Partagez | .
 

 Entretien avec un vampire. [Martin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Sam 24 Mar - 19:44

Martin l’observait reprendre ainsi son apparence du tout début, cette apparence qui ne mettait pas sa beauté en valeur, oui il reconnaissait elle était belle, une jolie créature de dieu comme dirais un pasteur. Puis elle partit, du moins elle en fit le chemin tout en continuant de lui faire affront. Elle était franche, disait-elle mais la franchise était une excuse pour faire du mal, pour généraliser, pour caractériser tout le monde sans prendre soin de les comprendre. Il se disait lui aussi franc, seulement il savait adapter cette franchise, il savait mentir quand il le fallait. Comme un enfant mentant quelque peu a ses parents il savait distinguer le mensonge utile du mensonge inutile, fait pour faire mal. Il avait tant observé de comportement différent, parcouru d’ouvrage contradictoire qu’il s’était fait son propre avis sur la question.

Elle le fit monter encore d’un cran, le traitant comme tout ses gens, de la haute, qui se prenait pour ceux qu’il n’était pas. Puis finir par dire qu’il l’avait trainé dans la boue comme tous les autres, mais ce rendait-elle compte de ce qu’il avait enduré et fait pour elle ? Apparemment non, même si elle ne pouvait pas, elle aurait pu quelque imaginer ou même comprendre sommairement tout ceci. Il lui reconnaissait cependant un certain tempérament, rare pour une femme, encore moins de son statu social. Oui martin se calmait peu à peu, il n’était pas humain après tout, il ne pouvait pas avoir le sang aussi chaud que cette dernière, il savait également se maitriser pour éviter tout incident qui pourrait lui couter cher. L’une des nombreuses leçons que sa mère lui avait enseignées pour ne pas succomber a sa soif dans un moment inopportun.

Elle s’excusa ensuite, surement un petit remord après s’être littéralement défoulée sur Martin ou la peur d’être tuée, non elle devait être suffisamment lucide et intelligente pour savoir que s’il voulait la tuer il l’aurait fait auparavant. Une petite touche d’ironie cependant, mais qui passa presque inaperçu aux yeux de notre vampire, après tout elle n’avait pas complètement tord, et celui qui dirait ne pas en avoir, ne serais que menteur, personne n’était parfait, est Martin était loin de l’être ou d’y prétendre.

De ses habits de gueuse, elle se dirigea vers la porte, en lançant quelque dernier mot comme un appelle à un retour en arrière. Etait-elle trop fier pour ne dire autre chose ? C’était fort possible, du moins c’était ce que notre vampire en avait déduit, il était dans le même cas après tout. Il avait peu laissé entrevoir son attirance pour Mylena, une habitude chez lui, c’était peut être identique chez elle mais que faire dans ce cas. Il ne pouvait se résigner à montrer une énième fois une signe de faiblesse, non il devait se tenir a ce que cela vienne d’elle, il réfléchit quelque temps puis lui répondit avec sagesse


« Un grand auteur a écrit un jour, la plus grosse erreur que l’on puisse commettre dans une vie c’est de laisser passer notre destin sans le voir »

Une phrase des plus sages, confirmant l’attirance de Mr Vanderkan pour les ouvrages écrit par des humains. Il avait remarqué également qu’elle n’avait pas osé le regardé, était-ce par honte ou pas timidité ? Il ne pouvait trancher en faveur de l’un ou l’autre, seulement cela démontrait une petite faiblesse chez cette demoiselle au caractère si fort. Une rose aux épines dangereuse mais qui n’en restait pas moins une jolie rose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Dim 25 Mar - 0:36

La franchise faisait parfois mal lorsque l'on n'était pas habitué à y être confronté ou lorsque l'on était trop sensible ou pas assez mure pour entendre les paroles prononcées. Myléna n'avait jamais utilisé sa franchise pour faire du mal ou blesser volontairement! Mais il était vrai qu'elle ne prenait jamais de gants pour dire ce qu'elle pensait. Alors cela pouvait être interprété de bien des manières! En fait l'humaine ne s'était jamais vraiment posé de questions quant à l'impacte de ses mots sur les personnes. Comment le pourrait-elle? Elle était complètement dépourvue de manières, cela se voyait bien dans sa manière de se tenir, se parler, de manger même!

Si elle s'était excusé s'était parce qu'il lui avait semblé avoir blessé le jeune homme. Elle avait pensé que comme il comprenait son opinion concernant les bourgeois et autres personnes de haut rang qui prenait un malin plaisir à affamer les petites gens, qui brimaient et enfermaient les paysans qui osaient manifester leur mécontentement! Les taxes n'en finissaient plus d'augmenter, le prix du pain atteignait des sommets! Bref l'a famine n'avait jamais été aussi proche.
Myléna avait eut l'innocence de penser que Martin comprendrait mais non...après tout, lui aussi était issue de cette catégorie de personne qu'elle déteste tant. Il ne pouvait pas être à la fois juge et bourreau, donc au finale elle aurait du faire preuve de sagesse et ne rien dire. Mais l'humaine n'était pas quelqu'un de sage...trop jeune et trop impétueuse pour ça! La belle rouquine laissait ça pour les vieux!

A présent qu'elle était devant cette porte verrouillée que voulait-elle faire vraiment? Pourquoi est-ce qu'elle avait ressentit tant de bien être lorsque ses doigts avaient effleurés sa peau diaphane. Pourquoi est-ce qu'elle sentait son coeur se pincer lorsque le vampire lui avait dit de partir! Pourtant c'était ce que Myléna voulait! Quitter cet endroit était ce qu'elle souhaitait depuis le début! Cette créature la terrorisait et pour cause, elle avait faillit la tuer! De plus les vampires se nourrissait de sang! Si elle restait avec cet homme, il lui arrivera des problèmes, c'était ce qu'elle pensait. Peut-être la traiterait-elle comme une princesse ou pire, comme une simple source de nourriture? Tout était si confus dans son esprit.
Et pourtant quelque chose de plus puissant qu'elle l'empêchait de vouloir partir. Il y avait quelque chose de d'attirant chez lui, quelque chose d'électrisant qui rendait la décision douloureuse de le quitter douloureuse.

"Si je reste auprès de vous...que va t'il m'arriver? Qu'allez-vous faire de mon destin?"


Question légitime car on ne confiait pas sa vie à n'importe qui! Vivre dans un endroit comme celui-ci était des plus tentant! Là elle serait à l'abri de la faim, du froid et de la maladie peut-être? Mais bien que l'idée fut séduisante, elle devait rester prudente
.

"Qu'allez-vous faire de moi si je décide de rester auprès de vous? D'ailleurs, pourquoi une telle idée? Je ne suis qu'une gueuse qui ne sait ni lire, ni écrire, qui ne sait rien faire que de voler et parler comme une roturière. Je suis très loin d'être une lady comme vous avez l'habitude de côtoyer."


Elle décida d'affronter le regard du vampire, se noyant dans ses prunelles rubis, luisant comme deux joyaux...aussi ensorcelant qu'effrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Dim 25 Mar - 6:08

Elle paraissait soucieuse, hésitante, il lui avait pourtant offert ce qu’elle voulait, sa liberté, la liberté e partir, de quitter cette endroit qu’elle détestait tant à en croire ses propos. Pourquoi était-elle encore là ?! Réfléchissait-elle à une manière de le tuer ou de le faire souffrir davantage ? Le spectacle ne l’avait pas assez divertie, qu’il lui en fallait plus ?! Martin gardait pourtant son calme, cette citation qu’il lui avait énoncée, raisonnait encore dans sa tête, elle était si véridique a ses yeux. Elle se retourna vers lui et lui posa une première question, comme si sa phrase l’avait fait réfléchir, comme si elle voulait avoir toute les cartes en main avant de décider de ce qu’elle ferait. Elle n’était pas si bête que cela, il le savait, sa phrase avait pour but qu’elle remette en cause sa décision, ce qui fit son effet, à présent elle voulait savoir, mais allait-il lui dire ? Tel était la question que notre vampire se posait. Elle ajouta ensuite quelque propos la concernant, comme quelqu’un cherchant à comprendre pourquoi une personne du rang de Mr Vanderkan voudrait d’elle a ses cotés. Elle lui en demandait trop, il ne pouvait répondre explicitement et aussi franchement qu’elle, ce n’était pas dans sa nature, et même pour elle il ne le ferait pas. Malgré cela elle méritait une réponse pour oser lui faire fasse comme cela, et avoir pris la peine de réfléchir

« La vie serait si simple si l’on pouvait connaitre à chaque instant les conséquences de nos choix »

Une phrase bien sage, qu’il avait également tirée d’un ouvrage prestigieux. Il aimait ce genre de réflexion, bien formulé, qui prêtait à réflexion. Il ajouta également une deuxième phrase

« Il faut vivre ses rêves mais ne pas rêver sa vie »

Cette dernière était plus complexe que la précédente, il fallait en comprendre la subtilité. Martin l’aimait d’ailleurs particulièrement, plus c’était complexe, plus c’était intéressant. Comme toute chose Martin n’aimait pas la facilité, est-ce pour cela qu’il l’avait en quelque sorte choisi, qu’il lui avait fait une faveur en la laissant en vie. Etait-il seulement attiré par elle pour sa ténacité ou il y avait autre chose ? Une question à laquelle il ne pouvait lui-même répondre.

Une problématique se posa soudainement a lui, pourquoi n’était-elle pas subjuguer par la beauté de Martin, pourquoi son charme n’opérait pas comme il ne avait l’habitude, c’était pourtant une des caractéristique des vampires. Cela leur permettait d’attraper plus facilement leur proie en les charmant auparavant. Un peu a la façon de ses créature mi homme mi poisson que la mythologie appelle sirène, qui attirait les marin de part leur beauté et leur chant pour finir par les tuer. C’était donc à se demander jusqu'à quelle point cette jeune demoiselle était forte et déterminé pour ainsi résister et ne pas succomber a un tel phénomène. Une raison de plus pour l’admirer, oui Martin l’admirait pour son courage, son intelligence ainsi que sa franchise sans parler de sa beauté. Ce n’était pas une fille qui aurait du atterrir dans la rue selon lui, mais plutôt dans les haute sphère de la société pour y mettre un grand coup, révolutionner un peu toute ses personne cupide, avar, malfaisante. Si elle était né vampire, elle aurait surement faire une reine puissante et influant, en fin de compte quoiqu’elle incarne, elle aurait été quelqu’un d’autre qu’une simple vagabonde, luttant pour sa survie, pour se nourrir.

Pour reprendre la fin de sa phrase sur le fait qu’elle ne soit que roturière et indigne d’une lady comme il en côtoyait, Martin savait qu’elle se mentait à elle-même. Elle en avait la carrure, la robe qu’il lui avait prêté le prouvait, ainsi vêtu personne n’aurait pu penser qu’elle venait des bas fond de Paris, a moins peut être a sa façon de manger et parler. En effet elle était bien trop franche pour une demoiselle, même un homme ne se permettrait pas tant d’honnêteté dans un monde d’hypocrite et de fourbe. Au fil du temps, notre vampire avait appris ses codes, l’art du mensonge, de la tromperie, de la duperie a tel point que cela en était devenu comme un jeu pour lui, observer tout ses gens et les comprendre dans leur folie des grandeur pour la plupart. Mais attention, il fallait être averti pour s’inviter a une tel soirée car il n’y avait pas de pitié pour les faible et les ignorant, s’y rendre était comme se jeter dans la gueule du loup, plonger dans une mer agité et essayé de gardé la tête hors de l’eau.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Dim 25 Mar - 9:50

Myléna ne savait pas lire ni même écrire son prénom en revanche elle connaissait les phrases toutes faites! Et elle n'aimait pas vraiment ça! Pour elle se n'était qu'un moyen de réponse sans réflexion. Ou bien pour éviter de répondre franchement! D'ailleurs l'humaine ne savait pas vraiment quoi répondre à ces phrases!

"Pourquoi ne me répondez-vous pas franchement? "


Ses questions étaient pourtant légitimes! Qu'allait-elle devenir si elle décidait de rester ici, avec Martin? Allait-il faire d'elle une "princesse" ou bien allait-il l'asservir complètement pour qu'elle lui soit soumise et fidèle? Allait-il faire d'elle une esclave? Une domestique? Toutes ces questions se bousculaient dans son esprit qui avait pas mal souffert depuis hier soir! Il était bien égoïste de garder tout ça pour lui alors qu'elle avait son mot à dire quant à son destin!

Elle voulait rester maîtresse d'elle-même mais en même temps, lorsque le vampire se retrouvait à côté elle, elle ne pouvait s'empêcher d'être attiré par lui. C'était démoniaque...mais c'était une sensation tellement grisante et séduisante...c'était vraiment très mal d'éprouver ce genre de désire, l'église considérait ça comme un pécher...celui de la chaire ou de l'envie? Myléna n'était pas très au fait de ce que pensais les hommes d'église. Elle n'avait pas été baptisée et qui plus est, était athée.

"Je déteste les phrases toutes faites..."

Maugréa t'elle en parlant tout bas croyant innocemment que Martin ne l'entendrait pas. Elle ne connaissait pas les pouvoirs que possédaient les vampires comme par exemple leur force démesurée, ou bien leur sens aiguisés. C'était tout nouveau pour elle déjà qu'elle avait du mal à intégrer l'idée que les vampires existaient vraiment. D'ailleurs, elle se risqua à parler d'un sujet qui l'avait toujours laissé profondément choquée et étonnée.
Mais était-ce vraiment le moment de parler de ça? Peut-être plus tard, lorsque la situation présente serait plus éclaircit. En attendant, la jeune femme ne savait plus ou donner de la tête.


"Vous êtes si étrange..."


De toute façon la porte était fermée à clef alors...elle ne pouvait pas sortir. A la lueur des flammes de la cheminée, le jeune homme semblait être une apparition fantomatique. Les ombres couraient le long de son corps et de son visage, renforçant cette beauté spectrale. Sans ans rendre compte, Myléna était comme hypnotisé par lui, par le charisme qu'il dégageait...comme une abeille près d'un pot de miel. Cet air mélancolique qui restait figé sur visage blême...elle était terrorisée par lui, et en même temps attirée, séduite.

"Laissez moi rester auprès de vous."

Dit-elle tendis qu'elle sentait son coeur fondre comme neige au soleil. C'était complètement fou! Savait-elle ce qu'elle disait? Savait-elle dans quoi est-ce qu'elle s'embarquait? La jeune femme avait le sentiment que si elle restait, des choses hors du commun lui arriverait...en bien comme en mal. Mais si elle retournait dehors, peut-être mourait-elle dans les jours a venir? Là au moins elle savait que sa mort arriverait par les crocs de cette créature et rien d'autre. Ce n'était pas par curiosité qu'elle avait décidé de rester, mais plus pour espérer ressentir encore ce qu'elle avait éprouvé lorsque Martin avait posé ses lèvres sur sa peau. En gage de bonne volonté, la demoiselle s'éloigna de la porte close pour se rapprocher de plus en plus du vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Dim 25 Mar - 16:59

Mylena paraissait soucieuse d’avoir des réponses à ses questions, dans un sens cela était légitime mais Martin ne pouvait lui en donner autrement que ses phrases tout faite. Elle alla jusqu'à lui reprocher sans que ce dernier ne dise quoique ce soit, il restait impassible, comme de marbre. Elle continua alors à s’exprimer le disant étrange pour tout a coup revirer complément, cela le surpris sur le moment, bien que c’est ce qu’il voulait, il ne pensait pas qu’elle reviendrait vers lui avec de simple phrase toute faite. Jusqu'à non pas le supplier mais presque de rester a ses cotés, s’était-elle rendue ? Avait-elle arrêtée de résister au charisme naturel des vampires ? Se revirement bien que bénéfique pour Martin ne lui plu guère, car il le pensait pour de mauvaise raison. Il lui fit alors un dernier cadeau. Sans un mot, il avança vers la porte, passant a coté d’elle, effleurant sa peau douce et diaphane, prenant le temps de lui déposer un baiser dans le cou. Puis il alla déverrouiller la porte et la laissa entre-ouverte. Il fit ensuite le chemin inverse et se déposa dans un des fauteuils placé autour du feu, face à la fenêtre, dos à la jeune demoiselle. Ainsi elle ne serait plus attirée par sa faculté, ainsi elle prendrait une décision en son âme et conscience.

Il pensait souvent que le mystère attirait la curiosité, si l’on connaissait d’avance les conséquences de nos choix alors la vie n’aurait plus d’intérêt, plus de surprise, c’était bien ca la caractéristique de l’existence, avancer comme bon nous semble, faire des choix et assumer pour le meilleur et pour le pire. Il y a seulement une chose que l’on ne choisissait pas, c’était de naitre et de quel nature nous étions constitué, cela il fallait faire avec jusqu'à la fin, trop douloureux pour certain qui décider d’y mettre un terme avant. Quoiqu’il en soit elle ne saurait ce qui lui réservait qu’une fois qu’elle aurait fait son choix de façon lucide et non influencée par quelque chose ou quelqu’un. Le libre arbitre en somme.

Il restait fixer le feu, attendant le dénouement de ce si long et douloureuse histoire. C’était comme reposant, sentir cette chaleur, le regarder est y voir ce que l’imagination veut nous montrer. Martin s’y était presque perdu a en oublier la situation mais pas Mylena. Il ne pouvait l’oublier, il se disait qu’avec le temps peut être elle s’effacerait mais il allait en falloir beaucoup du temps. Elle l’avait en quelque sorte retourné, poussée dans ses retranchement sans le savoir. Cette sensation quand il avait posé ses lèvres sur sa cuise, ou bien encore quand elle était tombé dans les pommes. Etait-ce ce sentiment que l’humain appelait « amour », était-ce autre chose ? Il ne savait pas, ce qu’il savait pour l’avoir lu un jour c’est que l’on se rendait compte de ce qu’on avait quand on le perdait, un peu paradoxal tout de même. S’il fallait perdre quelque chose pour prendre conscience de son importance, c’était vraiment stupide.

Affabulé par le feu, il se prêtait à rêver de ce qui pourrait être son futur ou même ce qui aurait pu être son présent si il n’avait pas commis son erreur étant enfant. Il se voyait au bras de Mylena, revêtu comme une princesse, défilant sur les tapis rouge de la cour, se promenant en se moquant bien de toute cette aristocratie hypocrite et écervelée. Ce qu’il voulait pour elle c’était le meilleur, il n’était pas vraiment question de lui là dedans car après tout il aurait pu la contraindre par un moyen ou un autre mais il ne le désirait pas. Il se disait qu’après tant de misère, elle avait le droit de connaitre le monde opposé au sien, elle ferait une très bonne marquise après avoir vécu ainsi. Il ne voulait pas d’une de ses capricieuses petites sottes ne sachant dire autre chose que « valet » ou « esclave » suivi d’un ordre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Dim 25 Mar - 19:10

Martin se releva, passant près de la jeune femme...elle sentit sa main fraîche effleurer la sienne, ses lèvres effleurer la peau de son cou... Son coeur manqua un battement, un frisson lui parcourut l'échine tandis qu'il s'approchait de la porte, la déverrouillant par la même occasion. Pourquoi se sentait-elle si...si étrange lorsque cet homme était près d'elle? Pourquoi arrivait-il à faire naître en elle des envies inavouables, des désires indécents alors que jamais auparavant, elle n'avait eut de pareilles pensées.

Puis il lui tourna tout bonnement le dos, lui laissant le choix de partir ou de rester. Myléna sentait qu'elle n'avait plus l'esprit aussi embrouillé, que son jugement était plus clair, plus...libre. Etait-ce aussi une caractéristique des vampires que de pouvoir influencer les sentiments et opinions des humains? Si s'était le cas, alors la jeune femme devrait mettre ça au clair. Depuis toute petite, la jeune femme avait toujours décidé de sa vie, toujours prise des décisions selon son propre jugement.

La jolie rouquine regarda la poignée de porte...cette si petite poignée de porte qui lui permettrait de pouvoir recouvrer sa liberté. Que devait-elle faire? D'un côté, l'appel des grands espaces était très fort mais de l'autre...le sentiment étrange qu'elle ne voulait pas partir, qu'elle ne voulait pas rester loin de cette...créature à la fois si dangereuse et si séduisante. De plus il avait cette lueur étrange au fond des yeux...celle de la douleur. Certains évènements vous marquaient à vie, que vous en parliez ou non, cela se répercutait sur le comportement ou bien sur le visage. Si Myléna ne savait pas lire ou écrire, elle était néanmoins une bonne observatrice! Il y avait une grande peine en Martin et...même si elle ne savait pas de quoi il s'agissait, la jeune femme sentait qu'il y avait une grande blessure en lui.

Finalement, la jeune femme posa la main sur la poignée de la porte, prête à partir, à prendre son envole, retrouver les rues puantes mais vivantes de la vieille capitale! Elle claqua alors la porte, en un grand bruit. Mais elle ne quitta pas la pièce. La jeune femme avait décidé en refermant cette porte de ne pas quitter le jeune homme. Qu'allait-il lui arriver maintenant? Est-ce qu'elle ne faisait pas une erreur? Alors elle s'avança d'un pas timide près du vampire.


"Je reste."

Elle resta dans le dos du vampire, observant la réaction de ce dernier. N'était-ce pas jouer avec le feu que de rester auprès d'un homme pareil? Au delà de ça, la jeune femme éprouvait autre chose que la peur du danger. C'était plus fort et plus profond que ce sentiment primaire.

"Je resterai auprès de vous...tant que vous le désirez."


Son coeur et son corps étaient en feu, elle avait changé d'avis, ne voulant plus partir mais demeurer auprès du vampire. Il était si séduisant si...enfin il s'était retournée sur elle et l'avait choisit...malgré la crasse de sa peau, malgré sa vulgarité...il lui avait montré qu'elle existait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Dim 25 Mar - 19:35

Martin fut d’un coup projeter or de ses pensée et rêve, la jeune femme s’était avançait vers lui, du moins il l‘avait entendu prononçant par la même occasion son désir de rester a ses cotés et même autant qu’il le désirait. Seulement ses dernier mot contrarièrent le vampire, il ne voulait pas la forcer par l’empathie ou même la pitié, il voulait qu’elle le fasse de son propre grés, bien qu’il n’attendait que cette réponse d’elle, il en était comme déçue. Il se leva alors, fit le tour de son fauteuil et alla sa placer derrière Mylena, il écarta délicatement ses cheveux et lui déposa un baiser. Cette fois il ne voulait pas la mordre ou même lui faire du mal, simplement un peu d’affection. Il n’y avait pas trop réfléchit, il agissait dans le vif, sur le moment même sans penser a quoique ce soit d’autre. C’est pourquoi il s’autorisa à passer ses bras autour de son corps, comme pour l’enlacer tout en lui murmurant a l’oreille

« Ce n’est pas ce que je désire qui est important mais ce que tu désir toi »

Il s’arrêta, de peur de dire un mot qui l’effrayé, ce n’était pas encore le bon moment. Il ne la considérait pas comme un objet ou même une moins que rien, mais comme une personne sans en oublier ses origines, il ne le fallait pas, c’est celui ferait sa force que de se rappeler d’où elle venait. Agissait-il selon son cœur comme disait les humains ? Était-ce possible pour les vampires, au sang si froid et au cœur qu’on disait arrêté ? Sa mère n’avait pas été tres explicite sur le sujet, elle n’avait jamais tari des loges sur les relations que les vampires pouvait avoir, elle ne lui avait jamais même parlé de son père, peu important. Il fallait savoir que dans la société vampirique les femelle comme elle était nommé ou plutôt reine n’était pas nombreuse, elle était de l’ordre d’une pour dix vampire ce qui faisait qu’elle n’avait jamais qu’un seul homme dans leur vie en général. Elle était chargé d’assurer la survit de leur espèce, c’était elle le plus important et non pas celui avec qui elle procréé car si un de convenait pas il y en avait des dizaines d’autre qui pouvait être le géniteur. Les vampires se reproduisait presque entre eux, c'est-à-dire qu’il faisait attention a leur ligné, les sangs pur se reproduisait entre eux, tandis que les mordus faisait presque comme il voulait. Il n’était pas considéré comme des vampires a part entière, ce n’était que des humains infecté, rien de plus qu’une forme d’esclave. On ne pouvait donc pas parler de famille ou encore d’amour là dedans, c’était des animaux après tout, plus prés de l’animal que les humains surement, pour qui il fallait souvent des sentiments, des émotions, des ressenti en quelque sorte.

Martin aspirait a quelque chose de plus humains, était-ce de part ses lecture ou sa nature moins vampire qu’il aurait du. Etait-cde pour avoir passé une partie de son enfance parmi les être humain, il avait appris leur coutume, leur manière de voir les choses, leur façon de les ressentir. Pendant tant d’année il avait voulu effacer tout cela, ayant trop souffert de ce qu’il avait fait plus jeune, il s’était dis que si vivre comme un humain était si douloureux c’était stupide et qu’il valait mieux qu’il accepte ce qu’il était, tel qu’il était. Ceci était remis en doute avec cette jeune demoiselle, au fond si il était capable d’éprouver certaine chose pourquoi ne pas les laisser s’exprimer, les laisser lui faire découvrir ce qu’il n’avait jamais connu ? Il n’avait pas beaucoup d’expérience en ce qui concernait les relations que ce soit amoureuse et amical, seulement ce que lui avait appris les livres et autre ouvrage parlant de cela. Il savait globalement quoi faire, comme s’y prendre mais souvent il était question « instinct » de ressentit sur le moment et non de chose planifier, calculée comme il en avait l’habitude. C’est un peu ce qui l’effrayé aussi, de ne pas contrôler la situation, ne pas savoir ce qui allait se passer, n’avoir pas pris le temps d’étudier les tenants et aboutissant de chaque situations.

Pour l’heure il savourait avec curiosité et plaisir ce qui se passait. C’était étrange cette sensation d’en oublier l’environnement ou même sa nature, mais n’était-ce pas là une fabuleuse expérience …

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Dim 25 Mar - 22:23

Myléna était ce genre de fille en avance sur son temps dans le sens ou elle était très indépendante et pensait bien souvent par elle-même. Depuis toujours, la demoiselle s'évertuait à vivre selon ses lois, ses codes, selon ses envies...question de survie! Cela avait toujours plus ou moins bien marché étant donné qu'elle était toujours vivante! Si elle avait choisit de rester auprès du vampire...ce n'était pas par pitié ou autre chose, s'était qu'elle le désirait. Parfois il fallait saisir les opportunités qui s'offraient à vous! Mylena avait saisit sa chance. Elle avait été séduite par le vampire dès la minute ou il s'était attelée à panser ses blessures. Elle avait agit de façon brutale et idiote car l'humaine avait été décontenancé...dans son monde à elle, chaque bonne action avait un prix. Hors à aucun moment il n'avait eut envie de la salir, de la souiller...il ne l'avait pas tué malgré son insolence, alors que dehors, la rouquine serait morte pour moins que ça.

La mortelle suivit du regard le vampire qui s'était levé de son siège pour aller la rejoindre sans dire un mot. Alors ce dernier se plaça derrière elle, dégageant sa longue chevelure de feu pour déposer un nouveau baisé sur son cou. Au départ, la jeune femme s'était raidie, de peur que le vampire ne la morde de nouveau mais elle s'apaisa presque aussitôt lorsque le vampire ne déposa que ses lèvres tièdes sur sa peau d’albâtre. A ce doux contact charnel, l'humaine sentit son coeur s'emballer, une sensation de chaleur avait envahit son être lui procurant un bien fou. C'est alors qu'elle sentit les bras de l'homme l'enlacer tandis qu'il se tenait toujours derrière elle. L'humaine fondait littéralement, sombrant dans une douce torpeur de bien-être que lui procurait cette proximité soudaine.

La jeune femme se tourna alors vers le vampire qui la tenait toujours contre lui. Elle regarda le vampire droit dans les yeux cependant il n'y avait plus cette étincelle de méfiance qu'elle arborait habituellement. Les rubis flamboyants du vampire la firent fondre encore un peu plus. Jamais on ne l'avait traité avec autant de bienveillance, même dans l'orphelinat ou elle était censée être protégée, la gérante l'avait affamé, battu à plusieurs reprise. Et puis ensuite ce fut au tour des commerçant de la battre pour la punir des larcins que la demoiselle avait put commettre. Il ne la regardait pas comme si elle était une gueuse...mais plutôt comme un être humain, lui donnant le choix, le libre arbitre. Myléna regarda alors le vampire avec une infinie tendresse, lui souriant doucement. Et puis elle voulut tenter elle aussi de lui apporter un geste d'affection. Sa main blanche et fraîche alla se poser doucement sur la joue froide du vampire.


"Je désire rester auprès de vous."


La jeune femme caressa doucement sa joue avant de la créature qui la retenait contre lui puis la posa sur l'endroit ou son coeur était censé battre...mais rien...il n'y avait pas de coeur qui battait dans sa poitrine. Cependant cela n'impressionnait pas la demoiselle du moins...cela ne l'impressionnait plus. Son coeur ne battait pas mais il était capable d'amour. Plus elle resté là, contre lui, et plus la jeune femme ne se sentait plus capable de vivre loin de cet homme.

"Si je vous avait demandé cela c'est parce que...parce que je suis un peu...non, beaucoup insupportable..."


Elle n'avait pas tord! La jeune femme possédait un vrai caractère de cochon! Ce qui pouvait facilement agacer! D'ailleurs, le vampire le lui avait bien fait comprendre tout à l'heure en s'énervant dangereusement contre elle.
Myléna était si bien là, contre lui...elle ne voulait pas qu'il la lâche. Son coeur cognait à tout rompre dans sa poitrine généreuse...elle eut alors envie de l'embrasser. Etait-ce mal d'éprouver ce genre de chose? Quoi qu'il en soit, elle s'en fichait...elle se mit sur le pointe de ses pieds et approcha son visage de celui du vampire pour déposer sur ses lèvres un chaste baisé.


"Je...je suis désolée...je n'aurais pas du!"

S'excusa t'elle ensuite, confuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Lun 26 Mar - 14:41

Martin appréciait l’instant présent, il s’en délectait même. Sa main douce et chaude venant caresser sa joue, puis son torse, aucun rejet de sa part, s’en était presque trop parfait. Elle lui déclara en quelque sorte sa flamme si l’on pouvait dire car exprimer l’envie de rester auprès de quelqu’un n’était pas rien. Puis il l’a sentit prise de conscience en quelque sorte, surement « aux anges » comme disait les humain qu’il lui fallu se justifier de ses actions passer comme pour s’en excuser. Insupportable se disait-elle, cela aurait pu faire glousser le vampire s’il n’était pas affabulé par elle, se main affectueuse, se proximité. Ca elle pouvait l’exprimer, elle avait été odieuse avec Mr Vanderkan mais n’était-ce pas ce qui avait fait son charme, n’était-ce pas ce qui avait crée ce doute qui lui avait fait changé d’avis ? Et puis de toute manière si elle n’était pas un brin désagréable, une vie a ses cotés deviendrait vite ennuyeuse, non il fallait de l’action, des disputes, il paraissait qu’un couple sans histoire était un couple qui ne marchait pas. Il n’en fallait pas trop mais un juste milieu de façon à ce que deux personnes puissent vivre sereinement ensemble.

Puis s’en qui ne s’y attende, perdue dans ses deux opales fixant ses rubis, Martin sentit cette sensation si exquise sur ses lèvres, la belle lui déposant un baiser promptement. C’était son premier et il ne le regrettait pas, c’était comme si plus rien n’existait autour d’eux, il était comme dans un bulle, un monde ou seul eux existait. Tout aurait piu s’effondre autour sans qu’il ne prenne peur, tant qu’il était l’un à coté de l’autre, les yeux dans les yeux, plus rien n’importait. Même les mots n’étaient pas assez forts pour exprimer cet instant présent. C’est la différence entre les livre et la réalité, il y a des choses que nul ne peut décrire, il faut les vivre pour les comprendre, les apprécier, un souvenir gravé a jamais comme une empreinte ineffaçable. Il comprenait à présent les humains et leur étrange désir de persévérer dans les relations amoureuses en sachant ce qu’ils encouraient, car au fond, les conséquences malheureuses qui pouvaient en découler ne serait jamais assez importante pour se priver de ca. Ce n’était qu’un baiser mais déjà pour Martin c’était beaucoup, pour un vampire qui ne connaissait que le gout du sang, la chaleur de ce fluide, c’était leur seul plaisir que leur offrait la vie.


« Ne vous excusez pas de vous être laissée emporter et guider par vos désirs »

Une phrase plutôt jolie, improvisée sur le moment afin de lui faire comprendre que ce qu’elle ressentait était en quelque sorte réciproque même si le vampire ne voulait pour le moment parler d’amour et de sentiments de peur de se tromper ou de la faire fuir, ou encore de prendre lui-même peur. Il préférait ne pas y penser, se laisser aller, se laisser guider par ses désirs tout en prenant les précautions qui s’imposaient. Un tel relâchement pouvait être dangereux quand a sa soif de sang, cette sensation quand elle l’embrassa était agréable et pouvait lui faire perdre son contrôle sur lui, et commettre l’irréparable.

Il vint même à se demander si tout ceci était réel, si ce n’était pas un rêve qu’il faisait après l’avoir peut être tué. Si ce n’était pas son sang de jeune demoiselle vierge qui lui faisait tourner la tête. Il avait des doutes, des peurs, des angoisses, il était comme un humain, soumis aux mêmes contraintes, aux mêmes sentiments. C’était bizarre pour lui, étrange et terrifiant même, il n’avait plus l’habitude comme a son jeune âge, il fallait qu’il réapprenne en quelque sorte. Il se surprenait même à se comporter de manière si agréable avec Mylena, elle avait vraiment quelque chose de spécial pour que le vampire change ainsi a son contact. Lui qui décrivait les histoires d’âme-sœur comme une légende, un espoir donné a tous pour leur permettre de ne pas sombrer ni désespérer, tant d’idéologie qui était remise en cause. C’était à se demander si certain auteur avec vécu avant d’écrire.

De manière a rassurer sa belle, quand a ses doutes et ou ses peurs il l’embrassa a son tour, passant ensuite une de ses mains sur sa joue rougis par l’émotion puis il lui susurra a l’oreille quelque mots d’une voie douce


« Comment croire a un défaut quand on ne voit que perfection »

Elle n’avait pas eut l’air d’aimer ses précédente phrase toute faite, cependant cette dernière était de lui, et cette fois peut être ne la détesterait pas tant que ca pour ce qu’elle signifiait…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Lun 26 Mar - 23:32

La jeune femme ne saurait dire si elle était sur un petit nuage ou non. Tout venait complètement de s'inverser en elle. Tandis qu'elle nourrissait des sentiments de haine au départ envers le jeune homme, voilà que maintenant c'était tout le contraire. N'était-elle pas complètement versatile? N'était-elle pas folle de retourner ainsi sa chemise?
Cependant l'adage disait que "Le coeur à ses raisons que la raison ignore." Et cette expression collait parfaitement avec ce qui était en train de se passer entre les deux individus.

Mais parfois les sentiments venaient frappés alors qu'on s'y attendait le moins c'est ce qu'il se passait en ce moment. On ne pouvait rien n'y faire et les réfréner n'étaient pas bon non plus. Peut-être que cela pouvait conduire à une relation douloureuse ou harmonieuse...cela dépendait de pleins de facteurs. Certaines personnes s'aimaient mais ne se supportaient pas ou ne pouvait pas vivre ensemble pour cause d'incompatibilité.

C'était son premier baisé que la jeune femme offrait au vampire. Jamais la belle ne s'était offerte à quelqu'un. Pourtant ce n'était pas les propositions qui manquaient! Malgré la crasse qui pouvait envahir son corps et son visage, la jeune femme avait beaucoup de succès. Elle aurait put cendre son corps dans un bordel...elle y aurait fait fortune assurément...enfin si elle travaillait pour elle et pas pour une tenancière! Mais non, au lieu d'avoir à écarter les jambes pour pouvoir manger, Myléna avait préféré ne pas être ce genre de fille qui se servait de son corps pour ce faire un nom...elle ne voulait pas être Myléna la putain du quartier de Châtelet ou du Marais. Bref la jeune femme avait préféré se débrouiller par d'autres moyens pour pouvoir gagner de l'argent.

Pour en revenir à ses prétendants, la jeune femme avait à chaque fois décliné leurs avances, car ils n'étaient que des jeunes hommes portés sur la bouteille sans aucun respect. Voulant juste d'elle qu'elle fasse à manger, et qu'elle fasse des enfants. Hors la jolie rouquine ne voulait pas vivre ainsi. Elle aimait croire qu'elle rencontrerait un jour un homme...différents des autres. Qui l'aimerait pour ce qu'elle était et non pour l'opportunité qu'elle représentait. N'allez pas croire que l'humaine s'était jeté dans les bras du vampire parce qu'il représentait un "bon parti" non...Elle n'était pas comme ça, elle était trop fière pour s'abaisser à rester avec quelqu'un juste pour l'argent et le prestige!
Le baisé qu'elle avait donné au jeune homme était sans arrières pensées, il était pure...il avait été donné sous l'effet d'une passion nouvelle, une passion que l'humaine n'avait pu contenir. Elle se sentait si faible face à cet homme...


"J'ai juste pensé que...enfin..."

Elle n'avait pas les mots pour justifier ce qu'elle avait fait. Comment lui expliquer qu'une femme qui entreprenait d'embrasser un homme aussi soudainement n'était pas une fille facile? Peut-être pensait-il que Myléna était quelqu'un aux moeurs légères? Embrassant facilement le premier venu? L'humaine ignorait qu'il savait pertinemment qu'elle était vierge, rien qu'en aillant goûté son sang.


"Je ne veux pas que vous pensiez que je suis une...une de ses filles volages."


Elle ne l'était pas, mais ce n'était pas facile de le prouver! Du moins de son point de vue à elle! C'est alors que ce dernier approcha de nouveau son visage de celui de Myléna et posa un doux baisé, gage de réponse à ses sentiments sans doute réciproque. Son coeur s'emballa de nouveau, elle sentit une fièvre l'envahir, complètement grisante pour la demoiselle. Cette dernière se sentait se consumer, s'était comme une torture des plus agréable cette fois-ci! Puis sa main vint caresser sa joue...Myléna posa une de ses mains blanche par dessus, ne voulant pas qu'il la retire. Elle ferma alors ses grands yeux si clairs pour profiter pleinement de cet instant comme s'il s'agissait du dernier. Ses jambes n'avaient plus de force, elle sentait qu'elle tomberait si ce dernier la lâchait.


"Je ne puis mériter vos paroles, mais si vous les penser alors je les acceptes."


Dit-elle d'une voix chevrotante...pourquoi était-ce si agréable d'être à son contact, pourquoi se languissait-elle de ses caresses, de cette proximité presque indécente qui faisait naître une passion inavouable?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   Mar 27 Mar - 10:39

La jeune femme mis sa main sur la sienne, une sensation de douceur et de chaleur fort agréable. Pourtant Martin pensait avoir chassé tout doute chez Mylena avec ce baiser, il n’en était rien, la voilà maintenant pensant qu’il aurait pu la prendre pour une fille facile, lui qui n’y connaissait que ce qu’il avait lu, lui qui n’était pas humain, lui qui n’avait jamais connu de contact physique avec une demoiselle, comment aurait-il pu avoir envie de quelque chose qu’il ne connaissait pas. Comment aimer et désirer une sensation, un moment que l’on a jamais vécu, jamais ressenti, l’amour faisait vraiment tourner la tête des humains dans tous les sens. De plus elle l’ignorait surement mais le vampire savait qu’elle n’avait jamais fréquentée d’homme de façon sérieuse du moins, elle n’avait jamais été profané par un de ses hommes qui aurait surement profité d’elle et l’aurais jeté le lendemain. C’était bien ce qu’il reprochait au monde actuel, les gens riche se mettait ensemble par intérêt et non par plaisir, souvent même il allait voir ailleurs pour ce qui était du plaisir. Les gens plutôt pauvre, c’était en fin de compte eux qui était le plus heureux car il n’y avait pas vraiment d’intérêt a choisir une personne ou une autre, par d’argent a gagner en quantité suffisante pour faire grandir une cupidité chez l’un des deux partenaires. Il était souvent dit que l’argent ne faisait pas le bonheur, c’était assez vrai même si il y contribuait souvent. Le vampire en savait quelque chose, il n’était pas humain certes mais il avait beau de manquer de rien, cela ne faisait pas pour autant son bonheur, une notion abstraite de toute façon pour sa race. L’argent n’était que futilité pour eux, ce qui les importait c’était le sang, ce nectar qui les rendait si fort, si éternelle.

Elle se rabaissa ensuite ne se disant pas digne de ce qu’il avait dit avec la plus grande sincérité. C’était normal qu’elle doute, qu’elle soit effrayée, apeurée par ce qui se passait, Martin l’était aussi mais son sang froid de nature l’aidait à ne pas s’emballer comme elle. Le vampire avait été d’autant plus retourné que tout ceci n’était pas normal, n’était pas possible pour lui normalement, mais il ne pensait plus a présent, il essayait simplement de vivre le moment actuel sans penser a ce qui pourrait arriver ensuite. Il ne savait pas comment la rassurer, évacuer ses doutes et ses frayeurs, fallait-il prendre sa main et lui dire qu’elle ne serait jamais plus seule à présent ? Fallait-il lui promettre de toujours veiller sur elle ? Fallait-il lui dire ce qu’elle désirait entendre comme bon nombre d’humain sans peser le poids que certain mot ou certaine promesse impliquer. Cela lui faisait penser au mariage, aux promesses que les époux se faisaient et la manière dont il les respectait, ou plutôt la manière dont il les oubliait assez rapidement. S’il y a bien une chose auxquels les vampires attachaient une importance particulière c’était l’honneur et la loyauté, que ce soit envers leur reine ou la personne a qui il faisait une promesse.

Martin usa de son autre main, l’apposa sur la joue de Mylena non pas cette fois du coté de sa paume mais de l’autre effleurant sa peau de ses doigts, sentant la douceur de la demoiselle, cette chaleur qui s’en était emparé, qui lui avait donné ce ton rougeâtre a cette peau diaphane. C’était comme déposer ses dents pour la première fois sur le cou d’une demoiselle, comme sentir cette chaleur humaine sur ses mains au moment de la saisir. Comme sentir de liquide chaud et rougeâtre sur ses lèvres, couler aux extrémités de ses dernières, ressentir ce fluide sur sa langue et s’en délecter. Il était comme un adolescent embrassant une fille pour la première fois, découvrant cette tendresse, cette douceur frissonné tout au long de son corps jusqu'à en faire battre son cœur plus rythmé que jamais. Le vampire ne voulait pas aller trop vite, lui qui aimait aller a tout allure, il désirait ne rien manquer de cette instant unique, comme si c’était le dernier. Les humains disaient souvent qu’il fallait vivre chaque seconde, chaque minute, chaque heure, chaque jour comme si c’était le dernier, pour ne rien regretter, pour ne rien oublier, pour ne rien omettre de l’instant présent.

L’atmosphère se faisait de plus en plus pesante a en devenir étouffante entre le feu ardent de la cheminé et cette situation éprouvante. Il sentait presque son sang s’échauffer, prêt à bouillir de peu que la température monte encore d’un cran supplémentaire, un comble pour un être au sang froid. Etait-ce simplement une impression ? Martin n’aurait pu le dire, il était trop accaparé par cette belle demoiselle qui succombait littéralement à ses charmes pour trouver une explication à tout ce qui se passait. Martin la voyait comme une larve devant un papillon, déployant ses ailes prête à s’envoler vers un futur incertain. Ses yeux s’était illuminait comme ceux d’un enfant recevant son premier cadeau, comme ceux d’un humain assistant a un événement incroyable.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire. [Martin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien avec un vampire. [Martin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Entretien avec un vampire
» Entretien avec un vieux
» Des extraits d'un entretien avec Jean Erich René
» Hobber Mallow (Orthez), Rendez vous avec le Pere Martin
» Entretien avec Milandor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~-