Partagez | .
 

 La vie d'un lycan, aussi éphémère que le sable qui se fige a jamais dans un templier de verre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: La vie d'un lycan, aussi éphémère que le sable qui se fige a jamais dans un templier de verre...   Mar 14 Juin - 12:06

NOM PRENOM




feat. original
    IDENTITÉ :


    Nom :Firelight
    Prénom:Raven, Lillianthia
    Age Apparent: Dix huit ans, a jamais.
    Age Réel :
    Sang-Pur/Mordu/Infant :Sang-pur
    Date et Lieu de Naissance : Le temps de Wolfen dans son village
    Orientation Sexuelle :Bi
    Nationalité: Je viens d'un village longtemps oublié
    Groupe :Lycan
    Classe Sociale: Noble, duchesse Firelight




Description Physique :

Darkness.
La louve courrait, plus rapide que le vent et aussi silencieuse qu’un rêve. Les rayons iridescents de la lune se reflétaient sur son pelage soyeux faisant exploser sa blancheur tel un halo éblouissant que l’astre lunaire, lui-même aurait pu jalouser. Rien ne semblait arrêter l’animal qui fendait les troncs avec une agilité déconcertante comme si les arbres semblaient se soustraire a son chemin pour lui laisser place. La louve s’arrêta au bord d’un ruisseau, son souffle régulier même après sa course folle et elle contempla son reflet dans la surface calme de l’eau. Ses yeux se refermèrent quelque peu alors que l’animal était éboulis par sa propre blancheur que la lune décuplait. Elle contempla son pelage immaculé si soyeux que quiconque aurait voulu y plonger sa main pour ne serait-ce qu’effleurer ces poils a l’apparence si douce. Des yeux aux iris inégaux contemplèrent la louver au travers de la surface de l’eau et elle se perdit dans son propre regard empli d’une étrangeté surprenante. L’un de ses iris, d’un noir sans profondeur contrastait grandement avec sa pupille d’un bleu électrique. Elle frissonna a son propre regard tant il était dur et impétueux mais surtout dénudé de la moindre profondeur. C’était en ses yeux inégaux que résidait sa puissance qui la classait en tant que femelle alpha intimant le plus grand des respects à chaque loup qu’elle croisait. Le regard de son reflet semblait défier la suprématie de la louve et elle se mit à gronder, retroussant ses babines pour dénuder une rangée de crocs d’un blanc immaculé plus acérés que des lames de couteau. Elle était terrifiante ainsi, les oreilles plaquées contre son crâne, les yeux semblant vouloir détruire d’un simple regard tout ce qui osait la défier et ses crocs semblant pouvoir briser des os sans la moindre difficulté. Elle était sauvage. Indomptable. Magnifique. Lycan.



La jeune fille reprit le dessus et les traits de l’animal s’effacèrent pour laisser apparaitre une forme humaine nue aux milieux des bois. Une fois encore, la lune semblait se refléter sur sa peau translucide si pale qu’on aurait pu la prendre pour l’enfant de l’astre. Son corps accroupis vers le lac semblait illuminer de son manque de pigments la foret pourtant si sombre. Sa peau laiteuse rendait l’humaine fragile faisant oublier qu’elle avait été un animal plus féroce que le vent quelques instants auparavant. L’Éole, semblant entendre parler de lui se leva et une brise fougueuse vint caresser le corps nue et lumineux de blancheur de la jeune fille. La bourrasque souleva les long cheveux d’un noir de jais de l’humaine qui se mirent à danser autour d’elle, leur noirceur contrastant avec sa pâleur rendu iridescente par les rayons lunaires. Une main délicate aux doigts fins pénétra la surface de l’eau afin de dérober ainsi quelques gouttes au ruisseau. Elle passa ensuite sa main sur un visage raffiné et aux traits délicats et dont la finesse contrastait avec la sauvagerie de sa forme animal. Elle semblait si fragile que le moindre toucher semblait pouvoir la transformer en poussière de cristal. Une fois rafraichie par l’eau qui perlait sous forme de goutes le long du velours de ses joues, elle ouvrit de grands yeux aux long cils décorés par des diamants aquatique qui brillait sous les rayons de lune. Son regard vairon lui répondît à travers la surface de l’eau et une fois encore elle se demanda comment son propre regard emplis de mystère et d’étrangeté pouvait exister. La lune s’était glissée dans ses iris les transformant en deux joyaux précieux qui lui donnaient un charme et une délicatesse sauvage.



Ses yeux suivirent l’arche fine de son nez et se posèrent sur sa bouche aux lèvres plantureuse. Elle les entrouvrit laissant apparaitre une dentition aux dents blanche mais quelque peu pointus rappelant alors sa nature lupine. Elle se redressa, ses cheveux semblant couler telle une rivière ébène le long de sa peau laiteuse créant un fabuleux contraste qui ne diminuait en rien l’apparence d’extrême fragilité qui semblait émaner de la jeune fille.



Son corps était mince, quasi-anorexique ne démontrant aucune trace de courbe voluptueuse que ces messieurs aimaient tant au dix-septième siècle. De fins muscles transparaissaient sous sa peau translucide lui donnant cette grande agilité dont elle était capable. Son corps quasi androgyne et dénudé de formes, accentuait cette impression d’extrême fragilité comme si la moindre bourrasque de vent semblait pouvoir la briser. Mais ces mouvement quasi-aérien empli de fluidité et sa démarche hypnotique presque féline savait envouter lorsque ses hanches se balançaient avec grâce de chaque cote de son corps.



Tout comme l’animal qui sommeillait en elle, la lupine semblait toujours à l’affut du moindre danger, ses sens en éveil à longueur de journée et son corps prostré dans une garde quais-imprenable. Elle n’était que félinité et vent. Gracieuse et silencieuse. Aérienne et délicate. Une Sang Pur. Lycan.



De sa démarche aérienne, elle s’éloigna du ruisseau, se faufilant entre les arbres, plus silencieuse qu’un rêve. Elle entra dans sa demeure et alla droit vers sa chambre pour se vêtir d’un de ses corsets douloureux qui la comprimait dans des robes à frou frou et dentelle qu’elle devait mettre pour être à la mode en ces temps. Elle détestait ces bijoux, ces habits.




Description Mentale :


I will destroy you if you try to defy me, little wolf

Dominante. Une alpha. Un amalgame de puissance et d’impétuosité, inspirant un grand respect, voilà ce que notre protagoniste est. Ou qu’elle aille, la puissance du Sang Pur qui coule en ses veines se fait ressentir mais c’est surtout son regard dur et fier qui intime le respect le plus grand. Elle déteste la défiance et la punie le plus sévèrement possible lorsqu’un jeune loup ou un mordu tente de se jouer de sa dominance. Et ce que ce soit sous sa forme sauvage ou humaine. Elle a du mal à dissocier les deux facette de sa personnalité parfois grondant telle un loup sous sa forme humaine. Elle est en parfaite harmonie avec son cote lycanthrope, ayant un control absolu sur ses transformation et elle ne fait qu’un avec le loup qui sommeille en elle. Raven est une femme fière. Elle ne supporte pas qu’on la croit faible ou vulnérable. Elle hait toute forme d’aide ou de pitié préfèrent se débrouiller seule de n’importe quelle situations.


La Sang-Pur est impulsive. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense sans se soucier du pic asseces qu’elle possède en guise de langue peut gravement blesser les esprit de ses interlocuteur. Elle ne sait ce que c’est de peser ses mots et cela ne la rend que plus impétueuse et…détestable pour certains. Elle est plus vive que le feu et lorsque certains acte ou paroles lui déplaise, la colère envahie et aveugle ses sens et elle se met à vociférer sa rage ou à frapper si l’affront est vraiment grand. Il est très facile de la vexer et il est encore plus aisé de la remplir de fureur. Et lorsque la colère ravage Raven alors il ne faut pas se trouver en travers de son chemin.


I am a the Guardian of human kind.

Les parents de Raven, anciennement humains apprirent avant de l’avoir à contrôler leurs pulsions meurtrière. Ils cessèrent bien vite de tuer la race humaine quand ils contrôlèrent leur forme animale. Quand Raven naquit, sa mère lui inculqua le respect des humains et qu’ils n’étaient nullement leur ennemis. Elle n’avait pas le droit de leur faire le moindre mal et quand elle chassait ce n’était que pour des animaux. On lui apprît que sa force extraordinaire, son agilité, ses pouvoirs lupins servaient à protéger les humains. Elle dut du coup interdit de tuer et grandit innocente du moindre crime. Elle déteste voir un humain mourir à cause de ses croyance et de son éducation et le meurtre d’un homme la met dans un état de tristesse et de rage profonde même si elle ne connait nullement la victime.


I am as free as the wind. No boundaries. Just me.

Raven est indépendante et solitaire. Elle aime la compagnie de la lune et du vent. Elle adore converser avec les Etoiles. Lorsqu’un endroit lui déplaît, elle s’en va sans la moindre seconde pensée. Elle délaisse toute situation qui ne la rend pas heureuse. Avez-vous déjà tenté d’attraper dans votre poing une gerbe de vent ou l’écume de la mer ? Avez-vous réussit ? Non ? Il en va de même pour notre protagoniste qui n’a de limite que sa volonté seule et dont l’instinct la guide toujours de l’avant sans dépendre de quiconque.



I am as forceful as the waves crashing on the sand.

Une volonté incommensurable habite Raven dont rien ne semble pouvoir l’arrêter. Lorsque la louve a une idée en tête et bien rien ne la fera sortir. Elle ne s’arrêtera pas tant que son désir est accompli.


Kindness when it is deserved.

Raven est dure avec les autres et elle-même. Elle s’adonne à penser que pour devenir meilleur il faut se surpasser soit même. Elle n’est pas gentille ou bonne gratuitement et croit fermement en la doctrine qui énonce que le respect se gagne par ses actes. Elle honore tout acte de bravoure ou tout ce qui insuffle le respect. Si dans son estime vous n’été pas alors son cote alpha vous regardera de haut et elle vous traitera avec distance et froideur.


I am wise and old. As Ancestral as the time.

Raven est une louve âgée qui court les terres depuis tellement longtemps qu’elle en oublie parfois son humanité. Plus louve qu’humaine, elle préfère les abris des forets et sa meute que son château et les gens qui peuple ce monde. Elle est sage et posée bien qu’impétueuse et colérique. Elle possède une grande connaissance de ce monde et un savoir philosophique qui la rend intéressante et aidante. Elle aime guider les nouveaux lycans. Elle porte un amour infini pour son cote lycanthrope et est fière de ses racines lupines.



Biographie :


- « Maman. Pourquoi j’ai pas de papa ? Et c’est quand que je me transformerai en loup quand je voudrais, j’en ai marre d’attendre la pleine lune moi ! »

Le regard de sa mère s’emplit de tristesse alors que ses iris émeraudes se plongèrent dans ceux de sa fille de cinq ans. Elle ne lui ressemblait en rien, ayant tout pris de son père dont sa longue chevelure noire et abondante et ses prunelles inégales en couleur : l’une d’un bleu cinglant, l’autre d’un noir plus foncé que le plumage d’un corbeau lui donnant ainsi un regard effrayant d’étrangeté.


Le père de Raven un grand combattant avait épousé sa femme il y a de cela dix ans. Bien longtemps avant la naissance de Raven, le village avait sommé à huit autres hommes et une femme d’aller chercher et exterminer le loup qui semait le chaos et peignait la région d’une aura de peur et de crainte.
Trois mois, interminables passèrent sans que l’épouse éperdue ne revoie son mari. Elle maudissait les hurlements plus nombreux qui hantaient la foret les soirs de pleine lune. En perdant son époux, elle avait perdu toute joie de vivre.


Un soir, allongée dans son lit en contemplant par la fenêtre le croissant de lune décorant le firmament étoilé, une forme se glissa dans son lit, a ses cotes. Une main se plaquant sur sa bouche pour faire taire le cri qui naquit aux tréfonds de sa gorge. Des yeux émeraudes, d’abord terrifies se posèrent sur le visage de l’homme qu’elle n’avait jamais cessé d’aimer et qu’elle croyait disparut a jamais. Des perles salées prirent naissance en ses yeux et roulèrent le long du velours de ses joues alors que la bouche de l’homme prenait possession des lèvres de son épouse. Ils passèrent une nuit brulante d’étreintes et de soupirs éperdus et au petit matin, l’homme avouait le terrible secret qui rongeait son existence depuis trois mois. Apres lui avoir tout raconté, il se leva pour s’en aller mais l’épouse l’en empêcha. Elle le supplia qu’il la mordre pour qu’il ne fasse qu’un même dans cette existence lupine et surnaturelle. Il refusa ne souhaitant pas faire vivre cela à son amante. Mais la jeune fougueuse insista avec une véhémence qu’Eve aurait pu lui jalouser. Et enfin l’homme promis qu’a la pleine lune il reviendrait.


Deux semaines passèrent pendant lesquelles, la jeune épouse guetta avec frénésie son amant. Le soir tomba alors au bout du quinzième jour et la lune plus pleine et plus brillante que jamais trônait telle une reine astrale sur un firmament encre paré d’étoiles, gardiennes ancestrales et lumineuses de la vie. Il apparut alors, devant elle. Un loup d’un gris somptueux immense, une lueur sauvage brillant dans ses yeux vairons. Elle tressauta, tremblant de tous ses membres mais ne bougea pas, figée par l’amour sans limites qu’elle portait au guerrier. Il s’avança et avec une douceur inhabituelle pour l’animal, pénétra de ses crocs les mains de l’épouse aux yeux émeraudes qui se contenta de réprimer un cri de douleur intense. Le loup, comme pour s’excuser lapa sa main en jappant de douleur d’avoir fait souffrir sa tendre moitié.


Des années passèrent, les décades en succédant d’autres. Le guerrier avait quitté la meute de Donovan pour vivre avec son épouse. Les soirs de pleines lunes, avant de se transformer, ils s’enfonçaient tous deux dans les bois pour ne pas tuer. Parfois il rencontrait la meute de Donovan qui chassait volontiers avec eux. Puis au matin, ils rentraient épuisés. Ils parvinrent après des années à se transformer à volonté. Et c’est à ce moment-là que l’un des loups vint le chercher. Donovan venait de perdre un de ses loups betas et il refusait à choisir quelqu’un d’autre que le guerrier de l’épouse aux yeux d’émeraudes. Les loups menacèrent de tuer violement sa femme et l’enfant qu’elle portait. Le guerrier n’eut d’autre choix que de la quitter pour s’enfoncer dans le repaire secret de Donovan. Elle ne le revit jamais.


A nouveau, le cœur de la jeune femme aux yeux émeraudes se remplit du désespoir le plus lancinant mais cette fois ci son époux lui avait fait cadeau de la plus merveilleuses des surprises : Une enfant, magnifique, aux cheveux de jais et aux yeux vairons, un portrait crache de son père ou s’ajoutait la délicatesse d’une femme qui naquit six mois après la disparition du guerrière.


Elle éleva Raven d’un amour éperdu. La jeune louve était une enfant maligne et enjouée douée d’une énergie qui ne semblait avoir aucune limite. Elle sautait, courrait, escaladait. Elle possédait une agilité extraordinaire pour son âge. Elle était plus rapide que des garçons de dix ans son ainé.


Bizarrement, elle aimait la solitude des bois, adorant courir seule dans cette foret qui semblait l’appeler et l’attirer comme un aimant puissant. Quand elle délaissait cet état solitaire qui la remplissait de joie, elle retrouvait les autres enfants du village et c’est en ces moments que l’attitude de Raven changeait irrémédiablement s’emplissant de mystère.


L’enfant, pourtant plus jeune que quiconque exerçait une autorité infaillible sur ses ainés. Elle était crainte des autres enfants qui voyaient en elle la chef de leur petite bande du a son attitude dominante. Lorsqu’un malheureux daignait la défier, elle usait de son agilité et de sa rapidité extraordinaire pour mater les courageux en broyant leur oreille entre ses doigts fin.


Son attitude inquiétait sa mère qui ne comprenait pas l’impétuosité de sa fille avec les autres enfants alors que normalement elle était d’un naturel si doux. Chaque nuit de pleine lune, l’épouse aux yeux émeraudes prenait son enfant par la main et toutes deux s’enfonçaient dans la foret. La mère se transformait en louve avec son enfant a chaque soir de pleine lune et toute deux rodaient, couraient, chassaient en forêt. C’était les moments préférés de la jeune louve qui adorait plus que tout laisser l’animal en elle s’éveiller et s’enivrer des sensations extraordinaires.


Enfin après des lunes et des lunes à grandir, sans jamais vraiment vieillir après avoir atteints ses dix-huit ans, elle parvint à maitriser sa transformation, la lune n’ayant plus aucun pouvoir sur elle si ce n’est l’amour instinctif qu’elle lui portait qui l’obligeait parfois à hurler sous son joug.


Raven avait envie de liberté, de courir les forets sans jamais s’arrêter, de parcourir ce monde et d’en découvrir les milles et unes merveilles. Son cote dominant se voulant créer sa propre meute de lycan ou de loup, qu’importe. Elle fit part de ses rêves à sa mère, l’épouse aux yeux d’émeraudes dont les iris s’inondèrent de la tristesse et de la peine la plus grande. Elle tenta de la cacher pour ne pas emplir sa fille de culpabilité mais la jeune louve peu dupe se sentit coupable. Longtemps, elle resta pensive sous sa forme de loup dans la foret. Jusqu’au jour où une idée naquit en son sein. Elle se mit à courir de long en large à travers les arbres, interrogeant les loups qui croisait son passage, jusqu’au jour ou enfin, elle le retrouva.
Elle partit a sa rencontre, lui son géniteur, l’un des dix guerriers à qui elle devait son côté sauvage, son immortalité, son amour pour la lune et son bien être dans la foret. Elle le trouva, aux cote d’un loup immense et a l’allure si féroce que tout courage sembla se vider de la jeune louve. Il était effrayant et elle se sentit minuscule, insignifiante comparé à ce loup et a ses dix guerriers.


Son père, au pelage argenté, reconnaissable aux mêmes yeux que Raven s’approcha de sa fille, ses yeux impénétrables mais cette dernière lui passa devant, se dirigeant droit vers Donovan. Elle s’allongea devant lui, en signe de respect montrant qui était le dominant. Elle le contempla, la suppliant dans leur étrange langage lycanthrope de libérer son père du clan. Le loup gronda et Raven crut mourir, son père, rongé par l’inquiétude, fit un pas en avant, partagé entre son allégeance a Donovan et son amour inconditionnelle pour son enfant. La louve couina et un étrange échange se fit. Il s'attaqua alors a elle, férocement et le père de la louve ne put rien faire, respectant ainsi son contrat avec Donovan. Mais en ces temps la, les Sang-Purs ne courraient pas les rues et le premier des Lycans tenait a ce que son espèce prolifèrent. Il l’épargna donc.


L'épouse aux yeux émeraudes ne sut jamais ce qui se passa au coeur de la foret. Un jour, en voyant l'envie d'aventure profonde qui se lisait dans ses pupilles inégales de son enfant, elle la prit dans ses bras et lui murmura de s'en aller au grès du vent, qu'elle était louve et donc une nomade solitaire et que son devoir était de répondre a ses instincts. La jeune louve pleura de longues heures durant, déchirer par cette envie de nouvelles fragrance et l'amour qu'elle portait a sa mère.
Mais l'envie d’aventure de Raven et les mots de l'épouse aux yeux émeraudes éprirent son cœur, et elle ne tarda pas à partir bien vite. Elle voyagea à travers les continents, découvrant les moindre recoin de ce monde, elle amassa des merveilles qui la rendirent riche, elle se mit à accumuler les titres de bourgeoisie que le Roi lui offrait grâce aux glorieuse découvertes, aux tableau inestimables qu’elle rapporta en France.


A l’aube du XVIIe siècle, son père lui envoya une missive. Il lui disait qu'il avait entendu ses prouesses par la bouche des autres lycans et qu'il était fier d'elle. Il s'excusait de ne pas l'avoir aidée lors de l'attaque de son "maître" lui expliquant l'allégeance indestructible qu'il vouait a Wolfen et enfin il lui offrit une terre nom loin de Paris, le Duché Firelight accompagné du titre de noblesse de Duchesse de Fireligt. Elle découvrit le château magnifique et la foret immense peuplé de loup que lui avait offert son père et en fut a jamais reconnaissante.


Depuis lors, Raven vit en France dans son duché au milieu de ses loups.



Derrière l'écran:


    Pseudo :A pas ._.
    Age:Presque 20 ;w;
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: Ryan <3
    Des Remarques ou impressions? Je tiens a dire, que je suis sur un QWERTY doncje m'excuse si il manque des accents. Le français n'est pas ma langue première alors je m'excuse aussi ><
    As-tu lu le règlement ? Oui, j'lai même approuvé
    Code du règlement : Validé par Calypso



Dernière édition par Raven Firelight le Mer 15 Juin - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La vie d'un lycan, aussi éphémère que le sable qui se fige a jamais dans un templier de verre...   Mer 15 Juin - 12:50

Bonjour et Bienvenue à toi Raven \o

C'est une très belle fiche ! Mais quelques problèmes se posent quant à l'histoire ^^'

-Tu peux être la fille d'un sang pur et l'être toi même, tu as bien respecté cette condition mais tu ne peux pas faire que ton père (qui, ne l'oublions pas, est un rôle qui peut être pris à tout moment) soit libéré de son allégeance à Donovan. Le lien entre Donovan et les 10 est très puissant et comme dit dans le descriptif des races, lorsqu'un sang pur transforme un humain, celui-ci lui vous une vie de servitude et ne peut sans libérer qu'après beaucoup d'années d'existence (en développant maturité et pouvoir). Ce passage est donc impossible malheureusement.

-De plus ce n'est pas le Roi qui donne les châteaux mais il vend en revanche par l'intermédiaire de gens à sa solde, des terres. Il te faudra acquérir toi même tes terres ou en posséder avant l'arrivée de ce roi pour avoir ce rang de duchesse ^^

Il faudrait que tu changes ces deux points et je ne verrais pas d'inconvénients quant à ta validation ^^
Bon courage \o


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La vie d'un lycan, aussi éphémère que le sable qui se fige a jamais dans un templier de verre...   Mer 15 Juin - 13:15

Voila~
Modifications apportées a ma fiche.
Si cela ne satisfait pas, je suis prête a altérer a nouveau.
Veuillez agréer a mes plus sincères salutations.
Raven

PS: CALY JE TE KIFFE <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La vie d'un lycan, aussi éphémère que le sable qui se fige a jamais dans un templier de verre...   Mer 15 Juin - 15:15

J'aime ! Rien à redire ma belle !

Je ta valide mon enfant ! Tu es donc une lycanne noble ! Je t'invite à créer ton journal de rp ainsi que ta fiche de lien après avoir commencer le rp !

Amuse toi bien~♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La vie d'un lycan, aussi éphémère que le sable qui se fige a jamais dans un templier de verre...   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie d'un lycan, aussi éphémère que le sable qui se fige a jamais dans un templier de verre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Gazette de Kräal : "Le Lycan déchainé"
» J'te déteste ! ... Moi aussi je t'aimerai toujours...
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']
» Aussi gros qu'un éléphant et aussi jaune qu'une girafe!
» Ok moi aussi je fais une vidéo ;p

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-