Partagez | .
 

 Prudence Divine Litovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Prudence Divine Litovski   Mer 11 Mai - 16:33

Litovski Prudence Divine




feat. avatar
    IDENTITÉ :


    Nom : Litovski
    Prénom: Prudence, Divine
    Age Apparent: 20 ans
    Age Réel :
    Sang-Pur/Mordu/Infant : Lycan illégitime
    Date et Lieu de Naissance : Née le 8 décembre au soir à Moscou
    Orientation Sexuelle :Bisexuelle
    Nationalité:Russe
    Groupe :Lycans
    Classe Sociale: Duchesse~




Description Physique :

« Au fond, c'est une jouissance que d'attendre l'épouvante. »


Prudence est un sacré petit bout de femme. Elle est de nationalité russe du fait qu’elle soit née à Moscou d’une mère allemande, son père est quant à lui russe, d’où son nom de famille. Cette demoiselle ne s’est jamais identifiée à un style particulier, ne cherchant pas à ressembler à une allemande ou une russe. Elle préfère largement la singularité à la conformité...

Que dire sur cette charmante créature ? La première chose qui saute aux yeux est sa taille, Divine est petite. Elle ne mesure qu’un mètre soixante pour cinquante petits kilos toute mouillée. Sa taille, elle l’a doit à ses origines qui veulent que les femmes dans son pays natal ne sont jamais grandes. Cependant, elle ne perçoit pas cela comme un handicape dans sa vie quotidienne, bien qu’elle aimerai comme tout le monde être un peu plus grande dans certaines situations. Être petite est pour elle un atout, car le proverbe veut que ce qui est petit est mignon et elle incarne parfaitement cette philosophie. Vous la verrez rarement avec des chaussures plates, cherchant à grappiller deux-trois centimètres par-ci par-là. Sa silhouette, bien que petite se veut élancée, ce doit être dû à sa finesse qui donne une impression de grandeur. Son corps est, de manière générale, musclé. Elle n’a rien contre le fait d’être fine de nature, mais elle déteste plus que tout le fait de ne pas être musclée. C’est presque une religion pour elle que de faire beaucoup de sport, elle pratique l’équitation depuis son plus jeune âge et aime beaucoup à la chasse à la cour. Cette jeune femme pourrait être qualifiée d’hyper active du fait qu’elle soit toujours en mouvement. Ses épaules sont légèrement carrées, ses bras son joliment musclés et ses mains sont fines et possèdent de longs doigts qu’elle chérit beaucoup. Les mains sont, de son point de vue, une arme de séduction car croyez le ou non c’est pour elle un signe de supériorité que d’avoir de jolies mains douces avec un beau petit vernis. Ses doigts seront souvent entourés de bagues en tous genres, ce doit être le bijou qu’elle préfère mettre. Sa poitrine est volumineuse pour une femme de cette corpulence, c’est un peu ce qui la différencie des autres demoiselles de sa taille. Elle est très heureuse d’avoir une poitrine abondante car c’est un symbole de féminité. Prudence est extrêmement féminine et aime mettre son corps en valeur. Sur le bas droit de son ventre trône une petite tache de naissance blanche qui ressemble étrangement à l’emprunte d’une patte de chat. Ses jambes sont fines et musclées. Pour finir, ses pieds sont d’une taille normale, bien qu’elle ait quelques difficultés à trouver chaussure à son pied car un trente-six n’est pas une pointure commune pour une femme d’une vingtaine d’années.

Attardons nous sur la chose la plus importante et qui offre le plus d’indication sur la personne ; son visage. Prudence a un visage long et fin qui se termine par un petit menton rond. Elle a toujours eu un teint très pâle et une peau blanche, c’est une bonne chose du fait de son rang dans la société. Une noble ne peut se permettre d’être brune comme ces paysans… Son teint est laiteux, ce qui donne une impression qu’elle est une poupée en porcelaine. Ses pommettes sont souvent recouvertes de petites touches de rose pour rehausser son allure générale et lui donner le visage d’une jeune enfant. Ses yeux sont assez particuliers car ils sont vairons. En effet, la demoiselle est née avec une singularité que peu de gens ont, elle a un œil vert tirant vert le bleu lorsque le soleil lui est favorable et un œil brun qui lui tire vers le rouge vif lorsque le soleil vient le titiller. C’est une chose assez perturbante lorsque vous l’avez en face de vous, car vous ne savez jamais sous quel angle la regarder. Elle s’amuse beaucoup de cette touche de fantaisie dans son visage, et elle aime particulièrement regarder les réactions des personnes lorsqu’elle les croise. Elle maquillera toujours ses longs cils d’un peu de mascara noir charbon et mettra de temps à autres du crayon noir sous ses yeux. Ses sourcils sont bruns foncé et ont une forme tout à fait normale. Son nez n’est ni trop court ni trop long, il se termine en remontant légèrement. Surs ses joues trônent de petites taches de rousseurs que l’on aperçoit qu’en l’observant avec soin. Sa bouche est pulpeuse et sera toujours badigeonnée d’un petit peu de brillant à lèvre pour donner une meilleure impression de volupté à sa bouche. La couleur de ses lèvres est assez pâle avec une petite touche de rose. Ses dents sont naturellement blanches et sont bien placées, bien qu’une de ses canines avance un petit peu, mais rien de gênant. Son sourire est attendrissant et envoutant. Les joues de notre duchesse sont finement creusées sans pour autant lui donner un air malade. Ses oreilles sont toutes deux percées par deux trous. Arrive maintenant sa signature personnelle, sa chevelure. Lorsqu’elle était enfant elle rêvait d’avoir les cheveux d’une princesse et c’est donc ce qu’elle a fait lorsqu’elle a eu l’âge de teindre sa longue crinière rebelle. A la base elle est brune foncée mais au jour d’aujourd’hui elle a les cheveux bleus azure avec aux pointes, et grâce à un dégradé, une teinte rosâtre. Prudence a toujours eu les cheveux longs et ils lui arrivent dans le creux des reins, ils sont naturellement bouclés bien qu’elle accentue ses boucles lorsqu’elle se coiffe. Une frange vient cacher son front et de temps à autres ses yeux vairons.

Notre demoiselle est coquette et portera toujours les plus belles robes avec les plus belles couleurs. Elle adore attirer l’attention, c’est pour cela qu’elle portera toujours des couleurs vives qui accrochent le regard. Elle chérit particulièrement les couleurs bleues, violettes et roses. Elle fait bien attention à toujours avoir sur elle des robes qui ont une grande envergure. Si on ne peut la remarquer de par sa grandeur, on la remarquera de par sa largeur. Ses cheveux seront toujours attachés par de petites broches avec des motifs en fleurs ou en oiseaux. Son décolleté sera souvent voire toujours décoré de beaux ornements familiaux comme de longs colliers en or. Les trous dans ses oreilles seront toujours comblés par de petites boucles discrètes mais néanmoins présentes. Ses mains seront souvent habillées de gants en velours blancs ou rose pâle, mais lorsqu’elle laissera ses doigts nus, elle mettra de nombreuses bagues.

Voyons maintenant plus en détails son apparence plus bestiale qui se réveille lors des soirs de pleine lune ou lors des nuits ou elle décide de se transformer. Dans sa vie quotidienne c’est une demoiselle tout à fait charmante, petite et frêle. Elle inspire la tranquillité et la confiance… Mais détrompez-vous, sous cette apparence fragile se cache un véritable corps d’animal !

Il faut avant tout savoir qu’elle n’arrive pas à totalement contrôler ses transformations, bien qu’elle ait quasiment compris le fonctionnement de ces dernières. Elle n’arrive pas à retenir sa transformation lorsque la lune est pleine, mais elle la maitrise totalement pendant les nuits normales. De petite, frêle et fragile elle passe à gigantesque, imposante et inquiétante. La seule chose qui ne changera pas lorsqu’elle sera sous sa forme lycanne ce sera ses yeux vairons, leurs couleurs varieront légèrement passant d’un vert émeraude à un vert pur et d’un brun à un rouge sang. Sa tête sera celle d’un loup, triplant de volume et affichant de longs crocs pointus et effrayants. Sa mâchoire aura la force de briser des os et de manger n’importe quelle viande. Ses bras seront très musclés et ses mains se changeront en pattes avec de longues griffes aiguisées. Son torse n’affichera plus de réelle poitrine mais plutôt des pectoraux masculins, son ventre laissera apparaitre des abdominaux saillants. Ses cuisses seront puissantes, lui permettant de prendre de grandes accélérations ou encore de faire des bonds impressionnants. Enfin, ses pieds seront des pattes faites pour la course et pour déchiqueter tout ce qui s’aventurera trop près… Elle perdra sa peau blanche pour laisser place à une fourrure dense et lumineuse. Ses poils seront partout et auront, avec le reflet de la lune, une couleur argentée. Son pelage animal est doux et luisant. Elle perdra également sa jolie voix angélique pour la troquer contre des hurlements monstrueux qui glaceront le sang à n’importe qui.



Description Mentale :

« Les poupées jouent de la musique, mais elles ne peuvent entendre ce qu'elles jouent; elles dansent, mais elles n'ont pas plaisir à danser. »


Duchesse un jour, duchesse toujours... Quel est ce monde où les personnes se doivent d'être parfaites aux yeux de tous, où la singularité et l'arrogance n'ont pas leur place? La noblesse a ses codes et ses dictâtes que toute jeune femme se doit de respecter si elle ne veut pas se voir humiliée ou salie. Prudence est une de ces jeunes femmes, née dans une famille noble et qui a été élevée dans les traditions et le respect des hommes. Sous ces cabrioles de nobles se cache un réel tempérament qu'elle refoule pour ne pas faire honte à son nom. C'est en réalité une femme qui n'a peur de rien et qui sait tenir tête au plus rude des hommes, intelligente et courageuse. Elle joue un double jeu en société qui, il faut l'avouer, l'amuse bien. Prudence s'amuse de manipuler les gens comme elle sait si bien le faire, grâce à ses paroles qui sont tendres et bienveillantes mais qui, au fond sont faites pour vous faire tomber dans son piège.

Prudence est une parfaite manipulatrice et se plait à jouer avec les gens. Ce n'est pas forcément intentionnel mais, elle tentera toujours de vous faire croire que c'est une fille comme les autres...niaise, fragile et apeurée. Son mode d'approche est simple comme bonjour, il consiste à vous faire croire qu'elle est frêle et fragile pour vous attendrir devant son joli visage et ses yeux de biche, une fois que vous aurez baissé votre garde elle s'aventura dans le plus profond de votre âme et vous sondera tel une machine pour trouver la faille dans votre carapace. C'est une comédienne en puissance, elle peut facilement passer des rires aux pleures et cela sans mal, ce qui accentue un peu plus encore son côté manipulateur. Ne vous détrompez pas, ce n'est qu'un jeu à ses yeux, elle n'est sincère avec personne et joue avec tout le monde, les hommes en particulier car ils sont tellement amusants lorsqu'ils sont en face de vous, à vous désirer comme une bête. La manipulation va de paire avec l'hypocrisie car donner l'illusion qu'on aime tout le monde est un trait d'hypocrisie. Elle s'amuse à jouer avec vos corps et vos esprits. C'est tellement jouissif que de se sentir tel Dieu qui joue avec vos pauvres âmes errantes. Elle aime tirer les ficelles de votre inconscient et elle arrivera bien souvent à vous faire faire des choses que vous n'auriez jamais envisagé d'accomplir. Notre jeune russe arrivera la plupart du temps à se faire aimer et accepter des autres, bien que ce soit surprenant. Il faut être près de ses amis, mais encore plus proche de ses ennemis, n'est-ce pas? À ses yeux vous n'êtes que de simples nuisibles avec lesquels on a le droit de jouer. Les personnes se rendront souvent compte qu'elle a joué avec eux, mais ce sera trop tard. C'est amusant pour elle de voir les nombreuses et diverses réactions que peuvent avoir ces personnes-là dans cette situation. Le monde est un vaste terrain de jeu pour Prudence. Vous n'êtes qu'un jouet, son jouet.

À partir du moment où vous vous amusez de voir les gens souffrir, vous devenez sadique. Prudence l'a toujours été, elle a toujours aimé voir les gens souffrir, voir les traits de leurs visages se durcir lors de leur souffrance. Son truc à elle n'est pas tant de voir les gens blessés physiquement mais mentalement. Elle aime toucher les gens là où personne n'y est jamais arrivé. C'est bien souvent à cette endroit-là que la douleur est plus vive. La douleur physique est aussi exquise, bien que moins intéressante à ses yeux. Lorsqu'elle aura l'occasion de blesser quelqu'un en laissant sa marque sur son corps, elle le fera sans culpabiliser, mais ce sera plus rare. Prudence, elle aime jouer avec vos nerfs et vous pousser au fin fond de vos limites, vous torturer jusqu'au plus profond, vous faire culpabiliser d'avoir eu la naïveté de laisser quelqu'un lire en vous comme dans un livre ouvert. C'est une sensation bien étrange, vous verrez.

L'intelligence est un de ses points forts. La belle saura tenir une discussion importante et plus intellectuelle qu'à l'habitude. Elle est cultivée du fait qu'elle soit noble et ait été élevée dans la curiosité et l'apprentissage de tout. Son père a toujours souhaité que son unique enfant soit cultivé et puisse parler de tout avec tout le monde. Une demoiselle qui a du charme est souvent dépourvue d'intelligence, Prudence n'est pas dans ce cas-là. Elle a longuement étudié l'astronomie, la biologie et la littérature. C'est une grande passionnée de littérature. Lorsque cela lui est permis elle aime s'adonner à la découverte du monde animal, adulant les chiens et les félins en tous genres. Paraître niaise et sans cervelle devant les gens est une chose bien difficile, ne faut-il pas être extrêmement intelligent pour arriver à paraître bête? Sans doute que si.

Lorsque notre demoiselle était petite elle s'entrainait à se planter une fourchette dans la cuisse lorsqu'elle se trouvait à tabler pour que son visage ne révèle aucune douleur, aucune émotion. Son visage est tel celui d'une poupée de porcelaine; frigide, froid, inquiétant et sans émotion. Elle ne sourit que rarement ou alors c'est lorsqu'elle aura quelque chose de bien précis derrière la tête... Être impassible et sans émotion est une chose primordiale pour une femme qui chercher à manipuler tout le monde, il faut savoir toucher les gens mais en contre-partie, il faut savoir comment faire pour ne pas montrer lorsqu'on nous touche. Elle est insensible voire froide, mais elle garde un minimum d'émotion comme tout être avec un peu d'humanité en lui. Il faut seulement arriver à dompter ses émotions et ses mimiques pour ne pas laisser ses sentiments vous submerger. C'est donc ainsi qu'elle passera pour la fille niaise et froide en même temps aux yeux des plus nombreux.

Si la demoiselle avait une seule qualité ce serait bien celle-là, la franchise. Elle se veut franche avec tout le monde, ne cachant pas toujours son objectif aux yeux des autres. Il vous suffira de lui poser une question en la regardant droit dans les yeux et si la belle décide que vous êtes sincère avec elle le sera avec vous. La franchise peut-être un atout mais reste la plupart du temps un défaut car en étant trop franc on attire les ennuis. Elle sait, bien entendu, tenir sa langue lorsqu'il le faut et elle mentira souvent mais elle sait également être sincère avec quelques personnes. Ce côté humain ressortira principalement lorsqu'elle sera seule avec quelqu'un, tenant avant tout à garder son apparence de fille frigide et manipulatrice.

Indépendante et solitaire. Prudence ne s'est jamais attachée à quelqu'un d'autre que son père, même pas sa mère. Elle n'a jamais fait confiance à quelqu'un et n'en a jamais eu l'envie. C'est une fille de nature pessimiste, même si cela personne ne le sait, elle voit le mal dans toute personne. À vrai dire l'homme est plus mauvais que bon et ça elle en est intimement convaincue. Son cœur ne s'est jamais vue accroché à quelqu'un, elle n'est jamais tombée amoureuse. Elle a certes eu quelques amants, mais c'était principalement pour l'envie animale de voir son corps s'adonner au plaisir de la chaire. Prudence est plus du genre à écouter ses pulsions que les envies et les besoins des autres, elle est dans un sens égoïste et nombriliste, mais elle n'en a pas honte. On est jamais mieux servit que par soi-même, n'est-ce pas? Divine vit d'après ce proverbe, n'ayant besoin de personne pour avancer ou vivre tout simplement. Certaines personnes ont besoin d'amour et de complicité pour avancer dans la vie, Prudence n'a besoin que de douleur, de souffrance et d'amusement.

On peut sans nul doute dire que Prudence est bipolaire... Elle joue un rôle en permanence, même si elle ne joue pas tout le temps la comédie. J'ai dis précédemment qu'elle pouvait passer des pleures à la joie, et bien ce n'est pas faux. Il lui est déjà arriver de passer d'une joie intense à une dépression noire en quelques minutes. C'est principalement pour cela qu'elle cherchera toujours à s'occuper, pour occuper son esprit et ne pas penser à la mort. Tiens, voilà un sujet important pour cette charmante jeune femme ! La mort... C'est un bien joli mot que nous avons là. Prudence a toujours été fascinée par ce mot et tout ce qu'il englobe, c'est un mystère à lui tout seul. Personne n'est jamais revenu de la mort, personne n'a jamais pu dire ce qu'il y avait après, si toute fois il y a quelque chose après l'abandon de son enveloppe corporelle. Passer de son corps humain à son corps lycan n'est pas une mort en soi ? Prudence le voit un peu comme cela, ce peut-être une mort ou une renaissance selon son humeur. Elle s'est toujours beaucoup renseignée sur cette mort qui touche toute âme humaine ou en partie humaine. C'est une lubie assez intrigante et effrayante, vous ne trouvez pas?

Joyeuse, souriante, manipulatrice, sadique... Une personnalité bien complex que nous avons là. Une chose est sûre c'est qu'avec Prudence à vos côtés vous ne pouvez être sûrs de rien, ni de votre avenir ni de sa prochaine envie. Un jouet, vous n'êtes qu'une marionnette pour elle, ne l'oubliez pas.



Biographie :


Chapitre premier: La naissance d'une adorable meurtrière.
« Vivre, c'est naître sans cesse. La mort n'est qu'une ultime naissance, le linceul notre dernier lange. »


Il faisait habituellement froid en Russie, mais ce soir-là la fraicheur était telle que les vitres des fenêtres congelaient à vue d'œil, la chaleur qui émane du nez lors de la respiration se transformait en une buée blanchâtre qui était aussi jolie qu'éphémère. C'est lors de cette soirée de décembre que décida un enfant qu'il était temps de venir titiller le monde extérieur. Le Duc de Litovski et sa femme s'étaient rencontrés il y a de cela trois années et étaient tout de suite tombés amoureux l'un de l'autre, leur histoire se passait bien, ils étaient heureux. La seule chose qui les différenciait d'un couple normal était leur race... La femme était une mordue lycanne et l'homme de la maison était un sang pur qui était autrefois admiré et craint de tous. Sachez qu'une telle union ne peut donner naissance qu'à un monstre à fourrure et ce bébé n'allait pas déroger à la règle de la génétique. Le travail pré-natal avait duré près de douze heures et la jeune femme de vingt et un an était à bout de forces. Les femmes de chambre et le médecin s'activaient pour essayer d'atténuer au mieux la douleur de la future mère alors que le mari était tenu à l'écart dans la pièce d'à côté. Savez-vous ce qui est plus dur encore que de voir l'être aimé souffrir ? L'entendre souffrir sans pouvoir l'aider. Ce fut les douze heures les plus longues de la vie de notre couple. Lorsque minuit sonna et que la lune illuminait le ciel au plus haut le bébé sorti du ventre de sa mère, non sans douleur. Elle perdit connaissance quelques minutes après l'accouchement dû à la douleur et la fatigue. Son mari était comblé de pouvoir, après neuf mois d'attente, serrer sa progéniture dans ses bras. C'était une petite fille avec des yeux de deux couleurs différentes et une magnifique crinière brune. Le premier reflex du géniteur fut de montrer son enfant à la lune, de montrer sa réussite à cette astre qui depuis des années déjà le nargue et le tiraille psychologiquement. Sa petite fille se transforma presque immédiatement en petite louve, elle était magnifique. Son pelage était tellement doux et plein de reflets argentés. Son enfant était parfaite. Il en était tombé amoureux dès le premier regard, la chérissant plus que sa propre femme et il se jura qu'il ferait son possible pour que sa fille ne manque de rien et ne soit pas jugé par les humains. S'il appréhendait quelque chose c'était sans nul doute la réaction des humains du village qui était à quelques kilomètres. Il savait plus que quiconque que la vie d'un lycan, qu'il soit pur ou non, est difficile et que les humains ne peuvent pas admettre qu'il existe des créatures différentes qui vivent à proximités de chez eux... Père et fille montèrent sur la terrasse de leur énorme château pour que le père puisse se transformer et hurler comme jamais il ne l'avait fait dans le passé. C'était un hurlement plus profond, plus agressant, plus bestial. Les villageois comprirent à ce moment-là qu'un monstre était né non loin de leur village et que leurs vies étaient à présent en danger... Ils n'avaient pas tort.

Chapitre second: Les premiers pas d'une chasseresse.
« L'instinct du chasseur : prévoir l'intention immédiate de l'adversaire afin de conserver l'avantage de l'offensive. »


Son père a toujours été très protecteur à son égard, reléguant sa femme au second plan. Sa tendre n'a jamais compris pourquoi sa fille comptait tellement pour lui, devenant jalouse au plus haut point. Elle avait déjà menacé son mari de ne plus allaiter la jeune louve pour essayer, en vain, de le faire plier et de le retrouver. Mais sachez qu'un lycan ne marche pas au chantage et le père de Prudence encore moins qu'un autre. Il est craint et respecté et ce n'est certainement pas sa femme qui allait le soumettre. C'est à partir du jour où elle a menacé de laisser mourir son enfant de faim qu'il se mit à la haïr et à la mépriser au plus haut point. L'union qui était si parfaite venait de se rompre pour de la jalousie... Croyez bien que de faire ses premiers pas dans une telle situation est chose ardue. Prudence était rejetée par sa génitrice et adulée par son père. Tout enfant normal a besoin de ses deux parents, elle n'en aura eu qu'un seul. Sa mère n'a jamais montré ne serait-ce qu'une petite marque d'affection pour sa fille qu'elle considérait plus comme une nuisible briseuse de couple que comme le chaire de sa chaire. Son père était au contraire la seule figure parentale dans le couple, s'occupant d'elle comme personne ne le faisait. Il aimait sa fille plus que quiconque, voulant lui apprendre le meilleur et faire en sorte qu'elle soit fière de ce qu'elle deviendrait. Un chiot ou un louveteau apprend normalement les codes de la vie sociale par sa mère, Prudence apprendra tout de son père. Elle haïra sa mère tout comme son père. Après tout, c'est chose normale, non ? La belle fut sevrée à l'âge de deux mois et se mit à manger comme un enfant à moitié loup... C'est à ce moment-là qu'elle voua une haine profonde à sa génitrice. De toute façon à partir du moment où sa mère n'eut plus besoin de l'allaiter elle prit ses distances, laissant vivre sa descendance et son mari de leur côté.

Son père lui apprit tout, passant de comment se tenir à table jusqu'à la chasse. Il encourageait sa fille à se transformer le plus souvent possible, préférant lui faire connaître sa vraie nature plutôt que la nature humaine, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle est plus sûre d'elle lorsqu'elle se transforme en lycanne. Ils passaient des soirs de pleine lune entiers à chasser dans la magnifique forêt qui appartenait à la famille, son père lui enseigna comment repérer le gibier, comment faire pour avoir le vent de face et donc pour ne pas se faire repérer. La petite était douée, elle adorait tuer de petites créatures, révélant ainsi son sadisme qui s'installa dans sa façon de faire dès son plus jeune âge, la jeune louve était née pour tuer et pour faire souffrir les autres. Elle apprit à lire, à écrire et à compter aux alentours des quatre ans, étant plus précoce que la plupart de ses camarades de classe. Parlons un peu plus de ses camarades de classe... Prudence ne s'est jamais entendue avec aucun de ses compagnons, préférant la solitude à la vie en communauté. Il semblerait qu'elle préférait taper sur les enfants plutôt que de jouer avec eux. Son père lui avait dit qu'elle ne devait pas se transformer en cours, elle faillit transgresser cette règle plus d'une fois... Son paternel la retira de l'école lorsqu'elle eu dix ans, suite à un incident de taille, elle a faillit tuer un garçon se son âge parce que ce dernier parlait mal des lycans. Des bruits couraient dans le village que cet enfant était le fruit de démons et qu'il fallait à tout prix exterminer Prudence et sa famille. Il faut dire que la nature humaine veut quelle ait peur de l'inconnu et les Litovski étaient à part.

Elle finit donc par prendre des cours à la maison avec un maître qui avait une culture hors normes. La jeune duchesse appréciait beaucoup cet homme qui en savait tellement sur le monde et sur les différents résidents de cette terre. Il lui apprit entre autres qu'il y avait d'autres personnes qui étaient traitées comme Prudence: les vampires. Elle se prit de curiosité envers cette race, voulant en rencontrer un. Malheureusement pour elle il n'y avait pas de famille de vampires dans son village mais il y en avait à proximité, à Moscou. Elle se jura donc qu'un jour elle irait faire un tour du côté de la capitale pour rencontrer ces personnes singulières comme elle. Pour le moment elle apprit la vie, respectant son précepteur, aimant son père et haïssant sa génitrice. Les relations qu'entretenaient mère et fille étaient pour le moins...électriques. Elles se saluaient le matin et le soir, cela s'arrêtait là, ni plus ni moins. Prudence avait apprit à respecter sa mère, mais elle savait au fond d'elle qu'elle ne pourrait faire confiance à personne d'autre qu'à son père dans la vie. Si ce n'est pas malheureux de croire cela à dix ans à peine. Son instinct se révèlera pourtant juste...

Chapitre troisième: L'adolescence d'une duchesse à crocs.
« Le mal, c'est d'affamer, de priver, de détruire, de mépriser les êtres. Le mal, c'est de ne pas être bon. »


Comment fait-on pour être une adolescente normale alors qu'en nous tout est flou ? Être une lycanne de sang quasiment pur est une chose difficile à vivre au quotidien. Le fait est que votre instinct animal est en perpétuel combat avec la petite part d'humanité qui traine encore en vous. Prudence a beau dire ce qu'elle veut, elle se sentira toujours plus sauvage et bestiale qu'humaine. Quoi qu'il en soit l'adolescence est censée être la période de la vie où les personnes normales vivent leur premier amour, leurs premières expériences, se mettent à travailler... Pour Pudence cette période sera celle où elle apprendra vraiment ce qu'on attend d'une duchesse mais ce sera également dans cette partie de sa vie qu'elle tuera son premier humain, sa première proie conséquente.

C'est à ses quatorze ans que la demoiselle du apprendre ce qu'est la vie d'une noble. Les règles de bienveillance si vous voulez. Elle apprit comment incliner la tête en signe de respect, comment prendre les paroles des autres, comment faire pour ne pas être atteinte par le bas peuple... Toutes ces choses qui font qu'une noble est une noble. Son père lui enseigna le respect de soi-même en premier, jugeant que c'était la chose la plus importante. Prudence prenait et enregistrait tout ce qu'on lui disait, classant ce qui devait être suivit et ce qui pourrait être transgresser. Elle savait déjà ce qu'elle voulait, même à quatorze ans. Son rang dans la société lui importait peu, elle vivrait comme elle l'entendait, elle avait des principes et s'y tiendrait. La nature humaine est pour elle un livre ouvert, elle aime lire à l'intérieur des gens, elle aime posséder et manipuler les personnes. Une jeune femme qui se révèle est une prédatrice sur tous les tableaux. Elle aime chasser, aussi bien dans la forêt qu'au sein même de son village, ne passant jamais inaperçue lorsqu'elle passe quelque par. Il faut dire qu'elle aime attirer l'attention sur elle, qu'on la remarque en bien ou en mal, mais qu'on la remarque. Son père commençait même à s'inquiéter pour elle, remarquant qu'elle changeait pour devenir une femme au sang chaud. Il ne voulait pas que son fille devienne une de ces lycannes qui cherche plus à s'amuser avec autrui qu'autre chose. Il chercha à l'enfermer à la maison, à la faire apprendre toujours plus pour qu'elle ne puisse penser à la distraction que sont les humains... C'était peine perdue. Prudence était dans sa crise de l'adolescence et tenait facilement tête à son père.

Seize ans. Première aventure amoureuse. Si l'on peut toutefois appeler ça une aventure amoureuse.. Prudence n'a jamais été amoureuse, pour elle les relations sont juste une façon ou une autre de faire passer le temps et de s'amuser un peu. Sa première vraie relation fut avec un homme, bien qu'elle soit bisexuelle. Il s'appelait Anton et avait un an de plus qu'elle. C'était le fils d'un marchand du village, il était donc du bas peuple, du moins elle les appelait comme cela. Vous trouvez cela méchant ? Ce n'est que la vision de la vie de Prudence... Il ne faut pas s'attendre à avoir un traitement de faveur de la belle, elle est bornée et têtue, il vous sera donc difficile de lui faire comprendre qu'un fils de marchand peut être une personne bien, il sera classé dans le bas peuple dès le départ. Triste règle de la vie, il y a des gagnants et des malchanceux... Bref. Elle sortit avec lui et leur histoire dura près de cinq mois, même si cela reste assez court. Cet humain était charmant avec elle et très prévenant, bien qu'un peu rustre sur les bords. Elle décida toutefois de vivre sa première fois avec lui, tout ce passa bien. Enfin en apparence. Prudence est quelqu'un de fidèle mais de vite exaspérée. Elle se lassa bien vite de son Anton... Le pauvre n'avait pas compris que la duchesse n'est pas une personne que l'on peut qualifier de patiente. Il était plus qu'amoureux d'elle quand elle décida de le tuer dans la forêt de sa famille... Acte de pure violence et de lassitude ou simple envie de tuer ? L'envie de tuer, l'envie de se confronter à quelque chose de plus gros qu'un cerf, l'envie de goutter au sang humain. Vivre en cohabitation avec un loup est un risque au quotidien, il fallait que cela arrive. Prudence ne regretta pas son acte, elle fut même agréablement surprise lorsque ses crocs ont transpercés le cou du jeune homme. C'est une sensation presque jouissive que de se sentir supérieure de la sorte, de dominer totalement quelqu'un et d'avoir le choix de la morte entre ses pattes.

On peut dire qu'après ce meurtre la jeune femme changea du tout pour tout, elle devint plus froide encore, plus sûre d'elle mais surtout plus manipulatrice et sadique que jamais. Son père la vit changer sans dire mot, après tout que pouvait-il dire à sa tendre enfant ? Le chapitre noir de l'histoire arrive enfin...

Chapitre quatrième: Les drames d'une famille pas comme les autres.
« Ce qui est effrayant dans la mort de l'être cher, ce n'est pas sa mort, c'est comment on en est consolé. »


Dix-huit années. Prudence venait de fêter ses dix-huit ans lorsque l'année noire de sa vie commença. Elle est née en fin d'année, c'est donc l'année suivante que sa famille disparue et qu'elle tua un être qui était censé être proche d'elle. Comment se consoler de la mort de l'être qui vous est le plus cher ? En tuant la deuxième personne qui est le plus proche de vous, enfin du point de vue de notre lycanne.

Cela faisant maintenant quelques mois que les villageois du village à proximité du leur voulaient que la famille Litovski déménage, jugeant qu'elle posait trop de problèmes pour la sécurité des citoyens. Le père de Prudence avait pour habitude de traiter avec ces personnes, leur jurant qu'ils n'étaient pas dangereux du moment que sa famille ne se fasse pas agresser. Le problème résidait là, les villageois crurent bon de menacer la meute pour les faire partir, pensant qu'ils prendraient peur. C'est mal connaître le père de Prudence que de croire qu'il aura peur avec de simples menaces qui ne seront jamais mises à exécution. Un soir de janvier un paysan de Moscou se mit en tête de tuer les volatiles qu'élevaient les Litovski, il massacra les poules, canards et autres... C'est la goutte d'eau qui fit déborder la colère du mâle de la meute. Il avait longtemps accepté les menaces, acceptés les récoltes saccagées, acceptés les mots d'injure sur son château, mais là s'en était trop, beaucoup trop. Le lendemain il prit la vie de cet homme qui osait raconter ses exploits dans une taverne non loin de chez lui, c'était un réel abrutit, on ne se vente pas d'avoir réveillé le grand méchant loup en public. À la suite de cet incident de parcours les villageois, furieux accusèrent les lycans de monstres tueurs et sans cœur. Ils n'avait pas forcément tort, mais c'est l'évènement qui déclencha tout le processus de mise à mort de cette famille.

En février de la même année le peuple décida d'aller trouver une famille de vampires dans une contrée lointaine, ne voulant en aucun cas se trouver face au père lycan lorsque ce dernier s'énerverait vraiment. Il faut dire qu'ils avaient les paroles faciles mais que lorsqu'il faut agir il n'y a plus personne, de simples humains quoi... Une famille de vampires accepta de tuer le père Litovski en échange d'une belle somme d'argent. Ils n'avaient pas peur d'affronter un lycan adulte, ils l'avaient déjà fait dans le passé et puis ils avaient plusieurs siècles derrière eux, plusieurs siècles d'expérience et de meurtres. Les trois hommes de la famille étaient embaucher pour prendre la tête du père et la ramener à un groupe de paysans. Le combat eu lieu le soir même de leur embauche, soir de pleine lune. Il faut dire que sur ce point-là ils n'avaient pas réellement réfléchit aux circonstances lunaires, ce qui coûtera la vie à l'un d'entre eux. La lutte se passa dans la forêt, loin du château et des filles, ils avaient prit le mâle en embuscade alors que ce dernier était en chasse. Il avait repéré les intrus depuis un moment déjà, cherchant un moyen de les éloigner et de les tuer l'un après l'autre, ne voulant pas affronter les trois en même temps, car le sous nombre ne serait naturellement pas en sa faveur. Il tua alors le plus jeune des trois assaillants, ressortant de cet affrontement avec une plaie béante sur le flanc droit, il était déjà beaucoup affaiblit et il avait encore deux suceurs de sang à tuer, autant dire qu'il savait pertinemment qu'il allait mourir cette nuit-là. Le combat entre eux trois dura jusqu'à l'aube, jusqu'à ce qui le lycan se prenne un poignard en argent en plein cœur, mourant presque sur le coup. Les vampires se firent un petit déjeuner en or, suçant tout le sang que le lycan mort leur offrait, découpant sa tête par la suite pour la ramener à leur patron. Ils empochèrent l'argent et partir comme si de rien n'était, laissant sans scrupule leur congénère mort derrière eux.

C'est le lendemain matin que la belle Prudence retrouva son père décapité dans la forêt familiale. Je vous avoue qu'elle savait déjà que son père était mort avant qu'elle ne le trouve, l'odeur du sang lui agressant les narines depuis quelques kilomètres déjà... Elle avait entendu son paternel hurler le soir précédent mais sa mère l'avait dissuadé de sortir, la forçant à rester dans sa chambre sous bonne garde. Certainement que sa génitrice voulait se venger de ces années de délaissement par son époux, c'est toute fois comme cela que la belle l'interpréta, comme une vengeance de sa mère. La jeune femme ramena son père au château, l'enterrant aux côtés de ses ancêtres. Le lendemain elle retourna dans cette forêt qui habitait désormais la mort de son défunt père... C'est à ce moment-là qu'elle retrouva le corps de ce qui semblait être un vampire, son odeur avait été camouflée par de nombreuses essences naturelles, ils étaient donc plusieurs vue que les déserteurs avaient prit la peine de camoufler la mort de ce dernier. Il semblait jeune, bien qu'amocher par le combat qui avait eu lieu. Son père avait été tué par des vampires, cette race même qui il y a plusieurs années l'intriguait fortement. Elle se mit à haïr tous les vampires, souhaitant en tuer le plus grand nombre au cours de sa vie. C'était une race indigne, qui avait fuit une fois le meurtre commis, elle ne les voyait que comme des charognards vils et sournois et son avis ne changera jamais, haïssant jusqu'au plus profond de son être ces esclaves du sang.

La vie au château n'était plus la même sans son père, on peut dire qu'il était la seule bouffée d'oxygène dans ce lieu sinistre et silencieux. Les rapports de base qu'elle entretenait avec sa génitrice n'étaient pas bon comme dit plutôt mais maintenant ils étaient inexistants. Elle méprisait sa mère au plus haut point, la prenant pour responsable de la mort de son bien aimé père. C'est à cause d'elle si elle n'a pas pu aller aider son père le soir de sa mort, c'est à cause d'elle si elle n'a pas pu vivre une vie normale, à cause de sa jalousie stupide et égoïste. Sa mère ne l'avait jamais porté dans son cœur, le lui rappelant le plus souvent possible mais depuis que son mari n'était plus là elle la traitait comme un chien que l'on laisse de côté pour qu'il meurt de faim. Elle avait ordonné aux servants de ne plus lui obéir, de ne plus la nourrir, de la laisser mourir seule. Les pauvres ne purent que l'écouter, c'était elle la patronne... Prudence endura cela pendant deux mois jusqu'au jour où l'affrontement fut inévitable entre elle et sa mère. La vile la surprit en train de chercher à manger dans le garde manger de la famille et lui arracha sa nourriture des mains, la giflant par la même occasion. Assez, s'en était assez de cette situation d'esclave. Les nerfs de la charmante Prudence lâchèrent d'un coup et sa colère explosa. Elle ne se contrôlait plus, se transformant en quelques secondes en lycanne pour venir écraser sa mère au sol qui n'avait pas eu le temps de savoir ce qui lui arrivait. Elle eut, dans un accès de survit, la netteté d'esprit de prendre elle aussi son apparence animale, pour essayer de contrer la force bestiale de sa progéniture. Le fait est que sa mère était une mordue et que Prudence était la fille d'un sang pur, elle avait donc plus de force et d'instinct animal qu'elle. Le combat était inégal à partir du moment où Prudence s'était transformée, ne laissant aucune chance à sa génitrice, l'égorgeant en quelques minutes seulement alors qu'elle n'avait qu'une griffure sur le bout de la truffe. Prudence s'était toujours bien maitrisée lorsqu'elle était sous sa forme naturelle, mais ce soir-là elle explosa littéralement, tuant tous les domestiques de la maison et les mangeant en quasi totalité. C'était la revanche de toute une vie, de deux mois de souffrance et de dix-huit ans de souffrance du à l'absence de sa mère. Ce soir-là était le seul soir de sa vie ou la belle s'était réellement sentie louve. Elle avait tout perdu, son père, sa génitrice et son château. À quoi bon habiter dans une maison qui pue la mort ?

Chapitre cinquième: La renaissance d'une âme en peine.
« Le chaos est rempli d'espoir parce qu'il annonce une renaissance. »


N'ayant plus aucune accroche en Russie, la belle décida de couper les ponts avec cette terre qui n'était désormais plus la sienne, ayant tué sa famille et la rendant encore plus solitaire qu'elle ne l'était. Elle errait plus qu'autre chose sur cette terre comme un chien perdu...

Elle jugea bon de retourner à ses racines germaniques, même si elle n'avait encore jamais eu la chance d'y aller. De plus, l'argent n'était pas un problème, elle avait tout hérité de ses défunts parents. Il faut dire que son titre de duchesse allait de paire avec son compte en banque. Elle partit donc en Allemagne, mais elle décida de ne pas y aller à cheval, elle irait grâce à sa transformation. Après l'assassinat de sa mère elle s'était promis de ne plus avoir honte de ce qu'elle est en réalité, étant prête à tuer les gens qui pensent qu'elle n'est rien d'autre qu'un monstre. Elle veilla cependant à ne pas trop s'afficher lorsque le soleil trône dans le ciel, se transformant volontiers lorsque son astre fétiche englobe le paysage d'une couleur bleutée. Son voyage pour aller jusqu'à la terre germanique dura plusieurs mois, contre une année en calèche. Cet exemple était un des nombreux qui la rassura dans son choix d'assumer son côté animal, elle était supérieure aux humains, elle était reine de son destin et cela était la meilleure chose dont elle avait conscience depuis un moment.

Une fois arrivée elle découvrit le pays, et la culture, s'amusant beaucoup en apprenant cette langue nouvelle qu'elle finit par maitriser à la perfection. C'était une terre accueillante et elle la porterait désormais dans son cœur. En plus de lui avoir apporté un foyer, elle rencontra beaucoup de monde de la noblesse allemande notamment lors des soirées mondaines. Rencontrant un bon nombres d'hommes libres et riches, mais elle préférait les femmes de la noblesse car elles se comportaient toutes en hypocrites, essayant d'avoir les faveurs d'un bon nombre de jeune hommes. C'était un jeu plaisant à voir et très divertissant, Prudence allait là-bas, buvait, parlait et observait beaucoup les nobles et leurs manèges de séduction. C'est dans une de ces soirées qu'elle croisa pour la première fois le regard de Calypso Hathaway, c'était une femme splendide avec de magnifiques cheveux roses et un regard à en faire fondre plus d'un. Prudence ne savait pas pourquoi mais elle lui trouva tout de suite quelque chose de spécial, ayant tout de suite l'envie de la rencontrer. Peut-être la trouvait-elle différente du fait qu'elle soit comme elle une lycanne ? Assurément non, Prudence avait lors de son voyage rencontré plusieurs personnes de sa race mais Calypso était à part et il fallait qu'elle sache pourquoi...

Prudence s'arrangea pour aller aux même soirées que la belle Calypso la croisant le plus souvent possible pour essayer de tisser un lien avec elle. Calypso l'intriguait au plus haut point, mais elle s'en méfiait également beaucoup, fallait-il qu'elle se méfie d'elle ou qu'elle l'approche comme une femme normale ? Prudence n'était pas très forte dans les relations avec les gens, même si elle en donnait l'apparence, préférant les manipuler. Mais lorsque la situation est autre, ce qui est le cas ici, elle ne sait plus comment agir avec les personnes. La seule solution qu'elle trouva pour la rencontrer et juger de sa différence fut l'affrontement. C'est ainsi que Prudence coinça Calypso dans une forêt germanique, loin de toute vie humaine et qu'elle la défia.

« Bonsoir, je me présente Prudence Litovski, fille du duc de Russie et également fille de sang pur et d'une mordue. Je vous ai remarqué il y a de cela quelques semaines et j'aimerais maintenant voir ce que vous valez en combat rapproché. »

Elle prononça ces quelques mots en inclinant le visage, signe de demi respect envers elle. Prudence ne jugeait pas réellement convenable de s'incliner devant une femme comme Calypso, du moins pas pour le moment. Ses yeux vairons se plongèrent dans ceux de son vis-à-vis en lui souriant d'un sourire sadique et provocant, se transformant lentement sans détourner son regard de sa future proie. Il fallait qu'elle connaisse cette femme, quitte à y laisser des poils, son seul objectif étant de se lâcher pour voir si son adversaire était digne de connaître davantage la belle russe.

Le combat ne tarda pas à se déclencher. Il était violent et sanguinolent avec aucune pitié, les deux parties ne voulant pas céder face à l'autre. Calypso prit presque immédiatement le dessus sur Prudence qui ne se laissa pas faire pour autant, répliquant avec toute la forte dont elle était dotée. L'affrontement dura plusieurs heures, mettant à rude épreuve l'endurance et l'agilité des deux femmes. Prudence n'était pas de taille face à cette magnifique lycanne, elle l'avait toujours sur au fond et c'est certainement pour cela qu'elle avait tout de suite été subjuguée par cette inconnue. Depuis le premier regard elle avait su que c'était cette personne qu'il fallait suivre, que c'était elle à qui il fallait faire confiance et qu'elle pourrait lui apporter de bonnes choses. C'est un raisonnement assez troublant lorsque l'on connait Prudence qui pense que la solitude est mieux sur tous les points de vue. Prudence finit par rendre les armes dans un ultime couinement se transformant en humaine, ne pouvant plus maintenir sa forme animale... Calypso était forte, très forte même. Qui était-elle donc ? Une déesse lycanne ? Dans tous les cas il fallait la suivre, Prudence en était intimement convaincue.

Elles se lièrent d'amitié bien vite et Prudence décida de la suivre en France où elles s'installèrent dans la demeure de la guerrière lycanne. Une nouvelle page de sa vie venait de se tourner, elle renaissait enfin de ses cendres. Elle devait beaucoup à Calypso et le lui rendrait tout au long de sa vie.



Derrière l'écran:


    Pseudo : Appelez moi simplement Prudence.
    Age: 16 ans, dans ma 17ième année.
    Comment t'es-tu retrouvé parmi nous?: Grace à Melona Euphoria Rosenbach =)
    Des Remarques ou impressions? Beau design, j'ai hâte de découvrir le forum et ses membres!
    As-tu lu le règlement ? Oui, bien entendu~
    Code du règlement : "Validé par Alucard."



Dernière édition par Prudence D. Litovski le Dim 12 Juin - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Prudence Divine Litovski   Dim 22 Mai - 19:45

Bon alors voilà je pense que ma fiche est en règle et finie ! Smile
Calypso vue que je sais que c'est toi qui me validera je tiens à te signaler que je reste assez évasive sur la fin pour laisser un peu de mystère comme tu l'aimes :3
En espérant que ça te plaise et bonne lecture ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Prudence Divine Litovski   Lun 23 Mai - 6:35

Amie du jour Bonjour \o/

Bref ><
C'est .. parfait ♥ J'aime beaucoup l'histoire et tout le reste aussi en fait ! Je ne peux que ta valider ma belle !
Tu es donc un Duchesse Lycanne, femme de main de ma fabuleuse personne Calypso !

Je t'invite à créer ton journal de rp, ta fiche de liens et bien sur ) rp \o/

Amuse toi bien ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Prudence Divine Litovski   Lun 23 Mai - 16:57

Merci Very Happy ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Prudence Divine Litovski   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prudence Divine Litovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Le Rêve de la Mélodie Divine
» Magie profane et divine
» Tornade ♕ « let's see who is truly divine »
» Convocation pour une divine fessée [Pv Thana - Hestia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Lady...My Lord. :: Inéluctables_prémices :: ~Cimetière~ :: ~Anciennes Fiches~-