elle t'expliquera tout ce qu'il te faudra savoir et je prie pour que tu deviennes la plus belle dame que le monde ait vue. J'espère que tu me pardonneras de t'avoir caché tes origines. Sache que je t'aime et que je t'aimerai toujours.

Affectueusement,

Ton père."


Estelle ne crut d'abord évidemment pas à la lettre. Sa mère ? Une vampire ? Ridicule ! Pourtant plus elle y réfléchissait plus cela lui semblait plausible. Son père ne l'avait-il pas toujours mise en garde de s'approcher du sang ? Ne lui avait-il pas toujours interdit d'en regarder ? Elle avait toujours cru que c'était du gagatisme au dernier degré mais il lui semblait maintenant comprendre. Décidée à découvrir ce que son père avait voulu dire dans sa lettre, elle se prépara donc à aller voir cette tante inconnue.

Ainsi, elle parti pour la France où elle fut recueillie par sa tante vampire, la marquise Lorena Antoweif. Lorena était totalement différente de ce qu'elle s'imaginait. Elle pensait trouver une tante douce et raisonnable alors qu'elle trouva une tante lunatique et extravertie. Au vu de ses réactions, Lorena n'avait de toute évidence jamais fréquenté d'enfants. Ainsi lorsqu'Estelle arriva, la maison était sans dessus-dessous. Sa tante lui avait préparé une chambre entièrement rose qui aurait davantage convenu à une enfant de trois ans qu'à une adolescente de 16 ans mais cela, Lorena ne le savait apparemment pas. Leur première rencontre fut d'ailleurs assez explosive :

29 juillet 1664, Port de Paris, sur les quais :

Elle avait fait un voyage harassant dans ce bateau pour aller voir sa tante et maintenant, alors qu'elle était arrivée, elle commençait à voir sa détermination se fragmenter en des millions de minuscules morceaux. Elle ignorait tout de sa tante. Etait-elle grande ? Gentille ? Douce ?

Elle s'était naïvement imaginé une tante ressemblait comme deux gouttes d'eau à ce qu'elle avait entendu dire de sa mère. Après tout, Lorena et elle étaient jumelles, non ? Elles devaient donc obligatoirement se ressembler.
Son père lui avait expliqué dans son testament tout ce qu'elle devait savoir. Selon lui, Lorena avait était transformée quelque siècles plus tôt au même moment que sa sœur, Johanna -sa mère-. Il lui avait aussi dit qu'elle était déroutante et surprenante. A mesure que le temps passait, Estelle sentait l'angoisse s'introduire doucement dans son esprit, lorsqu'elle entendit un cri :

-Estelle ! C'est toi n'est-ce pas ? Bien sur que oui, quelle question ! Tu est le portrait de ta mère au même âge !

Avant qu'Estelle puisse comprendre quoi que ce soit, elle se retrouva la tête coincée contre une opulente poitrine dans un amas de tissus couleur carmin. La femme qui avait crié la serrait contre elle de sorte qu'Estelle ne pouvait voir son visage, caché sous un grand chapeau qui lui protégeait tout le corps du soleil. Quand enfin la femme la laissa respirer, elle vit une magnifique femme aux yeux azurs et à la chevelure d'ébène. Elle portait une belle robe rouge à dentelles et un grand chapeau rouge, assorti à la robe qui recouvrait tout son corps.

-Tu ne me reconnais pas ? Je suis Lorena ! Rahhh, si je tenais Alexis, pourquoi il ne m'a jamais dit que j'avais une nièce aussi mignonne ! Viens vite, la voiture est là bas !

Totalement abasourdie par cette rencontre, elle la suivit sans un mot jusqu'au magnifique carrosse. Pendant le trajet, Lorena lui parla de tout, de ses origines, de sa mère et d'elle, elle lui expliqua tout. Quand enfin elles arrivèrent, Estelle s'était un peu remise de sa première rencontre avec sa tante mais quand les domestiques lui montrèrent sa chambre, elle en lâcha son petit sac. La chambre était... rose. Le lit était rose, les murs étaient recouverts de teintures roses, les rideaux étaient roses, les tapis aussi, chaque centimètre carré de la pièce était rose bonbon. Les yeux exorbités, elle se demanda si elle rêvait, mais non, c'était réel. Sa tante ignorait tout d'elle et elle avait sans doute dû lire un livre qui disait que les petites filles adoraient le rose et avaient voulu lui faire plaisir en décorant sa chambre en rose. Estelle éclata de rire, la main serrant la lettre de son père. Oui, décidemment, Lorena était étonnante. Elle n’allait pas s’ennuyer !


Estelle se plut très vite chez cette femme excentrique qui paniquait dès qu'il était question d'éducation. Sa tante, véritable tourbillon de vitalité lui apprit à contrôler ses pulsions. Elle devait souvent partir à l'étranger mais elle finit elle-aussi à s'attacher à sa nièce qu'elle trouvait adorable et elle devint très vite gaga. Lorena entraina Estelle à chercher des informations et la jeune fille devint vite très douée. La vie était ainsi plus ou moins paisible et leur seul désaccord pendant toutes ces années porta sur la nourriture.

Sa tante l'encourageait à se nourrir de ces créatures "répugnantes et inutiles" qu'étaient les humains alors qu'Estelle ne pouvait s'y résoudre et préférait se contenter de "sang mort" pour se nourrir. Elle vécut ainsi jusqu’à ses 18 ans âge où, à son grand regret, elle cessa étrangement et brusquement de vieillir.

Elle se promenait dans les bas-quartiers en quête d’un cadeau d'anniversaire pour les 300 ans de sa tante qui revenait d'un voyage aux Indes quand elle se fit violemment accostée par deux hommes brutaux aux manières grossières et agressives. Ils l’entrainèrent dans une allée sombre et voulurent la violenter. Alors qu’elle se débattait, elle mordit accidentellement jusqu'au sang l’un des deux hommes qui essayait de la baillonnée et lorsqu'elle vit ce somptueux liquide chaud rempli de vie qui coulait de leurs veines, elle ne put se retenir et s'en nourrit jusqu'à leur mort. Elle rentra chez elle, horrifiée par son acte et couverte de sang. Elle les avait sentis mourir et avait apprécié de les vider de leur sang, de sentir leur vie s'éteindre. Comment avait-elle pu ?

Lorena l’attendait calmement devant leur hôtel particulier. Elle lui tendit simplement une serviette et la félicita d'avoir enfin réveillé ses instincts de vampire. Ce fut leur première véritable dispute et à ce moment précis, Estelle se jura de ne jamais recommencer et à ce jour, c’est encore sa seule et unique crainte.

30 lignes minimum demandées


Derrière l'écran:


    Pseudo : Comme vous voulez !
    Age : 13 ans.
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous ? : Google is my best friend !
    Des Remarques ou impressions ? Un design superbe et un contexte génial !
    As-tu lu le règlement ? Oui, trois fois de suite !
    Code du règlement :Validé par Canard.



Dernière édition par Estelle Antoweif le Jeu 22 Déc - 20:30, édité 32 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melissande A. Sullivans
♥ Comtesse / Adorable Administratrice ♥
♥  Comtesse / Adorable Administratrice ♥
avatar
Messages : 669
Date d'inscription : 06/06/2011
Age : 25
Localisation : Quelque part en train de rêver...

~Etat civil~
Race :: Humaine. Différente? Il paraît.
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Voici Estelle Antoweif.   Sam 22 Oct - 15:41

Tout d'abord bonjour et bienvenue à toi ^^

Tu demandes à être Marquise, malheureusement ta fiche est très courte. Tu atteins tout juste le nombre de ligne demandées et encore...Si tu tiens à ce rang, il va falloir améliorer ta fiche notamment ta description physique et ton histoire. Ajoutes un peu de péripéties, il faut nous en dire plus sur Estelle ^^

Bonne chance à toi!



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Merci à Calypso pour ce superbe Kit [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

THE AMAZING STAFF:
 


Entres dans le secret...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Voici Estelle Antoweif.   Jeu 27 Oct - 22:23

Voilà. J'ai rajouté quelques lignes. Est-ce suffisant ou dois-je encore en rajouter ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Voici Estelle Antoweif.   Sam 29 Oct - 17:50

Yo.

Il y a assez de lignes. Ta fiche est bien écrite, les descriptions et l'histoire sont complètes. Je te valide donc, dans le groupe des Nobles/Vampires, en tant que Marquise.

Il te faut créer ton journal de RP et tes relations et liens, tu peux aussi faire une demande de Rp et une demande d'appartement privé.

Bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Voici Estelle Antoweif.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Voici Estelle Antoweif.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Estelle et Rudy,sans Jessica(Elle )
» Une petite sortie matinale [Estelle la jolie Gryff]
» Voici le BON fichier pour faire vos lignes en pré-saison
» Présentation de Estelle Leroy
» Contexte ▬ Vous voici dans l'Esquisse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-