Partagez | .
 

 Isadora de Viconti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Isadora de Viconti   Jeu 8 Sep - 16:08

NOM PRENOM




feat. avatar
    IDENTITÉ :


    Nom : de Viconti
    Prénom: Isadora
    Age Apparent:24 ans
    Age Réel : 25
    Sang-Pur/Mordu/Infant : Mordu
    Date et Lieu de Naissance : France, 4 Février
    Orientation Sexuelle : Bi-sexuelle
    Nationalité:Française
    Groupe : Vampire
    Classe Sociale: Noble




Description Physique :

De longs cheveux bruns descendant en cascade dans le creux de ses reins, de fines et délicates épaules à la peau veloutée, une poitrine généreusement dessinée sur un corps aux courbes somptueuses et pleines de chaire, des hanches faites pour porter la vie et surtout sculptées pour être serrées contre le corps d'un homme, de fines lèvres rosies par les baisers, des yeux comblés par l'amour, des joues roses d'excitation. Voilà le souvenir que les hommes avaient d'Isadora. Cependant il ne prenait d'elle que ce qu'il voulait bien voir d'elle, mais si ils s'étaient d'avantage penchés sur son visage, ils auraient remarqué la délicieuse ride qui apparaissait à chacun des sourires de la belle. Ils auraient également aperçu que ses yeux n'étaient pas seulement de couleur ambre, mais qu'ils étaient également parsemés de tâches brunes qui rendaient son regard encore plus profond. Mais si ils avaient passé la main dans ses longs cheveux ondulés, ils auraient été nettement plus attentif aux reflets violets qui s'en échappés
Non, finalement personne n'a pu faire attention au physique de la belle de son vivant. Malheureusement, maintenant qu'elle était « mordue », sa beauté avait changé. La ride qui surmontait son sourire d'avant était maintenant figée en un rictus malfaisant. Les lèvres qui surmontaient ce sourire tiraient désormais sur le bleu, comme si Isadora était frigorifiée. Ses yeux avaient perdu tout leur amour et seule la haine et le désir de vengeance les faisaient encore briller. Sa chevelure avaient gardé sa longueur mais sa couleur s'était ternie et désormais elle n'était plus qu'une belle brune.
Bien entendu, elle ne pouvait pas cacher ce qui était si évident, ce qui faisait tout les vampires. Sa cicatrice. Elle résidait dans le creux de son épaule mais la belle la dissimulait sous ses boucles brunes.
Elle était toujours belle certes, mais jamais elle ne redeviendrait cette magnifique Aphrodite que les hommes se disputaient, tout simplement parce que le soleil ne rosissait plus ses joues et que son corps était condamné à rester d'une blancheur cadavérique. Même son corps qui autrefois faisait tant envie semblait avoir perdu de sa beauté.
Cependant, elle savait encore attiser dans le corps des hommes le désir. Son corps avait certes perdu de sa vitalité et de sa beauté mais il possédait toujours ses belles courbes et sa poitrine généreuse. Elle savait qu'elle n'aurait aucun mal pour séduire les jeunes puceaux et ceux qui ne l'étaient pas.




Description Mentale :

Lors de son enfance Isadora était une jeune fille chaste et pure, pleine de bonté et de gentillesse pour son prochain. Elle voulait aider le monde. Elle était également enjouée et aimait s'amuser lors des bals et réceptions, danser dans les cuisines car le salon lui était interdit. Les gens qui la connaissait disait d'elle qu'elle était volontaire et décidée même si elle était timide. Elle aimait la vie mais devait surtout aimer Dieu qui la lui avait donné. Elle rêvait des heures entières, un livre sur les genoux et un verre de citronnade à la main. Tous savaient qu'elle souhaitait connaître le véritable amour.
C'était une jeune fille dans la fleur de l'âge.
Après son mariage et sa nuit de noce, la jeune fille devint craintive et perturbée. Elle avait peur de son mari et de ce qu'il pouvait lui faire. Cet homme plus âgé qu'elle connaissait déjà tout sur les lois de l'amour et se moquait de la pudeur de cette gamine. Il ne lui accordait aucun intérêt, juste celui de sa beauté et de sa capacité à lui donner un fils. Il n'y avait aucune chaleur entre eux.
Après de nombreuses années de craintes, la belle finit par connaître un jeune homme qui lui fit connaître et aimer l'amour. Cependant elle fut vite punie d'une telle démarche et fut forcée de se repentir dans un lieu isolé au sein duquel elle comprit le réel sens de sa vie.
C'est à cause des mois passés dans ce pavillon qu'Isadora fini par ne plus aimer la vie mais seulement les vices qu'elle offrait. Elle commença par se plier au exigence de son mari et fini par devenir une belle courtisane.
De son vivant Isadora était donc une manipulatrice et une femme capricieuse, qui exigeait plus qu'elle ne donnait. Elle était devenue une petite fille gâtée.
Après sa métamorphose, sa haine pour son mari et son grand-père se transforma en haine pour le monde des vivants. Elle devint sombre et perfide, une véritable femme fatale qui manipulait et séduisait tous les hommes et toutes les femmes afin de pouvoir les mordre et les vider de leur sang. La petite fille d'antan n'étais désormais qu'une source de dégoût pour elle et elle se réjouissait de pouvoir réduire ses donzelles au simple état de poupée mortuaire.



Biographie :

Isadora, vingt-quatre ans, jeune belle, volage et insouciante. Née d'un père comte et d'une mère fille de majordome. Union interdite, hors mariage. Pour la punir de cette insulte, Luc Legrand, majordome pour la famille Viconti, déshérita sa fille et l'enferma dans un couvent pour qu'elle se repentisse de son pêcher. Jamais il n'aurait osé demander à son employeur d'épouser sa fille, cela aurait été une insulte pour les deux familles.

Dès lors, le grand père d'Isadora fit tout pour élever sa petite-fille dans une vision de vertu et d'humilité. Il fit tout son possible pour la rendre bonne à marier et vit au cours des années la beauté de son visage s'épanouir davantage. A quinze ans Isadora était une adorable adolescente, tous les visages ou presque se tournaient à sa vue, mais jamais selon les recommandations de son grand-père la jeune fille s'en serait vanté. Quand on lui chanté à quel point elle était belle, elle rougissait légèrement et baissé les yeux dans un singe de pudeur délicate.

Seulement cette beauté était destinée à être convoitée. De nombreux hommes voulaient cette jeune bourgeoise pour épouse dans un but de fierté. Qui à cette époque osait épouser par amour ? Son grand-père, avide de richesses pour lui et sa fleur, recherchait la perfection et ne la trouva que dans les bras de son employeur, le comte Alexandre de Viconti. Seul à connaître le secret qui liait les deux futurs mariés, il se tut et donna à son père la jeune demoiselle.

Quinze ans séparaient les deux mariés et l'expérience charnelle également. La jeune Isadora n'aurait jamais imaginer être violentée de la sorte le soir même de son mariage. Après le choc de cet acte ignoble, elle eut du mal à rester humble et chaste. Tous les soirs son mari la prenait et tous les soirs elle revivait les mêmes horreurs. A dix-neuf ans elle eut un petit garçon, Arthur. Elle ne put jamais le toucher, ni même s'en occuper, l'amour maternel était interdit aux dames distinguées.

A vingt-deux ans Isadora trompa son mari avec un jeune valet. Beau, doux et amoureux d'elle, elle découvrit ce que partager sa couche voulait réellement dire. Cependant les ébats et les amours des jeunes amants n'eurent pas le temps d'atteindre une année. Le comte s'apercevant de la tromperie renvoya le valet et enferma sa femme dans un pavillon non-loin de leur demeure pour qu'elle se repentisse et le supplie de la pardonner.

Ainsi commence réellement la vie de débauche de notre belle Isadora. Comprenant que seul le sexe pouvait la mener à ses fins, elle se plia aux caprices de son mari et subit silencieusement les pires atrocités sexuelles dont il pouvait faire preuve. A chaque bals, la jeune demoiselle se trouvait un nouvel amant et disparaissait derrière les buissons et autres rideaux des somptueuses demeures.

Nombreuses étaient les femmes qui la haïssaient mais toutes se taisaient car la beauté de la jeune Isadora était une arme contre laquelle elles ne pouvaient se battre.

Un soir d'été pluvieux, Isadora était assise sur la banquette de la chambre placée devant la fenêtre et lisait silencieusement son livre. Un jeune messager rouquin entra dans la pièce essoufflé et le regard perdu dans le lointain. Isadora se leva surprise et aussitôt mécontente.

-Que t'arrive-t-il messager ? Ta course t'a-t-elle rendu si confus qu'elle a oublié de t'apprendre les convenances devant une dame ?

-Ma...Ma...dam...e.. Je.. Ssss...uis... Porteur... d'u...d'u...ne... mauvaise... Nou..velle...

Comprenant que la situation avait quelques aspects sinistre Isadora fit asseoir le jeune homme et lui demanda de se calmer avant de reprendre.

-Votre mari, il a été attaqué sur le chemin alors qu'il rentrait. Il est mort.

Silence. Réflexion. Bonheur. Isadora se retint de verser des larmes de joie. Elle était enfin libre. Elle se leva délicatement et se dirigea vers la fenêtre, regarda au loin et se tourna soudain vers le jeune messager.

-Restez avec moi ce soir !

Surpris le jeune homme déclina l'invitation prétextant que la nouvelle avait du la chambouler et qu'elle devait rester seule.

-Me chambouler ? Mais mon jeune garçon, je n'ai pas entendu si bonne nouvelle depuis des années ! Venez ! Je sais que vous mourrez d'envie de gouter à de tels trésors..

Et elle se dévêtit délicatement, laissant le désir monter chez le petit rouquin. Désormais elle allait pouvoir faire ce qu'elle désirait. Son fils irait à l'armée et il n'en ressortirait qu'à sa majorité. Cela lui laissait de nombreuses années de repos et de décadence.

Deux ans plus tard, alors que son grand-père était sur le point de mourir, il lui avoua son douloureux secret. Il l'avait marié à l'homme qui avait déposé sa semence dans le ventre de sa mère, elle avait commis le pêcher de l'inceste en mettant au monde son fils Arthur. Dégoutée part cette nouvelle abject, Isadora étouffa son bourreau sous un oreiller et murmura à son oreille :

-Ta vie n'aura finalement servit à rien, toutes tes aspirations me concernant ont été vouées à l'échec, tu n'es qu'un misérable vieillard cupide.. Ta mort ne sera qu'une délivrance. Crève dans tes regrets et chagrins..

Et la belle sortie de la pièce sans un regard derrière elle.

Les années passèrent et Isadora sombra dans les méandres de la luxure commettant des actes allant vers les sommets des pires pêchers. Un soir, alors qu'elle buvait tranquillement un verre d'eau de vie de pêche, elle entendit quelqu'un frapper à la porte d'une manière fort élégante. Surprise d'être interrompue dans son moment de détente, elle fit signe à sa femme de chambre qui s'affairait autour de son lit d'aller ouvrir. La belle Isadora se trouvait dans une tenue fort désobligeante. Un bel homme d'age mûr se tenait derrière la porte, Ernest Ludwig de La Roche-Bruyère, son amant de toujours.

-Ernest ! Quelle bonne surprise ! Je ne vous attendez pas ce soir !

-C'est que ma Dame, ma passion de vous était trop enivrante ce soir..

La belle séduite par de tels mots sourit et fit signe à sa domestique de prendre congé. Elle fit tomber le fin drap qui recouvrait son corps désiré et s'approcha de son ami dans une démarche féline.

-Cela tombe bien, je me sentais bien seule ce soir...

Elle l'attrapa par le bas de son écharpe, l'attira à elle, l'embrassa et le poussa sur son lit et s'accroupit sur lui.

-Je fus bien triste au cours de ces dernières semaines de voir que vous m'aviez oublier mon cher Ernest.. Vous savez pourtant que votre présence m'est essentielle..

-C'est que ma Dame, l'idée de devoir vous partager avec d'autres m'était trop insupportable.. AaaAh !

La belle venait de frôler la partie de l'homme qui commençait à se réveiller sous le coup du désir.

-Mais vous savez pourtant Ern ', que je ne peux me donner entièrement à un seul homme.. J'ai besoin de ma liberté..

-Je..Ooooh...Je le sais...Mais...

Il fut interrompu par un baiser passionné de la belle qui commençait à déboutonner ses vêtements.

-Mais ?

Son torse était totalement nu et elle profita de ce moment de faiblesse pour coller son doux corps contre celui dur et chaud de son amant qui commençait à défaillir sous son désir.

-Je ne veux que vous...

Et sans attendre il renversa la belle pour passer en position de domination et commença ses caresses dans le corps de son amour.

Leur étreintes dura des heures, mais jamais Isadora n'avait eu aussi mal à cause des morsures de son amant. Il l'avait déjà mordu mais jamais aussi fort, cette fois ci, il l'avait fait saigner et elle avait presque cru qu'il avait aspirer son sang. Peut-être la passion lui faisait-elle trop tourner la tête ?

Lorsque leur étreinte passionnée fut brisée, elle sentit une douleur affreuse dans tout son corps. Que se passait-il ? Peut-être que dans sa passion Ernest lui avait froissé un ou deux muscles ? Elle gémit de douleur.

-Tu souffre ? Susurra Ernest. C'est normal, j'ai souffert de la sorte moi aussi quand elle m'a mordu. Au départ je pensais que ce n'était juste que la passion de l'amour qui m'avait engourdi mais non, elle m'avait bel et bien fait quelque chose...

Isadora cambra son corps dans un hoquet de douleur. On lui brûlait les veines au fer chaud ! Que se passait-il ? Pourquoi ?

-Ne te bas pas mon amour, bientôt nous serons unis pour la vie. Tu restera belle éternellement, et tu pourras continuer de t'offrir comme tu le faisais en offrant un nouveau don à tes nombreux amants, tu seras une femme perdue, souffrant de devoir t'abreuver de la pire des boisson, de la plus abject.

La belle hurla de douleur, une grimace de rage sur le visage, que lui avait-il fait ?

-A côté ton eau de vie te paraitra sans goût, sans saveur.. Ne te bas pas ma chère Isadora, aujourd'hui tu rejoins le monde des ombres, tu vas vivre dans l'Enfer le plus noir, tu ne seras qu'une pauvre épave, ta vie à la lumière ne sera plus... Viens mon amour, rejoins moi dans le monde des vampires...

Dans un dernier moment de lucidité Isadora insulta l'homme de tout les noms. Mais la douleur était trop forte, elle sombra dans les méandres de son nouvel Enfer..


~ 5 mois plus tard ~

-Veux-tu bien te taire ordure ?

Trempée dans une marre de sang, un cadavre à ses pieds vidé de son sang, la belle Isadora venait d'ôter son dernier souffle de vie à une enfant de 16 ans. Elle n'avait pas supporter de voir sa beauté et son insouciance qu'elle-même avait perdu. Depuis qu'elle s'était réveillée le lendemain de cette nuit torride, Isadora n'avait cessé de se venger de cette abomination en buvant le sang des belles filles et celui de jeunes amants aux parfums enivrants.

Elle se leva et disparut dans l'ombre d'une ruelle. Des gens allaient bientôt accourir, il fallait qu'elle disparaisse vite. Elle entra dans une catacombe et fini dans les égouts. Sa belle robe était maintenant tachée et trouée. Il allait encore la gronder. Mais elle s'en moquait. Elle aimait quand il la grondait, c'était tellement aphrodisiaque et jouissif.

Elle poussa la porte et le vit en pleine affaire avec la nouvelle. Elle le voyait qu'il la préférait à elle. Dans les râles qu'il poussait et dans sa manières de la gâter.

Elle alla se terrer dans sa petite chambre faites de tissus et en profita pour se laver dans la petite cavitée qu'il y avait au fond de la grotte. Elle passa devant le couple affairé totalement nue et se lava auprès d'un nouveau qui avait dû lui aussi subir les humeurs du patron vu la tête qu'il faisait à chacun de ses cris.

-Ne fais pas cette tête Elliot, tu sais très bien que c'est une obligation pour nous de le remercier de nous avoir donner cette forme.

-Je sais.. Mais j'aurais voulu ne jama..

-Chut !

Isadora mit sa main sur la bouche du jeune homme. Elle l'aimait bien ce nouveau, elle ne voulait pas qu'il meure si vite.

-Ne dit jamais ça, tu sais très bien qu'il pourrait te le faire payer..

-Isadora, viens avec moi, parton loin d'ici !

Elle lui sourit. Oui, elle y avait déjà pensé à de plusieurs reprises. Mais elle ne pouvait pas s'y résoudre, elle avait besoin de lui.

-S'il te plait Isa ! Partons ! Tu sais à quel point il me terrifie !

Oui, elle le savait. C'était le cas de tout le monde ici. Sauf d'elle. Elle savait comment il était puisqu'elle l'avait connu avant sa nouvelle forme. Elle ne pouvait pas avoir peur de lui, elle connaissait trop ses faiblesses. L'homme lâcha un cri de jouissance. Il venait d'atteindre l'apogée de son désir et la belle qui le tenait entre ses cuisses en était au même point. Sans ménagement il la jeta par terre et lâcha dans un rictus.

-Tâche de ne plus me ramener de tels haillons, tu ne sais pas à quel point il est difficile de trouver des robes aussi somptueuses.

-Si tu ne m'avais pas mordue, ce soucis aurait été un de tes moyens de me faire chanter, puisque j'étais riche il y a 5 mois de cela.

L'homme se tourna vers la belle qui se lavait.

-Tu as un problème Isadora ?

-Oui, mais vu le spectacle que tu viens de nous donner, je pense que tu ne pourras pas le résoudre immédiatement.

L'homme se jeta sur elle et lui tira les cheveux en arrière. Dans le bain Elliot frémit.

-Tu ose te rebeller contre moi ? Moi qui t'ai tout donné ?

-Tu es aussi celui qui m'a tout pris mon amour.

Il sourit et avec délicatesse, il attrapa le sein de la belle.

-Tu sais très bien que tu es la seule à qui je ne ferais jamais de mal et tu en profite. Tu devrais avoir honte de cela.

-Au contraire, j'en suis honorée mon cher Ern'.

-Ne m'appelle pas comme ça !

Il l'envoya percuter le mur de la grotte dans un grand fracas.

-Pour qui te prends-tu ? Ce n'est pas parce que je t'ai aimé dans mon ancienne vie que tu dois te croire tout permis ! Sache que ta vie n'a aucune valeur pour moi, seul ta beauté m'intéresse, grâce à elle tu attire ici des centaines de jeunes personnes en mal d'affection. Sache que c'est pour moi ta seule et unique valeur !

Il se retourna et sorti de la pièce sans un regard pour Isadora qui gardait la face contre terre. Oui, ils allaient partir, et pas plus tôt que ce soir. Elle retourna dans le bain pour se laver et soulager la douleur qui venait de naitre dans son flanc droit, dans une heure ce ne sera qu'un vieux souvenir. Dans un murmure elle s'adressa à Elliot.

-Prépare tes affaires, nous partons au lever du jour.

Et c'est ainsi qu'Isadora recouvrit sa liberté.



Derrière l'écran:


    Pseudo : Imadoki
    Age: 18 ans
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: Grâce à Mélissande
    Des Remarques ou impressions? J'aime bien le contexte et l'histoire et surtout le nombre de lignes imposées, ça promet des RP plutot longs et intéressant.
    As-tu lu le règlement ? Yes Sir.
    Code du règlement : Ok by Meli ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Isadora de Viconti   Jeu 8 Sep - 16:28

Bonsoir et bienvenue parmi nous.

C'est une bonne fiche que nous avons là. Assez longue, et très bien écrite. De rares fautes, une expression fluide. La biographie est particulièrement intéressante, je trouve.

Je te valide donc sans plus attendre. Comme tu souhaites êtres Noble, je t'attribue le rang de Marquise. Tu fais à présent partie du groupe des Nobles/Vampires.

Il te reste maintenant à créer ton Journal de Rp, et tes relations et liens. Tu peux faire une demande de Rp et une demande d'appartement privé au château.

Bonne soirée, amuse toi bien ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Isadora de Viconti   Jeu 8 Sep - 16:41

Yeah! Very Happy Merci beaucoup, je vais faire tout ça Smile
Bonne soirée à toi aussi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Isadora de Viconti   

Revenir en haut Aller en bas
 

Isadora de Viconti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-