Partagez | .
 

 Matthew A. Di Medici {En cours}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Matthew A. Di Medici {En cours}   Dim 15 Mai - 18:11


Di Medici Angelo Matthew



Identité

Nom :
Humble membre de la noble famille Di Medici Da Firenze.
Prénom:
Bien que le premier nom que l'on m'ait donné lors de ma naissance soit Angelo, je vous demanderez de m'appelle par le deuxième, Matthew.
Age Apparent:
Ceci repose essentiellement sur votre avis, toutefois, je dirais autour de la vingtaine.
Age Réel :
Il ne vous est pas utile de le savoir, je me contenterais donc de dire autour des soixantes ans.
Sang Pur ou Mordu :
Le sang, bien que jeune, qui coule dans mes veines est tout ce qu'il y a de plus pur.
Date et Lieu de Naissance :
Un beau jour, ou devrais-je dire une nuit ? La treizième du mois de Novembre à Florence.
Orientation Sexuelle :
Cela ne vous regarde du aucune façon.
Nationalité:
Je pense que cela peut être facilement deviner, seulement pour les plus lents d'entre vous j'accepte de répondre...
Io sono Italiano.
Groupe :
Je possède des crocs, me nourris de sang et n'eus jamais le droit à la lumière du soleil...Qui suis-je ?
Classe Sociale: Bien que je sois un fils d'une famille noble, je ne possède aucun titre pour le moment, étant bien trop jeune. Je suis donc simplement le cadet des fils du Duc Di Medici Da Firenze. {Noble sans titre}

Description Physique

En principe, un simple regard devrait suffir à vous jeunes gens... Pourtant vous me demandez encore de me décrire ? Vous manquez de bon sens, toutefois, je crois savoir que je n'ai guère le choix...

Appremment on me décrit souvent comme l'ange déchu de la famille ... Pourquoi, me demanderez-vous ? Et bien en un sens je suppose que mon premier prénom y joue un rôle important... Cependant, mon apparence y a également son rôle. Effectivement, je dois bien l'admettre, que mon corps est frêle et paraît incroyablement fragile... Au point, où pourrait croire que je me briserais en un simple geste brusque... Mon éducation, m'a également apprise à me conduire d'une façon lente et élégante, ce qui ne fait qu'accentuer cette impression de fragilité... Pour être honnête, ce n'est pas tout à fait qu'une impression... Comparé à d'autre congénère, je suis effectivement faible. Cela doit être à cause de cette espèce de maladie qui me ronge... Enfaite, mon corps manque continuellement de sang, je dois avouer que parfois, je ne me nourris pas assez, mais bien même quand je me nourris trop, le sang que je bois disparais vite de mon corps et me rends faible... Il n'est donc pas conseillé pour moi de me battre ou d'agir de façon trop violente... Mais ne croyez pas que je suis rabaissé au même niveau que les humains ! Je reste un vampire, de sang pur qui plus est ! Je possède sinon des yeux bleus tel le ciel que je n'ai pu voir que sur des images... Mes cheveux sont quant à eux, d'un tint foncé, paraissant parfois aussi noirs que les ténèbres alors que si je me rapproche légèrement de la lumière on peut y constater quelques couleurs brunes froncées. Que puis-je dire de plus ? Mes jambes sont longues et fines tout comme mes mains dîtes douces. A mon grand désarroi, mon corps fait penser quelques fois à celui d'une femme... Et il m'est arrivé d'être confondu avec l'une d'entre elles.... Une femme qui ressemblerait à une poupée de porcelaine inexpressive qui serait prête à se briser en mille morceaux.... Heureusement, que les habits que je porte, rappelles aux personnes qui m'entourent que je suis bel et bien un homme... bien que, je dois également admettre, souvent inexpressif comme ces poupées de porcelaine.




Description Mentale

20 lignes demandées



Biographie


Risque d'être modifiée !!!!

Primo Passo



La lune pleine éclairait le magnifique jardin de la famille Di Medici. Le temps était beau, le ciel clair, les étoiles scintillantes et la température des plus correctes. La demeure s'activait, la vie prenait, alors que moi je m'étais encore éclipsé pour être tranquille à l'extérieur. Une famille riche, certes, mais froide, où je devais étudier dur, chaque nuit, pour ne pas faire honte à celle-ci. Père, ne s'occupait pas de moi, il était un inconnu à mes yeux, Mère, elle, était fatiguée et dépressive. Bien qu'elle s'occupait de moi avec douceur, il n'était pas rare qu'elle verse sa colère sur moi, surtout que j'étais depuis mon plus jeune âge d'une santé fragile manquant souvent de force, de sang dans le corps et donc devient rapidement faible, bien que je me nourris régulièrement.


Je pouvais entendre les pas des servants qui me cherchaient pour me ramener de force à l'intérieur afin de reprendre mes cours. Je me fis petit et alla un peu plus loin dans le jardin où j'avais pris l'habitude de me cacher sans que personne ne me trouve, enfin si, une personne me trouvait, toujours peut importe où je me trouvais, cette personne était mon frère aîné, Amadeo Di Medici. Il était le futur héritier et Mère parlait souvent de lui, me disant toujours de ne jamais lui causer du tort. Mais je ne ressentais aucune jalousie, j'aimais simplement mon frère qui prenait toujours soin de moi. Chaque fois que je le voyais, je ne pouvais m'empêcher de venir à lui, le suivant un peu partout, m'accrochant à lui comme je pouvais grâce à mes petites mains fragiles. Il était également la première personne vers qui j'allais quand je ne me sentais pas bien. Même pour de simple cauchemars, où quand mes canines commencèrent à pousser, j'allais à lui me blottir dans ses bras. En y repensant, je ne peux m'empêcher de rougir, trouvant ceci embarrassant...



Il vint à nouveau me chercher, me prenant doucement dans ses bras, vérifiant que je ne me sois blessé et que j'aille bien. Je me blottis simplement contre lui, enfouissant mon visage dans sa sublime chevelure noire. Après un moment, il me ramena à l'intérieur auprès de Mère, me murmurant tendrement que je devais m'excuser. Je le fis à sa demande bien que très timide à cet âge-là, je me cachais vers lui. Mère soupira, me tirant des bras de mon frère pour me prendre dans les siens. Elle s'excusa du dérangement, souriant joyeusement à mon frère. On voyait qu'elle l'aimait de tout son coeur, le premier enfant qu'elle avait eu, qui était le fruit de l'amour de Père et de Mère. Je l'étais aussi en un sens, seulement, leur amour s'était détérioré, j'entendais beaucoup de rumeur disant que Père n'aimait plus Mère où du moins, avait d'autres femmes dans sa vie.


Lacrima



Quelques années plus tard, les choses s'étaient empirées. Un scandale éclata, Père avait une maîtresse humaine et apparemment un enfant naquit de cette union. Mère devint folle, envahie par la tristesse et la solitude, elle devint également violente, me disant quelques horreurs chaque fois que je venais la voir.
"Tu es comme moi, ton père ne t'aime pas, il ne t'a jamais aimé, il a préféré avoir une enfant avec une humaine, il préfère une impure à toi !"


Avec le temps, je me renfermais de plus en plus, mon frère était le seul et unique à qui je pouvais me confier. Il savait me faire craquer pour que je verse finalement mes larmes, ma colère, ma solitude.

J'eux peu après mon initiation; je devais mordre pour la première fois une humaine et boire son sang. Je devais faire ceci devant tous les membres de la famille lors d'une cérémonie. J'avais autour de 15 ans bien que je ressemblais à un humain de cinq ans de moins. Même si ma haine envers une certaine humaine avait grandi au fil des années, je n'aimais pas l'idée de mordre une d'entre-elles. de plus, devant les membre de ma famille. J'avais également un peu peur, après tout je savais qu'à partir de là, mes instincts allaient se réveiller une fois pour toute.
Je m'habillai comme il le fallait, élégant et majestueux avant de rentrer dans la grande salle auprès d'Amadeo et de Père. Mère n'était pas venue. Je sentais beaucoup de regards sur nous, beaucoup chuchotèrent à propos du scandale. Je fermai mes yeux, retenant tous les sentiments malheureux qui me traversèrent avant de finalement sursauter en sentant une main se mettre sur mon épaule. C'était mon frère qui me souriait silencieusement, comme pour me dire "courage". Je lui rendis brièvement son sourire avant de m'avancer au milieu de la pièce. Une humaine apeurée était attachée à une table en marbre. Elle était bâillonnée, mais on voyait qu'elle voulait crier, ses yeux me regardaient en larme, me suppliant de la libérer. Je pouvais ressentir également les battements de son coeur, on aurait dit un petit animal effrayé... Je la contemplais, mon visage inexpressif me disant que cette femme, à peine plus vieille que moi, allait mourir dans d'horribles circonstances.

Bien, mords-la, fils. Son sang, doit être délicieux, nous l'avons choisis spécialement pour toi, une jeune et belle humaine encore vierge de toutes malices.

Fils.. ? C'était bien la première fois qu'il m'appelait ainsi. J'aurais pu m'en réjouir, mais je sentais dans sa voix qu'il ne m'apportait aucune affection particulière. Plus petit, je me souviens, que j'étais une fois allé vers lui, dans son bureau, voulant lui parler, le rencontrer et sans doute, me blottir dans ses bras. J'avais travaillé dur pendant plusieurs mois et avait eu d'excellentes notes. J'étais fier et je voulais qu'il le soit également, qu'il me félicite, comme tout Père devrait peut-être agir, n'est-ce pas ? Peu importe, j'étais rentré timidement dans son bureau, fit quelques petits pas avant d'entendre sa voix.


Qui est-là ? Angelo ? Que me veux-tu ?


Je m'étais alors approché, faisant le contour du imposant bureau de la salle. Je le regardais longuement, ma voix n'osait pas sortir, j'étais très intimidé. Il avait les cheveux blancs comme la neige, il était grand et on ressentait toutes la noblesse de cette personne dans toute la pièce. Ce n'était pas pour rien qu'il était le chef de la famille. Je pouvais ressentir une certaine ressemblance avec mon frère, oui, mon frère allait devenir son héritier, un grand chef sans aucun doute.


Alors ? J'attends, parle.


Ah..euh... je...Père.... je.... j'ai eu les félicitations de Maître Riano me disant que j'étais un de ses élèves les plus prometteurs !


Il me regarda silencieusement, je me sentis frémir, me faisant soudainement petit. J'espèrais tant voir un sourire de fierté, qu'il me prenne dans ses bras.... Mais il n'en fit rien, disant que je devais continuer à travailler dur, que mon frère lui, n'avait pas été "l'un des plus prometteurs" mais le numéro un. Il me fit ensuite sortir de la salle. Je ne vous expliquerais pas les sentiments que je ressentais à ce moment-là.

Je ne peux m'empêcher de rire doucement à ses souvenirs, bien entendu ce n'était pas un rire très joyeux et je retenais mes larmes. Pourquoi devait-il m'appeler "fils" aussi facilement après toutes ses années... Jouait-il avec mes sentiments, où plutôt devrais-je dire qu'il ne s'en souciait absolument point ? Je me passai une main dans mes cheveux noirs puis m'avança vers ma proie. Je ne voulais pas la mordre... Je tremblais légèrement en ressentant ses yeux sur moi. Je me penchai doucement vers son cou, un instinct montait en moi ... Je la mordis. Ses cris étouffés par le bandage qu'elle avait, je fermai mes yeux, une larme coulant sur mon visage et buvait son sang de premier choix. Après m'être abreuver, je m'écartai la regardant se vider de son sang, sa voix éteinte. Je pouvais sentir ses forces disparaitre peu à peu. Elle n'était pas morte, pas encore. Je savais qu'après ceci, il était l'heure que les autres la goute, comme des animaux alors qu'elle était encore consciente. J'essuyai délicatement le sang qui était encore sur mes lèvres puis partit, ne voulant pas voir la suite des événements, je me sentais quelques parts renaître, mais aussi déchiré. Je quittai la salle entendant les derniers cris de la femme qui se faisait dévorée vivante, en grande parti, par ma faute.


Je m'enfermai plusieurs semaines dans ma chambre, ces images me hantant jour et nuit. Mon frère venait me voir de temps en temps, me prenant dans ses bras essayant de me rassurer, de me consoler. Je n'étais sans doute pas fait pour être un vampire...Je ne SUIS sans doute pas fait pour être vampire... après tout depuis petit, je suis au fond une personne trop gentille, trop fragile...trop sensible... Je ne sais pas comment je serais devenu si mon frère n'avait pas été là. Je n'ose même pas l'imaginer.

Era il mio amico



Une nuit froide s'était installée m'empêchant d'aller jouer dehors bien que pour une fois je n'avais pas cours. Je m'ennuyais et regardais le temps passé, je ne m'étais pas tout à fait remis de mon baptême, je m'en remettrais sans doute jamais complètement. Et c'était à ce moment-là, qu'elle apparue devant moi. J'entendais un bruit étrange à l'extérieur et donc allai ouvrir la porte. Je haussai les sourcils en voyant un chat, je relevai mon visage et la vis... sa propriétaire. Bien que mon visage restait inexpressif, j'étais émerveillé par sa chevelure blanche. Je pris délicatement l'animal dans mes bras, il avait froid et ne semblait pas rassuré, c'étaient-ils perdu ? Je caressai sa petite tête puis fis signe à l'inconnue de rentrer. Elle semblait avoir le même âge que moi. Je m'étais assis sur un grand canapé, le chat sur mes genoux et l'observais silencieusement. De nature renfermé et timide, je ne savais pas quoi dire...Mais au fil des minutes nous commençâmes à parler, à rire à s'amuser. C'était la première fois que cela m'arrivait.
Une fois réchauffée je l'aidai à rentrer chez elle. Elle me demanda si elle pouvait revenir jouer, je fus assez surpris mais accepta. Dès lors elle fut ma première amie, bien que je ne me confiais guère à elle et qu'elle ne se confiait pas à moi, nous jouions comme des enfants ordinaires, simplement, ceci me rapportait un peu chaleur.
Quand j'appris qui elle était... je fus désorienté. Ma première amie, Dafne, n'était autre que l'enfant, ma demi-soeur, en qui je portais une rancune qui s'était accumulée au fil du temps. Jalousie, rancune, haine, tout cela je l'avais rejeté sur une enfant et une mère que je ne connaisssait pas, mais bien assez pour les haïr. Quand, je vis la photo de ma demi-soeur et de sa mère sur le bureau de son père, une rage, une tristesse violente monta en moi. Je sortis de la demeure, bousculant ceux qui me croisaient, cassant les objets qui étaient sur mon chemin. Certain essayèrent en vain de me calmer, je les jetai hors de mon chemin, j'étais hors de moi, Amadeo vint alors à moi, me prenant dans ses bras, j'essayai de le rejeter comme les autres, mais il résista, je finis par verser mes larmes sur ses épaules. Elle ne pouvait plus être mon amie....


Cette nuit était un grand jour, les hommes de Père allèrent chercher Dafne pour qu'elle vienne habiter dans la demeure. L'atmosphère était lourde, les mauvaises langues se donnaient à coeur joie de murmurer plusieurs affreuses paroles. Je ne savais pas encore qu'est-ce qu'il se préparait, je ne savais pas que ma demi-soeur allait venir vivre avec nous. Ce fut mon frère qui me l'apprit, après lors je marchai rapidement dans le bureau de mon père et la vis belle et bien là. Je ne l'avais plus revu depuis que j'appris qui elle était. Je dis des choses horribles... La traitant comme les autres la traitait et la voyait, pourtant je savais, je sais qu'elle ni peut rien... je sais ... mais ceci est plus fort que moi.

Depuis lors, je ne cessais d'être froid, horrible avec elle, elle, qui avait été mon amie, je ne pouvais plus la voir comme telle et pourtant je ne me haissais pour ce que je lui faisais. Mère devint complètement folle, elle faisait de plus en plus de crise, devenant violente et dangereuse. Elle ne pouvait supporter sa présence, de temps en temps, elle s'en prenait à moi, même à Amadeo.
Dafne eut le droit aussi à son baptême, la famille réunie était là. J'étais également présent avec mon frère, mais me faisait discret. Je ne me sentais pas bien, je devais assister à une cérémonie pour une fille que je haissais (encore aujourd'hui) et de plus, cela me rappelait le miens... Je devais revoir un humain se faire dévorer... et même peut-être, y participer... Cette idée me donnait la nausée, j'étais encore plus pâle qu'un mort. Heureusement, à l'aide d'Amadeo, je pus m'éclipser tout simplement, pour me reposer dans mes appartements.

Famiglia senza amore




Des années plus tard, nous dûmes tous se rendre dans manoirs, chez une famille noble avec qui père entretenait des relations étroites. Seuls les principaux membres de la famille vinrent à la fête qu'avait organisé ce cher Duc. A ma grande surprise, enfaîte ce n'était pas si surprenant que ça... Père emmena Dafne avec nous. Mère bien que faible vint également. L'atmosphère était tendue, je ressentais la haine que Mère portait à Dafne et aussi sa tristesse causée par son mari. Je pense que se fut le seul jour, où je ne me montrai pas odieux avec ma demi-soeur, étant moi-même mal à l'aise, je n'avais pas la force et me montra alors courtois. Je la vis plutôt surprise, lui aurais-je fait une fausse joie ? Oui sans doute, ceci était également peut-être encore plus cruel que si j'avais continué à me montrer horrible comme habituellement. Notre hôte me présenta deux de ses ravissantes filles, Père et lui avaient-il prévu de me marier avec ses créatures. Quand je compris leur complots, je fis tout pour me montrer affreux envers elles et manqua sévèrement de respect envers leur père et le mien. Bien entendu une fois rentré à la maison, je fus puni, Père m'enferma quelques jours dans les prisons de la demeure.Il s'excuser de nombreuse fois envers la famille, le mariage fut annulé et heureusement. Je n'allais pas laisser un soit-disant père me dicter ma vie. Je ne serais sans doute plus dans cette famille s'il n'y avait pas mon frère en qui je portais une affection débordante bien qu'au fil du temps j'avais pris un peu mes distances envers lui également.

Il n'y a pas si longtemps, j'appris que Dafne avait quitté la famille, Père l'ayant exilé. Je fus surpris et me renseigna, Mère avait failli la tuer de ses propres mains et était, désormais, enfermée dans des appartements éloignés. J'allais la voir de temps en temps, mais son coeur était si déchiré que rien ne pouvait la ramener.... Peu de temps plus tard, mon très cher frère vint vers moi, me proposant d'aller à Paris, ou devrais-je dire m'obligeant ? Je ne savais pas exactement ce qu'il avait en tête, mais une chose était sûre... j'allais aller à Paris avec lui.






Derrière l'écran
Pseudo : Kath
Age: 17 ans
Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: Dafne m'a sauté dessus... XD
Des Remarques ou impressions? Forum très agréable ^^
As-tu lu le règlement ? Nan, je suis rebelle ~ /sbaff/
Code du règlement : [ok par Dust ~]



Dernière édition par Matthew A. Di Medici le Dim 12 Juin - 11:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Matthew A. Di Medici {En cours}   Jeu 9 Juin - 13:15

Je suis de retour pour reprendre ma fiche, désolé de cette absence !


Je risque tout de même de ne pas être là ce weekend pour cause d'examens !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Matthew A. Di Medici {En cours}   Jeu 9 Juin - 15:29

Merci de nous tenir informé !!
Prends ton temps et bon courage ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Matthew A. Di Medici {En cours}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Matthew A. Di Medici {En cours}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» A LIRE - UTILISATION DE BROUILLON-COURS VALIDE
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-