Partagez | .
 

 Logan R. Sleysblack [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Logan R. Sleysblack [U.C]   Ven 8 Juil - 21:28

Logan, Raphaël, Sleysblack


Identité

Nom : Sleysblack.
Prénom: Logan, Raphaël.
Age Apparent: Vingt-cinq ans.
Age Réel : Deux cents ans.
Race : Mordu, malgré notre incertitude concernant ceci.
Date et Lieu de Naissance : Vingt-sept Décembre, en Angleterre.
Orientation Sexuelle : Le sang des hommes l'attire. Celui des femmes lui donne envie.
Nationalité: Anglaise, Française.
Groupe : Vampire.
Classe Sociale: Il est issu d'une famille noble qui a petit à petit décliné vers la bourgeoisie. Il est, à la mort de sa mère, devenu un simple vampire habitant recueilli par Zoltan Zakhar. Il est le M.O.T vampire et possède donc les secrets les plus convoités des trois races.


Lien

Zoltan Zakhar : Celui qu'il considère, intérieurement, comme un père. Bien entendu, par respect envers cet homme qui l'a recueillit à la mort de sa défunte mère, il ne se permettra jamais une quelconque familiarité. Préférant garder cette relation, remplie de simplicité et de complicité, telle qu'elle est. Et ça malgré le fait qu'il soit un lycan et lui, un vampire. Même si Logan ne se permettra jamais de montrer ce qu'il ressent, il ne montre pas le moindre refus lorsque Zoltan lui témoigne son affection.

Gabrielle Aimay : Troisième et dernière membre du trio. La seule chose qui semble déranger Logan est le fait qu'elle soit une femme. Pour la suite, il n'y voit aucun inconvénient à la protéger, puisqu'il s'agit de la plus fragile des trois, même si elle sait se défendre. C'est d'ailleurs pour ce fait qu'il ne fera, sans doute, jamais part de ce qu'il ressent à son égard, à cette femme qu'il a vu grandir chaque années. C'est surtout la plus belle et la plus éphémère des roses qui nous marque à jamais. Lui qui a plus de deux cents ans derrière lui, il sait à quoi s'attendre si il laissait ses sentiments s'exprimer un jour. Même si...




My body & my soul are so perfect


« L'indifférence fait les sages et l'insensibilité les monstres.»
[Diderot]


L'orgueil, un des sept péchés capitaux, le premier et même, le plus répandu. Lucifer lui-même en est le représentant, puisqu'il fut le premier ange banni du paradis en se disant trop bien pour obéir à dieu. L'être humain ne s'en rend même pas compte, sans doute parce qu'il l'ignore, qu'il le nie, ou qu'il s'en moque, tout simplement. De même pour les autres races, j'ai envie de dire. Pourtant, l'orgueil est le premier fil conducteur aux autres péchés et le plus difficile, c'est de s'en débarrasser. Au pire, de limiter ou bien de stopper sa progression. Juste trois solutions qui s'offre à nous, toutes plus ou moins faciles, enfin, ça dépend des individus, bien entendu.
    Dans le cas de Logan, il se contente de limiter la chose.

Est-ce difficile ? Non, pas pour toi. N'est-ce pas ? Toi tu sais ce que tu veux et tu sais ce dont tu es capable de faire. Confiant ? Oui, peut-être même un tout petit peu trop, mais rien de bien extravagant. Enfin, tu as beau être un vampire, ce n'est pas pour autant que tu es pour la méchanceté gratuite. Je dirais même, tout le contraire. À vrai dire, on pourrait dire que tu es plus humain que d'autres, si seulement tu n'étais pas aussi renfermé. Ne rien dire sur ce qu'on ressent, est-ce qu'on peut le traiter de menteur ? Non, ce n'est pas un mensonge, puisque quand on te pose la question, tu réponds simplement « Je m'en moque. » alors que ce n'est pas tellement le cas et tu as envie de dire ton opinion. Quoi que si, tu es un menteur, mais envers toi-même uniquement. Mais whatever, comme tu le dis si bien. Cette petite manie de prononcer quelques mots anglais lorsque l'occasion se présente, tant pis pour les autres si ils ne sont pas habitués. Enfin Logan, tu me parais bien hautain. Hautain dans le sens que tu pourrais même regarder un noble dans les yeux, sans pour autant détourner le regard, peut-être même le roi, tant que les conséquences tombent sur toi. Après tout, tu fus toi aussi un homme de la noblesse. Ce n'est pas parce que tu n'as plus de titre que tu vas baisser ton regard.
    Oh ça non, surtout pas pour les autres que ton regard se baissera.

Ah oui, il ne te reste plus qu'un oeil. Mais cet oeil là est bien suffisant pour t'imposer comme il faut. La couleur de l'iris est d'un bleu bien joli à regarder, mais une fois qu'on aperçoit ta pupille, l'envie s'arrête vite. En plus de ça, le fait d'avoir une lumière en moins te donne plus de charmes, sans oublier le cache-oeil qui montre pleinement cet absence d'oeil droit. Dommage que quelques mèches de tes cheveux brun le couvrent, ce n'est pas pour autant que tu changeras de coiffure puisque, de toute façon, ces mèches ne te gênent pas plus que ça. Ta chevelure mi-courte, mi-longue, s'associe bien avec la forme de ton visage, qui t'offre un côté légèrement sévère, quand tu ne souris pas. Tu fais plus sérieux, plus stricte, sévère même sans pour autant être méchant. C'est juste ce que doit penser les autres, lorsqu'ils te voient. Après tout, tu t'en fiches des autres, ce n'est pas pour eux que tu es encore là. Debout, du haut de tes un-mètre-quatre-vingt, ils ont du mal à te regarder droit dans l'oeil. En plus de ça, ta silhouette montre bien qu'on a devant-nous quelqu'un capable de beaucoup de choses, du pire comme du meilleur, mais surtout du pire, dans leur cas. Pas maigre et encore moins obèse, tes muscles sont bien dessinés sans vraiment tomber dans l'exagération, juste assez pour causer des dégâts importants à celui ou celle qui osera se mettre sur ta route. En plus de ta nature, c'est encore plus facile pour toi de lacérer un vulgaire humain. Tes épaules sont assez larges et même si tu n'es plus un noble, tu sais toujours te faire respecter. Que ce soit par la force physique ou la force de tes mots. Rien n'est dit au hasard, puisque le hasard lui-même t'a forgé.
    Surtout que tes mots sont aussi perçants que la lame que tu aiguises chaque soir.

Après tout, tu es quelqu'un qui sait s'imposer, sans pour autant trop parler. Lorsque tu parles, ce n'est pas pour dire des choses gentilles. Ah que non, tu sais quoi dire pour inciter ou persuader l'autre de t'écouter. D'où le fait que tu maîtrises parfaitement bien le chantage, n'est-ce pas ? C'est facile de faire ça, toi tu ne risques rien. Personne ne risque de prendre ton rôle de dominant dans ce petit jeu, du moins, tant que personne ne sait rien de tes faiblesses. Encore faut-il que tu avoues ce que tu ressens, bien sûr, mais comme tu ne dis jamais rien, ça ne sera pas chose aisée pour ceux qui voudront te coincer. Whatever, encore une fois, c'est en gardant de l'assurance que tu montres la confiance que tu as en toi-même. Quiconque ose tenter de te soumettre recevra ta riposte au centuple. Chacune de tes paroles représente ta fierté. Fier, oui c'est ça, tu es fier. Fier d'être un vampire, fier d'être à moitié anglais, fier d'être borgne, fier d'être auprès de tes camarades M.O.T et encore plus fier d'être un M.O.T. Tiens, en parlant de ça. Zoltan et Gabrielle sont les seuls à ne pas connaître ces côtés là de ta personnalité.
    Après tout, on ne fait pas de mal à sa famille.

Zoltan, cet homme particulier, le seul qui a daigné a poser un regard sur toi alors que tu étais seul. Tu n'as pas attendu bien longtemps pour le mettre au statut de père, n'est-ce pas ? Mais voyons, tu n'oserais pas. Bien sûr que tu n'oses pas lui dire tout ça, lui dire à quel point tu lui es reconnaissant, à quel point tu fais tout pour être un pilier solide sur lequel il peut s'appuyer lorsqu'il est épuisé, à quel point tu serais capable du pire pour son meilleur à lui et aussi à quel point tu apprécies son attention sur ta personne. Non, bien sûr que tu ne diras rien, au risque de dévoiler une partie de ta personnalité qui n'est pas le toi que tout le monde voit. Ah, pourtant, tu ne dis rien lorsqu'il te montre son affection et tu souris intérieurement. On pourrait presque dire que c'est attendrissant.
Par rapport à Gabrielle, tu ne sais pas vraiment, en fait. Contrairement à ses ancêtres, c'est une femme. Une femme adorable et innocente. Même si cela ne se voit pas et qu'on pourrait croire que tu la considère comme une petite soeur, tu lui a toujours prêté une attention particulière, depuis qu'elle est toute petite. Tu l'as vu grandir, tu l'as vu devenir ce qu'elle est aujourd'hui et tu te tues de l'intérieur pour éviter de montrer ton envie d'en savoir d'avantage sur elle. Après tout, elle est une humaine et dans tes principes, les sentiments n'ont pas de places. Dans ce cas, pourquoi fais-tu preuve de tendresse à son égard ? Surtout quand vous êtes seuls, il faut que vous soyez seuls pour que tu puisses te permettre cela.

Car en fait, ce qu'ils ne savent pas, c'est que tu es comme ça pour eux, pour ces deux êtres que tu juges importants, puisque vos vies sont presque tout le temps en danger.

Alors Logan, ce n'est pas trop dur de tenir le rôle du monstre sage ?




Biographie
Le Cœur de l'Homme est un don des Dieux, garde-toi de le négliger.
[Proverbe égyptien]
    ▬ Allez ! Debout, dépêche-toi !
    ▬ ...
    ▬ Logan Raphaël Sleysblack, je t'ordonne de reprendre ton épée et de te lever !

Une voix puissante contre une respiration haletante. Un fort contre un faible. Un adulte face à un enfant. Un père face à son fils.
C'est comme ça qu'il me montrait son amour. En me regardant de haut, me comparant sans cesse à mes frères et m'humiliant devant ma mère. Rares ont étés les fois où il me montrait son attachement d'une autre manière, je peux d'ailleurs les compter sur les doigts d'une main. Pour un homme tel que lui, c'était normal d'éduquer sa descendance ainsi. Pour une femme telle que ma mère, c'était trop difficile de voir son plus jeune enfant dans un état aussi, aussi faible. Je me souviens encore que c'était surtout en fin de semaine qu'il me faisait subir ça. En temps normal, je me prélassais dans notre demeure. Domestiques à mes services et autre plaisir que je pouvais m'offrir à cette époque. Ma mère me choyait, un peu trop même, contrairement à mes deux frères aînés. Selon eux, c'était dû au fait qu'ils sont plus âgés et fiers comme des coqs, ils n'ont jamais avoué que ça leur manquait. Aux yeux de ma mère, je n'étais qu'un bébé dont elle tolérait les caprices.
    ▬ Mon fils, n'oubliez pas vos occupations de cette après-midi.
    ▬ Je le sais, mère. Mais dois-je réellement aller à l'entraînement de père ?
    ▬ Il exige votre présence, je ne peux pas y faire grand chose...
    ▬ ... Si c'est pour qu'il me ridiculise sous vos yeux...
    ▬ Je. Je m'en charge donc. J'irais lui parler et vous aurez un peu de temps libre. Cela vous convient ?
    ▬ Bien sûr ! Merci mère.

Ô mère. N'avez-vous jamais vu ce petit air sournois que je montrais lorsque j'usais de vos sentiments pour parvenir à mes fins ? N'avez-vous, jamais remarqué que je venais toujours vers vous lorsque je voulais quelque chose ? Sachant pertinemment que père m'aurait dit non, mais comme il vous aimait, il ne pouvait rien vous refuser ? Je suppose que oui. Oui effectivement, je pense que vous étiez au courant de tout, absolument tout et pourtant, vous avez juste gardé le silence devant cette attitude que beaucoup jugerait de détestable. Moi-même, je me déteste, je méprise le jeune moi, de cette époque. Une bonne paire de claques, voilà ce que je méritais. Je m'en veux d'avoir voulu jouer avec votre refus de me voir si faible à chaque fois que l'entraînement approchait. De me voir si 'triste' lorsque je n'avais pas ce que je désirais.

Le simple fait de m'en souvenir me donne envie de vomir.
Ce foutu passé que j'aimerais oublier d'un claquement de doigts. Ce même passé qui a été décimé en quelques heures, à peine. Et surtout cette époque où j'étais naïf et stupide, stupide de croire que mon amitié avec Alfred, le fils de la famille ennemie, allait un jour ouvrir les yeux de nos familles. Ce gringalet blond presque aussi grand que moi, mais cependant il était un excellent archer, malgré notre âge en commun et notre totalement aléatoire. Juste un jour de chasses où on est tombé sur la même proie. Heureusement, il n'était pas le genre à tout s'approprier pour lui et une chose menant à une autre, on a découvert qu'on était pas si opposé que ça. De se dire que cette guerre était complètement absurde puisque nous sommes tous des vampires. Des confrères, des camarades. Mais apparemment, on a pas besoin des autres pour se déchirer, on le fait très bien nous-même.
Je l'appréciais bien, Alfred. Bien entendu, on se voyait en secret. Personne ne devait savoir le nombre de fois où je me suis enfuis par la fenêtre pour pouvoir rencontrer mon ami en toute tranquillité. Mais il pensait la même chose que moi, on avait la même vision des choses.
    ▬ C'est d'une stupidité cette... "Guerre". Tout ça pour un bout de terre.
    ▬ Ca fait tout de même un sacré bout de temps que ça dure. Difficile de croire qu'on pourrait changer quoi ce soit.
    ▬ ... Tu n'as pas tort.
    ▬ ...
    ▬ ... Allez, on se promet que lorsqu'on sera à la tête de nos familles, on cessera tout ça.

Me proposait-il, de son air fier et confiant. Me disait-il en me regardant droit dans les yeux, à l'époque où j'avais encore mon oeil droit. Que j'étais niais et stupide de le croire. Croire en cette image, en cette assurance qu'il dégageait à chaque fois qu'on se voyait. Je voyais l'importance que notre amitié avait à ses yeux. Mais ce moment-là, fut l'un des derniers où je pouvais le contempler dans ce rôle qu'il s'est donné. Celui du fier justicier, capable de changer une situation qui a longtemps durée. Celui du brave serviteur des Vanderkan, qui souhaite que les vampires soient tous unis face aux Lycans. Il n'avait pas tort, mais en même temps...
Si les vampires se déchirent entre eux, alors comment est-ce qu'une harmonie entre les trois races est possible ?
Je n'y ai jamais cru. Ou plutôt, j'ai du mal à le croire. Trois races, bien différentes, deux en guerre et l'autre servant de gibier, en harmonie ? Quelle plaisanterie. Quelle naïveté. On avait pas besoin d'être d'une race en particulier pour se faire la guerre. Ma famille et celle d'Alfred par exemple. Deux lignées de vampires nobles et pourtant en pleine "guerre" juste pour un peu plus de territoire. Situation familière avec les loups. Même race, deux meutes différentes, un terrain à s'approprier. Je n'étais pas comme Alfred. Lui qui m'avouait qu'il était capable d'arrêter tout ça. Lui qui me disait que notre amitié ne faiblira jamais, qu'au contraire, elle allait être la preuve d'une possible bonne entente entre nos deux familles. Mais ce n'était rien d'autre qu'une magnifique plaisanterie.
Une nuit, juste une nuit, après m'être disputé pour la énième fois avec mon père, je me suis éloigné de notre demeure. Non loin des écuries, tout prêt du jardin. Je me souviens encore de cette pression qui me pesait sur les épaules, de ces mots qui me poignardaient de l'intérieur. Il les prononçait, comme si cela n'allait rien me faire, absolument rien. « Vous n'êtes qu'un bon à rien comparez à vos aînés. Prenez exemple sur eux au lieu de vous laisser aller ! » Et encore, même à l'époque, j'étais meilleur cavalier que mes frères, mais ce genre de choses n'impressionnaient pas mon père. Je ne savais plus quoi faire. À un tel point que je n'avais aucune envie de lui faire plaisir, à force de l'entendre dire de telles choses à mon sujet. C'était juste dans l'intention de m'évader un peu l'esprit que je suis venu ici. Et je me suis endormis, trop épuisé par ces disputes inutiles et que je jugeais sans fin, sans solution.
    ▬ Ton père t'a encore fait la misère, hein ?
    ▬ Hm ?

Alfred. Alfred en face de moi. Alfred avec une torche à la main. Alfred avec un regard faussement sympathique, le genre de regard que je n'avais jamais vu, jusque-là.
    ▬ ... Qu'est-ce que tu fais là ? On risque de te voir.
    ▬ Tant pis, qu'on sache qui a mis le feu à votre écurie.
    ▬ Quoi ?!

Sans attendre, je me précipitais là-bas. Découvrant ainsi qu'il ne mentait pas. Les flammes rongeaient déjà le bois, les hennissements des chevaux alertaient les alentours, ainsi que le vacarme de leurs sabots lorsqu'ils galopaient vers la sortie. Tout se passait vite, trop vite, très vite. La seule chose qui ne changeait pas, c'était lui et moi. En face de l'écurie enflammée, les yeux dans les yeux. Bien entendu, la première chose qui m'est venu en tête est : Pourquoi a-t-il fait ça ? Pourquoi est-ce que c'est lui, qui a fait ça ? Pourquoi est-ce qu'il est là, derrière moi, à me regarder comme si de rien n'était ? Avec cette foutue torche encore allumée, preuve qu'il ne mentait pas sur son crime.
    ▬ P-POURQUOI ?!
    ▬ Parce que cette querelle cessera enfin, à condition que ta famille tombe.
    ▬ M-Mais... Tu ne disais pas ça, il y a une semaine !
    ▬ Logan, Logan, Logan... Je vais t'ouvrir les yeux. Pour se hisser en haut, il faut se manger. Même entre nous. Les animaux le font, les humains le font... Pourquoi pas nous ?
    ▬ ...

À ce moment-là, ce fut le comble. J'étais jeune, j'y ais crus à ces belles paroles, j'y croyais encore d'ailleurs. Et c'est à cause de cela que je n'ai pas pu m'empêcher de foncer vers lui afin de me venger. Je n'étais pas armé, je n'étais pas plus fort que lui. Mais il fallait que je fasse quelque chose, pour lui montrer que je n'étais pas d'accord. Que je ne voulais pas changer d'avis comme ça. Ce n'est qu'après quelques roulades et coups échangés, qu'au final, on se retrouvait dans l'écurie en flamme. Je l'avais perdu de vue. La lueur des flammes m'aveuglait et la chaleur m'affaiblissait. Autant l'avouer tout de suite, j'ai vraiment cru que j'allais y laisser ma peau. Cependant, mourir ici n'était vraiment pas un choix qu'on allait m'imposer, je devais me relever...
    ▬ C'est dans ces moments là que tu devrais rester coucher.
    ▬ Qu- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!

À la même seconde où sa phrase s'est finit, le bout enflammé de sa torche brûla la couche externe de mon oeil droit, afin de me punir comme on punirait un chien. M'obligeant à m'agenouiller devant lui, sous l'agonie qu'il me faisait subir. Mal. Oh ça oui, j'avais mal. Je n'ai jamais eu autant mal de toute ma vie, à dire vrai. Ca saignait, ça coulait et ça cramait. Ce fils de chacal usa de toute sa force pour me priver de ma lumière. Mon oeil gauche le fixait, tandis que mes lèvres exprimaient tout ce que je ressentais. Mon amitié, mon admiration et mon respect, se sont transformés en rancoeur, en dégoût et en haine. Malgré la torture qu'il m'affligeait, je le repoussais. Encore, encore et encore, jusqu'à ce qu'il perde l'équilibre et enfin le jeter dans un box de cheval, déjà habité par les flammes. Ce n'est qu'après quelques secondes que je l'entendais hurler à son tour et voir sa silhouette s'agiter dans ce brasier, d'un côté, je prenais ma revanche, comme il se doit. Mais d'un autre... J'avais mal. Une trahison pareille, ça fait mal. Avant de finir comme lui, je me suis pressé de sortir d'ici.
Mais les conséquences de cette soirée allait décidément tout chamboulé.
Ma famille périe ce soir-là. Pendant qu'Alfred mettait le feu, afin d'attirer l'attention, sa famille assassina la mienne. Il avait donc prévu de me ôter la vie. Je ne vais pas dire, que j'étais triste, le mot est bien trop faible pour décrire ce que je ressentais, lorsque je voyais le cadavre de ma mère. Je n'ai pas envie de détailler ce que je voyais, sachez juste que. Que c'était beaucoup trop douloureux pour moi, de voir ça. De voir ma famille ainsi, sans vie, sans rien. Juste des corps immobiles, plantés, tranchés ou bien poignardés.




Derrière l'écran
Pseudo :
Age:
Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?:
Des Remarques ou impressions?
As-tu lu le règlement ?
Code du règlement : Validé par Calypso

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Logan R. Sleysblack [U.C]   Dim 14 Aoû - 10:05

Yo ~

Où en est cette fiche ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Logan R. Sleysblack [U.C]   Jeu 25 Aoû - 6:46

[Fiche déplacée dans section salle d'attente]
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
~Compte Fondateur/Maître du Jeu/PNJ~
~Compte Fondateur/Maître du Jeu/PNJ~
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 01/03/2011

~Etat civil~
Race ::
Vos Rps en cours :
Vos Relations:
MessageSujet: Re: Logan R. Sleysblack [U.C]   Dim 28 Aoû - 14:17

Compte supprimé pour inactivité et irrespect du règlement, et ce sous plusieurs comptes depuis l'arrivée sur le forum.

Et aussi parce que ma patience a des limites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylady-mylord.forums-actifs.net
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Logan R. Sleysblack [U.C]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Logan R. Sleysblack [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Logan Echolls
» Alice Logan [validée]
» Logan Wright
» Logan(X)
» Brooke Logan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-